Navigation – Plan du site
Notes de lecture

REGARD SUR LES FONDS D’ARCHIVES. HISTOIRE DE L’ALGERIE CONTEMPORAINE

Ouanassa Siari Tengour
p. 102-105

Texte intégral

1) Le fonds des Sections administratives spécialisées ou S.A.S.

1Le centre des archives d’Outre mer / C.A.O.M d’Aix en Provence a mis à la disposition des chercheurs, depuis 1994, UN REPERTOIRE NUMERIQUE, réalisé par L. ESCANDE et T. FAUGERAS, comprenant une importante documentation émanant des S.A.S. Celles-ci ont été mises en place, au fur et à mesure de l’évolution des opérations militaires menées par l’armée française, au cours de la Guerre de libération.

2Elles devaient pallier à la sous-administration générale de l’Algérie, et des campagnes en particulier, constatée par J. SOUSTELLE, lors de sa tournée dans les Aurès (19 - 21 février 1955)

3Est-il nécessaire de rappeler l’important déploiement de forces armées dans le massif des Aurès, au lendemain du 1er novembre 1954 ? l’arrivée de 25° Division avec les bérets bleus dirigés par le colonel DUCOURNAU ancien de l’Indochine ? Et des premières opérations / ratissages telles que « Véronique », « Violette »... qui ne parviennent pas à ramener l’ordre...

4C’est pourquoi les premières S.A.S. seront installées dans les Aurès-Nemenchas, placées sous le commandement unique du général PARLANGE, dès le mois de mai 1955, juste après le vote de la loi instaurant l’Etat d’urgence (3 avril 1955).

5Elles seront l’exemple qui illustre le mieux le début de la politique appelée par euphémisme LA PACIFICATION.

6Il s’agit alors de confier à des officiers spécialisés dans les Affaires Algériennes, la mission de collecte du renseignement, de tout renseignement indispensable pour mettre fin aux agissements des militants de l’ALN-FLN.

7Parallèlement, les S.A.S devaient remplir la plupart des tâches assignées à l’administration civile (état civil, assistance médicale, alphabétisation), comme devait le préciser la directive du 4 octobre 1955.

8Dans la pratique, les officiers S.A.S. vont « doubler » toutes les institutions administratives, allant des Préfets, sous-préfets, maires... constituant une hiérarchie de contrôle, par l’intermédiaire des ECHELONS DE LIAISON de département ou d’arrondissement.

9Toute S.A.S dispose aussi de personnel administratif, de troupes de troupes de protection et de surveillance (le MAGHZEN composé DE MOGHZENIS RECRUTES SOUS CONTRAT.)

10L’inventaire réalisé par le CAOM (288 pages) concerne, à l’exception de quelques lacunes, l’ensemble de la documentation produite, au cours de l’exercice des S.A.S et des Echelons de liaison, pour les départements d’Alger, Constantine, Tizi-Ouzou (lacunes).

11Seul le département d’Oran comporte d’importants déficits...

12- Il est important de signaler au lecteur que les archives réunies au niveau du SERVICE CENTRAL DU PERSONNEL DES AFFAIRES ALGERIENNES est conservé par le service historique de l’armée de terre (le SHAT, Château de Vincennes, Paris).

13Mais de nombreux cartons sont soumis à la règle qui interdit leur consultation avant le délai de 60 ou 120 ans.

14Il va sans dire qu’ils concernent pour l’essentiel les fichiers des Moghzenis algériens, au service des S.A.S.

15Sont consultables les dossiers relatifs à l’action économique et sociale, les travaux d’équipement, l’action sanitaire, l’aide alimentaire et vestimentaire, le contrôle administratif, plus précisément les regroupements de population les questions de pacification et d’action psychologique...

16Ils représentent un intérêt indispensable à la connaissance du rôle joué par les S.A.S auprès des populations tant rurales qu’urbaines.

17Une bonne partie des dossiers couvrent les opérations militaires, les journaux de marche, les listes des soldats de l’A.L.N arrêtés ou tués.

18Enfin, il importe de signaler que ce fonds a récupéré une partie des archives détenues jusqu’au début de l’année 1954, par les anciennes communes mixtes, introuvables autrement ; il reste à souhaiter que les chercheurs et historiens algériens s’intéressent attentive­ment à ce fond et se mettent à la tâche. Aucune étude sérieuse de cette période tragique de la guerre de libération nationale ne peut faire l’impasse sur ces archives des S.A.S., dont le dispositif n’est réduit qu’en 1961, avant d’être transformé, par décret du 17 février 1962, en CENTRES D’AIDE ADMINISTRATIVE.

19Le 19 mai 1962, sur ordre du Haut Commissariat de la République, les S.A.S. cessent toute activité...

2) Le fond des archives du Ministère de la Défense/France

20Inventaire de la sous série IH du service historique de l’armée de terre, fonds de la X° Région militaire, réalisé par J. NICOL, Ph. SCHILLINGER et C. OBERT. Château de Vincennes. 1994.

21En 1994, le Service historique des armées de terre ouvre ses archives concernant l’Algérie et couvrant la période allant de 1945 à 1967. C’est dire toute l’intérêt que revêt ce fond répertorié à travers 2 tomes et 629 pages.

