Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Le travail en question (sous la direction de Nadir MAROUF) Paris, CEFRESS / L’Harmattan

Azziz Djellab
p. 109-113

Texte intégral

1On ne saurait énumérer l’ensemble des publications traitant de la question du travail et de l’emploi tant il est vrai que la montée du chômage et les incertitudes quant à l’avenir professionnel semble avoir suscité des interrogations souvent une tonalité alarmiste. L’ouvrage dirigé par Nadir MAROUF » tombe à point » pour renouveler une problématique et lui donner une autre orientation : Le travail en question se veut d’abord réflexion sur le statut économique et social sur ce que l’on peut appeler, de manière générique « le système de marché ». L’ouvrage, produit à partir de séminaires organisés par MAROUF dans le cadre du CEFRESS (Atelier « Fondements anthropologiques de la norme ») fait ainsi le point sur la problématique du travail, saisie à travers une pluralité de contextes : celui de l’école dans son rapport avec le monde des entreprises (Pédagogie des compétences/logique des compétences en milieu ), celui de l’articulation entre le travail et la formation en tant qu’outil de changement, et enfin, celui de l’émergence d’une nouvelle compétence, celle de la qualification sociale telle qu’elle est engagée par les dispositifs d’insertion. Ces interrogations qui prennent le plus souvent appui sur des enquêtes empiriques, sont agrémentées de réflexions théoriques quant à la valeur travail dans l’organisation sociale... dans les nouvelles formes de solidarité.

2C’est l’objet de la réflexion engagée par H. GRANE sur le rétrécissement que certains économistes assimilent plutôt à une recomposition (que l’on pense par exemple aux propositions actuelles relatives au partage du temps de travail, à ne pas confondre avec l’aménagement du temps de travail ni avec la notion de flexibilité économique). Cette recomposition du marché du travail s’accompagne indéniablement de paradoxe : ainsi, réfléchir à un nouveau modèle de « socialisation » en explorant un autre champ économique génère une précarisation grandissante. Penser le travail, le situer dans son historicité et dans son actualité ne peut faire l’économie d’une référence à la question sociale. GRANE montre bien comment le modèle de la société salariale s’est progressivement identifié à un modèle de progrès social (ce fût le cas de manière tangible lors des « Trente glorieuses ») pour devenir une sorte de catalyseur des rapports et des temps sociaux (temps de travail et de non-travail). La crise de l’emploi est également une crise du social. Le développement économique ou ce que les économistes identifient à la croissance génère également de l’exclusion : » Il devient de plus en plus difficile de défendre un social/.../ quand la modernisation de la société qui doit normalement s’opérer avec la possibilité de la population active d’y participer, se réalise à l’aide d’un mode de socialisation qui exclut une partie de plus en plus importante de cette même population » (GRANE, p. 27). La lutte contre l’exclusion du monde du travail prend des formes qui incitent pour le moins à des interrogations ! Ainsi en est-il des emplois de proximité tant « vantés » par l’économie solidaire. C’est toute l’ambiguïté entretenue entre le Travail (comme activité professionnelle codifiée et s’intégrant dans la logique assurantielle) et l’Activité (comme occupation et prestation de services, des services qui se définissent moins par une compétence spécifique que par le fait de « libérer » le prestataire d’un temps à lui). Le risque étant de renforcer une dualité déjà observée entre le travail salarié classique et les formes d’emploi précaires.

3S’il existe un débat constamment renouvelé dans le champ des Sciences Sociales en général, et celui des Sciences de l’Education en particulier, c’est de celui de la relation Formation/Emploi qu’il s’agit. Ainsi, et s’agissant de l’accès à l’emploi, les premières études portant sur l’insertion s’attachaient à mettre en corrélation le diplôme ou qualification et l’accès à l’emploi (les enquêtes menées au début des années 70 par le CEREQ prenaient le diplôme comme principale variable rendant compte des modalités d’insertion).

  • 1 Voir les travaux de Lucie TANGUY, en particulier « L’introuvable relation Formation-Emploi », Paris (...)

