Navigation – Plan du site

Rythmes scolaires d’élèves de l’école fondamentale algérienne

pupils’ school-rhythm in Algerian primary and middle school [fundamental school]
Ritmos escolares de alumnos de la escuela fundamental argelina
الوتائر الدراسية لتلاميذ المدرسة الأساسية الجزائرية
Tchirine Mekideche
p. 69-84

Résumés

Cet article présente une partie des résultats de l’étude de terrain menée depuis janvier 1997, à la demande de l’Institut National de Recherche en Education d’Alger, étude en cours actuellement. L’objet de l’étude porte sur l’adéquation emplois du temps / rythmes scolaires des élèves de l’école fondamentale comme facteur de lutte contre l’échec et l’exclusion scolaires par une gestion plus efficace du temps scolaire.
Son objectif en un premier temps, est de saisir le(s) profils(s) de rythmicité journalière et hebdomadaire des activités intellectuelles d’élèves des premier et second cycle de l’école fondamentale et de procéder à une analyse comparative, en fonction des différentes modalités organisationnelles du temps scolaire actuellement en cours dans nos écoles.
Des épreuves de barrage et de problèmes de mathématiques sont proposées à des élèves de 3ème année « double vacation » âgés de 8-9 ans. Les résultats de la recherche mettent en évidence l’existence d’un profil classique de rythmicité journalière des performances intellectuelles des élèves, similaire au profil commun européen dégagé par les récentes recherches en chronopsychologie scolaire. Le profil hebdomadaire de variation est par contre, lui, modulé par les rythmes de la double vacation.

Haut de page

Texte intégral

I. L’aménagement des rythmes scolaires : un intérêt récent à l’école fondamentale

  • 1 MEKIDECHE, T. - (Sous la direction) - Les rythmes scolaires et leur aménagement à l’école fondament (...)

1Un intérêt réel et des questionnements nombreux se manifestent actuellement en Algérie à l’égard de la problématique de l’aménagement des rythmes scolaires à l’école fondamentale de la part aussi bien de responsables de l’Education Nationale, de centres de recherches universitaires, de revues spécialisées, d’étudiants, que d’enseignants et parents ; intérêt qui s’est concrétisé par des initiatives telles que la mise sur pied, à la demande de l’Institut National de Recherche en Education (I.N.R.E.), en janvier 1997, d’une équipe de recherche multidisciplinaire sur l’aménagement des rythmes scolaires à l’école fondamentale algérienne1, la présentation de communications et la publication d’articles, la tenue d’une journée d’étude sur ce thème en octobre 1998 ainsi que la préparation de mémoires de fin de licence et Magister en Psychologie et Sciences de l’Education à l’université d’Alger.

2Cet article présente une partie des résultats de l’étude de terrain en cours actuellement à l’Institut National de Recherche en Education, et portant sur l’aménagement des rythmes scolaires des écoliers de l’école fondamentale algérienne : réalités et perspectives.

II. Les rythmes scolaires ou les fluctuations rythmiques des variables biologiques, physiologiques et psychologiques de l’activité intellectuelle de l’élève en classe

3Tout est rythme dans le monde vivant. L’activité rythmique est en effet une propriété fondamentale de la matière vivante (Reinberg, 1979, 1993). A très peu d’exception près, il apparaît que toutes les fonctions des êtres vivants y compris ses fonctions cognitives, varient de façon rythmique, donc prévisible en fonction du temps. On distingue des rythmes biologiques et des rythmes psychologiques, objet d’étude de la chronobiologie pour les premiers, de la chronopsychologie pour les seconds.

4On peut définir un rythme comme une variation cyclique régulière pouvant être assimilée à une fonction sinusoïdale. Le temps est ainsi marqué par les grands rythmes cosmiques : rythme jour-nuit (rythme de 24 heures), rythme lunaire (rythme de 28 jours), rythme des saisons (rythme de 1 an) : les rythmes biologiques : rythme veille/sommeil, rythmes cardiaque, respiratoire et thermique ; les rythmes socioculturels : rythme activité/repos. Rythme des repas, des fêtes..., rythmes scolaires.

