Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Les nouvelles formes de domination dans le travail

Faouzi Adel
p. 118-121
Référence(s) :

A propos des numéros 114 et 115, 1996 de la revue Actes de la Recherche en Sciences Sociales

Texte intégral

1La revue actes de la recherche en sciences sociales, dirigée par Pierre BOURDIEU a consacré deux numéros (114 et 115 septembre et décembre 1996) aux nouvelles formes de domination dans le travail. Tout le monde sait que le concept de domination est central dans la théorie de BOURDIEU. C’est à l’intérieur de cette problématique que les différentes contributions tentent de percer les illusions qui entourent la modernisation des entreprises. Ainsi l’article de Michel PIALOUX étudie les conditions dans lesquelles s’est opérée la modernisation » à la japonaise » dans certains ateliers de l’usine Peugeot de Sochaux. La mise en oeuvre des principes du nouveau management participatif, même s’il impose de nouvelles contraintes, mobilise les plus « jeunes » ouvriers et disqualifie progressivement les « vieux » qui se retrouvent ainsi en lutte constante avec leurs cadets. Mais il ne s’agit pas là d’un simple conflit de générations. Le passage par l’école et l’assurance que donne le titre scolaire aux « jeunes », produisent des valeurs « jeunes », produisent des valeurs qui recoupent la demande de l’entreprise.

2Dans le même numéro, l’article de Stéphane BEAUD analyse l’ouverture de la filière de bacs professionnels (nécessitée par l’émergence de nouveaux métiers de l’industrie métallurgique) comme une possibilité pour les élèves de poursuivre leurs études mais aussi comme un moyen d’introduire la contradiction au sein même des ateliers puisque ces nouveaux stagiaires qui font l’apprentissage de la rationalisation productive prennent en même temps conscience de la distance sociale qui les sépare de leurs pères ouvriers. L’article pose ainsi le problème de la « progressive disparition de la transmission d’un héritage ouvrier au travail par des pères socialement affaiblis par l’insécurité économique et par leur moindre représentation politique et syndicale ».

3L’article de M. GOLLAC et Serge VOLKOFF prolonge le débat en évoquant une des évolutions majeures du travail : son intensification. Contrairement à ce qu’on avait cru, la modernisation des entreprises (progrès technique, automatisation, nouvelle organisation du travail), ne met pas fin à la pénibilité du travail. Les fluctuations du marché obligent l’entreprise à exercer des contraintes sur le rythme du travail et le cumul des tâches. Ce qui légitime l’entreprise dans sa volonté d’évaluer le travail fait, rendant ainsi caducs, les dispositifs participatifs.

4Cette idée d’un monde ouvrier qui se défait est parfaitement illustrée dans le numéro suivant (115) par le récit que raconte Lionel DUROY. Parce qu’il voulait voir de près cette déroute, il s’est fait embaucher dans une fabrique de pompes à eau où travaillaient des Français et des immigrés. Face à une réalité désenchantée où les rapports de domination imposés par le patronat se doublent d’une division à l’intérieur même des dominés entre noirs, maghrébins et Français et entre hommes et femmes. Il ne s’agit plus pour eux de s’investir, ni de s’impliquer, ni de montrer un intérêt quelconque pour le travail, mais de faire juste ce qu’il faut, le temps qu’il faut (pas une seconde de plus), pouvoir préserver une certaine estime de soi. Cette absence mentale de l’univers du travail permet d’idéaliser la vie hors usine : les ouvriers Français rêvent souvent à un autre travail plus valorisant loin du voisinage des immergés et ces derniers à un retour en fanfare au pays. La mauvaise foi collective qui permet aux ouvriers d’oublier leur condition (la modernisation fait peser une menace constante de licenciement) est aussi ce qui les fragilise en livrant chacun d’eux à un avenir sans perspective. Il manque ici une parole militante qui permettrait de réhabiliter la « cause ouvrière ». Or "le travail de démoralisation et de démobilisation des militants ouvriers, mené dans le champ politique médiatique et intellectuel, depuis une quinzaine d’années, a contribué aussi efficacement que la crise, à la désyndicalisation, à la démobilisation de la base et au découragement ».