4La formation professionnelle et plus précisément, la notion de qualification ont été (et sont toujours) l’objet de débats et de controverses. La problématique de la qualification est au centre de la polémique dans la mesure où elle met aux prises diverses institutions (notamment l’Education Nationale et les Entreprises). A la suite de débats déjà engagés par des auteurs1, l’article de F. ROPE tente de réfléchir à la notion de Compétence, saisie au travers de ses usages tant dans le milieu scolaire (ou l’on parle de « pédagogie des compétences ») que dans le monde des entreprises (où prévaut une « logique de compétences »). La problématique est ainsi formulée : » Nous chercherons ici à identifier les changements visant à mettre en place une pédagogie des compétences dans le secteur éducatif et une logique des compétences dans le secteur du travail » (p. 74). ROPE montre ainsi comment, dès le début des années 80, une politique volontariste a contribué au rapprochement entre le monde scolaire et le monde des entreprises, sur fond de valorisation du savoir, un savoir dont l’acquisition n’est plus lié au seul contexte de l’école. Ce rapprochement innove en ce qu’il donne lieu à des débats en participant à la définition des contenus du savoir. Les programmes scolaires vont progressivement adopter la notion de compétences (au pluriel) au dépens de celle de capacités. Mais le recours à la compétence, définie au regard de la mise en place des référentiels, renferme un souci de classification et de hiérarchisation intellectuelle (savoirs et savoir-faire) via des méthodes d’évaluation quasi-positives. Si la compétence se ramène à un savoir dans l’institution scolaire, dans l’entreprise, elle est identifiée à un savoir-faire, celui que requiert l’activité professionnelle. « Un ensemble d’outils destinés à objectiver et mesurer les données nécessaires pour appliquer « la logique des compétences » va être construit permettant de rendre compte de l’évaluation des compétences requises par les emplois, et de l’évaluation des compétences requises par les salariés » (p. 94).

5La logique des compétences telle qu’elle est définie et recherchée par les entreprises n’est pas sans effet sur la compétence reconnue dans le monde scolaire. Ainsi, le discours dominant dans le monde du travail tend à mettre en valeur les compétences acquises dans et hors du travail en en faisant une référence par opposition aux diplômes scolaires, le tout sous couvert de démocratie et d’égalité des chances ! ROPE montre ainsi comment les critiques dirigées vers le système scolaire (notamment l’inadéquation de son programme par rapport aux exigences professionnelles) par le monde des entreprises n’empêchent pas quelques similitudes sur un plan pédagogique : à l’école, comme en entreprise, les compétences sont désormais ramenées à l’acquisition de savoirs et de savoir-faire par l’individu, un individu défini comme un Acteur de son apprentissage. Du coup, l’individualisation du rapport aux compétences produit-elle des différences et génère-t-elle une hiérarchie des compétences.

6La relation Formation-Emploi a souvent été pensée en terme d’inadéquation ou de dysfonctionnements institutionnels. L’article de Richard WITTORSKI propose un nouvel axe d’interrogation : il s’agit de voir en quoi la situation de formation en entreprise peut être un vecteur de changement organisationnel et ce, jusque dans les manières qu’ont les individus à penser le travail. Le point de vue se veut dialectique : » Nous tenterons de préciser en quoi ce type de dispositif de formation dépasse les pratiques de formation déductive et ouvre la voie à des pratiques de formation ancrée sur les situations de travail. Il produit une transformation conjointe des opérateurs eux-mêmes » WITTORSKI, (p. 123). Partant du cas d’entreprises au Québec et en France, l’auteur rapporte le contexte économique et ses exigences en matière de formation. Ainsi, la flexibilité et la concurrence obligent les dirigeants à penser constamment les réajustements nécessaires et surtout la polyvalence des compétences. Cette polyvalence s’opère via une mobilisation collective des salariées et le recours à la formation en tant qu’instrument de changement. Si l’entreprise devient formatrice, elle se veut également attentive aux capacités réelles développées par ses salariés. L’auteur fait référence aux travaux du socio-cognitivisme (PIAGET et par la suite, les recherches de W. DOISE) pour montrer l’impact du conflit socio-cognitif dans des situations d’apprentissage. Le changement à partir de situations de formation concrètes ne peut être saisi que si l’on considère le contexte de travail comme situation « interactive » entre les salariés. Après avoir rappelé le cadre théorique et méthodologique de son enquête et opéré une nuance entre la recherche et l’action. WITTORSKI rapporte le déroulement de la situation de formation et de restitution au sein des groupes opérateurs, soutenue par un regard critique et constructif à l’égard de la situation de travail. Génère des « compétences collectives ». Ainsi se trouve mis en évidence le fait que la formation en entreprise va au-delà d’un rapport instrumental (ou d’un rapport d’adaptation) pour toucher la sphère des représentations du travail et de son statut.

