Navigation – Plan du site
Notes de lectures

« Le maghribi, langue trois fois millénaire » de ELIMAM, Abdou (Ed. ANEP, Alger 1997)

Farid Benramdane
p. 129-130

Texte intégral

1Le livre de Abdou ELIMAM se présente comme une contribution linguistique dans le domaine sémio - méditerranéen. En fait, il pose la problématique de l’apprentement linguistique du / des parler (s) maghrébins (s) (arabe maghrébin, arabe dialectal, arabe populaire, arabe algérien / tunisien / marocain...). Allant à contre-courant des thèses bien établies, l’auteur fait dériver le (s) parler (s) maghrébin (s) non de l’arabe, mais du punique.

2L’ouvrage est articulé de la manière suivante : des contributions théoriques et des analyses contrastives.

3Une assez longue introduction est consacrée au « sujet de la langue », à son émergence psychologique et sociale, à la notion de locuteur natif, de langue naturelle et maternelle. Il opposera ces dernières à la langue seconde en contexte maghrébin, l’arabe moderne, substitut des langues maternelles. Cet arabe, son statut et sa référence, c’est-à-dire la langue du Coran, ne répond pas aux critères de langue humaine et native, eu égard aux conditions de son apparition historique, à son statut liturgique extra-ordinaire, mystique, etc. Il s’agit en réalité, à partir d’une recherche sur les formes linguistiques de ce texte d’une sorte d’interlangue dont le lieu d’intervention, est l’aire sémitique au sens large.

4Le premier chapitre est consacré aux survivances du punique au Maghreb et rappelle d’emblée l’importance de l’influence de la civilisation phénicienne et de Carthage (VIIIè avant J.C. au IIè après J.C.), influence économique, commerciale, culturelle mais surtout linguistique comme langue officielle de tous les royaumes berbères. Considère comme ancêtre de l’alphabet moderne, langue sémitique, le phénicien fait l’objet d’une non-reconnaissance, voire d’un « refoulé » historique de la part aussi bien des chercheurs français (Gsell, Camps...) que maghrébins.

5L’exploration du corpus se fait à partir de passages puniques, tel que le livre M. SZNYCER (texte écrit en langue latine, mettant en scène Hannon le Carthaginois qui parle punique) et de leur traduction / adaptation au maghrébin (empruntant aux trois pays du nord de l’Afrique). L’auteur invite le lecteur à un premier débroussaillement de ces faits de langue. Hormis quelques différences de vocabulaire, de mots qui ont changé de sens, bien des passages ne résistent pas à la compréhension de n’importe quel locuteur maghrébin. « C’est une langue incontestablement très proche du maghrébin » conclut Elimam. Les statistiques d’un premier décompte font ressortir les résultats suivants : à peu près la moitié des formes verbales (47,36 %), des formes nominales (38,09 %), des formes morphémiques (33,33 %) ont été pérennisées ; les autres ont soit changé de forme, soit ne sont pas attestées au Maghreb moderne. Un petit lexique (punique-français) clôt ce chapitre.

6Le second chapitre a trait à la représentation mentale linguistique dominante de la langue arabe chez les locuteurs aussi bien du Machreq que du Maghreb. Le problème central de ce chapitre est la formation historique de la langue arabe et les fondements de sa norme linguistique. Message à vocation universelle, le fait coranique n’est pas la production d’une norme linguistique particulière ou nouvelle, mais l’ouverture sur l’autre, sur ses cultures, ses langues. Dans cet esprit, la norme arabe, produit endogène, « in-vitro », objet d’un long procès historique d’ethnocentralisation, va à l’encontre de la visée universalisante du Coran, transformant progressivement le caractère interdialectal (différents parlers de la région : Quraysh, Hudayl, Kinana, Himyar...), polyglottes et universalistes (les langues persanes, grecques, indiennes...) en une dérive ethnocentriste.

7La troisième partie du livre est une analyse systématique dans des énoncés authentiques du marqueur typiquement maghrébin de la négation / S (+ (i :)) /. Observer son rôle et son statut dans la négation dans une entreprise de délinéarisation : le but est d’éviter les raccourcis habituels et bien ancrés sur la généalogie de quelques formes syntaxiques dans les productions linguistiques maghrébines. L’exemple de l’opérateur / S/ :ch attesté en punique dans une valeur de relatif, à l’origine d’un riche processus de productivité métalinguistique, montre les ressources du système linguistique maghrébin, avec l’émergence d’un substitut / (a : h) au lieu et place de /ch/.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Farid Benramdane, « « Le maghribi, langue trois fois millénaire » de ELIMAM, Abdou (Ed. ANEP, Alger 1997) », Insaniyat / إنسانيات, 6 | 1998, 129-130.

Référence électronique

Farid Benramdane, « « Le maghribi, langue trois fois millénaire » de ELIMAM, Abdou (Ed. ANEP, Alger 1997) », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 6 | 1998, mis en ligne le 31 mai 2013, consulté le 25 mai 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/12102

Haut de page

Auteur

Farid Benramdane

Enseignant/Chercheur - Institut des langues étrangères, Université de Mostaganem / CRASC Oran.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page