Navigation – Plan du site
Informlations et activités scientifiques

Association des Cervantistes, 1993, 3ème Congrès International

Ahmed Abi Ayad
p. 197-199

Texte intégral

1L’Histoire moderne de I’Algérie ne peut être abordée sans le passage incontournable de l’histoire des relations hispano-algériennes. En effet, depuis que les places fortes d’Oran et Mers El-Kébir étaient passées sous l’autorité espagnole de 1509 à 1792, année que l’Unité de recherche en histoire de l’Algérie de l’université d’Oran a célébré il y a 5 ans par l’organisation d’un Colloque international en hommage au bicentenaire de la libération d’Oran, pour remémorer justement l’importance de cet événement historique et décisif de notre histoire commune avec l’Espagne ; des études et travaux de recherche en histoire et en littérature, de part et d’autre de la Méditerranée, n’ont pas cessé d’apporter de nouveaux éclairages historiques et scientifiques sur les questions d’intérêt commun.

2L’Algérie et la place forte qu’elle a occupée depuis cette époque-là jusqu’à nos jours, en dépit de la crise actuelle passagère, suscite toujours de l’intérêt et de l’attention dans les forums internationaux.

3S’agissant de rencontre scientifique, nous avons participé au 3ème Congrès international de l’Association des Cervantistes, organisé dernièrement à I’Ile de Minorque (Cala Santa Galdana) où plus de 150 chercheurs se sont réunis pour débattre et animer ce Congrès sur Miguel de Cervantes et sa production littéraire, oeuvre dont l’importance inimaginable est soumise jusqu’a présent à divers et fructueux débats, interrogations et réflexions assez originales d’ailleurs.

4Rappelons pour notre part que l’Algérie et Miguel de Cervantes ont des souvenirs et un passé communs. Son oeuvre reflète amplement notre pays et notre culture durant les VI-XVII siècles. C’est ainsi que trois de ses comédies assurent la pérennité de notre terre sans parler des nombreuses références et passages littéraires dédiés à Alger et Oran qui ont su le garder, le protéger et l’alimenter d’un savoir et de connaissances nouvelles qui l’ont profondément marqué.

5En se référant à M. de Cervantes et à son oeuvre littéraire, un éminent professeur de l’Université de Madrid, Morales Oliver disait : « heureuse la terre d’Afrique du Nord pour Cervantes, qui lui a permis de graver cette page d’or ».

6En effet aussi bien Les bagnes d’Alger, Le traitement d’Alger ou Le Vaillant espagnol ainsi que les fréquentes allusions de Don Quichote concernent directement l’Algérie ou, contexte, actions, scènes et images se déroulent soit à Alger, soit à Oran. La diversité des personnages et la trame de la fiction représentent un échantillonnage complexe de situations et visions assez fidèles parfois, sur la vie à Alger durant cette époque-là.

7Captif de rachat à Alger de 1575 à 1580, Cervantes fut un témoin et un perspicace observateur de tout ce qui se passait dans cette capitale de la Méditerranée. Les deux premières comédies sur Alger abordent le thème de l’esclavage, de la captivité, de la séparation des membres de la famille, de la vente des enfants, de l’amour entre les différentes communautés, de la liberté dans un contexte et une situation totalement algériens. La description d’Alger avec ses portes d’accès, murailles, montagnes, mer et port sont largement évoqués au milieu des intrigues amoureuses et du désir de liberté des captifs. Par ailleurs, Cervantes manifeste sa grande admiration vis-à-vis des autorités algériennes qui laissaient les prisonniers chrétiens et juifs, accomplir leur culte religieux, les jours de tête, les samedi et dimanche. Cette tolérance musulmane observée à Alger à l’égard des prisonniers a provoqué l’émerveillement de Cervantes d’autant plus que de l’autre côté de la Méditerranée et à la même époque, les musulmans espagnols ou morisques sont réprimés durement et châtiés dans leur propre pays. L’inquisition semait la terreur chez cette communauté musulmane espagnole qui ne pouvait plus pratiquer sa langue, ni sa culture et encore moins sa religion.