5L’ampleur du chômage aujourd’hui en Europe, constitue l’arrière-plan sur lequel se joue tous les drames liés à l’emploi. On pourrait croire que les femmes, maillon le plus faible de la chaîne sont touchées par cette dépression. Erreur. Margaret MARUANI montre que l’emploi féminin prospère à l’ombre du chômage. Entre 1975 et 1995, la population active en France s’est accrue de 3.3 millions de personnes dont 2.8 millions de femmes et 500.000 hommes. Depuis plus de vingt ans, en France comme en Europe, nous dit l’auteur, « ce sont les femmes qui ont assuré le renouvellement et l’élargissement de la population active ». Comment expliquer ce paradoxe ? Le fait est que le modèle dominant chez les femmes, aujourd’hui, ce n’est plus celui du choix (entre travail et famille), ni celui de l’alternance (travailler, s’arrêter, retravailler) mais celui du cumul.

6Il y a donc une activité continue qui pose problème en temps de crise et réveille les vieux réflexes des technocrates qui voient dans la main- d’oeuvre féminine, une réserve pour gérer la pénurie d’emplois. Le salaire maternel n’est qu’une manière déguisée de demander du marché du travail et de laisser leur place aux hommes. N’est-ce pas un débat de toute actualité qui déborde les frontières d’un pays et qui nous rappelle à nous Algériens que, malgré les chiffres dérisoires de l’activité féminine, l’objectif est le même : imposer une représentation de la famille qui fasse du travail féminin une exception, en invoquant la nature maternelle (et maternante) de la femme. On voit bien que si la crise n’a pas chassé les femmes de l’emploi, elle a durci les conditions dans lesquelles elles travaillent en les soumettant à une double pression : la menace du chômage et la pression morale du retour au foyer.

7Deux autres articles méritent notre attention, celui de Charles SOULIE, sur la précarité dans l’enseignement supérieur et celui de Loïc J. D. WACQUANT sur la généralisation de l’insécurité salariale en Amérique. Le premier met en relief un moment de crise pour les jeunes docteurs sortis de l’université dont on a pourtant financé la thèse et qui découvrent le décalage qui existe entre leurs aspirations. Le deuxième nous fait découvrir dans la prospère Amérique une contradiction flagrante entre un net regain de croissance et une insécurité de l’emploi qui résulte de la remise en cause du pacte social paternaliste. Les patrons ne se gênent plus pour procéder à des licencie­ments de masse, instaurant ainsi une « précarité salariale » qui touche aussi bien les classes moyennes que les catégories « déterminantes » (noirs, femmes, pauvres) soup­çonnées de bénéficier d’avan­tages indus. L’une des explica­tions à cette absence de résistance à ces débauchages réside dans la prégnance de l’ethos de l’individualisme mérito­cratique qui veut que chaque salarié soit seul responsable de son destin ».

8Faut-il penser que les formes de résistance collective qui se pratique sur le vieux continent ont encore quelque vigueur ? Tout porte à le croire si on lit attentivement le journal de grève tenu par Paul BARETS sur le mouvement des cheminots Français durant l’hiver 1995. Malgré la maigreur des « acquis » (maintient du système de retraite contre lequel buttaient les cheminots), le profit est hautement symbo­lique puisqu’il a permis à des univers professionnels variés de se connaître et de faire l’expérience d’une certaine communauté d’intérêt.

9Un dernier mot sur la méthode. Il apparaît que la qualité des articles est liée au refus du dogmatisme métho­dologique et à l’exploitation dans une même recherche de tous les outils qui peuvent la servir (statistiques, analyse de textes, entretiens...), mais une préférence s’impose nettement pour l’observation participante qui n’est pas l’observation clas­sique, fondée sur une adhésion à l’objet, mais bien le contraire et que Bourdieu nomme "l’objectivation participante" qui suppose un retour réflexif du chercheur sur les conditions mêmes de l’observation qu’il pratique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Faouzi Adel, « Les nouvelles formes de domination dans le travail », Insaniyat / إنسانيات, 1 | 1997, 118-121.

Référence électronique

Faouzi Adel, « Les nouvelles formes de domination dans le travail », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 1 | 1997, mis en ligne le 21 mai 2013, consulté le 29 avril 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/11468

Haut de page

Auteur

Faouzi Adel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page