7La crise de l’emploi touche plusieurs catégories sociopolitiques. Deux catégories retiennent l’attention : celle des chômeurs de longue durée et celle des jeunes. La contribution de Dorothée CHERET fait le point sur le chômage juvénile et surtout, sur les dispositifs d’insertion en tant que terrain de socialisation en la rapprochant d’une notion, chère au courant de l’individualisme méthodologique, à savoir « la qualification sociale ». Cette qualification tient d’abord à un problème de sens. Si l’enjeu des formations dites « par alternance » rapprochent les jeunes des situations de travail, elles ont pour principal mérite d’articuler le savoir avec le savoir-faire et partant, de conférer du sens à l’action. Analysant tour à tour les terrains et contextes professionnels et sociaux où se vit l’expérience juvénile, CHERET s’interroge sur les enjeux sociaux liés à la formation, que l’on se situe avec les jeunes, les centres de formation où les entreprises. Avec l’introduction de la catégorie de « tuteur » en entreprise, une nouvelle symbolique de l’apprentissage a vu le jour : celle du rapport affectif qui peut lier les jeunes à ces médiateurs, supposés leur faciliter l’accès au savoir et l’acquisition de compétences professionnelles.

8Ainsi, l’offre de travail n’amène pas seulement des interrogations liées au seul contexte économique ; elle soulève également des questionnements relatifs à des institutions diverses telles l’école ou le monde de la formation professionnelle. Peut-être que la question de l’adéquation Formation/Emploi constitue un faux-débat ? Marouf formule en ces termes les enjeux idéologiques et économiques qui se profilent derrière ce débat « chaud » : « Une autre question subséquente consiste à se demander si, sous termes de « compétence » et de « qualification », le système patronal n’est pas entrain de glisser vers la détention d’un monopole de fait qui éliminerait tous les garde-fous qui ont permis jusque-là d’éviter que tout le système éducatif, y compris l’école et l’université, ne s’aligne sur les institutions de formation pour l’emploi. Autrement dit, sous le prétexte d’une telle verbalisation, la dimension éducationnelle, citoyenne et libérale (au sens où la définissait Jaspers) de l’école n’est-elle pas en passe de disparaître au profit d’une conception plus besogneuse, trouvant, par ailleurs adeptes et militants pour la servir, et réduisant les défenseurs de l’autre thèse à une minorité parasitaire et tout à fait marginale ? ».

9On le voit, le débat autour du travail et de l’école n’est pas épuisé. Les axes proposés dans cet ouvrage devraient éclairer tout ceux, chercheurs, étudiants et praticiens, soucieux de penser le travail et son statut au regard des institutions et des attentes sociales.

Haut de page

Notes

1 Voir les travaux de Lucie TANGUY, en particulier « L’introuvable relation Formation-Emploi », Paris, La Documentation française, 1986 ; Voir également « La formation : une activité sociale en voie de définition » in Traité de sociologie du travail (Sous la Direction de M. De Coster & F. Fichault), Bruxelles, De Boeck, 1994.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Azziz Djellab, « Le travail en question (sous la direction de Nadir MAROUF) Paris, CEFRESS / L’Harmattan », Insaniyat / إنسانيات, 1 | 1997, 109-113.

Référence électronique

Azziz Djellab, « Le travail en question (sous la direction de Nadir MAROUF) Paris, CEFRESS / L’Harmattan », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 1 | 1997, mis en ligne le 21 mai 2013, consulté le 18 août 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/11465

Haut de page

Auteur

Azziz Djellab

Université de Picardie / CEFRESS

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page