Navigation – Plan du site
Comptes rendus : Histoire

Histoire :
VAVASSEUR-DESPERRIERS, Jean. République et liberté. Charles Jonnart, une conscience républicaine

Fouad Soufi
p. 219-220
Référence(s) :

VAVASSEUR-DESPERRIERS, Jean. République et liberté. Charles Jonnart, une conscience républicaine. Lille, Presses Universitaires du Septentrion, 1996. - 339 p.

Texte intégral

1Une thèse sur Jonnart qui fut gouverneur général de l’Algérie ne peut laisser indifférent. On sait que la galerie des gouverneurs généraux établie par l’historiographie colonialiste retient d’abord et toujours Bugeaud. Pourtant, Jonnart et plus tard après lui, Violette et Chataigneau, ont connu un destin particulier. Tous trois ont attisé la haine de l’établishment colonial même si le second dans le milieu des années cinquante a fait amende honorable. En attendant une biographie de Mohamed Chataigneau auquel Ch. A. Julien a rendu justice, voici un ouvrage (une thèse) sur Sidi Jonnart.

2Le problème essentiel que pose cette thèse est simple et complexe : Jonnart ne fut-il que le grand notable devenu ministre et même candidat à la Présidence, comme a pu l’être n’importe quelle personnalité politique de province qui réussit à Paris ?

3Certes, les trois dimensions de la carrière politique de Jonnart sont présentées, mais de façon nettement inégales. Jonnart fut à la fois, élu local (Conseiller général et député du Pas-de-Calais), ministre et gouverneur général. Et l’auteur nous montre comment et combien les liens tissés au niveau le plus haut de l’appareil d’Etat et de la non moins haute finance (Cie de Suez), ont permis et favorisé la nomination de Jonnart à trois reprises à la tête de l’Algérie. Mais faut-il rappeler que le second proconsulat de Jonnart a été le plus long de l’histoire de l’Algérie coloniale. De plus, dans la carrière politique de Jonnart qui a duré de 1886 (date de sa première élection) à sa mort en 1927, la partie algérienne a compté pour presque le tiers : 13 ans sur 42, compte non tenu de son passage au Cabinet du Gouverneur Général Tirman de décembre 1881 à mai 1885, ni de sa nomination en tant que chef du service de novembre 1885 à décembre 1887.

4Si deux pages évoquent son retour aux affaires algériennes en 1918-1919, alors même qu’il fit voter la loi du 4 février 1919 (et non 1918) qui va lui valoir plus que de la haine de la part de ses adversaires coloniaux, son passage au ministère des Affaires Etrangères qui n’a duré que trois mois (1913) est traité en 12 pages, et 70 pages sont consacrées à sa mission romaine (1921-1922).

5L’auteur reconnaît « l’influence de cette haute fonction [de gouverneur général] sur la carrière du personnage » (p. 134) mais il n’insiste pas sur « les aspects algériens de sa mission » et renvoie sur ces points aux histoires de l’Algérie et à l’ouvrage de Ch. R. Ageron » (p. 120).

6S’abriter sous la haute autorité de Ch. R. Ageron est au moins reconnaître que pour cette période rien de nouveau n’a été écrit et que notre dette envers cet historien ne sera jamais effacée. Sa monumentale thèse, publiée en 1968, est toujours d’actualité. Elle est toujours neuve. Ce n’est donc que rendre justice à l’un des plus grands historiens français de l’Algérie.

7Par contre, le fait d’évoquer la vie d’un personnage comme Jonnart, en réduisant sa partie algérienne de façon aussi nette, montre qu’aujourd’hui l’histoire française de l’Algérie se perd (elle est au moins en recul). Du même coup, les possibilités d’une histoire algérienne de la France sont ouvertes.

8On ne peut que savoir gré à Jean VAVASSEUR-DEPERRIERS de pousser involontairement ( ?) les historiens algériens à prendre en charge cette partie de leur histoire. Il nous a fait la démonstration que deux histoires sont possibles, histoires qui se recoupent certes, qui sont construites avec parfois des matériaux identiques mais aussi différents et surtout des problématiques différentes, des perspectives autres.

9La carrière de Jonnart en France est celle d’un notable, comme il y en a tant dans les provinces françaises, mais qui aspire aux plus hautes fonctions électives et politiques. Il parvient à obtenir certaines d’entre elles. La carrière de Jonnart en Algérie correspond à l’édification d’une administration et d’un Etat colonial qui ne sont plus tout à fait de simples prolongements, ni de simples appendices de l’administration et de l’Etat français.

10Enfin, et ce n’est pas peu dire, l’auteur n’a pas consulté volontairement les archives du Gouvernement Général relatives à Jonnart, et conservées à Aix-en-Province. Elles ne répondent pas à son centre d’intérêt. Elles ne le servent donc pas. Elles n’ont finalement d’intérêt que dans le cadre d’une vision interne de l’histoire de l’Algérie. Et ceci explique cela et beaucoup d’autres choses. Et ceci autorise cela.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fouad Soufi, « Histoire :
VAVASSEUR-DESPERRIERS, Jean. République et liberté. Charles Jonnart, une conscience républicaine
 », Insaniyat / إنسانيات, 2 | 1997, 219-220.

Référence électronique

Fouad Soufi, « Histoire :
VAVASSEUR-DESPERRIERS, Jean. République et liberté. Charles Jonnart, une conscience républicaine
 », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 2 | 1997, mis en ligne le 21 mai 2013, consulté le 25 mars 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/11568

Haut de page

Auteur

Fouad Soufi

Conservateur en chef, Archives Nationales - Oran / CRASC.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page