Navigation – Plan du site
Notes de lectures

La ville dans tous ses états.- Alger, Casbah Editions 1997.- Coll Réflexions, 3

Fouad Soufi
p. 154-156

Texte intégral

1Dix études sur la ville sont réunies dans cet ouvrage de la désormais incontournable collection Réflexions de Casbah Editions. Autant d’approches sur notre vision, notre perception et nos rapports à la ville, avec une critique de la notion de citadinité.

2Une remarque préliminaire s’impose dans le texte de présentation, Larbi Icheboudène nous explique que le choix du titre « est celui que nous voulons porteur à la fois de discours critique et d’espoir pour la ville algérienne ». Le projet est généreux mais sept articles sur Alger, un sur Tlemcen et un sur Constantine, peuvent-ils faire la ville algérienne ?

3Quatre thèmes se dégagent de ces dix études : la citadinité est-elle un concept/une notion ? un problème concret la gestion des déchets ménagers, la musique comme pratique identitaire citadine et la question de l’administration de la capitale.

4Volontaire ou non, le débat, par études interposées, sur la notion de citadinité, oppose le point de vue quelque peu radical de Rachid Sidi Boumediene à ceux de Larbi Icheboudène et Djillali Sari alors que le pont de vue de Madani Safar-Zitoun est plus nuancé.

5Ainsi, Rachid Sidi Boumediene essaie de démontrer que « la citadinité : une notion impossible » parce qu’« inapte comme outil d’analyse scientifique » du fait de sa charge idéologique. Il estime que cette notion « ressemble à un concept valise, on peut y mettre ce qu’on veut » de plus, « elle dissimule une affirmation de droits de légitimités et de droits... ». Les réticences de l’A. sont légitimes lorsqu’il s’en prend à l’essentialisme : on serait citadin par essence, par naissance ( ?). Si l’approche est claire : la citadinité est un svstème de représentation de soi et... ce sont les rapports sociaux qui lui donnent force et faiblesse, les arguments, par contre, manquent parfois d’épaisseur. La citadinité ne peut, à elle seule et uniquement, fonder la civilisation, La bourgeoisie et le « petit peuple » sont-ils vraiment rivaux dans la citadinité ? Ne la fondent-ils pas ensemble ? Tous les citadins ne sont pas forcément riches financièrement. Sauf à donner des exemples concrets et précis, ce que ne fait pas l’A., cette analyse ne repose sur rien d’autre que la subjectivité et les impressions que l’A. condamne chez Benatia et Lesbet. Et l’on comprend pourquoi ce sont « les descendants d’esclaves ou de serviteurs (qui deviennent) les véritables dépositaires de la citadinité » et pourquoi il y a eu « transfert de légitimité vers les couches populaires ».

6La meilleure illustration de la non-scientificité de la notion de citadinité comme veut le démontrer R. Sidi Boumediene, nous est donnée par l’étude de Larbi Icheboudène : la difficulté d’être Algérois. Opposer Algérois à néo-citadin, c’est au mieux faire dans la confusion, au pire à supposer qu’il n’est de citadin qu’Algérois. C’est admettre que tous ceux qui ont occupé (sic) Alger après 1962 sont des ruraux qui de plus ont fait fortune en entrant à Alger. L’A. a des idées simples : Alger « a perdu cette hégémonie que les capitales exercent grâce à leurs savoirs et pouvoirs sur le reste de la société ». Que je sache, ni Rabat, ni Bonn, ni Brasilia, ni Pretoria, ni Canberra, ni Ottawa, ni Washington, ni même Madrid ou Rome, n’exercent de magistère sur le reste du pays ; faut-il citer d’autres exemples ? Aussi est-il normal que l’A. voit deux Algérois : ceux à peine admis (par qui et au nom de quoi ? Seuls Dieu et l’A. le savent) et les autres, les légitimes (au nom de qui, de quoi et grâce à qui, à quoi ?). Rachid Sidi Boumediene a bien raison de se méfier de l’essentialisme. Maougal, en faisant douce violence à l’histoire (ce n’est pas son propos), nous offre un beau récit sur Algérie, capitale Alger.

7Avec ce petit clin d’oeil au poème d’Anna Gréki, une phrase rapide mais qui se pose en porte-à-faux avec un ouvrage commenté plus haut : « Rien ne la [Alger] prédestinait à ce statut prestigieux, ni à ce rôle cardinal. »

8La contribution de Djillali Sari sur Tlemcen, source prenne de la citadinité, est autrement plus convaincante que celle de L. Icheboudène et nous réconcilie avec cette impossible notion. Inscrire la vision d’une ville dans son parcours historique permet de mieux voir les graves atteintes que lui portent tant ceux qui y vivent que ceux qui décident pour elle. Même s’il est juste d’écrire que « Tlemcen illustre parfaitement toute la réalité de la citadinité », il reste un peu excessif d’affirmer que cette dernière « s’est développée depuis les deux derniers millénaires... ».

9Expressions de la citadinité, la musique et deux beaux textes d’Ahmed Serri et d’Abdelmajid Merdaci le confirment si besoin est. Mais Djaffar Lesbet, La Casbah une cité en reste et Chérifa Hadjij, Gérer les déchets ménagers. Espaces et pratiques à Alger, nous ramènent à la déplorable réalité de nos villes. La triste promenade dans les ruelles de la Casbah à laquelle nous invite D. Lesbet, nous rappelle tout ce que nous avons perdu en technicité et en savoir-faire. D. Lesbet pose un problème de fond lorsqu’il écrit : « dès que l’espace n’est plus évocateur des souvenirs et des valeurs partagées qui ont conditionné l’attachement au lieu, il résulte une incompréhension entre les hommes et le lieu. » En effet, il semble que ce conflit entre les hommes et leur environnement urbain, se pose plus dans le cas des quartiers anciens des vieilles villes (la Casbah mais également le Vieux Constantine, le Vieil Oran) que dans le cas des quartiers et des villes produits par l’urbanisme colonial. La cité de l’Hôpital à Sidi Bel Abbès, créée au début des années 1950 pour de petits fonctionnaires et vidée des 9/10è de sa population après 1962, a conservé ses caractéristiques de cité calme, propre et l’entraide entre voisins n’est pas un vain mot. Seules les études comparatives peuvent donner une réponse sérieuse. Le lien social s’est donc perdu à Alger et « les dégâts occasionnés par une gestion clientéliste de la cité » ne peuvent être dépassés que par une profonde révision des pratiques administratives estime Madani Safar-Zitoun. Et il revient à M’hand Kacemi de nous expliquer la portée des textes qui ont créé le gouvernorat du Grand Alger et ce qui est attendu de cette nouvelle structure administrative. Malheureusement l’A. ne nous dit pas ce qu’est devenu Alger dans tout cela : quel est le statut de cette ville formée d’arrondissements urbains ? Est-elle une collectivité locale (ou territoriale) ? Une commune ? Est-elle dotée d’une assemblée populaire et d’un président ? Alger existe-il comme Oran ou Constantine ou Illizi ?

10Voilà donc un petit livre et beaucoup de grandes questions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fouad Soufi, « La ville dans tous ses états.- Alger, Casbah Editions 1997.- Coll Réflexions, 3 », Insaniyat / إنسانيات, 5 | 1998, 154-156.

Référence électronique

Fouad Soufi, « La ville dans tous ses états.- Alger, Casbah Editions 1997.- Coll Réflexions, 3 », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 5 | 1998, mis en ligne le 31 mai 2013, consulté le 29 mars 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/11908

Haut de page

Auteur

Fouad Soufi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page