5La notion de rythmes scolaires présente une certaine ambiguïté. Ce concept désigne :

  • Soit les rythmes temporels environnementaux de l’élève, c’est-à-dire l’alternance des moments de repos et d’activités scolaires imposés par l’école à l’enfant, c’est-à-dire les emplois du temps.

  • Soit les fluctuations des variables biologiques, physiologiques et psychologiques. Et c’est dans ce second sens que chronobiologie et chronopsychologie étudient les rythmes scolaires.

6La chronopsychologie scolaire définie comme « l’étude des variations périodiques des comportements de l’élève », s’intéresse aux rythmes des activités psychologiques des enfants à l’école, aux moments et aux conditions les plus favorables aux apprentissages des enfants, afin d’optimiser l’efficience cognitive des élèves en agissant sur ces différents éléments. Le but est, à court terme, d’améliorer l’efficacité de l’enseignement par une utilisation plus efficace du temps ; à long terme, de lutter contre l’échec et l’exclusion scolaire (Testu, 1993).

III. Rythmicité de l’activité intellectuelle de l’élève en classe : un profil en « dents de scie »

7Les expériences d’aménagement des rythmes scolaires menées en Europe depuis les années 80 témoignent d’une récente prise en considération, par l’institution scolaire, des conclusions majeures des études expérimentales menées ces vingt dernières années en chronobiologie et en chronopsychologie scolaire : en classe, l’enfant ne peut faire n’importe quoi, n’importe quand et ne peut donc pas apprendre à n’importe quel moment.

8Car son efficience cognitive varie de façon périodique, rythmique, au long de la journée, de la semaine, de l’année rythmicité se traduisant par des « pics » et des « creux » de l’activité intellectuelle, délimitant ainsi, dans le déroulement du temps scolaire, des moments « féconds » et des moments « stériles » pour les apprentissages que doit réaliser l’élève

9Les difficultés à apprendre des élèves, leur fatigue, leur baisse de vigilance et de concentration, leur inattention et démotivation, phénomènes courants auxquels se heurtent à certains moments les enseignants dans leur classe, sont dès lors à relier à ces fluctuations périodiques, ces rythmes biologiques et psychologiques (Montagner, 1994).

10Les recherches en chronobiologie et chronopsychologie, essentiellement expérimentales, portent sur les fluctuations périodiques de variables physiologiques (température, veille-sommeil, activité hormonale), physiques (performances motrices) ou psychologiques (vigilance, concentration-éveil, attention sélective, mémoire, raisonnement logique, structuration spatiale). Encore partielles et incomplètes, elles ne permettent pas au chercheur d’aboutir actuellement, à des conclusions suffisamment claires pour passer à l’application des mesures qu’elles suggèrent.

  • 2 Un tour d’horizon des principaux résultats des recherches expérimentale et une bibliographie sont p (...)

11Ceci peut s’expliquer, d’une part, par la multiplicité et la complexité des facteurs susceptibles d’influer sur les performances intellectuelles de l’élève en classe ; d’autre part, par la difficulté à mener des expérimentations en milieu scolaire. Malgré ces difficultés, un corpus minimal de données objectives sur les fluctuations périodiques de l’activité intellectuelle existe2.

12Les recherches expérimentales menées portent sur trois types de rythmicité des activités intellectuelles : journalière (quel est le meilleur horaire pour enseigner telle ou telle matière ?), hebdomadaire (comment organiser la semaine scolaire : une semaine de 4,4 ½ ou 5 jours, avec ou sans rupture en milieu de semaine ?), annuelle.

13Les résultats obtenus vont le plus souvent à l’encontre des idées établies et des pratiques éducatives en cours et heurtent les certitudes des enseignants (Lors de l’expérimentation dans les écoles).

14Ainsi, la mythique "fraîcheur matinale" des élèves ne représente qu’un à-priori sans fondement expérimental. Une étude sur la rythmicité de la fatigue physiologique réalisée en 1994, en France, auprès de 80 filles âgées de 8 à 10 ans montre que la fatigue varie, à partir de 10 ans, selon un rythme diurne caractéristique, une courbe en U, comme chez l’adulte. Le « pic » de fatigue prédomine le matin, à 9h, le « creux » entre 11 et 14h, et un second « pic » de fatigue apparaît à 16h. Cette rythmicité reste la même quels que soient la durée du sommeil, le « rang scolaire » de l’élève (excellent, bon, moyen) et le jour de la semaine. La fatigue est toutefois plus important le lundi, après la rupture du dimanche, et jeudi, après la rupture du mercredi (Guérin et al. 1994).

