Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

L’Olympisme : bilan et enjeux géopolitiques. AUGUSTIN Jean-Pierre, GILLON Pascal

Abed Bendjelid
p. 173-175
Référence(s) :

L’Olympisme : bilan et enjeux géopolitiques. AUGUSTIN Jean-Pierre, GILLON Pascal, Paris, Armand Colin, 2004, 173 pages.

Texte intégral

1Voilà un ouvrage destiné à un large public en raison de son style d’écriture, mais il constitue aussi une synthèse portant sur le thème de l’olympisme, perçu fortement à travers les enjeux géopolitiques et orienté à la fois vers la formation des étudiants et vers l’information orientée en direction des responsables sportifs, des élus et des aménageurs de villes et des régions.

2Voulu comme un travail actualisé dans le monde globalisé d’aujourd’hui, l’ouvrage de Jean-Pierre Augustin et de Pascal Gillon est structuré en quatre parties : L’Olympisme entre rapport de force et universalisme ; Les acteurs du système olympique ; Pour une lecture géopolitique de la performance olympique et Les compétitions des villes olympiques. Histoire des idées olympiques et discontinuités conflictuelles politiques (crises de l’entre-deux-guerres, la Guerre froide et la constitution d’ensembles géopolitiques sportifs, quadrillage planétaire et panafricanisme sportif, l’Olympisme saisi par l’économie…) sont développées telles que vécues lors du dernier siècle. Par ailleurs, une série de questions relatives aux acteurs du Mouvement olympique sont exposées à travers l’angle des rapports entre les forces internes et externes au C.I.O. (Comité international olympique) et ses structures sportives subordonnées (Fédérations internationales, Comités nationaux olympiques).

3A travers la présentation de données statistiques et la conception de 14 tableaux et de 22 figures et cartes, le texte expose une lecture géopolitique pertinente des performances sportives lors des J.O. (Jeux olympiques) d’été et des J.O. d’hiver. Enfin, analysées à travers les études de cas de villes olympiques telles que Barcelone, Atlanta, Athènes, Sydney et Pékin, les retombées des J.O. sont contextualisées en fonction des projets nationaux présentés et des tendances mondiales (modernisation d’une métropole urbaine, affirmation du libéralisme économique, accent mis sur l’écologie et le patrimoine, ouverture de la Chine…). Bien plus, huit textes encadrés apportent des compléments d’information bien utiles à la connaissance et à la vulgarisation recherchée par les deux auteurs.

4En un peu plus d’un siècle, le Mouvement olympique apparaît spectaculaire en passant de quelques pays réunis à l’ensemble de la Planète (une dizaine de pays en 1896 à près de 200 lors des J.O. de Sydney). Cette progression spectaculaire souligne la place majeure prise par le sport dans l’imaginaire des sociétés, les pratiques sociales et l’activité économique. Perçue comme une pratique démocratique tendant vers l’universalité, l’activité sportive est devenue un objet de consommation à caractère marchand et ‘‘si la société est saisie par le sport, c’est parce que le sport est saisi par l’économie’’. De même, l’histoire de l’olympisme moderne est caractérisée par la fin progressive de l’amateurisme, ‘la neutralité politique’ et les enjeux économiques et médiatiques ; ce qui nous éloigne de la théorie initiale de l’effort, de la paix et de la fraternité. La mondialisation est passée par là et différentes visions sont développées par les spécialistes de l’étude de l’Olympisme. Dans l’ensemble, ‘‘le sport, comme la religion, relie donc les hommes, que ce soit dans les compétitions ou les spectacles sportifs’’ caractérisés par des rites, des symboliques, des comportements et des exploits sportifs.

5La Charte olympique donne l’autorité suprême au C.I.O. qui assure le fonctionnement de l’organisation par le jeu de cooptation de ses membres ; initialement réservé à quelques privilégiés, cette structure a été élargie depuis, à 45 représentants de mouvements sportifs (15 athlètes, 15 dirigeants de fédérations internationales et 15 dirigeants de comités nationaux olympiques) et à 70 autres membres considérés comme qualifiés en vue de servir le sport olympique. Par ailleurs, la mise en place de C.N.O. (Comité national olympique) par pays atteste de ‘‘la réussite de la diffusion olympique’’. Quant aux acteurs financiers (sociétés multinationales, médias, entreprises télévisuelles…) n’appartenant pas au Mouvement olympique, ils deviennent par la force des choses des partenaires officiels et assurent une partie notable du financement des Jeux olympiques et ce, depuis l’élaboration du programme mis en place par le président Samaranch en 1985. Désormais, les deux auteurs affirment que ‘‘la gouvernance mondiale de l’Olympisme est donc soumise à pression extérieure et la globalisation économique y laisse une marque profonde’’.

6La course aux médailles qui s’est accélérée au cours de la Guerre froide s’est inscrite dans les visées géopolitiques des nations à travers les rivalités entre les régimes politiques des pays de l’Est (Union soviétique, Allemagne de l’Est) et les pays de l’Ouest (Etats-Unis). Le traitement cartographique de données statistiques démontre de fait, que ‘‘les inégalités quant aux conditions d’organisation des sports selon les pays… ne laissent guère de chances aux pays du Sud’’.

7A côté du choix des villes olympiques et des transactions liées, l’affectation des J.O. à la ville retenue permet la réalisation de grands projets urbains (stades, ensembles sportifs, résidences, hôtellerie, grandes infrastructures, voies de communication…) qui valorisent l’image de la ville, voire de sa région. En général, l’accueil des jeux par une ville est réservé ‘‘aux villes riches susceptibles de mettre en œuvre les installations nécessaires et d’assurer la sécurité des jeux’’. De fait, les grandes métropoles du tiers monde, surchargées démographiquement et connaissant de grands problèmes de gestion urbaine, apparaissent exclues de ce choix. En ce sens, J.P. Augustin et P. Gillon écrivent que ‘‘les J.O. peuvent être perçus comme le théâtre où s’affichent l’inégalité, les rapports de force et les hiérarchies économiques et politiques’’. C’est dire enfin, que pour des pratiques sportives voulues universelles au départ, l’ordre sportif mondial, ainsi constitué lors du dernier siècle, demeure largement dominé par les pays développés et particulièrement par l’Europe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Abed Bendjelid, « L’Olympisme : bilan et enjeux géopolitiques. AUGUSTIN Jean-Pierre, GILLON Pascal », Insaniyat / إنسانيات, 34 | 2006, 173-175.

Référence électronique

Abed Bendjelid, « L’Olympisme : bilan et enjeux géopolitiques. AUGUSTIN Jean-Pierre, GILLON Pascal », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 34 | 2006, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 27 juin 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/10110

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page