Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Histoires(s)

Fouad Soufi
p. 175-182
Référence(s) :

Histoires(s) : ED-DAKIRA [Mémoire].Revue des études historiques sur la Résistance et la Révolution publiée par le Musée National du Moudjahid
- 2é année n° 2, Printemps 1995
- 2é année n° 3, Automne 1995

Texte intégral

1Le plus grand mérite de cette revue est d’exister et notre plus grand espoir est de la voir durer. Par delà les vœux, il y a la réalité des textes qui nous sont proposés à la lecture. Des problèmes de fond sont posés : l’histoire est-elle réductible à la mémoire ? Peut-on ignorer la production histographique ? L’histoire n’est-elle qu’un discours sur le discours ?

2Le n° 2 est consacré, en partie, aux Evènements du 8 mai 1945. Il faut d’abord relever que ce numéro débute et s’achève par un texte et un poème du Shaykh Béchir Brahimi alors président de l’Association des Uléma. La présence de l’ottomaniste Nacerdine Saïdouni est assez inattendue. Cette virée dans la période contemporaine mériterait une explication d’autant que l’article n’est suivi d’aucune note, d’aucune référence.

3Le contenu des cinq autres études est ce qu’il est. Il oscille entre le discours militant et une tentative d’approche scienti­fique que veut justifier la présence de notes et de références biblio­graphiques.

4Il se trouve que la liste biblio­graphique globale portée in fine ignore deux livres consacrés entièrement et uniquement aux Evènements du 8 mai 1945 et rédigés par des Algériens : Redouane AINAD-TABET et Boucif MEKHALED. Par contre les ouvrages de Jacques Jurquet, Alain de Sérigny semblent faire l’unanimité. Les livres de Abdel Qassem Saadallah et de Chadli Mekki sont incontournables.

5Dans ce même numéro, deux études plutôt stupéfiantes : en 30 pages de texte Tahar Benkharfallah prend le pari de nous expliquer les changements économiques, sociaux et politiques de la campagne algérienne de 1830 à 1962 et Souheil Khaldi, à partir de ses lectures de Abedlaziz Douri, Larbi Ould Khalifa et du philosophe égyptien Mohamed Qassim, nous décrit la guerre des concepts en Algérie où il veut trouver un nationalisme rural et un nationalisme pseudo-urbain....

6Les numéros 2 et 3, renferment trois articles sur l’Organisation Spéciale (l’O.S.). Pour Hassan BOUMALI, enseignant à l’Institut des Sciences Politiques, O.S. signifie organisation militaire (armée) secrète, Amar Bouhouche confirme qu’il s’agit bien de l’Organisation Spéciale et Mohamed Hassan Zeghidi (directeur du Musée et de la revue) se veut consensuel : Organisation secrète spéciale.

7Passons sur l’anecdotique. H. Boumali va chercher l’origine de l’O.S. dans le CARNA mais n’a pas lu la contribution de Mahfoud Kaddache présentée en 1987 lors du Colloque sur le P.P.A. Il est vrai que l’auteur travaille uniquement à partir de sources de seconde main. Amar BOUHOUCHE en établissant le lien entre l’O.S. et le F.L.N. a au moins le mérite d’indiquer à ses lecteurs la majeure partie des écrits sur la question. Peut-on s’empêcher de noter qu’aucun auteur ne cite l’autre !

8Il faut relever, dans le numéro 2, un état des études historiques menées en Algérie de 1962 à 1987, présenté par Djamel GUENANE. L’auteur estime à 60 le nombre d’ouvrages d’histoire. L’histoire de l’occupation coloniale et de la Révolution d’une part et l’histoire politique sont largement majoritaires. Il faut vraiment regretter que l’auteur n’ait pas actualisé son rapport

RAWAFID [Confluents]. Revue de l’Institut Supérieur d’Histoire du Mouvement National. (Tunis) vol. 1 n° 1, 1995

9Soeur tunisienne de la précédente mais d’une toute autre qualité. Modestement, avec des moyens pas toujours à la mesure des efforts qu’ils consentent, ni de leurs ambitions, nos amis tunisiens produisent plus, mieux et bien.

