Navigation – Plan du site
Revue des revues

Patrimoine, identité, enjeux politiques.
Cahiers de recherche. Monde arabe contemporain, n° 6, Gremmo, Maison de l’Orient méditerranéen, Lyon

Abed Bendjelid
p. 222-223

Texte intégral

1Tel qu’il est entendu ici « le patrimoine culturel, recouvre un concept relativement nouveau, largement diffusé, dérivé de sens plus anciens très concrets et très matériels apparentés à fortune, héritage, propriété » ; ainsi, débute ce numéro thématique dont les articles se penchent sur cette perception du patrimoine, qui au delà de l’inventaire, conservation et études des traces matérielles et écrites, demeure pensée comme un concept paradoxal. Celui-ci est utilisé différemment par la puissance coloniale qui l’a introduit dans les sociétés du Moyen-Orient, lesquelles l’utilisent comme leur propre instrument en vue de se construire une identité ; c’est dire là, l’importance des enjeux politiques et culturels identifiés au sein des divers pays étudiés.

2En premier lieu, il faudrait relever la qualité de l’introduction collective, rédigée par Nabil Beyhum, Jean Claude David, Pierre Lombard et Elisabeth Longuenesse, qui met en lumière l’ambiguïté de ce mot et tente d’en « cerner des acceptations, la complexité et la largeur du champ de significations du terme ainsi que son évolution dans le temps ». En second lieu, les études de cas exposées portent en premier sur Beyrouth ("les enjeux de la préservation du patrimoine, Beyrouth 1990-1998") ; N. Beyhum montre comment le discours sur le patrimoine renaît au Liban, au début de la décennie 1990, autour de la reconstruction du centre-ville de Beyrouth, et comment ce concept est utilisé par les multiples acteurs intéressés par cette rénovation ; l’enjeu reste d’abord politique, ensuite idéologique et culturel. En effet, le débat instauré a permis d’imposer la notion de patrimoine à la société libanaise et ce, au delà de la spéculation foncière et immobilière.

3Dans le second article "le turâth comme construction de l’identité nationale au Qatar", A. Montigny décrit comment, en 1971 après le protectorat britannique, le pouvoir politique a « trouvé dans la notion de turâth (l’héritage/ le patrimoine culturel) un moyen d’exacerber le sentiment national » en fonction de sa stratégie. Toute la réflexion entre l’imaginaire est exposée à travers « se souvenir, mais effacer les traces du passé ». La contradiction de l’Emirat est clairement expliquée, quitte à bannir l’histoire ; le concept de patrimoine est manipulé pour asseoir une « identité nationale fragile parce que récente et concernant une société fragmentée par les appartenances tribales ». A partir de ce concept, G. el Kadi ("Eléments de réflexion sur les origines du patrimoine bâti en Egypte") montre l’ancienneté du mot de patrimoine qui véhicule la notion de préservation des monuments, pratiquée d’une manière discontinue depuis le Xème siècle. Mais encore une fois, le patrimoine architectural peut être perçu comme un obstacle à la modernisation de la ville. Enfin, le texte de N. Chevalier ("Enjeux et organisation de la recherche archéologique française au Moyen-Orient du milieu du XIXème siècle au lendemain de la Seconde guerre mondiale") donne une vue documentée et instructive sur la structuration et l’expansion de la recherche archéologique française au Machrek pendant un siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Abed Bendjelid, « Patrimoine, identité, enjeux politiques.
Cahiers de recherche. Monde arabe contemporain, n° 6, Gremmo, Maison de l’Orient méditerranéen, Lyon
 », Insaniyat / إنسانيات, 13 | 2001, 222-223.

Référence électronique

Abed Bendjelid, « Patrimoine, identité, enjeux politiques.
Cahiers de recherche. Monde arabe contemporain, n° 6, Gremmo, Maison de l’Orient méditerranéen, Lyon
 », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 13 | 2001, mis en ligne le 28 février 2013, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/11280

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page