22Un 3° tome est en cours de préparation pour les Divisions et Commandements inter armées au Sahara, ainsi que le Service des Affaires sahariennes.

23Les archives sont ouvertes à la consultation du public depuis juillet 1962, c’est à dire 30 ans après l’indépendance.

24Ce sont en tout 3791 cartons classés et qui proviennent des divers cabinets de la Délégation Générale du Gouvernement Général. - du Commandement en chef des Forces armées en Algérie. - de l’Etat Major interarmées, corps d’armée, des divisions et secteurs.

25La communication se fait par dossier et non carton, rendant par la même possible la consultation des documents autorisés et cependant classés dans un carton unique.

26Caroline OBERT, l’un des auteurs de cet inventaire estime à 30 % la proportion des dossiers soumis à une dérogation. (1).

27Ces archives touchent à des domaines des plus variés, allant des écoutes de radio (ex de la voix des Arabes...) aux coupures de presse (ex celles des arrestations de Djamila BOUHIRED, Maurice AUDIN, Henri ALLEG, Yacef SAADI...).

28De nombreux dossiers retracent l’activité des tribunaux relevant de la Justice Militaire (condamnations, exécutions, centres de détention...).

  • Les analyses de situation, l’action psychologique et la Pacification occupent une bonne place au sein de ce fond (ex : le dossier 1h 1119. 1957-1959 porte comme indication : le cas de l’Aurès / Général PARLANGE, et cas du Dahra).

29Cette partie du fonds recoupe avantageusement celui des S.A.S. signalé ci-dessus.

30Elle renferme aussi des dossiers particulièrement intéressants tels que l’Affaire BELLOUNIS, celle qui se rattache au nom de Si Salah (colonel de la Wilaya 4).

  • Les opérations militaires ont fait l’objet de comptes rendus, avec chiffres à l’appui pour les pertes humaines enregistrées, les listes de prisonniers, les documents récupérés (ex d’opérations telles que Pierres Précieuses, Turquoise, Emeraude, Jumelles...).

  • Les dossiers des désertions des soldats français de souche / F.S.E, les Harkis, les Légionnaires sont tout aussi nombreux.

  • Puis viennent deux séries de documents géographiques : une carte des mines posées tout le long du Barrage de l’Est, une riche collection de photographies aériennes des principales régions de l’Algérie.

  • Une liste des journalistes accrédités alors en Algérie.

  • Bien sûr les nombreuses visites de De GAULLE en Algérie ont fait l’objet de plusieurs rapports.

  • La création de L’OAS en 1961 est suivie et analysée attentivement à travers divers rapports, de même que son évolution.

31Voici, très brièvement exposés quelques points de repère sur cet important fonds d’archives de l’histoire contemporaine de l’Algérie, dont l’exploitation systématique ne manquera pas d’ouvrir des perspectives neuves et fécondes.

3) Le fonds « gouvernement général » : archives des cabinets des gouverneurs généraux. CAOM. réf. 1. cab à 18 cab. Inventaire réalisé par I. DION et D. DICK. 1994

32Ce fonds, comme son nom l’indique renferme les archives conservées par les divers cabinet des gouverneurs généraux et délégués généraux (à partir de 1958) qui se sont succédés en Algérie, depuis 1930.

33Les chercheurs disposent par conséquent des précieux papiers de la haute administration qui dirigeait l’Algérie, tous communicables, à l’exception de quelques documents.

34Il n’est donc plus permis d’ignorer la liste complète et l’ordre de succession des gouverneurs et délégués en Algérie.

35Nous la reproduisons à toute fin utile.

  • GOUVERNEURS GENERAUX EN ALGERIE 1930-1956

  • Jules CARDE 1930-1935.

  • Georges LEBEAU 1935-1940.

  • Amiral JEAN ABRIEL 1940-1941.

  • Général MAXIME WEYGAND 1941.

  • Yves CHATEL 1941-1943.

  • Marcel PEYROUTON 1943.

  • Général GEORGES CATROUX 1943-1944.

  • Yves CHATAIGNEAU 1944-1948.

  • Marcel EDMOND NAEGELEN 1948-1951.

  • Roger LÉONARD 1951-1955.

  • Jacques SOUSTELLE 1955-1956.

  • MINISTRE RESIDENT

  • Robert LACOSTE 1956-1957.

  • DELEGUES GENERAUX

  • Raoul SALAN 1958.

  • Paul DELOUVRIER 1958-1960.

  • Jean MORIN 1960-1962.

  • HAUT COMMISAIRE.

  • Christian FOUCHET 1962.

36Signalons par ailleurs, que des dossiers sur les NOTABILITES MUSULAMNES DU DEPAR­TEMENT DE CONSTANTINE, figurent dans ce fonds également.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ouanassa Siari Tengour, « REGARD SUR LES FONDS D’ARCHIVES. HISTOIRE DE L’ALGERIE CONTEMPORAINE », Insaniyat / إنسانيات, 3 | 1998, 102-105.

Référence électronique

Ouanassa Siari Tengour, « REGARD SUR LES FONDS D’ARCHIVES. HISTOIRE DE L’ALGERIE CONTEMPORAINE », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 3 | 1998, mis en ligne le 20 mai 2013, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/11623

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page