Navigation – Plan du site
Lecture

Sgroï-Dufresne, Maria.- Alger, 1830-1984. Stratégies et enjeux urbains

Abed Bendjelid
p. 138-140
Référence(s) :

Sgroï-Dufresne, Maria.- Alger, 1830-1984. Stratégies et enjeux urbains.- Paris, Ed. Recherches sur les civilisations, 1986.

Texte intégral

1Cette thèse de troisième cycle en géographie, soutenue à l’université de Paris I en 1983, sous le titre de « la politique urbaine à Alger : continuités et ruptures. Une métropole coloniale devenue capitale d’un Etat souverain » a été rendue accessible, consécutivement à sa publication en 1986, sous le titre d’« Alger : 1830-1984. Stratégie et enjeux urbains ». Bien plus que son plan de rédaction classique, séparant l’Alger colonial (1830-1954) et l’Alger réapproprié (1962-1984), c’est la manière d’aborder les mutations de la Capitale qui apporte un renouvellement dans la démarche de géographie urbaine avec laquelle l’analyse des villes en Algérie a été abordée jusque là. En effet, M. Sgroï-Dufresne innove en tentant d’analyser les transformations de l’urbanisation d’Alger d’une façon globale en faisant appel à la science politique, à la sociologie, à l’économie, au droit de l’urbanisme... tout en recherchant les interactions décelables entre ces multiples disciplines impliquées dans l’aménagement de la capitale.

2Tenter d’expliquer la formation d’un espace, a fortiori celle d’une ville à fonctions capitales, et ses dynamiques géographiques, économiques et sociales durant une phase historique, aussi longue, est une œuvre délicate. Et ce, d’autant plus que l’auteur essaie de démontrer une hypothèse fondée sur la similitude de mécanismes d’appropriation qui ont produit une ségrégation sociale au sein de l’espace algérois, durant la période coloniale et la période post-indépendance, par des groupes sociaux liés aux différents pouvoirs politiques et économiques. D’une manière générale, la lecture de la thèse de M. Sgroï-Dufresne met en évidence une série de discontinuités perceptibles lors de l’étude de l’extension spatiale de l’agglomération métropolitaine. Une des discontinuités, observée dans les politiques urbaines appliquées tant durant la période coloniale (1930 - 1962) que durant la période post-indépendance, peut être relevée lors des débats (1930-42 et 1968-75) qui, portant sur les choix en matière d’urbanisme et sur les nouvelles fonctions de la Capitale, « vont à l’encontre des intérêts de la bourgeoisie coloniale, en grande partie liés à la rente foncière, urbaine et agricole. Le Plan du Comédor est rejeté car il remet en cause les intérêts de la fraction de la bourgeoisie nationale qui a su profiter de « l’héritage ». Mais il s’agit là, d’une constante dans l’histoire de l’urbanisme algérois » (p. 6).

3L’approche de la périodisation de l’histoire urbaine de l’Alger colonial (avant 1930, 1930-54, 1955-62) et de l’Alger, capitale d’un Etat souverain (1962-65, 1966-1975 et après 1976) permet à l’auteur d’affirmer qu’au-delà de la rupture politique de 1962, « l’histoire de l’Alger moderne... devait aussi intégrer l’Alger colonial ». A partir d’une collection de cartes, M. Sgroï-Dufresne permet au lecteur de suivre, avec parfois beaucoup de précision, les tendances du Plan d’aménagement de 1931, du Plan d’urbanisme de 1935 appliqué à la région algéroise, du Plan d’urbanisme de 1948... Ainsi, la gestion urbanistique de la ville et les projets de l’Agence du Plan, soutenus par le maire J. Chevallier, apporte à la fois une nouvelle orientation à la politique urbaine, des d’équipements sociaux et la réalisation de grandes cités (Diar es-Saàda, Diar el-Mahçoul...) ; mais, le départ du maire en 1953 met fin à cette expérience. Par ailleurs, l’auteur analyse finement, l’organisation du marché foncier et immobilier à la fin des années 1950 ; cette partie peut être utilement complétée par les travaux de recherche menés par l’architecte J. J. Deluz. Enfin, en dépit du lancement du Plan de Constantine et de ses multiples opérations d’habitat résidentiel (Alger-Centre, Hussein-Dey, El Harrach, Ben-Aknoun, Clos Salemblier, Climat de France, Cité Mahieddine, El Biar, Oued Ouchaya...) qui ont orienté l’extension spatiale d’Alger en direction de l’Est et des Hauteurs de la ville, « les critères de distribution et d’affectation de l’espace apparaissent ainsi, sous une apparence de rationalité, plus ségrégatifs que jamais » (p. 100).