15De la même façon, les résultats « classiques » des études sur la rythmicité de l’attention auditive et visuelle, mettent en évidence une augmentation de l’efficience attentionnelle au cours de la matinée, avec un « pic » en fin de matinée, un « creux » en début d’après-midi et une reprise en milieu d’après-midi avec plateau en fin d’après-midi (Leconte et Lambert. 1990), Leconte-Lambert, 1994).

16Ceux concernant la mémoire, différencient la mémoire immédiate ou mémoire à court terme (MCT) et mémoire à long terme (MLT) ; distinction nécessaire car apparaît une rythmicité différente pour chacune d’entre elles selon le profil de variation suivant : une meilleure performance le matin, en MCT, qui croîtrait de 8 à 10 heures pour atteindre son maximum d’efficience entre 10 et 11 heures et diminuerait ensuite tout au long de la journée. La mémoire à long terme serait, elle, meilleure quand l’acquisition a lieu l’après-midi.

17Six facteurs de variation modulent cette rythmicité attentionnelle et mnésique : l’âge, les différences individuelles (sexe ou style cognitif), les rythmes alimentaires, la motivation et l’intérêt pour la tâche, les caractéristiques liées à la tâche, enfin les conditions de recueil des performances étudiées (Lancry, 1986, Leconte et Lambert, 1990).

18Comme semblaient le dessiner les résultats d’études réalisées au début du siècle auprès d’écoliers américains en 1916 par Gates, puis quarante ans plus tard, par Rutenfranz et Hellbrügge en 1957, avec des élèves allemands ou suisses ; ensuite en 1961, par Fisher et en 1967, par Blake auprès d’adultes anglais, un profil européen commun de variation de l’activité intellectuelle est mis en évidence auprès d’élèves d’écoles de quatre pays européens - Allemagne. Angleterre, Espagne, France - âgés de 6-7 ans et 10-11 ans, et dont les emplois du temps se répartissent différemment dans la journée et dans la semaine, soit en 4 jours, soit en 4 ½ jours, soit en cinq jours ; mais aussi dans la journée (Testu, 1994).

19De façon schématique, le profit journalier des performances mentales se dessine comme suit : le niveau et la qualité s’élèvent du début jusqu’en fin de matinée, chutent après le déjeuner, puis s’élèvent plus ou moins l’après-midi, avec donc deux pics, l’un à 11h45, l’autre à15h5, et deux creux, à 8h30 et 13h45.

8h-9h

 : La performance intellectuelle est minimale

9h-10h

 : le niveau de performance s’élève régulièrement

11h-12h

 : un pic de performance maximale apparaît

12h-16h

Le niveau de performance s’abaisse

16-

Le niveau s’élève à nouveau

20De nombreux facteurs de variation modulent toutefois ces fluctuations, voire les annihilent comme le contexte organisationnel, le niveau scolaire de l’élève, la maîtrise de la tâche, elle-même fonction de la charge mentale et du degré d’apprentissage de l’élève.

21Au vu de ces résultats, l’organisation actuelle du temps scolaire apparaît en inadéquation réelle avec cette rythmicité biologique et psychologique. D’où l’idée d’aménager les rythmes scolaires et de réfléchir à des emplois du temps journaliers, hebdomadaires, annuels adaptés pour favoriser le développement harmonieux de l’activité intellectuelle et physique de l’élève, optimaliser l’action éducative et faire reculer l’échec et l’exclusion scolaires.

22Qu’en est-il de l’adéquation rythmes scolaires / emplois du temps propres à l’école fondamentale ? Les résultats obtenus auprès d’échantillons circonscrits d’écoliers européens et dans des contextes scolaires définis présentent-ils une significativité pour l’école fondamentale algérienne ? Sont-ils généralisables à ses écoliers ? Sont-ils utilisables pour un aménagement du temps scolaire à l’école fondamentale ?

IV. Analyse de l’organisation actuelle du temps scolaire à l’Ecole Fondamentale : les questions qui se posent

23A l’Ecole Fondamentale, l’organisation du temps scolaire obéit à des critères particuliers. L’insuffisance de locaux et d’enseignants, la surcharge importante des effectifs scolaires ont imposé aux écoliers algériens, les rythmes de la simple et double vacation.

