Navigation – Plan du site
Informlations et activités scientifiques

Premiers résultats du recensement algérien de la population et de l’habitat de 1998

Abed Bendjelid
p. 191-196

Texte intégral

1Cette note a pour ambition première de fournir rapidement les premières informations statistiques, du recensement de la population et de l’habitat effectué en Algérie durant la dernière semaine de juin et la première du mois de juillet 1998, qu’accompagnent quelques brefs commentaires.

  • 1 Office national des statistiques, Données statistiques, n°270, sept. 1998, Alger.

2Les résultats préliminaires chiffrent la population résidente à 29 276 767 personnes. Celle-ci comprend les ménages ordinaires collectifs et les ménages nomades et exclut en revanche, la population comptée à part. Le bulletin de l’Office national des statistiques1 précise que ces données sont issues d’une exploitation informatique des Tableaux récapitulatifs communaux dont les éléments ont été puisés dans les Cahiers de district remplis par les agents recenseurs.

  • 2 O.N.S. : Les collections de statistiques, n°4, 1998, Alger.

3Durant la période intercensitaire 1987-1998, la population résidente a augmenté de 6 237 825 individus2, correspond à une progression annuelle moyenne de 550 000.

4Plus parlant est l’enseignement tiré de ces données et qui atteste que l’Algérie est entrée progressivement dans la transition démographique dans la mesure où l’on relève une baisse régulière du taux d’accroissement annuel moyen. En effet, celui-ci s’est élevé durant la décennie 1987-1998 à 2,15 % alors que les mêmes taux mesurés durant les phases intercensitaires précédentes se chiffrent à 3,06 % entre 1977 et 1987 et à 3,21 % entre 1966 et 1977 !

5Dans le détail, ce taux de 2,15 % reflète un large éventail dont la gamme par wilaya s’étire de 0,90 % (wilaya de Médéa) à 6,11 % (wilaya de Tindouf).

625 sur les 48 wilayas algériennes se situent en dessous de cette moyenne de 2,15 % (tableau I). Selon la valeur de ce taux d’accroissement annuel moyen, plusieurs groupes d’espaces peuvent être distingués (carte 1) :

  • Le premier ensemble est formé de onze wilayas dont le taux se situe dans la fourchette 6,11 % - 3,07 % ; la coupure de 3,07 s’explique par l’amorce de la transition démographique. Sont concernées ici, sept wilayas du Sahara (Tindouf, Illizi, Tamanrasset, Ouargla, Laghouat, Adrar et El Oued) et quatre chevauchant la zone steppique et l’Atlas saharien (Djelfa, Naama, El Bayadh et Khenchela) il est intéressant de relever qu’aucune entité wilayale de l’Algérie du Nord n’est intégrée dans cet ensemble.

  • Douze wilayas forment le second groupe dont le taux est compris entre 2,86 % et 2,27 %. Là, la partie occidentale de l’Algérie du Nord est absente alors que pratiquement toutes les zones géographiques sont touchées : les secteurs montagneux telliens (wilaya de Mila), les espaces céréaliers de plaine (Oum el-Bouaghi, Bordj Bou-Arriredj, Sétif) et les zones sud atlasiques de l’Est algérien (Batna, Tébessa). De même, se trouvent incluses dans ce groupe des wilayas littorales (Tipaza et El-Tarf), une wilaya de vallée intérieure (Chlef), une wilaya à dominante steppique (Msila) et deux wilayas sahariennes (Ghardaïa et Biskra).

  • Constitué de 14 wilayas, le troisième lot rassemble les unités territoriales situées entre 2,11 % et 1,71 %. En dessous du taux d’accroissement annuel moyen national, ce groupe couvre essentiellement les wilayas telliennes : "les métropolitaines" (Oran, Constantine et Annaba) et deux entités (Boumerdès et Blida) localisées à la périphérie de la Capitale, des wilayas littorales (Skikda, Mostaganem, Jijel, Béjaïa), des wilayas du Tell montagneux (Souk Ahras, Aïn Defla, Guelma), une wilaya située au contact au Tell et de la Steppe (Tiaret), et une wilaya saharienne (Béchar).

