Navigation – Plan du site
Lecture

Lesbet, Djafar.- La Casbah d’Alger : gestion urbaine et vide social

Abdelkader Lakjaa
p. 134-138
Référence(s) :

Lesbet, Djafar.- La Casbah d’Alger : gestion urbaine et vide social.- Alger, O.P.U., 1985.

Texte intégral

1Ce livre que Djafar Lesbet a consacré à la Casbah d’Alger, voilà déjà treize ans, se présente dans une structure légère et se lit aisément. Qu’on en juge : un texte de 128 pages, des documents photographiques qui se déplient en 44 pages, des annexes qui couvrent 42 pages, cartes et 2 plans en hors texte... et enfin en guise de synthèse - conclusion 18 pages de recommandations sur la réhabilitation de la Casbah, « telle qu’on croit la faire à partir des bureaux et telle qu’on peut la faire sur le terrain ». L’ensemble couvre 5 grandes périodes historiques : les origines d’Alger - soit l’actuelle Casbah (20 pages), la période turque (4 pages), la période française (25 pages), la période post-coloniale (24 pages) et enfin la Casbah en consultation » (46 pages).

2Dans ce livre qui a été co-édité en France / CNRS sous le titre « Pratiques urbaines » et en Algérie / OPU sous le titre « La Casbah d’Alger-gestion urbaine et vide social » en 1985, la thèse défendue est que « La Casbah n’est pas importante parce qu’ancienne, mais parce qu’elle a représenté dans un passé encore proche, un modèle de fonctionnement et de gestion d’un ensemble urbain. Elle est l’un des rares témoins d’une pratique locale efficace ». La grandeur de la Casbah l’auteur la fonde sur ses 4 dimensions : la dimension identitaire : habitée majoritairement et de tout temps par des autochtones : « la conception de ses maisons d’inspiration locale correspond le mieux à la manière de vivre algéroise » et, donc c’est en son sein « que s’est forgée et constamment renforcée l’identité algérienne, avant et durant l’occupation coloniale » ; la dimension politique « elle a été l’un des plus importants creusets du nationalisme algérien » ; la dimension culturelle et nationale « La Casbah exprime une triple dimension artistique, culturelle et politique, ce qui lui donne une importance nationale » et enfin « son rôle dans l’histoire du Bassin méditerranéen, le site merveilleux qu’elle occupe, l’originalité de son urbanisme et les qualités de son architecture unique » qui lui confèrent une dimension internationale.

3Par ailleurs, l’auteur souligne la valeur expériencielle et, par conséquent scientifique de la Casbah, objet de la première grande « tentative de réhabilitation du plus ancien noyau urbain » qui se présente au chercheur comme « expérience majeure (qui) relient notre attention dans la mesure où elle offre un cadre d’observation privilégiée des multiples aspects de distorsions et écarts qui séparent les projets (théoriques) des lieux de mise en application ».

4Cependant, ce « modèle de fonctionnement et de gestion d’un ensemble urbain » révèle son autre grandeur - en tant que Cité des Hommes - à travers ce qui mérite d’être appelé le Paradoxe de la Casbah.

5Stigmatisée durant la période coloniale comme « quartier dangereux », « repaire des marginaux », « réserve de prolétaires disponibles », quartier où la majorité des ménages résidents sont pauvres, la Casbah, au lieu de subir et d’afficher une dégradation accélérée du cadre bâti suite à sa mise à l’écart, vit se développer en son sein « une forme de gestion communautaire des espaces tant publics que privés ». Si c’était là une manière salutaire de réduire les effets d’un discours diffamatoire, il faut bien reconnaître que c’était surtout une façon de résister au remède « haussmanien ».