Modalités organisationnelles de la simple vacation

24L’emploi du temps journalier et hebdomadaire est commun à tous les enfants d’une même école ainsi qu’à ceux de toutes les écoles pratiquant la simple vacation. Les cours se déroulent, du samedi au jeudi, de 8h à 11 ½ h le matin et de 13h à 15h l’après-midi ; avec 2 après-midi libres, les lundi et jeudi, soit les 3ème et 6ème jours de la semaine.

Horaires de la simple vacation

8h 9h

 10h

 11h

 13h

 14h

 15h

 16h

SAMEDI

DIMANCHE

LUNDI

MARDI

MERCREDI

JEUDI

Légende :
 Correspond aux "creux" des performances intellectuelles de l’élève, soit aux plages horaires de moindre efficience cognitive
 Correspond aux pics de ces mêmes performances, soit aux plages horaires efficience cognitive maximale.

Modalités organisationnelles de la double vacation

25Les élèves de la première vacation ont cours, les deux premiers jours de la semaine, aux deux premières heures de la matinée et de l’après-midi (de 8 h à 10½ h les samedi et dimanche et de 12 ½ h à 14 ½ h) ; horaires considérés comme peu propices aux activités intellectuel les.

26Ce rythme est ensuite inversé les 4ème et 5ème jours de la semaine avec cours pendant les deux dernières heures de la matinée et de l’après­midi (mercredi et jeudi de 10 ½ h à 12 h puis de 14 ½ h à 17h) plages horaires d’efficience cognitive optimale. Deux fois par semaine, les 3ème et 4ème jours, les enfants ont cours la demi-journée complète, soit 4 heures pleines d’activité intellectuelle mais se reposent l’autre demi-journée.

Horaires de la 1ère vacation

 8 h

 10h30

 12h30

 14h30

 17h

SAMEDI

****

****

DIMANCHE

****

****

LUNDI

****

MARDI

****

****

MERCREDI

****

****

JEUDI

****

****

Horaires de la 2ème vacation

8 h

10h30

12h30

14h30

17h

SAMEDI

****

DIMANCHE

****

LUNDI

****

MARDI

****

****

MERCREDI

****

****

JEUDI

****

****

Les questions qui se posent

27Au regard des données sur les rythmicités biologique, psychologique et intellectuelle de l’enfant telles que décrites par les recherches en chronobiologie et chronopsychologie scolaire, un certain nombre de questions se posent :

  1. Quelles sont les répercussions de chacune de ces modalités organisationnelles sur les variations journalières des performances intellectuelles de l’élève ? Certains jours, certains enfants ne travaillent qu’aux moments considérés comme peu propices aux apprentissages, le matin (8h-10h) et l’après-midi (12½h-15h). Et c’est dans ce modèle d’organisation que la désynchronisation entre temps psychologique et biologique de l’enfant et temps social est certainement la plus marquée. Les rythmes alimentaires de l’enfant en sont affectés puisqu’il est en classe aux moments des repas. Comment les familles gèrent-elles l’horaire des repas en fonction de la grande hétérogénéité des horaires des nombreux enfants de chaque famille ?

  2. Ces répercussions sont-elles les mêmes quel que soit le jour de la semaine ? Ces horaires de la double vacation alternant entre les deux premiers jours de la semaine et les deux derniers, les plages horaires "défavorables" aux activités intellectuelles en classe se distribuent uniquement les 1er et 2ème jours de la semaine pour certains ; et uniquement les 4ème et 5ème jours de la semaine pour d’autres. Le jour de la semaine module-t-il cet impact sur l’enfant ? Les études ont bien mis en évidence une amélioration des performances intellectuelles en classe du premier au dernier jour de la semaine (Testu, 1994).

28Nous faisons l’hypothèse générale que :

  • Les écoliers de l’école fondamentale scolarisés en mode double vacation présentent le même profil journalier de variation des performances intellectuelles que celui dégagé par l’étude européenne (Testu, 1993).

  • Le profil hebdomadaire de variation des performances intellectuelles des écoliers scolarisés selon le système de la double vacation est par contre différent car modulé par ce type d’organisation du temps scolaire propre à l’école fondamentale algérienne.