4A la suite de la reconquête d’Alger, l’auteur affirme qu’en 1966 « l’aménagement d’ensemble de la ville coloniale n’est donc pas remis en question » (p. 125). Bien plus, si la réglementation française en matière d’urbanisme est reconduite en décembre 1962, sur le terrain, « la distribution de la population par catégorie socio-professionnelle suit une hiérarchie étroitement liée au standing des quartiers » souligne l’auteur. Cette approche de l’occupation de l’espace, en 1966, est présentée en plusieurs pages et est, agrémentée par une série de tableaux et de cartes. Préoccupé par la gestion de la ville et du parc de logements hérité, le gouvernement crée en 1968 le COMEDOR (Comité d’études, de développement et d’organisation de l’agglomération d’Alger) et lui confie la conception du nouveau Plan d’urbanisme d’Alger. Là encore, des conflits de compétence et d’intérêts entravent l’application du Plan d’orientation générale, élaboré en 1975 par le COMEDOR, dont l’orientation spatiale préconisée s’effectuerait vers la partie orientale de la capitale.

5Les mécanismes législatifs et l’organisation du marché foncier urbain monopolisé par les institutions publiques aboutissent à une allocation sélective des logements et des réserves foncières. Une série de cartes portant sur la distribution spatiale des migrants, installés entre 1966 et 1977 (p.p. 165-178), au sein des arrondissements et des communes périphériques d’Alger, permet de faire ressortir une redistribution ségrégative des catégories socio-professionnelles dans ces territoires. La sectorialisation de la planification, la centralisation et la politique des pôles de croissance ont eu des implications négatives sur le fonctionnement de l’économie (gaspillage, crise de logement...) et sur les comportements des uns et des autres.

6La nouvelle politique d’aménagement urbain, décidée dès 1978 (maillage autoroutier, lignes du métropolitain, Riadh el-feth, université des sciences et de la technologie, nouvelles zones d’habitat urbain...), est justifiée par la conception d’un nouveau Plan directeur d’urbanisme dont est chargé en 1983, le Centre national d’études et de réalisations appliquées en urbanisme. Articulé autour de trois variantes, ce plan n’empêche pas l’extension de la capitale... et une « segmentation spatiale et sociale de l’offre foncière et immobilière » (p. 202) se concrétise, au début des années 1980, par une analyse faite en quatre volets : « les logements publics en vente ou en location, les lots faisant partie des réserves foncières, les lots situés dans les lotissements privés régulièrement approuvés et les lots privés issus des morcellements arbitraires à la campagne ». Ces derniers s’adressent aux « exclus » du marché urbain. C’est dire là, l’élargissement de l’aire des migrations pendulaires d’Alger, vers l’Est et le Sud. L’étude de cas présentée par l’auteur (p. 209) concerne la commune de Douéra, située dans le Sahel.

7En définitive, M. Sgroï-Dufresne conclut « sur une occupation de l’espace urbain extrêmement ségrégative et un système de location calqué, à Alger, sur celui de la ville coloniale ». Même si certaines affirmations méritent parfois d’être nuancées et certains concepts mieux précisés (catégories socio-professionnelles... ), il n’en demeure pas moins que la thèse de M. Sgroï-Dufresne apparaît comme un travail documenté dont le texte présenté est enrichi par des collections de cartes expressives.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Abed Bendjelid, « Sgroï-Dufresne, Maria.- Alger, 1830-1984. Stratégies et enjeux urbains », Insaniyat / إنسانيات, 5 | 1998, 138-140.

Référence électronique

Abed Bendjelid, « Sgroï-Dufresne, Maria.- Alger, 1830-1984. Stratégies et enjeux urbains », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 5 | 1998, mis en ligne le 31 mai 2013, consulté le 20 août 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/11892

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page