10Ce premier volume est consacré pour une large partie à l’histoire du mouvement national. Loin de s’enfermer dans une vision hagiographique de l’Histoire du mouvement national tunisien, l’Institut encourage une approche plurielle où les réflexions sur la méthode renforcent le débat sur l’histoire. Et apparemment l’histoire tunisienne pose problème.

11Hassan Raouf HAMZA explique le manque d’intérêt des historiens tunisiens pour l’histoire du mouvement national, par le fait que cette histoire est « perçu... comme une histoire surveillée et verrouillée qui est faite souvent de silence, de prudences et d’omissions...et qui a toujours à compter avec la raison d’Etat, le bon plaisir du prince... » et de proposer quelques hypothèses pour le débat. Reste à savoir si vraiment « l’histoire a constitué une pièce maîtresse du dispositif colonial français », si vraiment « la France allait se servir de l’arme de l’histoire pour parachever son oeuvre et entreprendre la conquête des âmes » Pour Hamza, l’histoire enseignée par Bechir Sfar - l’aîné de notre Mubarak El Mili - est dépassée et il y a « urgence aujourd’hui de repenser notre histoire, de lui donner sa matière et sa méthode et de lui fixer de nouveaux axes et horizons de recherches... En somme une histoire qui aiderait le Tunisien... à mieux se connaître et à mieux se penser dans le temps... », Vaste programme. Mais n’y a-t-il pas là également « conquête des âmes » ? Le problème du statut de l’histoire et de sa fonction sociale reste entier en Tunisie et en Algérie. Visiblement nous avons besoin d’un bilan serein de l’historiographie coloniale, d’évaluer sans complaisance son impact sur nos histoires nationales pour mieux discerner l’envers de l’endroit.

12Mohamed El Hadi CHERIF, dans son Essai d’évaluation de l’histoire du mouvement national est moins systématique. Tout n’est pas noir et tout n’est pas blanc et de suggérer d’étudier les changements intervenus entre 1881 et 1956, changement économiques, démographiques, culturels, changements des mentalités et changements politiques.

13De son côté, Habib BELAID se demande à travers un article sur les P.T.T. dans la Régence de Tunis (1847-1955) si la destruction régulière du réseau télégraphique tunisien est une forme d’« une résistance anticoloniale puis nationaliste ou une résistance à un progrès technologique non maîtrisé » ? Le télégraphe devient le symbole du pouvoir beylical et des étrangers. Il est détruit à chacune des révoltes avant et après 1881. Aussi, « l’année 1881, n’aurait été qu’une accélération et une confirmation de cette pénétration devenue militaire... »

14Le dossier bibliographique que présente Kmar KCHIR-BENDANA est une sorte de point sur cette vague éditoriale française sur la colonisation. Sans complaisance pour les ouvrages passés en revue, l’auteur est convaincue que « seule une circulation plus internationaliste de l’information scientifique (thèses, éditions de textes, enquêtes orales...) et des résultats de recherches peut espérer donner naissance à des ouvrages didactiques... sortant des sentiers battus de l’histoire coloniale et du seul souci identitaire des histoires nationales en renaissance ».

15Un débat maghrébin (et même maghrébo-français) sur nos rapports à l’historiographie coloniale devrait être ouvert

MAJALAT ED’DIRASSAT TARIKHIA [Revue d’Etudes Historiques] Université d’Alger, Institut d’Histoire.
N° 8, année 1993/1994
N° 9 1995

16Avec le numéro 8, Majalat Ed’Dirassat Tarikhia entame une seconde série nous explique feu Amar Hellal dans son article de présentation.

