Navigation – Plan du site
Lecture

Icheboudene, Larbi.- Alger, histoire et capitale de destin national

Fouad Soufi
p. 145-146
Référence(s) :

Icheboudene, Larbi.- Alger, histoire et capitale de destin national - Alger, Casbah éditions, 1997.

Texte intégral

1L’ouvrage de Larbi Icheboudène ne saurait laisser le lecteur indifférent. Le titre d’emblée pose problème par la réunion de deux instances différentes : une discipline et un statut. Le et résume pourtant la thèse que défend l’A. Toute l’histoire d’Alger est celle d’une ville dont le destin est de devenir une capitale.

2L’A. veut nous faire partager sa foi en le destin de sa ville et son amour pour elle. Il a donc un premier mérite, il aime Alger et il l’écrit.

3Pour les besoins de sa démonstration, et tout dans sa passion, l’A. convoque le ban et l’arrière ban de l’historiographie coloniale (Pélissier de Reynaud, Rozet, Galibert, Lespès et Esquer) qu’il flétrit par ailleurs.

4Avec des idées simples, parfois hélas, quelques lieux communs, raccourcis et sentences et une méthode souvent discutable, l’A. découvre l’histoire et veut nous faire partager ses convictions par le seul fait qu’il les énonce. Il ne s’embarrasse pas de détail :

5« Alger est une ville issue de la grande histoire, espace central d’un pouvoir rayonnant sur le Maghreb » (p. 19). Même le lecteur profane et non averti sait que jamais dans son histoire -pourtant suffisamment chargée et belle- Alger n’a rayonné sur le Maghreb. Mais, laissons là ce détail. Il est question p. 34 d’un miracle qui s’accomplit lorsque Khayr Dine relie le Penon à la terre ferme, « depuis ce jour, toutes les flottes du monde sont venues croiser devant Alger ». Faut-il lire au deuxième degré ? Deuxième degré également lorsque p. 93, on revient au « coup d’éventail qui va coûter à l’Algérie 132 ans de domination... » On retrouve les accents d’un Gautier qui, dans un opuscule publié à l’occasion du Centenaire de 1830, avait écrit : « Il faut songer que ces huit milliards de richesse [réalisés par l’Algérie en 1929 N.D.L.R.] sont une création pure. Ils sont sortis intégralement du coup d’éventail du dey ».

La méthode d’exposition est simple :

6Posons un postulat (le mot est dans le texte) : Alger est la capitale, les capitales ont des vertus et des qualités, donc Alger a des vertus et des qualités, donc Alger est une capitale.

7Ce postulat devient un peu plus loin un théorème (ce mot est également dans le texte). Détournant au passage le titre d’un article d’Henri Sanson, « prise de la ville, prise du pouvoir », l’A. essaie de nous expliquer que « la libération du pays passait symboliquement par la reconquête de la ville capitale » pour preuve, « pour le colonisateur, la prise de la ville signifiait la prise du pays. » Le raccourci même pour le lecteur peu au fait de l’histoire de l’Algérie est a-historique.

8Posons un second postulat : « Dans I’histoire générale de la ville, il est un fait admis que celle-ci constitue le foyer principal ou intellectuel de mouvements nationalistes révolutionnaires. Ce fut le cas des capitales coloniales nord-africaines... Alger s’est manifestée avec un plus... » Alger est une ville, donc... Alger est une capitale nord-africaine donc... Alger constitue le foyer... Mais de quoi s’agit-il ? De la ville en général ou d’Alger ? Qui a admis ce fait ? Quelle est la part de Rabat dans... On songe plutôt à Fès et à Casablanca... L’A. est déjà ailleurs, de plus, il faut le croire puisque « l’histoire nous enseigne que... » et comme l’histoire est bonne fille, « cette capitale reçut ce rôle que lui avait dévolu l’histoire comme un destin ». (p. 273)

9Tout à son amour -qui rend aveugle, il est vrai- l’A. n’hésite pas à écrire : « Alger, première ville conquise par la colonisation sera la dernière parcelle de la reconquête du pays par les siens » p. 242, idée reprise p. 253. C’est là, certes, une belle phrase, mais un peu à côté de la réalité historique. Le 1er février 1968 a quand même eu lieu et pas à Alger.

10On ne peut que relever une phrase aussi inutile qu’injuste : « Ces luttes qui se menèrent à Alger semblent avoir fait de la capitale, la ville qui a payé le plus lourd tribut à la Révolution... » p. 340. Il semble plutôt que nous sommes là bien loin de la sociologie et plus loin encore de l’histoire.

11Comme dans la chanson, c’est toujours la première fois. C’est toujours la première fois qu’un programme d’habitat est lancé en faveur des musulmans : pp. 187, 189, 199, 201, 203 mais pour des périodes différentes : 1937, 1950, 1953, 1954. Mais précisément, il manque la première fois celle de 1931 et du Plan Brunel. Encore fallait-il lire Mahfoud Kaddache et sa thèse sur « La vie politique à Alger de 1919 à 1939 (Alger, SNED, 1970) ».

12Last but not the least : qui a investi Alger d’un destin national ? Depuis le projet avorté d’Abu Hamu Musa II, puis avec le « miracle » de Khayr Dine, les décisions de l’Etat colonial et enfin celles de l’Etat national, que l’A. présente pourtant bien 342 pages durant, voilà qu’il conclut en répondant que c’est la société.

13Cet ouvrage est le fruit de grosses lectures et grâce à cet effort consenti par l’A., il incite son lecteur à faire autant et ce n’est pas là sa moindre qualité. Mais comme beaucoup de compilations qui reposent sur une seule idée, ce livre nous laisse sur notre faim par son manque d’originalité. Par contre, il nous aide à comprendre et à aimer toujours plus Alger.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fouad Soufi, « Icheboudene, Larbi.- Alger, histoire et capitale de destin national », Insaniyat / إنسانيات, 5 | 1998, 145-146.

Référence électronique

Fouad Soufi, « Icheboudene, Larbi.- Alger, histoire et capitale de destin national », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 5 | 1998, mis en ligne le 31 mai 2013, consulté le 16 août 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/11897

Haut de page

Auteur

Fouad Soufi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page