  • Le quatrième groupe rassemble les wilayas qui ont le moins progressé car leur taux est compris entre 1,66 % et 0,90 %. Dans ces onze unités se classent le Gouvernorat du Grand Alger, les wilayas à dominante montagneuse (Bouira, Tizi Ouzou, Relizane, Tissemsilt, Médéa), les wilayas des Bassins intérieurs oranais (Mascara, Sidi-Bel-Abbès, Tlemcen), la wilaya à dominante steppique de Saïda et la wilaya littorale de Aïn Témouchent.

7Par ailleurs, il est utile de noter que seules cinq wilayas ne comptent pas de ménages nomades ; les plus peuplées de nomades sont les unités territoriales d’El-Bayadh (plus de 60 000 h), Djelfa (plus de 40 000 h), Naama (plus de 38 000 h).

Source : O.N.S. 1998

Tableau I : Données globales par wilaya en Algérie. Recensement général de la population et de l’habitat
(juin 1998)

Wilaya

Taux a.a.m

Pop.totale

(m.o.c.+nom)

Ménages ordinaires et collectifs

Ménages nomades

Logements totaux

Log. Inoccupés

Per/log. occupé

Tindouf

6,11

32.004

5.466

356

6.401

1.342

5,36

Illizi

5,33

33.960

6.258

325

8.881

2.947

5,35

Djelfa

5,05

860.981

106.812

4.930

118.931

27.273

8,82

Tamarasset

4,18

151.814

26.443

2.194

31.161

6.997

5,68

Ouagla

3,93

438.831

63.837

503

78.161

18.566

7,25

Laghouat

3,93

327.634

45.378

2.191

57.444

16.622

7,59

El-Bayadh

3,53

226.528

33.295

7.595

35.855

11.670

6,96

Naama

3,40

165.578

23.695

4.798

23.620

5.781

7,17

Adrar

3,25

311.952

54.723

658

67.368

13.549

5,71

Khenchela

3,11

348.122

52.499

141

65.806

19.462

7,49

El Oued

3,07

529.842

70.510

3.006

80.090

15.498

7,81

Ghardaïa

2,86

296.926

43.148

478

63.465

21.909

7.05

Biskra

2,83

588.648

88.116

2.329

100.357

24.750

7,53

Msila

2,69

815.045

110.824

1.449

130.848

32.229

8,15

Tébessa

2,64

550.021

84.341

116

103.241

26.487

7,15

Mila

2,57

680.815

98.821

394

110.159

18.333

7,38

Oum-el-Bouaghi

2,51

533.711

83.587

468

100.597

26.217

7,13

Bord Bou-Arreridj

2,48

559.928

80.396

119

95.838

23.335

7,71

Sétif

2,46

1.315.940

188.990

475

221.664

52.219

7,74

Tipaza

2,34

505,382

81.373

7

86.276

14.049

7,00

Chlef

2,31

884.978

119.612

4

135.370

25.163

8,03

Batna

2,27

968.820

148.062

306

180.305

47.483

6,47

Et Tarf

2,27

354.213

59.559

0

64.045

9.266

7,28

Tiaret

2,11

728.513

106.112

644

123.061

26.791

7,52

Skikda

2,11

787,118

119.882

13

136.443

30.529

7,43

Boumerdès

2,10

645.497

96.301

0

105.877

21.370

7,64

Souk Ahras

2,07

373.033

63.321

170

72.097

13.138

6,30

Mostaganem

1,96

629.445

90.842

3

106.172

19.370

7,25

Béchar

1,96

203.482

32.752

516

42.235

11.273

7,31

Blida

1,93

787.069

123.302

27

136.159

31.318

7,51

Oran

1,92

1.155.464

197.189

8

227.276

42.537

6,25

Aïn Defla

1,83

659.182

93.262

84

104.577

21.673

7,94

Constantine

1,83

815.032

133.040

247

150.227

28.024

6,66

Guelma

1,82

432.721

74.533

126

82.105

15.983

6,53

Annaba

1,77

555.485

100.192

0

110.394

16.007

5,89

Jijel

1,75

574.336

79.726

0

101.275

29.154

7,96

Béjaïa

1,71