17Outre le pari d’exister, la revue de l’Institut d’Histoire d’Alger a pris celui de publier des articles en langue française. Deux paris difficiles à tenir dans les condi­tions actuelles. Il faut toutefois émettre une grosse réserve : la direction de la revue est-elle à ce point en panne d’articles ou d’imagination, pour reprendre, in-extenso, dans ces deux numéros, sept communi­cations présentées lors du Colloque sur le Retentissement de la Révolution algérienne organisé par le C.N.E.H. à Alger, en 1984 et publiées en 1985 ?

18Grâce à feu Ammar Hellal, le lecteur est informé des travaux des enseignants de l’Institut. Ils auront ainsi participé à de nombreuses rencontres organisées par les services de l’Etat autour des commémorations officielles des grandes dates de la période 1954-1962.

19Il faut savoir gré à Abdel Qacem Saadallah de nous présenter le point des thèses américaines relatives à l’Algérie : 117 entre 1977 et 1993 dont 15 en histoire et entre autres, 33 en sciences politiques, 30 en économie, 9 en sociologie, 6 en anthropologie.

ABHAT EL TARIKH WAL’ATHAR [Recherches en Histoire et en Archéologie]
Revue publiée par l’Institut d’Histoire de l’Université d’Oran
N° 1, décembre 1996

20L’Institut d’Histoire d’Oran se lance dans l’aventure. Une douzaine d’études ont été ainsi rassemblées et soumises à la critique des lecteurs. Faire connaître la production historiographie oranaise, notamment, devrait être le rôle essentiel de cette nouvelle publication avec en prime une ouverture sur les autres historiens et les autres disciplines. Ce premier numéro réunit - un peu dans le désordre - sept articles sur différentes périodes de notre histoire, un sur les Abbassides (de Jassim Ghazi) et un dernier sur la question du commentaire en histoire (de Fatima Belhouari).

21Les articles de Khadidja Mansouri sur la Révolte de Firmus et Abdelkader Bouizem sur Caligula et l’organisation de l’Afrique Proconsulaire posent au moins le problème du statut de l’Histoire ancienne. S’agit-il simplement de présenter en langue arabe des faits établis depuis longtemps en latin, en allemand et en français, etc. ? Ne faudrait-il pas s’orienter vers une problématique autrement plus enrichissante qui nous conduirait vers ces problèmes qui jalonnent notre histoire comme - entre autres - la question de la terre, de la Cité et celle de l’Etat ? Il y a donc au moins un problème de perspective historique à soulever.

22Peut-on se contenter de documents de seconde main (qui sont des thèses et des études très sérieuses, sans aucun doute) pour décrire la politique coloniale de l’enseignement en Kabylie ? Peut-on lorsque l’on présente Jules Ferry se satisfaire des travaux américains, quelque soit leur niveau, et négliger - dans les deux cas - les archives ? Il est bien sûr des passages obligés qui aident à faire connaître, au public le plus large, des faits et des personnalités qui ont marqué notre histoire. Cette revue (recueil d’articles), s’adressant autant aux historiens qu’aux étudiants, se veut aussi accessible au plus grand nombre ; initiative louable en soi mais qui se doit également de favoriser la recherche et l’ouverture de nouvelle pistes, de nouveaux chantiers

Médicalisation et professions de santé XVIe-XXe siècles
Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 43-4, Octobre-décembre 1996

23Entre la vénérable et riche REVUE HISTORIQUE et la bouillonnante et non moins redoutable revue des ANNALES - Histoires Sciences Sociales et parmi les nombreuses revues françaises d’histoire, la REVUE D’HISTOIRE MODERNE ET CONTEMPORAINE occupe et rempli bien son espace. Chacun de ses numéros thématiques devient une référence incontournable. Rappelons pour mémoire : Dimension et résonances de l’année 1871 (1972), L’historiographie du Second Empire (1974), Livre, Education, Savoirs XVIIe-XXe siècles (1981), Le corps, le geste et la parole (1983), La France et ses colonies (1984), Histoire et historiens (1985), Apprentissage, XVIIe-XXe siècles (1993) et enfin en 1996 La vie politique en France. Hommes et débats, 1930-1960 (jan. Mars 1996).