V. L’expérience

29Elle consiste à étudier les variations journalières et hebdomadaires de performance chez des élèves algériens de l’école fondamentale à une épreuve de barrage et une de problèmes de mathématiques.

Les sujets

30L’expérience a été réalisée auprès d’élèves de 3ème et 5ème année de l’école fondamentale âgés respectivement de 8-9 et 10-11 ans. A chaque niveau scolaire, deux classes ont été retenues : l’une suivant les horaires de la 1ère vacation, l’autre ceux de la seconde vacation. Le nombre moyen d’élèves par classe est d’environ 40 élèves. L’évaluation a donc concerné au total 160 élèves, soit 80 par niveau scolaire.

31Opérationalisation de la variable dépendante : l’activité intellectuelle
La rythmicité de l’activité intellectuelle des élèves est mesurée non pas par leurs résultats scolaires mais par l’évaluation "d’indicateurs d’état cognitif", comme la mémoire immédiate et différée, l’attention, la vigilance, le raisonnement logique au travers de leurs performances à des épreuves psychométriques.

32Epreuves d’évaluation des performances intellectuelles des élèves : barrage et mathématiques.

33L’épreuve de mathématiques est composée de 12 problèmes de difficulté croissante. L’épreuve consiste à donner la solution au problème posé sur la feuille d’énoncé en indiquant les opérations nécessaires pour le résoudre. L’épreuve est notée selon 3 points : 0pt. pour une réponse fausse : 1 pt. pour une réponse incomplète ; 2pts. pour une réponse juste. Le score maximum est donc de 24.

L’échantillonnage des situations

34Les épreuves d’évaluation sont soumises aux élèves chaque jour durant une semaine. Pour neutraliser ou plutôt limiter l’effet d’apprentissage et la monotonie résultant du nombre répété de présentations, nous faisons passer la même épreuve, au cours de la journée ou de la semaine, sous des présentations différentes, en proposant des versions très proches les unes des autres mais différentes.

35Une série de 7 épreuves de barrage, et 1 seconde de 7 épreuves de mathématiques (une pour chacun des six jours de la semaine d’évaluation et une en plus pour la pré-expérimentation) a été réalisée grâce à l’outil informatique.

36Les épreuves d’évaluation ne sont soumises à chaque groupe A1, A2, B1, B2 qu’une seule fois par jour, à 8h45 ; 11h45 ; 13h15 ; 16h15, selon un plan expérimental en carré latin.

Le plan expérimental en « carré latin »

37Chaque classe est scindée en deux groupes indépendants aléatoires par tirage au sort. A chaque groupe est associé une lettre (A pour la 1ère vacation, B pour la seconde) et un nombre : A1 / A2 ; B1 / B2.

38Chaque groupe comporte en moyenne 20 élèves. L’expérimentation porte, pour chaque niveau scolaire donné, sur environ 80 élèves répartis selon le schéma ci-dessous :

Ordre de passation des groupes de la double vacation au cours de la semaine

SAMEDI

A1

B1

A2

B2

DIMANCHE

A2

B2

A1

B1

LUNDI

A1+A2

B1+B2

MARDI

B1

A1

B2

A2

MERCREDI

B2

A2

B1

A1

JEUDI

B1+B2

A1+A2

Déroulement de l’expérience et modalités d’administration des épreuves

39L’expérience s’est déroulée à l’école Djebbar Messaoud de la cité Ain-Nadja à Alger, les samedi, dimanche, lundi, mardi, mercredi et jeudi des deux premières semaines du mois de juin 1998. Une pré-expérience l’avait précédée au courant du mois de mars 1998 en vue de la familiariser les élèves avec les épreuves d’évaluation et en même temps, de mettre à l’épreuve les instruments d’évaluation que nous avons nous même élaborés.

40Les épreuves ont été passées collectivement et par écrit dans les classes concernées et toujours dans le même ordre : l’épreuve de barrage (durée maximum 10 minutes), puis celle de mathématiques (durée 10 minutes).

VI. Résultats

41Les résultats ci-dessous portent sur les variations rythmiques des performances intellectuelles aux deux épreuves de barrage et de mathématiques d’élèves de 2 classes de 3ème année fondamentale, 1ère et 2ème vacation. Nous présentons les profils de variation journalière d’abord, hebdomadaire ensuite.