6La Casbah de l’après-indépendance voit sa réalité se transformer en son contraire. Ce haut lieu de la résistance et source de pouvoir évolue depuis 1962 en zone de relégation, de déchéance. L’entretien des espaces résidentiels est suffisamment éloquent à ce propos : effacement ou même disparition des Zabaline (éboueurs), des Siyakine (arroseurs), amoncellement des ordures et gravats devant les maisons. Et s’il s’agit de rappeler que cette situation n’incombe pas aux habitants seuls, comme semble le suggérer Djafar Lesbet en insistant sur le renouvellement de la population qui serait responsable de la dégradation puisque celle-ci n’a « qu’une courte expérience urbaine », il suffit alors de rappeler que de 1962 à 1985 aucune structure étatique n’a élu domicile dans la Casbah. Eh Oui ... La Casbah qui abrite des maisons construites avant 1830 (la haute Casbah) et des immeubles coloniaux (la basse Casbah), représente aussi « l’un des espaces urbains les plus densifiés du globe ». Le diagnostic n’a alors rien de surprenant : « un tiers des maisons est insalubre et vétuste, l’autre nécessite une intervention lourde, seul le troisième offre des conditions correctes d’habitabilité ».

7Pour rendre compte de façon concise de la situation concrète de la Casbah et de ses habitants après l’indépendance, seule l’expression de I. Goffman semble la plus adéquate : c’est l’identité abîmée.

8Et si « Alger se meurt de sa Casbah », celle-ci ne doit ses malheurs qu’à l’infortune de ses occupants : « La Casbah a durant les 40 dernières années constamment été habitée par les couches les plus pauvres de la population algéroise ». Infortune qui pénalise doublement encore puisque « l’absence de logement maintient les habitants de la Casbah sur place. Elle alimente la surdenfication. et chaque fois qu’on destine aux familles de la Casbah un quota de logements, il est attribué à d’autres (mieux placés) ». Il arrive aussi, comme en 1984, qu’« on murmure au ministère de l’habitat que la qualité des constructions est trop luxueuse pour les gens de la Casbah ». L’identité abîmée est-elle aussi doublement signifiée. D’abord au niveau de la mutilation de la pierre de la Casbah, opérée durant la période coloniale et qui a fait que les façades des maisons « évoquent tout ce qu’il y a de colonial et l’intérieur garde le style et l’organisation antérieurs », ensuite au niveau de l’espace domestique occupé dans la fièvre de l’appropriation enclenchée après le départ massif des européens en 1962. « Chaque fois qu’on entrait chez soi, on avait l’impression de pénétrer chez l’autre, chez l’étranger qui, bien que définitivement absent, continuait toujours à imposer sa façon de vivre ». Dès lors, on comprend que les maisons de la Casbah, comme partout ailleurs, sont-elles aussi saisies par le processus de transformations / modifications : entrée du parpaing et du béton armé, des briques et autres matériaux lourds, évitement du wast-ad-dar par le percement d’ouverture, entre les chambres... Mais alors si la composition et la disposition des maisons de la Casbah sont encore ce qu’on a fait de mieux et qui correspond toujours le plus au mode de vie local de la plus grande partie de la population, toutes strates sociales confondues pourquoi alors ces transformations / modifications opérées par les habitants pourtant toujours pauvres ? Pourquoi ce modèle d’architecture et d’urbanisme n’inspire-t-il plus nos techniciens ?

9La Casbah constitue-t-elle toujours « un modèle d’urbanisme représentant une alternative aux cités nouvelles » ? Et ceci même si « elle est également un espace légitimant de l’histoire urbaine d’Alger. Elle confère aux natifs le statut de citadin ».

10Si tous les signes de la dégradation convergent dans leur signifié pour suggérer l’hypothèse de ce que Madani Safar-Zitoun appelle « la désobéissance civique » (cf. Stratégies patrimoniales et urbanisation. Alger 1962-1992.- Paris, l’Harmattan, 1996), Djafar Lesbet se contente lui d’une tout autre explication que la sociologie ne peut agréer et qui est celle du vide social : « le vide social s’exprime à travers cet ensemble de signes d’abandon et d’attitudes de rejet que nous avons exposées, en mettant en parallèle deux comportements d’un même peuple durant deux périodes différentes dans un même espace urbain, et qui ont donné lieu à des résultats diamétralement opposés ». Ce « vide social » n’a de sens que celui que lui reprochent le discours officiel et le discours des techniciens, c’est en son nom que toutes les aventures, les tâtonnements empiriques et les mimétismes sont justifiés. Car là aussi, comme ailleurs, la démarche politique et technicienne est exclusive : les habitants n’ont aucune idée en matière de réhabilitation... et tout ce qui se fait ne peut que leur bénéficier... même malgré eux et d’ailleurs. Là encore, les règlements administratifs issus du droit « moderne » dissuadent de toute recherche de coopération avec les habitants de la Casbah.