24Dans ce numéro, Denis Rolland, à travers une étude sur : Jacques Soustelle, de l’ethnologie à la politique, montre que les voies de l’ethnologie ne sont peut-être pas toujours imprévisibles qui conduisent souvent vers les services de renseignements et qu’un scientifique peut revendiquer une sensibilité de gauche et se comporter en parfait homme d’extrême droite.

25Le dernier numéro de la R.H.M.C. rassemble des études présentées par le spécialiste de l’histoire sociale de la médecine, Olivier Faure, de l’Université de Lyon III, autour d’un thème sur lequel la revue avait déjà présenté des articles de fonds : Médicalisation et de santé XVIe-XXe siècles.

26En 1980, Françoise Hildesheimer, Toby Gelfand. Matthew Ramsay et Jacques Léonard avaient exposé leurs travaux sur la protection sanitaire des côtes françaises au XVIIIe siècle, sur les chirurgiens français, sur les charlatans et les guérisseurs au XIXe siècle. L’histoire sociale, l’histoire des mentalités s’offraient un nouveau champ d’investigation. Jacques Léonard note que finalement et quelque soit leur rapport avec les médecins et l’administration, les guérisseurs « introduisent déjà beaucoup de médecine dans la vie quotidienne des populations... Ils servent involontairement de fourriers à la médicalisation. »

27Pour Olivier FAURE, la médicalisation « longtemps décrite comme un processus simple dans lequel les médecins s’emparaient progressivement de la gestion des corps et de la santé publique... apparaît comme un processus plus complexe ». Les études sur les agents de la médicalisation par l’analyse des univers culturels des uns et des autres : religieuses, sages-femmes d’une part, médecins et vétérinaires d’autres part, montrent et démontent le processus d’appropriation et de déformation des savoirs de celles-ci par ceux-là.

  • 1 TURIN Yvonne.- Affrontements culturels dans l’Algérie coloniale. Ecoles, médecines, religion.1830-1 (...)

28Un numéro qui ouvre des pistes nouvelles et prometteuses. Il faut rappeler la très belle thèse qu’Yvonne TURIN avait présenté en son temps mais qui malheureusement est restée sans suite1. L’intérêt quasi-exclusif pour l’histoire politique avait rendu impossible tout investissement sur ce genre historique.

29Reste qu’un champ énorme de recherche sur la médecine et la pharmacopée autochtone telle que pratiquées et découvertes en 1830 mérite d’être investi.

Cahiers du Centre de recherches historiques, n° 17, 1996

30Qu’est-ce qui fait se réunir dans un même numéro « la médina de Constantine » et les territoires en auto-construction du quartier de la Pina de Recife ? Qu’est-ce qui peut rapprocher un travail sur le sacré et l’espace dans le Gourara de l’Algérie d’aujourd’hui et une étude sur « le champ urbain de Mendoza comme discours de légitimation politique » ? Beyrouth et Milan, Jérusalem et Paris ? Recherches sur l’Algérie, l’Allemagne, le Brésil, la France, la Hongrie, l’Italie, la Roumanie, études urbaines, paysages urbains, architectures urbaine, aménagement urbain... » ce numéro exceptionnel des Cahiers du C.R.H. est dédié à la mémoire de Bernard LEPETIT ». Sont ainsi regroupées des réflexions sur des études dirigées par B. LEPETIT sur la ville, l’habitat et l’espace pensés historiquement.

31L’analyse de Marilia Perrusi des « pratiques et stratégies collectives de construction des quartiers de la Pina de Recife fonctionne au moins comme celui des Planteurs à Oran. La problématique des monuments historiques dans notre pays mérite un développement particulier. La question de L’invention du patrimoine durant la période coloniale en Algérie que pose N. Oulesbir a une double pertinence : d’une part elle ne peut que s’inscrire dans le cadre des interrogations des antiquistes d’alors (dont beaucoup au début étaient des égyptologues aux petits pieds - ils avaient raté l’Expédition de Bonaparte - ils essaient de se rattraper avec de Bourment et Bugeaud) et d’autres part elle interpelle les archéologues algériens d’aujourd’hui. L’étude des monuments en Algérie ne me paraît pas avoir simplement pour objectif « la volonté de restituer un passé glorieux [c’est nous qui soulignons] dans une perspective de filiation ». Le raccourci laisse à croire un télescope de mémoire entre ceux qui il y a un siècle sont partis mettre au jour des monuments d’une époque dont ils se posaient en héritiers et ceux qui depuis ont (re ?)découvert le(ur) passé anté-islamique.