Profils journaliers

42Nous relevons les scores bruts des performances à chaque épreuve, à chaque jour de passation et à chacun des 4 horaires d’évaluation (8h45 : 11h45 ; 13h15 ; 16h15). Nous déterminons ensuite les scores moyens de chaque groupe. A1, A2, B1, B2. Nous regroupons ensuite les résultats des deux groupes de chaque vacation, A1+A2 pour la 1ère vacation, et B1+B2 pour la seconde, et calculons la moyenne des scores pour l’ensemble des élèves de chaque vacation.

43Le score maximal à l’épreuve de problèmes de mathématiques est de 24 ; celui pour l’épreuve de barrage est de 208. Afin de pouvoir comparer les performances à chaque épreuve, les scores moyens horaires obtenus sont traduits en pourcentages du total des scores moyens à chaque passation.

44Les profils de variation journalière des performances des élèves de 1ère vacation, (A1+A2 confondus) et de 2ème vacation (B1+B2 confondus) sont établis à partir des pourcentages des scores moyens à 8h45, 11h45, 13h15, 16h15.

45Les tableaux 1 et 2 regroupent les pourcentages des scores moyens des deux classes de 1ère et 2ème vacation successivement à l’épreuve de mathématiques puis à celle de barrage aux 4 horaires de passation. Les figures 1 et 2 en présentent les profils de variation journalière.

 8h45

 11h45

 13h15

 16h15

1ère VACATIONS

Epreuves de Mathématiques

13,21 %

20,11 %

15,51 %

20,11 %

Epreuve de Barrage

11,77 %

21,46 %

12,90 %

17,47 %

2ème VACATION

Epreuves de Mathématiques

16,22 %

21,15 %

14,47 %

22,55 %

Epreuve de Barrage

23,78 %

15,51 %

18,66 %

9,87 %

46Les scores journaliers présentés par le tableau 1 montrent que les performances des élèves de 3ème année 1ère vacation à l’épreuve de mathématiques et de barrage varient et de façon concomitante au cours de la journée. Ils présentent le même profil, caractérisé par la présence de deux « creux », le premier à 8h45, le second à 13h15 et de deux « pics », à 11h45 et 16h15 (Fig. 1).

Fig 1 : Profil journalier des performances à une épreuve de maths d’élèves algériens de 8-9 ans 3ème année 1ère et 2ème vacation

Fig 1 : Profil journalier des performances à une épreuve de maths d’élèves algériens de 8-9 ans 3ème année 1ère et 2ème vacation

47Le tableau 1 et les figures 1 et 2 montrent la similitude du profil de variation des performances à l’épreuve des problèmes mathématiques des élèves de 1ère / 2ème vacation mais par contre, leur inversion en ce qui concerne l’épreuve de barrage.

48Quelle que soit la vacation, à l’épreuve des problèmes de mathématiques, les scores sont faibles le matin à la première heure, s’élèvent au cours de la matinée pour atteindre un pic vers 11h45, chutent en début d’après-midi et remontent en fin d’après-midi.

49Par contre, le profil de variation journalière de leurs performances à l’épreuve de barrage s’inverse, avec deux « creux » à 11h45 et 16h15 et deux « pics » à 8h45 et 13h15. Les scores moyens obtenus et exprimés en pourcentage du total des scores moyens sont toutefois plus élevés pour l’épreuve de barrage et les fluctuations horaires plus marquées.

Fig. 2 : Profil de variation journalier des performances à une épreuve de barrage d’élèves algériens de 8-9 ans
3ème année 1ère et 2ème vacation

Fig. 2 : Profil de variation journalier des performances à une épreuve de barrage d’élèves algériens de 8-9 ans 3ème année 1ère et 2ème vacation

Profils hebdomadaires

50Le tableau 2 regroupe, pour chaque vacation, les scores moyens hebdomadaires des performances aux deux épreuves. Ils sont établis à partir du regroupement des scores moyens journaliers.

