Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Faut-il fermer l’Université

(A propos de l’ouvrage de Liès MAIRI)
Khaoula Taleb Ibrahimi
p. 182-184

Notes de la rédaction

Mairi Liès. Fautil fermer l’Université ? Alger : ENAL, 1994. 222 p.

Texte intégral

1Dans sa première lecture, le livre de Liès MAIRI – anciennement Maître de Conférences au Département d’Anglais de l’Institut des Langues Etrangères de l’Université d’Alger et ayant, depuis quitté le pays - fait l’effet d’un pavé dans la mare ce qui n’a pas été sans nous rappeler un ouvrage sur l’Ecole Algérienne qui lui aussi, en son temps, avait défrayé la chronique. Le choix du titre volontairement polémique et provocateur, le ton adopté par l’auteur, le lexique utilisé mais aussi les jugements souvent excessifs et parfois fondés sur des généralisations abusives ; - à partir essentiellement de l’ILE qui ne représente - tant s’en faut - ni toute l’Université d’Alger ni l’Université Algérienne dans son ensemble - ; donnent l’impression que cet ouvrage est le cri du coeur d’un enseignant dépité, découragé par l’ampleur des problèmes qu’il doit affronter, au retour d’un long séjour hors du pays, dans sa pratique quotidienne d’universitaire, enseignant et chercheur.

2Une lecture plus attentive du livre nous montre, au-delà du constat amer et désabusé, que c’est la réhabilitation de l’Université dans sa véritable vocation que l’auteur appelle de ses vœux même si, au regard de ce même constat, les propositions suggérées, dans la conclusion, sont trop générales et ne peuvent se résumer à une série de mesures administratives ou à la création de commissions ni se circonscrire à la réhabilitation de la rigueur et de la rationalité !

3Ceci étant dit, l’ouvrage de Liès MAIRI a le mérite, à partir d’indicateurs pertinents, de brosser un tableau assez sombre de l’état de l’Université, de dévoiler les maux qui la minent, d’établir un constat de crise majeure.

4L’auteur, à juste titre, décrit une Université gérée, depuis des décennies, à coup de mesures injonctives de la tutelle, une Université devenue « le territoire de la grande illusion... le lieu où l’administratif prend le pas sur le pédagogique » (A. KASSOUL EL WATAN, 28 Janvier 1997) ; une Université qui, malgré l’action des différents gouvernements pour l’adapter, à travers diverses réformes, aux choix politiques et économiques du moment, fonctionne dans une méconnaissance totale des mouvements profonds de la société sur laquelle elle est censée agir. Ce serait, plutôt la société qui, « régulée » par de nouvelles valeurs et le bouleversement des rapports au savoir et à sa transmission, « aurait décidé » d’investir l’institution universitaire, de la « récupérer et de la faire fonctionner selon ses intérêts et sa logique » (Texte de présentation du colloque sur l’Université, CRASC, Oran, Mai 1996). La logique d’une société où le jeune « trabandiste » gagne mieux sa vie que le professeur d’université et jouit, surtout, d’une meilleure image, valorisée car gratifiée de la réussite matérielle à laquelle ne peuvent prétendre les universitaires du savoir !

5L’Université Algérienne va mal - la grave crise qui l’a secouée ces dernières semaines l’a dévoilée au grand jour mais elle n’est pas - n’en déplaise à Liès MAIRI - à l’agonie !

6Nous sommes convaincue, que par les compétences qu’elle renferme, l’Université a les capacités de surmonter cette crise si seulement si elle se donnait les moyens de fonctionner selon les normes universelles qui sont celles des Universités de par le monde car, hélas, depuis l’Indépendance, notre Université a toujours fonctionné dans l’a-normalité. N’a-t-on pas dit d’elle qu’elle était un grand lycée, un institut de formation professionnelle ? La réhabilitation de l’Université passe, donc, nécessairement, par l’application de ces normes de gestion, par la prééminence accordée aux dimensions scientifique et pédagogique dans la définition de sa vocation en tant qu’institution de formation et de recherche.

7L’Université doit pouvoir jouir de l’autonomie de ses choix, être libérée des injonctions de la politique et de ses aléas, elle doit se retrouver, redevenir un lieu de débat, de production de sens et de connaissances sur elle-même et sur la société et non plus seulement une institution productrice de diplômés qui viennent grossir, chaque année, les rangs des paumés de l’Ecole et des chômeurs.

8Elle doit penser et repenser sa relation avec son environnement sociétal dans un mouvement qui, en la restaurant dans sa vocation, réhabilite la valeur du savoir et de la connaissance dans la société.

9« L’Université progresse en général par le principe de l’accu­mulation, accumulation de connaissances, accumulation des expériences, accumulation d’un potentiel humain qui a son temps de maturation. Tout cela génère une efficacité institu­tionnelle et sans doute une réelle productivité scienti­fique. L’Université algérienne n’échappe pas à cette loi objec­tive. Mais elle n’a pas su en tirer bénéfice. Le mouvement d’accumulation, dans ses multiples aspects, a été dévoyé par les stratégies de pouvoir et d’appareil... » De ce fait elle « n’a pas besoin seulement de réformes. Elle a besoin de réformes radicales... qui ne peuvent être portées ni définies par le pouvoir politique, quelle que soit l’intelligence de ses appareils, car la culture de l’injonction se reproduira tant que l’Etat de droit et la démocra­tisation du pouvoir n’auront pas progressé » (A. ADEL, la Tribune du 18 Juin 1996).

10Il est, tout de même, étonnant et curieux que l’ouvrage de Liès MAIRI n’ait pas, à sa parution, suscité de réactions ni au sein de la communauté universitaire, ni dans l’opinion publique qui semble, pourtant, être sensible à tout ce qui touche l’école, l’enseignement et la formation. Est-ce à dire que le débat sur ces questions-là ne puisse être initié que dans un mouvement d’injonction - si l’on en juge par ce qui se passe aujourd’hui autour du statut de l’enseignement - dans des conditions qui n’en assurent ni la sérénité ni l’objectivité et qui en occultent les véritables enjeux, c’est-à-dire l’avènement d’une Université lieu de savoir et de connaissances, lieu de production et de transmission de sens, lieu de formation d’un citoyen capable de relever les défis d’un mode en rapide mutation.

11L’Université Algérienne le sera réellement que si elle accepte, dans sa gestion et ses pratiques de formation et de recherche, de s’inscrire résolument, dans les options de l’éthique, la déontologie, la démocratie et la science.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Khaoula Taleb Ibrahimi, « Faut-il fermer l’Université », Insaniyat / إنسانيات, 1 | 1997, 182-184.

Référence électronique

Khaoula Taleb Ibrahimi, « Faut-il fermer l’Université », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 1 | 1997, mis en ligne le 21 mai 2013, consulté le 25 juin 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/11476

Haut de page

Auteur

Khaoula Taleb Ibrahimi

Linguiste, Université d’Alger.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page