Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Professions scientifiques en crise : ingénieurs et médecins en Syrie, Egypte, Algérie

Mohamed Madani
p. 113-118
Référence(s) :

Dossier présenté par la revue Tiers-Monde n° 143 coordonné par Elisabeth LONGUENESSE et Roland WAAST*

Texte intégral

1Voilà un dossier sur les corps professionnels qui est le bienvenu puisque les contributions sur ce plan restent encore rares en Algérie malgré certains travaux, notamment sur les médecins, qui commencent à émerger ici et là (cf. Les recherches de Melle Hallouma CHERIF sur les représentations du corps des médecins menées au CRASC).

2En ouverture, E. LONGUENESSE et R. WAAST décrivent les conditions historiques de développement des professions d’ingénieur et de médecin dans le région en mettant en relief les modalités de leur entrée dans la région en mettant en relief les modalités de leur entrée dans une profonde crise économique, sociale et identitaire. L’analyse du contexte de départ (segmentation sociale sous des formes diverses, modèles de développement initiés par les Etats modernisateurs, massification et banalisation des formations supérieures, dominance du politique et accaparement de l’espace public avec contrôle des organisations professionnelles) va se poursuivre par la mise en évidence de la crise de l’Etat modernisateur : érosion des rentes, chômages, inflation, spéculation avec l’élargissement du fossé séparant les différentes strates de revenus, frustrations des classes moyennes touchées par l’austérité et, indice significatif de la dégradation et fracture sociale, le passage des exclus du système au mouvement social, etc...

3Cette nouvelle configuration des rapports sociaux va se répercuter sur les professions d’ingénieur et de médecin sachant le rôle économique et idéologique (légitimation) essentiel que l’Etat a joué dans l’essor de ces métiers. En effet, le désengagement de l’Etat et le rétrécissement de l’"horizon, d’emploi" va frapper de plein fouet les franges inférieures du corps des ingénieurs désormais touchées par la paupérisation tandis que les médecins portés par un idéal de professionnalisation privée vont se redéployer en tirant de tous les gisements de demande.

4Partant de là, les auteurs tentent de retrouver les « trajectoires de crise » de ces deux groupes professionnels pour lesquels les modèles professionnels et les systèmes de formation jouent différemment : si pour les médecins, il n’y a pas d’effet sur les carrières des études ou diplômes qui sont plus ou moins semblables, il n’en va pas de même des ingénieurs dont les normes et idéaux de groupe ainsi que la position et le statut dans la production en sont marqués.

5La crise aidant, le groupe des ingénieurs va entamer sur lui-même un travail de construction se traduisant par une différenciation interne selon les pays : en Algérie, par exemple, les ingénieurs de production minorés statutairement passent à la protestation au moment où une fraction du même corps rejoint les personnels ministériels où elle met en avant sa conception corporatiste de la société. Le mérite de ce dossier est d’introduire à l’étude de cette différenciation mais des monographies plus fouillées par pays devrait éclairer sur les modalités socioculturelles de ce clivage (structures familiales ou tribales, clientélisme, réseaux sociopolitiques, etc...).

6La situation des médecins se présentent autrement puisque malgré les différences (origine sociale, génération, richesse, lieu d’exercice) et les stratifications (hospitaliers / simples médecins, public/privé), les acteurs de ce groupe « restent agrégés en un ensemble flou et maintiennent un esprit de corps au nom du libéralisme économique ». Cette introduction se termine par une ouverture sur l’avenir. La construction de l’identité professionnelle passe par la production d’idéologies et leur traduction sur le terrain social et politique.

7C’est cette dynamique de mobilisation dans le cours de son déroulement qu’analyse Ali EL-KENZ dans l’article « Les ingénieurs et le pouvoir » en partant des places et rôles de ce corps professionnel dans les sociétés arabes et des mutations qu’il traverse en liaison avec la crise de l’Etat.

8Appelant à une analyse fine tenant compte de la diversité des cas, l’auteur commence par dégager les racines historiques d’émergence de cette catégorie dont les relations avec les systèmes de pouvoir portent aujourd’hui encore la marque de cette période, même si des changements importants et accélérés se produisent sous nos yeux et sont appelés à s’approfondir dans l’avenir proche. En effet, une partie de plus en plus grande des ingénieurs ne participent plus de la fonction de légitimation du pouvoir et, dans certains cas, passe à la contestation (Algérie, Egypte, etc...).