Samedi

Dimanche

Mardi

Mercredi

Jeudi

1ère VACATION

Epreuves de Mathématique

12,25 %

16,47 %

18,19 %

22,02 %

16,66

Epreuve de Barrage

4,95 %

21,8 %

18,67 %

20,26 %

25,73

2ème VACATION

Epreuves de Mathématiques

25,75 %

17,87 %

11,05 %

19,64 %

13,12

Epreuve de Barrage

8,74 %

16,64 %

18,54 %

23,95

14,38

51L’examen des profils (Figures 3 et 4) met en évidence une élévation régulière des performances en mathématiques pour la 1ère vacation, du samedi au mardi puis une chute le dernier jour de la semaine. C’est le premier jour de la semaine que sont enregistrés les scores les plus faibles et l’avant-dernier jour les plus élevés.

Fig 3 : Profil de variation hebdomadaire des performances à une épreuve de mathématiques d’élèves algériens de 8-9 ans 3ème année
1ère et 2ème vacation

Fig 3 : Profil de variation hebdomadaire des performances à une épreuve de mathématiques d’élèves algériens de 8-9 ans 3ème année 1ère et 2ème vacation

Fig 4 : Profil de variation hebdomadaire des performances à une épreuve de barrage d’élèves algériens de 8-9 ans 3ème année 1ère et 2ème vacation

Fig 4 : Profil de variation hebdomadaire des performances à une épreuve de barrage d’élèves algériens de 8-9 ans 3ème année 1ère et 2ème vacation

52Par contre, l’allure des courbes des performances en mathématiques des élèves de 2ème vacation s’inverse. Les scores les plus élevés sont obtenus le premier jour, ils baissent jusqu’au mardi, remontent le mercredi pour redescendre le jeudi.

53Les courbes de variation des performances à l’épreuve de barrage peuvent être considérées comme peu différentes : elles s’élèvent plus ou moins progressivement du samedi, jour de plus basse performance au mercredi. La principale différence se situe au niveau du dernier jour de la semaine où les scores des élèves de 1ère vacation sont les plus élevés alors que ceux des élèves de 1ère vacation baissent sensiblement.

Conclusion

54Cette toute première analyse tout à fait rapide et partielle des résultats de cette étude encore en cours de traitement et d’analyse des données recueillies, montre d’une part, que les performances à deux épreuves d’évaluation, d’élèves algériens de deux classes 3ème année fondamentale, l’une de 1ère vacation, l’autre de 2ème vacation, varient selon les heures et selon les jours.

55Les données exposées sembleraient indiquer que le mode d’organisation du temps scolaire ne modifie pas le profil journalier des performances mais en influence le profil hebdomadaire.

56En nous référant aux résultats d’études menées par d’autres chercheurs, on serait tenté de conclure que le profil journalier de ces élèves algériens correspond à celui généralement rencontré avec d’autres épreuves auprès notamment d’écoliers européens (Testu, 1994), mais seulement pour l’épreuve des problèmes de mathématiques, pas pour celle de barrage.

57L’évolution quasi-inversée des performances journalières à l’épreuve de barrage pourrait être interprétée comme étant le résultat de sa « charge cognitive » plus élevée.

58Les résultats présentés ici ne nous autorisent donc pas, dans l’état actuel de leur traitement de conclure de manière définitive. Il nous semble indispensable de réaliser des analyses comparative et synthétique de l’ensemble des données recueillies auprès d’échantillons d’élèves de différents âges et scolarisés selon les trois modes de gestion du temps scolaire : simple vacation, 1ère et 2ème vacations, données déjà recueillies et actuellement en cours de traitement dans le cadre du travail de l’équipe de recherché (1) (résultats qui feront l’objet de publication ultérieure).

Haut de page

Bibliographie

GUERIN et al. - Variations de la fatigue auto-estimée de filles prépubères en milieu scolaire.- Enfance, 1994, 4.- p.p. 432-433.

LECONTE. P. LAMBERT C. - La chronopsychologie. - Paris, PUF, 1990.

LECONTE-LAMBERT. C. - Fonctionnement attentionnel et chrono­psychologie : quelques données actuelles chez l’enfant de maternelle et primaire.- Enfance, 1994. 4.- p.p. 408-414.

LANCRY. A. - Mémoire et vigilance : approche chronopsychologique différentielle.- Lille III. Thèse de doctorat, 1986.