848.560

127.880

6

171.569

51.493

7,07

Gvrt. G. Alger

1,66

2.561.992

421.756

21

454.432

73.125

6,72

Mascara

1,59

677.099

107.379

39

126.301

27,327

6,84

Saïda

1,57

280.752

42.897

409

51.968

12,970

7,12

Bouïra

1,55

626.586

88.691

79

106.537

29.702

8,15

Aïn Témouchent

1,54

326.611

54.950

33

64.680

13.571

6,39

Sidi-Bel-Abbès

1,54

529.704

86.904

121

98.292

18.831

6,65

Tlemcen

1,52

846.942

145.683

625

176.973

44.450

6,36

Tizi-Ouzou

1,54

1.101.059

173.304

0

234.349

69.026

6,66

Relizane

1,43

639.253

91.898

75

109.152

23.094

7,42

Tissemsilt

1,21

261.298

36.250

134

46.237

13.056

7,85

Médéa

0,90

721.861

101.767

39

119.826

25.785

7,67

Algérie

2,15

29.276.767

4.465.558

36.261

5.224.537

1.170.744

7,15

Taux a.a.m : taux d’accroissement annuel moyen (1987-1998) Source : O.N.S., 1998
m.o.c. ménages ordinaires et collectifs
nom. Ménages nomades

8Enfin, le nombre moyen de personnes par ménage, qui est de 6,56 en 1998, a connu un léger recul (7,01 en 1987) ; ce qui confirme le début de la transition démographique.

9Entre 1987 et 1998, le parc de logements habités a progressé de 1 002 295 unités, passant de 3 050 818 à 4 053 793. En matière d’habitat résidentiel, un constat est tout de même à faire car sur un parc de 5 224 537 logements recensés en juin 1998, seuls 4 053 793 sont réellement occupés. C’est dire là qu’exactement 1 170 744 logements sont dans une situation de vacance. En se fondant sur le taux d’occupation qui, rappelons-le, est de 7,15, ce parc inabité pourrait théoriquement permettre le logement ou le relogement de plus de 8 300 000 personnes... et là toutes les wilayas du pays sont touchées par ce phénomène (tableau I en annexe).

Conclusion

10La lecture de ces données préliminaires du recensement de 1998 permet de constater que ce sont principalement les wilayas du Sahara et de la Steppe qui enregistrent les plus forts taux d’accroissement annuel moyen. Dressée par wilaya, la carte I fait ressortir géographiquement quelques faits saillants :

11* Le premier groupe dont le taux d’accroissement s’étire de 6,11 % à 3,07 % concerne essentiellement les wilayas sahariennes, steppiques et sud-atlasiques ; effectivement le tableau I permet au lecteur de relever qu’aucune wilaya du Telle occidental, central et oriental n’est intégrée dans cet ensemble.

12Cette forte croissance démographique concerne des wilayas frontalières, pétrolières et celles ouvertes sur les pays africains et maghrébins grâce à la présence de couloirs de circulation. Dans ces espaces, les relations économiques et migratoires n’expliquent pas tout et lorsqu’il s’agit de croît naturel, il nous faut impérativement tenir compte des comportements démographiques de la société locale occupant ces territoires administratifs plus ou moins déshérités.

13* L’absence totale de l’Ouest algérien et celle, plus relative, du Centre au sein de ce second ensemble dont le croît varie de 2,86 % à 2,27 %, est compensée par une large diversité de milieux géographiques, même si les wilayas côtières restent peu représentées (Tipaza et EI-Tarf).