9Ce phénomène est alimenté par les effets de la crise du « néolibéralisme mondial » sur les systèmes économiques et politiques arabes et partant sur le groupe des ingénieurs dont l’emploi, les revenus et les statuts sont affectés. Face à une situation de décomposition économique et de rétrécissement des possibilités externes (arrêt de l’émigration), les membres de cette catégorie professionnelle touchés par la paupérisation sont amenés à s’organiser. Il y a lieu de noter, toutefois, que l’émergence de ces noyaux de société civile est loin de s’opérer dans des « espaces sociaux vides » puisque, malgré son affaiblissement, le pouvoir tente de conserver son emprise sur les organisations des corps professionnels. Le cas syrien est éloquent à ce propos (voir article de SARI HANAFI).

10Une analyse du rapport des ingénieurs au mouvement social dans le monde arabe montre une hétérogénéité en fonction des sociétés (système étatique rentier ou non, régime libéral avec ou sans rente). En Iraq, la logique prévalente est celle du « patriotisme sociale » en réaction à l’injustice de la guerre et aux retombées de l’embargo. De fait, la reconstruction du pays qui devient un "défi national" va mobiliser cet acteur fonctionnant comme groupe professionnel mais aussi en tant qu’élite dont le leadership est accepté. Dans le cas de pays comme l’Egypte et l’Algérie, la logique de prolétarisation prévaut précipitant les couches inférieures du corps à l’organisation et l’opposition aux nouvelles orientations des pouvoirs. La trajectoire est différente dans les économies libérales (Maroc, Tunisie, Jordanie) où la catégorie sociale des ingénieurs va se diviser davantage sur la base des origines sociales en développant une frange inférieure défendant un modèle corporatiste mais refusant toute politisation de son action.

11Comme pour répondre au souci de spécification auquel invitait Ali EL- KENZ, Hocine KHELFAOUI qui aborde l’analyse des itinéraires et statut social des ingénieurs de production et médecins du travail enracine son travail en Algérie. Le but de cette contribution est de décrire un itinéraire solidaire de ces deux catégories caractérisé par l’ambiguïté de leur statut socioprofessionnel et leur infériorisation dans leurs corps respectifs et d’analyser une double logique identitaire (référence au corps, mais aussi à l’entreprise) reposant sur un système de valeurs hybride. Au départ, l’émergence de ces deux catégories renseigne sur la cristallisation de deux tendances au sein du pouvoir d’Etat dont une fraction socio-politique (qui assure la tutelle du secteur industriel) tente de s’autonomiser par rapport aux centres de pouvoir représentés par le système éducatif classique. Cette donnée originaire va se retrouver par la suite au niveau du statut social de ces catégories puisque, pour les ingénieurs par exemple, une division du travail va s’instaurer entre les I. P. affectées aux fonctions d’encadrement technique et les ingénieurs d’Etat qui s’occupent de fonctions administratives et de gestion. Cette situation va se refléter au niveau des représentations sociétales qui valorisent les catégories venant des cursus académiques avec un « effet de corps » si puissant qu’il influence les I. P. eux-mêmes dont la recherche d’identité professionnelle se fait en dehors d’eux (adoption du référentiel dominant). Aussi, cette dépréciation va toucher les M. T. dans leur propre territoire avec la concurrence désormais consacrée suite à l’ouverture de l’entreprise aux médecins de la santé publique. Tiraillés entre deux systèmes de référence en situation de concurrence, les catégories étudiées dont les attitudes et comportements traduisent cette ambiguïté, vont rechercher leur identité (qui reste déterminée par le titre originel) en dehors du champ professionnel.

12L’intérêt de l’article est aussi de tenter de situer les reconversions en cours de ces corps professionnels en liaison avec les transformations économiques actuelles et les recompositions globales du système socio-politique qui est entrain de "passer" d’un système de groupe à filiation verticale à un système de réseaux ». La reconstruction identitaire en gestation est-elle annonciatrice d’un réaménagement hiérarchique ?

13L’article de SARI HANAFI « Ingénieurs et ouverture économique en Syrie et en Egypte. Un groupe professionnel en quête d’identité » s’inscrit tout entier dans cette problématique puisque l’objectif est de saisir le jeu du groupe des ingénieurs en tant qu’acteur à la recherche d’un rôle, à la fois, dans le développement économique et dans la formation d’une nouvelle société démocratique. L’auteur compare les cas de la Syrie et de l’Egypte prenant en compte les différences de degré de la libéralisation économique et politique en cours et l’étendue de l’emprise de l’Etat sur les formes d’organisation des groupes professionnels. L’analyse va se focaliser sur les deux stratégies que développent les effets de la crise sociale, économique et politique : collective (mobilisation syndicale), individuelle (projets de développement dans le privé).