MONTAGNER. H. - Considérations d’ordre conceptuel et méthodologique pour l’étude des rythmes chez l’enfant.- Enfance. 1994, 4.- p.p. 379-388.

-Les rythmes de vie de l’enfant et de l’adolescent.- Paris, Stock, 1983.

REINBERG, A. - Des rythmes biologiques à la chronobiologie. -Paris, Gauthiers-Villars. Bordas, 1979.

-Les rythmes biologiques, Paris, PUF. « que sais-je ? ». 1993.

MEKIDECHE. T. - L’aménagement des rythmes scolaires. Pourquoi ? Comment ? Communication à la 1ère Conférence Annuelle du Centre de Recherche en Economie Appliquée pour le Développement (CREAD), Alger, juin 1996.

MEKIDECHE. T..- Les rythmes scolaires à l’Ecole Fondamentale. Communication aux Journées d’étude du Haut Conseil à l’Education, Constantine juin 1997.

MEKIDECHE. T. - L’aménagement des rythmes scolaires. Pourquoi ? Comment ? Les Cahiers du CREAD, numéro spécial, Espace scolaire. Espace domestique. 1996, n° 42. 51-65.

MEKIDECHE. T. - Rythmes scolaires, santé scolaire et gestion du temps scolaire à l’école fondamentale, Pratiques Psychologiques, Revue de l’Association Algérienne des Psychologues de la Santé et de l’institut National de Santé Publique, Alger 1998. N° 1, sous presse.

MEKIDECHE. T. - (sous la direction) "L’école à la recherche da temps perdu". questions-réponses sur les rythmes scolaires et leur aménagement à l’école fondamentale, journée d’étude organisée par l’équipe de recherche, Alger, Institut National de Recherche en Education. 1ère octobre 1998.

TESTU. F. - Chronopsychologie et rythmes scolaires. - Paris. Masson, 1993.

- Quelques constantes dans les fluctuations journalières et hebdomadaires de l’activité intellectuelle des élèves en Europe.- Enfance. 1994. 4.- p.p. 389-400.

Haut de page

Notes

1 MEKIDECHE, T. - (Sous la direction) - Les rythmes scolaires et leur aménagement à l’école fondamentale algérienne : réalités et perspectives.- projet de recherche, Alger, Institut National de Recherche en Education, 1997-1998.

2 Un tour d’horizon des principaux résultats des recherches expérimentale et une bibliographie sont présentés in T. Mekideche - L’aménagement des rythmes scolaires. Pourquoi ? Comment ? Les Cahiers du CREAD, numéro spécial, Espace scolaire, Espace domestique, 1996, n° 42, 51-65.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://insaniyat.revues.org/docannexe/image/12022/img-1.png
Fichier image/png, 280 octets
Titre Fig 1 : Profil journalier des performances à une épreuve de maths d’élèves algériens de 8-9 ans 3ème année 1ère et 2ème vacation
URL http://insaniyat.revues.org/docannexe/image/12022/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Titre Fig. 2 : Profil de variation journalier des performances à une épreuve de barrage d’élèves algériens de 8-9 ans 3ème année 1ère et 2ème vacation
URL http://insaniyat.revues.org/docannexe/image/12022/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Fig 3 : Profil de variation hebdomadaire des performances à une épreuve de mathématiques d’élèves algériens de 8-9 ans 3ème année 1ère et 2ème vacation
URL http://insaniyat.revues.org/docannexe/image/12022/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Fig 4 : Profil de variation hebdomadaire des performances à une épreuve de barrage d’élèves algériens de 8-9 ans 3ème année 1ère et 2ème vacation
URL http://insaniyat.revues.org/docannexe/image/12022/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tchirine Mekideche, « Rythmes scolaires d’élèves de l’école fondamentale algérienne  », Insaniyat / إنسانيات, 6 | 1998, 69-84.

Référence électronique

Tchirine Mekideche, « Rythmes scolaires d’élèves de l’école fondamentale algérienne  », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 6 | 1998, mis en ligne le 31 mai 2013, consulté le 24 avril 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/12022 ; DOI : 10.4000/insaniyat.12022

Haut de page

Auteur

Tchirine Mekideche

Université d’Alger. Institut de psychologie et des sciences de l’éducation, Institut national de recherche en éducation, Alger.

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page