14En dessous de la moyenne nationale, évaluée à 2,15 %, la situation est ici complètement inversée au profit des départements de l’Algérie du Nord. En effet, seule la wilaya saharienne de Béchar et celle, à dominante steppique, de Tiaret se trouvent insérées dans ce troisième groupe dont le taux d’accroissement se situe dans la fourchette 2,11 % à 1,71 %. Spatialement, ce groupe couvre huit wilayas littorales (d’Oran à Annaba) et des wilayas de Vallée et de Bassins intérieurs (d’Aïn-Defla à Souk-Ahras).

15* Le dernier lot dont le taux va de 1,66 % à 0,90 % dessine grossièrement une sorte d’échine allant de la wilaya de Tlemcen à celle de Tizi-Ouzou et à laquelle, vient se greffer sur son flanc septentrional le Gouvernorat du Grand Alger.

16Sont exclus de cet ensemble les départements du Tell oriental, de la Steppe et du Sahara. En revanche, ceci confirme la relative faible croissance démographique - fait déjà remarqué lors des recensements précédents - des wilayas d’Oranie (Aïn Témouchent, Tlemcen, Sidi-Bel-Abbès, Mascara, Saïda) et celles, de quelques wilayas intérieures à dominante montagneuse, qui chevauchent à la fois l’Ouest algérien (Rélizane et Tissemsilt) et le Centre (Médéa, Bouira, Tizi-Ouzou). Il est utile de relever que les wilayas qui supportent les quatre métropoles urbaines algériennes ont toutes, un croît d’accroissement moyen inférieur à la moyenne nationale (tab. I).

17Globalement, les données statistiques du recensement du 1998 confirment l’amorce de la transition démographique du pays.

18Les éléments statistiques préliminaires fournis sur l’habitat amènent le chercheur à s’interroger à juste titre sur la portée de la fraction bien appréciable, relative au parc de logement inoccupé dont le taux s’élève à 22,4 %. Cela est-il dû à l’émigration ? A l’insécurité ? A la forte mobilité géographique ? à la mentalité spéculative de « stockage » de produits ? A une réglementation immobilière et locative obsolète ?...

19Par ailleurs, l’importance du parc de logement inoccupé incite l’observateur à se demander, dans quelle mesure cette notion de logement inoccupé aurait pu être incorrectement interprétée par les agents recenseurs et ce, d’autant plus que le recensement a été effectué durant la dernière semaine de juin et la première semaine de juillet 1998 (erreur d’observation possible de ménages en vacances d’été...). Dans cette enquête exhaustive dont l’intérêt est capital pour le pays, la vérification sur le terrain s’avère nécessaire car cela pourrait modifier de nombreux paramètres de l’analyse...

20Dans tous les cas de figures possibles, ces données préliminaires relatives à l’habitat mettent à mal le cliché de crise de logement galvaudé par les décideurs, les gestionnaires, les praticiens et les chercheurs. Désormais, ces chiffres devraient tout au moins permettre, aux uns de nuancer l’ampleur réelle de la crise de logement et aux autres, d’agir concrètement dans ce domaine économique et social très sensible en Algérie.

Haut de page

Notes

1 Office national des statistiques, Données statistiques, n°270, sept. 1998, Alger.

2 O.N.S. : Les collections de statistiques, n°4, 1998, Alger.

Haut de page

Table des illustrations

Crédits Source : O.N.S. 1998
URL http://insaniyat.revues.org/docannexe/image/12117/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Abed Bendjelid, « Premiers résultats du recensement algérien de la population et de l’habitat de 1998 », Insaniyat / إنسانيات, 6 | 1998, 191-196.

Référence électronique

Abed Bendjelid, « Premiers résultats du recensement algérien de la population et de l’habitat de 1998 », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 6 | 1998, mis en ligne le 31 mai 2013, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/12117

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page