Navigation – Plan du site
Revue des revues

Revue URBANISME N° 318, Mai- Juin 2001.
Dossier « Illégalités et urbanisation »

Ammara Bekkouche
p. 221

Texte intégral

1Requestionner le concept d’illégalité en matière d’urbanisme, fait apparaître que si ce phénomène atteint plusieurs parties du globe, il revêt des particularités contextuelles observables tant au niveau du langage que des pratiques habitantes. Il est un fait que ce sont les pays en voie de développement qui en portent les marques les plus visibles notamment et entre autre, dans la production de l’espace habité. Le constat de « l’inadéquation entre un droit et des usages, une législation et des pratiques obligées », est ici mis en exergue pour montrer l’existence de deux logiques qui cohabitent sans se rencontrer (Thierry Paquot).

2Plusieurs types d’illégalités produisent leurs propres outils en réponse à des objectifs de survie d’abord pour se cristalliser dans le temps et dans l’espace et aboutir à des formes d’adhésion plus ou moins intégrées. Les observations historiques sur des processus ayant favorisé ce phénomène, donnent une idée plus précise de ses composantes politique, économique et sociale (Daniel Béhar, Vincent Renard). Il est intéressant de noter à ce sujet comment en l’espace de 20 ans, la situation des bidonvilles cherche à s’améliorer, tandis que celle des grands ensembles se taudifie (Jean-Loup Gourdon). Le cas de l’Amérique Latine (Graciella Schneir), montre que la nature des problèmes engendrés par l’existence des bidonvilles, nécessite des interventions « sociales ». Du côté de l’Afrique ( Frédéric Lerond), il est rappelé que les exclus font tout autant la ville, tandis que pour l’Asie (Charles Goldblum), l’analyse de la singularité des conjonctures suggère l’expression d’«  infralégalité ».

3Aborder par ailleurs, les concepts de légalité et d’illégalité, ne peut se faire sans examiner ce que disent les normes et les règles d’urbanisme (Jean-Pierre Charbonneau, Alain Durand Lasserve et Jean-François Tribillon). Dans cet ordre, la population est présentée comme fautive et les solutions ne peuvent être que coercitives donnant ainsi des situations de non conformité aux règlements plutôt que d’illégalité. A ces recommandations, s’ajoute celle de revoir les méthodes d’intervention entreprises à Rome pour recomposer avec l’illégal (Ariella Masboungi, Bernardo Secchi).

4En marge, le reportage très instructif de Thierry Paquot concernant Navi Mumbai, prête à méditer sur le concept de ville nouvelle et les aléas possibles de sa réalisation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ammara Bekkouche, « Revue URBANISME N° 318, Mai- Juin 2001.
Dossier « Illégalités et urbanisation »
 », Insaniyat / إنسانيات, 13 | 2001, 221.

Référence électronique

Ammara Bekkouche, « Revue URBANISME N° 318, Mai- Juin 2001.
Dossier « Illégalités et urbanisation »
 », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 13 | 2001, mis en ligne le 28 février 2013, consulté le 27 mai 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/11279

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page