Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Morelli, Anne (ss. la dir. de). Les grands mythes de l’histoire de Belgique, de Flandre et de Wallonie Bruxelles

Fouad Soufi
p. 151-153
Référence(s) :

Morelli, Anne (ss. la dir. de). Les grands mythes de l’histoire de Belgique, de Flandre et de Wallonie Bruxelles, Editions Vie Ouvrière, 1995.

Texte intégral

1Bien que paru en 1995, cet ouvrage est et reste pour nous d’une grande actualité. Le traitement des questions d’histoire en Belgique interpellent ceux qui en Algérie s’interrogent sur la fonction sociale de l’histoire, sur la construction des mythes et leurs rapports au politique.

Ce que nous dit le livre

2Les vingt contributions réunies par Anne Morelli, chargée de cours à l’Université Libre de Bruxelles, montrent, toutes choses étant égales par ailleurs, une similitude dans l’attitude des médias et des décideurs politiques face à l’histoire et face aux mythes.

3La définition du mythe que donne le philosophe et historien des religions belge, Baudouin Decharneux répond à nos préoccupations. Le mythe -écrit-il- est « un discours explicatif visant à restructurer l’histoire pour lui donner un sens favorable à un engagement idéologique... » (p. 32). Et l’ensemble des contributions apportent la démonstration de l’utilisation de l’histoire et des faits historiques dans la fabrication des mythes et la mise en service des mythes au profit du politique.

4L’objectif de l’ouvrage est clairement exprimé : « Nous ne voulons pas verser dans le sarcasme et l’ironie facile ni remplacer une vision idéologisée de l’histoire par une autre, mais faire prendre conscience objectivement des mécanismes de construction des mythes de ces « communautés imaginées » par des idéologies, mythes portés par des groupes bien précis, dans le passé comme dans le présent. Nous ne voulons pas « dénoncer » mais comprendre. » (p. 11) et il est des mythes classiques et des mythes nouveaux.

5L’on apprend ainsi que « de tous les peuples de la Gaule, les Belges sont les plus braves ». Le mythe de Jules César vient à propos pour aider l’historiographie belge et ce à trois niveaux nous explique B. Decharneux : un lien invisible unit les Belges à travers les époques ; le mythe intemporel et permanent de la bravoure vient au secours de la précarité de la Belgique ; le mythe de l’opposition héroïque aux Romains est un modèle souple qui permet d’intégrer les idées de régions, de différences linguistiques, de minorités tout en maintenant les notions politiques indispensables d’unité, de cohérence, de propriété partagée. » (p. 23) Et B. D. est encore plus clair : « Le mythe dote d’une essence positive une jeune nation et un nouveau régime en quête d’identité. Il agit comme un double négatif de l’histoire, un modèle idéal. Le mythe dit l’opposé de l’histoire mais du même coup restructure cette dernière en montrant rétrospectivement le caractère inéluctable du sens qu’elle aurait emprunté. » La citation est longue mais inévitable, on comprend comment (et non pas pourquoi), Clovis, Charlemagne, Godefroi de Bouillon, Pierre l’Ermite deviennent Belges. De la controverse qui éclata entre 1853 et 1854, sur la nationalité de Pierre l’Ermite, « pas moins de cinquante brochures et articles » parurent en Belgique et en France. La mémoire collective belge a également retenu d’autres personnages, associés à des événements marquants du Moyen Age. Jacques d’Artevelde (1290-1345), qui connut au milieu du XIVe siècle une « ascension météorique » à Gand, a un statut historico-mythique particulier. Ce personnage est exalté par les historiens belges modernes. Suite à sa redécouverte romantique au XIXe siècle, il est pris en charge par le mouvement national flamand. En 1942, à partir des témoignages des chroniqueurs contemporains, naissent alors deux mythes contradictoires : qui en font l’homme sage et le démagogue sanguinaire. En fait, il importe pour nous de retenir l’importance de l’accumulation du savoir historique en Belgique par les historiens belges même si leurs travaux s’inscrivent ou sont inscrits dans la consécration d’une politique et/ou idéologie précises.

6Henri Pirenne, le grand historien belge, a ainsi cherché et estimé trouver dans le passé le plus lointain de ce qui devient en 1830, la Belgique, « une véritable vie nationale ». « Cette thèse, écrit Anne Morelli, a immédiatement pris en Belgique la valeur d’une sorte de philosophie nationale » (p. 191). Et les Belges se sont dotés de symboles pour cimenter leur union nationale : un drapeau national, un hymne national et une fête nationale. Chacun de ces trois symboles a son histoire et avec la querelle linguistique et institutionnelle, chacune des trois régions (Flandre, Wallonie et Bruxelles), s’est dotée à son tour de symboles particuliers.