Le mouvement social
n° 174, Janvier-mars 1996
n° 175, Avril-juin 1996, La société et l’entreprise 
n° 176, Juillet-septembre 1996. Représentations ouvrières – transports, Etat, entrepreneurs

32Où en est l’histoire sociale en France ? Antoine PROST (n° 174) dresse un état peu amène de quatre ouvrages ayant pour objet l’état de l’histoire sociale en France et qui non seulement font l’impasse sur certains travaux (parce que n’entrant pas dans la spécialité de l’auteur) mais également ignorent la place et le rôle du Mouvement social. Patrick FRIDENSON (n° 175) dans sa présentation du numéro sur « la société et l’entreprise » estime que « la rencontre entre l’histoire des entreprises et l’histoire sociale permet d’éviter deux impasses...la conception de l’entreprise comme une institution sociale totale (et) la réduction de l’entreprise à la gestion des hommes »

33Alain DEWERPE (n° 174) nous propose une lecture de l’ouvrage de Robert CASTEL « les métamor­phoses dans la ques­tion sociale ». Cet ouvrage du à la plume d’un sociologue qui « s’adosse à une remarquable connaissance de l’historio­graphie », dans une démarche macro-économique que reproche A. D. à l’auteur, ce dernier voit trois grandes articulations à la question sociale : le tutorat, le contrat et le salariat comme instance structu­rante de la société.

34M. N. THIBAULT (n° 174) dans une courte introduction s’interroge sur la mémoire des gouvernants face aux mouvements de grève et pose une question lancinante : quelle place pour l’histoire dans la compréhension des problèmes sociaux contemporains ?

35Mariane DEBOUZY, (n° 176), à partir des rapports des délégations ouvrières aux expositions universelles de 1876 et de 1889, s’interroge et présente la perception, la vision qu’ont les ouvriers américains des ouvriers français et vice versa. Ces rapports montrent, également, comment chaque groupe se voit lui-même. Sont ainsi passés au crible de la critique ouvrière, les conditions de travail mais également les produits, les moyens et enfin l’auteur essaie de mettre en évidence la vision politique qu’a chaque groupe du monde. Il se trouve que si nous n’avons pas connu d’expositions universelles, il a été organisé durant la période coloniale des foires-expositions auxquelles les producteurs et les travailleurs algériens ont apporté leur concours. Ces foires-expositions ont été le miroir de la production économique coloniale (en plus des nombreux concours organisés par les comices agricoles), j’en renvoie entres autres, à la Foire du Vin de Sidi Bel Abbès en 1933 et aux foires organisées à Oran à la fin des années 1950. La culture des échanges par l’exposition s’est poursuivie après 1962. Peut-on à partir de l’étude des foires dresser le portrait des ouvriers et du petit patronat algérien ? N’y aurait-il pas là une piste de recherche ?...

Haut de page

Notes

1 TURIN Yvonne.- Affrontements culturels dans l’Algérie coloniale. Ecoles, médecines, religion.1830-1880.- Paris, F. Maspéro, 1971.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fouad Soufi, « Histoires(s) », Insaniyat / إنسانيات, 1 | 1997, 175-182.

Référence électronique

Fouad Soufi, « Histoires(s) », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 1 | 1997, mis en ligne le 19 mai 2013, consulté le 25 octobre 2014. URL : http://insaniyat.revues.org/11475

Haut de page

Auteur

Fouad Soufi

Conservateur en chef, Archives Nationales – Oran / CRASC.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page