14Si en Syrie, les organisations professionnelles demeurent une expression du corporatisme d’Etat où le pouvoir intervient durement pour la mise au pas des syndicats autonomes, il en va autrement en Egypte où depuis le début des années 1980 ces « institutions de la société civile « vont jouer un rôle important dans le processus de démocratisation et la mise en oeuvre de projets de développement économique (favoriser la création de petites entreprises, organisation par soi-même d’unités économiques de production). Force contestataire dans ce dernier cas, le groupe des ingénieurs s’oppose à l’autoritarisme politique et prône un type de développement endogène basé sur les petites entreprises.

15Le mérite de cette contribution est de mettre l’accent sur l’impact du degré de libéralisation sur la situation des organisations professionnelles. Mais la question reste entière de savoir jusqu’à quel point les pouvoirs en place dans les pays arabes peuvent tolérer une expression autonome des organisations professionnelles.

16De son côté, Sylvia CHIFFOLEAU s’emploi à suivre les « itinéraires médicaux en Egypte ». Adoptant une approche diachronique, elle montre le caractère relativement précoce (dès 1842) de l’implantation de la médecine en Egypte où le corps professionnel a emprunté une trajectoire proche de celle des confrères européens avec lesquels existe une certaine proximité culturelle (valorisation du modèle libéral d’exercice).

17Jusqu’en 1952, le développement de cette catégorie n’est pas accompagné de celui du système sanitaire national où la majeure partie des zones rurales demeure exclue de l’accès aux prestations de santé.

18Avec la prise du pouvoir par NASSER, la médecine s’oriente vers le fonctionnement en décalage par rapport au monde de représentation de soi de la culture du groupe professionnel. Désormais, le médecin est considéré comme le vecteur de la diffusion de l’idéologie moderniste et étatiste. Les effets sont les mêmes que ceux que nous connaissons en Algérie : explosion de la démographie médicale, béance entre l’industrialisation-bureaucratisation et la professionnalisation numérique, dégradation du niveau d’enseignement, etc...

19Cette dynamique va accentuer la bipolarisation entre de « véritables dynasties médicales » (8 % de la profession) qui disposent de tous les moyens nécessaires au travail et des « sortes d’officiers de santé » touchés par le chômage, le travail hors secteur, le déclassement, l’occupation des postes délaissés (santé publique, pratique en milieu rural) et l’exclusion de la consommation (deux tiers des membres de cette catégorie sont célibataires). La bipartition ainsi observée qui recoupe une différence de génération est l’indice de la dégradation du système de santé publique rejeté par les médecins car il constitue le lieu de l’avortement de la réalisation de soi. A l’extrême, l’exercice en milieu rural est vécu comme un « purgatoire ».

20La dernière partie de l’article aborde les évolutions actuelles où les recompositions mettent au premier plan une dynamique de transformation professionnelle orientée sur la clientèle privée. Si l’exercice en cabinet privé est le but ultime et le symbole de l’accomplissement mais dont la réalisation est de plus en plus fermée aux nouveaux praticiens, des formes d’adaptation multiples plus ou moins acceptables sont recherchées à travers des initiatives en parallèle au secteur public : système contractuel qui permet d’être dans le privé sans supporter le poids de l’investissement, cumul de plusieurs modes d’exercice (public et privé) mobilisant les ressources disponibles, etc...

21Cette tendance à la privatisation conjuguée à la saturation des milieux traditionnels de pratique pousse aujourd’hui les jeunes médecins vers la province et les zones urbaines défavorisées relançant le processus de médicalisation sans, pour autant, supprimer les inégalités existantes.

22Enfin, il faut signaler l’article d’Elisabeth LONGUENESSE « Ingénieurs et médecins en Syrie : formation, emploi, statut social » où l’auteur fournit et analyse les données statistiques de base en rapport avec le thème.

23Dossier intéressant où les analyses croisées qui le constituent permettent de voir à travers les évolutions conflictuelles et les itinéraires comparés des corps professionnels étudiés les mouvements qui travaillent les sociétés arabes en profondeur.

Haut de page

Notes

* Les travaux qui ont donné lieu à ce dossier ont été soutenus par une action scientifique programme de l’O.R.S.T.O.M. et C.N.R.S

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mohamed Madani, « Professions scientifiques en crise : ingénieurs et médecins en Syrie, Egypte, Algérie », Insaniyat / إنسانيات, 1 | 1997, 113-118.

Référence électronique

Mohamed Madani, « Professions scientifiques en crise : ingénieurs et médecins en Syrie, Egypte, Algérie », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 1 | 1997, mis en ligne le 21 mai 2013, consulté le 29 avril 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/11467

Haut de page

Auteur

Mohamed Madani

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page