8Le témoignage de Cervantes servira donc de leçon à toutes sortes de gens fanatiques d’hier ou d’aujourd’hui au travers de cette strophe très significative qui relate une discussion entre Cervantes et un autre captif :

- Et même autre chose si tu as remarqué,
qui mérite une grande admiration,
c’est que ces gens de foi,
nous laissent, comme on voit,
pratiquer notre religion,
et réciter notre messe.

9D’ailleurs, D’Arvieux, autre témoin de l’époque met en exergue la tolérance musulmane en Algérie pour justement condamner ce qui se passait en Europe en écrivant : « Les Maures étaient plus humains avec leurs esclaves que les Européens avec leurs domestiques ».

10Le Vaillant Espagnol, est une comédie dont le contexte, situation, action et personnages concernent la ville d’Oran à l’époque du siège de Mers El-Kébir par Hassan Pacha en 1563. Nous retrouvons dans cette pièce dramatique réalité et fiction, devise chère à Miguel de Cervantes qui à la fin de son texte écrivait :

Ma principale intention
fut celle de mélanger vérités
avec de fabuleux essais.

11Toute l’histoire du redoutable siège fut évoquée avec ses authentiques personnages espagnols, algériens et ottomans au milieu d’une intrigue amoureuse originale faisant ressortir les vertus chevaleresques des combattants des deux communautés ainsi que le respect des religions et des valeurs humaines. Cette comédie sur Oran, inspira Cervantes lors de sa visite en 1581 comme envoyé spécial du Roi Philippe II, pour s’enquérir personnellement de la situation qui prévalait alors et discuter par là même avec les notables soufis de Mostaganem sur les rapports existants entre les différentes ethnies. Aujourd’hui, en 1998, tous les habitants d’Oran se reconnaîtront aisément dans cette oeuvre où certains sites, places et monuments existent encore (Rosalcazar, Canastel, la Tour des Saints, San Miguel, fort la Mona, la porte de Tlemcen, Saint Grégoire, Mers EI-Kébir, la Forêt des Lions) ou dans des noms qui rappellent des personnages historiques algériens et espagnols, tels le Roi de Couco Ahmed Ben Kadi, Alabés, Hassan Pacha, Mami, Euldj Ali, la tribu des Médioni, ou bien toute cette famille des Alcaudete, Martin et Alonso de Cordoba qui ont commandé les places fortes durant des décennies. C’est dire une fois de plus, l’importance et la valeur de cet illustre écrivain Miguel de Cervantes dont l’oeuvre immortalise à jamais les villes, la société et la culture algériennes qui lui ont assuré protection et liberté pour devenir le génie et créateur du roman Don Quichote, où abondent des références culturelles arabo-musulmanes.

12Comme quoi, l’Espagnol, le Castillan ou la langue de Cervantes doit être une priorité dans la stratégie de l’enseignement des langues afin de pouvoir franchir les obstacles linguistiques qui nous empêchent de connaître et de découvrir réellement notre histoire et patrimoine socio-culturel enfouis et entassés dans des liasses infinies de documents et manuscrits disponibles dans toutes les archives et bibliothèques espagnoles.

13Enfin ce 3ème Congrès sur Cervantes que la presse minorquaise a couvert largement à cause de son impact et succès, nous a permis, nous chercheurs algériens, d’évoquer toutes ces relations et rapports non seulement avec son oeuvre, mais aussi avec l’Espagne dont l’histoire moderne commune constitue une source considérable pour la recherche scientifique que les chercheurs hispanisants, historiens et traducteurs doivent mener à bien.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ahmed Abi Ayad, « Association des Cervantistes, 1993, 3ème Congrès International », Insaniyat / إنسانيات, 6 | 1998, 197-199.

Référence électronique

Ahmed Abi Ayad, « Association des Cervantistes, 1993, 3ème Congrès International », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 6 | 1998, mis en ligne le 31 mai 2013, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/12118

Haut de page

Auteur

Ahmed Abi Ayad

Enseignant-Chercheur, Institut des langues étrangères. Université d’Oran.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page