Navigation – Plan du site
Revue des revues

Confluences, Algérie
Revue semestrielle, n° 1, Automne 1997

Fouad Soufi
p. 159-160

Texte intégral

1La naissance d’une revue dans notre pays est en soi une excellente chose. Une dizaine d’intellectuels universitaires oranais, à la faveur d’une convention entre l’Université d’Oran et la revue Confluences Méditerranée et avec le concours de l’Union Européenne, s’est lancée dans la plus noble des aventures : faire connaître au public le plus large la production intellectuelle nationale. Rabah SEBAA nous le dit dans son éditorial, il faut « ... nous atteler à mordre avec un féroce appétit sur les mouvements du réel... ? ». Pour bien mordre, il est pris l’engagement de consacrer chaque futur numéro à un dossier.

2Dans ce numéro, 13 articles (2 en arabe, 9 en français et 2 en anglais) nous sont donnés à lire sur une « Algérie, loin des stéréotypes » ; sur les « femmes : du mythe à la désocialisation », sur les problèmes culturels en littérature et les questions actuelles.

3Chaque article constitue autant d’interrogations angoissées sur l’état et le devenir du pays. Quelle place, quelles possibilités pour la société civile dans ses formes actuelles ? (A. MOUSSAOUI) ; quelle démocratie ? (R. SEBAA) ; comment identifier l’imaginaire tribal qui permet au trabentiste-hittiste de remettre en cause la modernité, le temps et le travail ? (O. BENBAKHTI) ; A partir de la Hogra [arbitraire et mépris], M. MEBTOUL analyse l’usage du mot et la réalité qu’il recouvre. L’article en anglais de Mohamed MILIANI sur « langue nationale et langues étrangères en Algérie : entre alibis politiques et aveuglement culturel » [traduction libre] pose au moins un problème, celui du lectorat. A qui s’adresse-t-il ? Le problème posé est tout de même celui des rapports entre l’arabe et le français. Cette remarque (en tout bien, tout honneur) s’applique déjà moins à l’article de Fadéla BENZAOUI que l’on peut lire comme contribution au débat sur l’enseignement de la langue anglaise en Algérie. Dans la seconde partie de la revue, Fatma-Zohra SAI et Fatéma Zohra SEBAA posent la question des femmes algériennes hier et aujourd’hui et le statut qui est le leur face à la montée du religieux et face au problème de la délinquance.

4On ne peut que retrouver avec beaucoup d’émotion des textes de Zoubida HAGANI et Benouada BAKHTI. Le texte d’Ahmed ABID qui se veut une nouvelle lecture de l’histoire des mouvements nationaux au Maghreb mériterait un développement particulier.

5Au total, une bonne revue mais qui mériterait d’être plus optimiste pour que soit dépassé cet « élan d’inquiétude » qui l’aurait fait naître.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fouad Soufi, « Confluences, Algérie
Revue semestrielle, n° 1, Automne 1997
 », Insaniyat / إنسانيات, 4 | 1998, 159-160.

Référence électronique

Fouad Soufi, « Confluences, Algérie
Revue semestrielle, n° 1, Automne 1997
 », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 4 | 1998, mis en ligne le 31 mai 2013, consulté le 25 juin 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/11756

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page