11Pourtant toutes les expériences menées ailleurs montrent que la réhabilitation ne peut réussir que si on commence par « apprendre à regarder la Casbah avec les yeux des habitants avant d’entreprendre des actions sur son cadre bâti ». En l’absence de l’implication des habitants, « Le problème de la Casbah est devenu une question d’Etat pour laquelle on n’a aucune solution et pas même un début de réponse » bien que les diagnostics se multiplient... mais en s’annulant les uns les autres. Les résultats se résument en un seul mot : gâchis. Gâchis que les décideurs pensent à chaque fois pouvoir éviter en recourant aux programmes d’aménagement colonial, comme déjà vu à Constantine (cf. texte de Z. Boumaza pour Souika dans le Vieux Constantine) et à Oran (cf. texte de A. Bekkouche sur le Ravin de Ras el-Aïn à Oran) -et à propos de ce recours Djafar Lesbet écrit que l’une des dernières interventions était « dans la droite ligne d’un vaste programme d’aménagement que l’indépendance avait rendu caduc et qu’on croyait abandonné ». Autre exemple : pour la réalisation d’une gare routière dans la basse Casbah la ville d’Alger, jumelée avec la ville de Marseille, fait appel à un bureau d’études marseillais... mais « c’est là encore un vieux projet des années 40 qui refait surface à... Marseille... pour être reproposé à Alger en 1984 »... pour la Casbah, ce haut lieu du nationalisme algérien. Si la réhabilitation revêt le sens de remise en état du plus ancien noyau urbain » abritant une architecture pré-coloniale, elle ne traduit pas moins par sa mise en oeuvre les contradictions du politique entre autres exemples cités dans le livre, l’entêtement à vouloir confier cette réhabilitation « à des bureaux d’étude extra-nationaux, en général étrangers aux moeurs et aux pratiques constructives vernaculaires et aux techniques de réalisation exclusivement locale qui ont donné naissance aux anciennes cités ». Manque d’imagination ou complexe du colonisé ? Ou encore les deux à la fois ?

12Le lecteur, une fois informé de ce qui a été appelé plus haut le paradoxe de la Casbah coloniale et surtout post-coloniale, ne peut pas ne pas regretter l’absence de tout point de vue des habitants de ce modèle d’urbanisme authentiquement local et structuré autour de la mosquée -» Avec 11 mosquées et 5 salles de prière, la Casbah est le quartier le mieux pourvu de la capitale ». Point de vue des habitants les plus anciens comme des nouveaux sur la réhabilitation de leur quartier, de leur espace vécu. N’est-ce pas pourtant la non-implication de cet acteur essentiel que l’auteur dénonce comme source de gâchis ? N’est-ce pas reproduire épistémologiquement et méthodologiquement par un livre fait sur la Casbah sans le point de vue de ses habitants ce que d’autres commettent politiquement ? 

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Abdelkader Lakjaa, « Lesbet, Djafar.- La Casbah d’Alger : gestion urbaine et vide social », Insaniyat / إنسانيات, 5 | 1998, 134-138.

Référence électronique

Abdelkader Lakjaa, « Lesbet, Djafar.- La Casbah d’Alger : gestion urbaine et vide social », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 5 | 1998, mis en ligne le 31 mai 2013, consulté le 24 mai 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/11890

Haut de page

Auteur

Abdelkader Lakjaa

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page