7De l’ensemble des contributions se dégagent deux enseignements. D’une part, l’Etat belge soucieux de son unité et de sa propre existence, s’en donne les moyens : la peinture monumentale, manière parlante d’enseigner l’histoire nationale ; l’Archiduc Albert au XVIe siècle puis plus tard le roi Albert 1er, la Révolution de 1830 et même Tintin. D’autre part, Flamands et Wallons construisent leurs propres mythes nationalistes sur la base de faits historiques précis, interprétés plutôt assez librement : la Bataille des Eperons d’Or en 1302 qui sort de l’oubli au XVIIIe siècle et qui en 1973, est « canonisée » et devient la Fête de la communauté flamande ; les victimes flamandes de la 1ère Guerre Mondiale (les soldats ne comprenaient pas les ordres donnés en français).

8A la fin de ce livre iconoclaste et dont la parution aurait soulevé de vives polémiques, une étude sur l’Europe : quelle définition ? Est-ce un continent ? Une entité socio-géographique ou historico-culturelle ? Une construction mentale ? Et Pieter Saey est convaincu, aucune définition n’a de continuité dans le temps : le professeur De Ley qui enseigne la philosophie de l’antiquité et du moyen âge à Gand est d’avis que l’Europe commence au nord de Tombouctou...

9Ainsi, ces mythes ont eu pour objet de participer à la construction de l’Etat belge et de la monarchie. Et pourtant depuis 1993, la Belgique est devenue un Etat fédéral qui se compose de trois régions. Un parti politique, le Vlaams Blok (Bloc Flamand), prône la dissolution de la Belgique.

Les enseignements principaux

10Certes, l’histoire de l’Algérie et celle de la Belgique ne se sont jamais croisées, même si à l’époque moderne, Charles Quint (né à Gand) et son fils Philippe II ont guerroyé contre l’Etat d’Alger. Symboliquement, la rencontre a eu lieu en 1830. Alors qu’au mois de juillet, l’Etat algérien abdiquait sa souveraineté, l’Etat belge, au mois d’octobre, accédait à la sienne.

11Il est vrai qu’il faudrait rechercher la place des Belges dans la colonie de peuplement qui s’est alors formée en Algérie. La présence des Alsaciens, des Espagnols, des Italiens, des Mahonais et autres Maltais est autrement plus visible dans le paysage socio-démographique de l’Algérie coloniale que celle des Belges. Relevons toutefois qu’à Oran, les rues d’un quartier portaient les noms de villes belges avec une très grande avenue Albett 1er. Et pour cause, on doit ce quartier à un Belge, un certain Noiseux.

12Quelles relations, historiens algériens et belges, entretiennent-ils, au niveau personnel et/ou institutionnel ? La réponse est peut-être dans la question ! Mais au delà de ces rapports, et à la lecture de cet admirable ouvrage, un parallèle peut être fait entre le traitement de l’histoire en Algérie et en Belgique. La recherche identitaire effrénée que connaît notre pays, que traduit le mythe d’une Algérie constituée il y a deux mille ans, se retrouve dans cette Belgique, que certains historiens veulent deux fois millénaire.

13Mais plus que la fabrication des mythes et plus que la construction à pas forcé d’une mémoire collective nationale, c’est dans le domaine de la production historique ou du moins dans les questionnements des historiens et dans les interventions d’institutions de l’Etat que les similitudes sont troublantes. Ainsi, les historiens algériens se retrouvent à réfléchir sur la question de la Nation, sur la question de l’Etat, et sur la question de la langue : depuis quand ? Qui ? Comment ? Les historiens belges, pour l’histoire de leur pays, ont proposé leurs hypothèses dont la lecture nous serait d’un grand profit méthodologique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fouad Soufi, « Morelli, Anne (ss. la dir. de). Les grands mythes de l’histoire de Belgique, de Flandre et de Wallonie Bruxelles », Insaniyat / إنسانيات, 4 | 1998, 151-153.

Référence électronique

Fouad Soufi, « Morelli, Anne (ss. la dir. de). Les grands mythes de l’histoire de Belgique, de Flandre et de Wallonie Bruxelles », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 4 | 1998, mis en ligne le 31 mai 2013, consulté le 20 août 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/11731

Haut de page

Auteur

Fouad Soufi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page