Navigation – Plan du site
Notes de lectures

Mohamed Gherras . - Capitalisme agraire, agriculture privée et paysannerie parcellaire. Essai d’analyse des formes de décomposition de la paysannerie parcellaire. Etude de cas : la région de Mouladheim et de Terraguelt

Omar Bessaoud
p. 85-88
Référence(s) :

Mohamed Gherras . - Capitalisme agraire, agriculture privée et paysannerie parcellaire. Essai d’analyse des formes de décomposition de la paysannerie parcellaire. Etude de cas : la région de Mouladheim et de Terraguelt. Thèse de doctorat soutenue à l’Université de Paris VIII (sous la direction de B. Stora) Novembre 1997.

Texte intégral

1Les mérites de cette thèse se situent sur plusieurs plans :

  1. Elle renoue avec une tradition de recherche sur la paysannerie algérienne et le secteur agraire qui avait dans les années 60 et 70 contribuée à produire un fonds de connaissances appréciables. Sociologues, économistes, historiens, géographes algériens avaient massivement investi le champ de la question agraire, produit des analyses sur les politiques agricoles, sur les changements sociaux qui affectaient le monde rural et paysan en particulier. Paradoxalement, alors même que la crise se faisait plus aiguë dans les années 60. les productions scientifiques ont été plus rares. Nous savons moins aujourd’hui sur ce qu’est la paysannerie algérienne, comment ont évolués les rapports sociaux et quelles sont les nouvelles configurations socio-politiques qui caractérisent les campagnes. La thèse de M. Gherras apporte, de ce point de vue la, de nouvelles connaissances et de nouveaux éclairages sur la condition paysanne.

  2. Elle impulse la recherche historique, aide a porter un nouveau regard sur l’histoire des rapports qui lient les paysans, des rapports contractuels qui expriment dans une large mesure la nature des rapports de productions (pour nous en tenir aux concepts utilisés par l’auteur et a la théorie marxienne a laquelle il fait référence) dans le secteur agraire dans la première moitié des années 80. Cet apport est pour nous considérable.
    En effet, un fil est rétabli ici avec une recherche qui avait été largement entamée au cours de la période coloniale. De nombreux auteurs (de Lecq et Rivière dans leur manuel pratique du début du siècle a Augustin Berque dans sa contribution de 1939 sur le "paysan et l’artisan indigène" en passant par l’Ecole des juristes d’Alger tel Milliot) avaient décrit avec une minutie inégalée toutes les formes de contrats et d’association agricoles en secteur "indigène". La lecture de ces travaux était éclairante pour tout chercheur intéressé par la question agricole en Algérie.

  3. Elle produit des matériaux et des données concrètes sur le secteur paysan. L’enquêté lourde, conduite dans des conditions difficiles et dans un milieu administratif et politique souvent hostiles, apporte ces matériaux qui réalimenteront certainement de nouvelles recherches.

  4. Elle a le mérite de tester la pertinence des approches théoriques marxistes sur l’agriculture d’un pays non européen. Ce retour à Marx (et à Lénine) est un exercice stimulant. L’auteur n’aura pas cédé à un effet de mode qui valoriserait tout effort scientifique développant "la pensée standard" (dans les domaines de l’histoire, de la sociologie, de l’économie…). Cette dernière appréciation ne préjuge pas de la validité théorique de certaines conclusions que tire l’auteur (découlant en particulier de la confusion faite entre le niveau d’abstraction théorique du livre 3 du Capital et les autres oeuvres qui ont plus à voir avec "l’analyse concrète d’une situation concrète").

2Ceci dit, quelques remarques sont à faire. Elles porteront sur la forme, la méthode et les développements de la thèse.

  1. Sur l’aspect formel
    Le texte gagnerait à être expurgé de termes impropres, académiquement parlant ("castes de pilleurs" ou "castes de spéculateurs sans vergogne" pour désigner des groupes sociaux articulés à un marché spéculatif et bénéficiant d’un monopole de l’offre de biens et de services les autorisant à capter une rente et de certaines lourdeurs (exemple relatif au tirage de l’échantillon (p. 124 et suivantes) qui aurait gagné à être résumé en une demi-page).
    Une difficulté de lecture résulte également de l’absence de conclusions -et même d’introduction- de certaines parties du travail.

  2. L’aspect méthodologique
    Devant les difficultés d’application de la méthode probabiliste, l’auteur de la thèse opte pour la méthode de choix raisonné. Cette méthode présente des limites. L’échantillon tiré ne peut être représentatif statistiquement, ce que l’auteur admet bien volontiers. Il affirme que ce choix est toutefois le meilleur et qu’il traduira d’emblée les "formes réelles des rapports économiques et sociaux existants dans la région" (p.133). Le fait d’affirmer de façon péremptoire que "l’on est convaincu que..." n’ est pas un argument scientifique. A la limite, cet argument aurait pu être retenu, Si des études, des enquêtes menées précédemment corroboraient l’enquête et l’échantillon qui est retenu, ce qui n’est pas le cas.
    D’un échantillon - tiré à partir d’une base limitée - l’on ne peut généraliser que moyennant certaines précautions à prendre. D’autant que l’étude ne porte que sur une petite région céréalière d’Algérie.

  3. l’aspect théorique

3Nous nous limiterons à trois problèmes :

  • Premier problème
    L’auteur intitule sa thèse "capitalisme agraire... Essai d’analyse sur les formes de décomposition...". Nous avons eu de sérieuses difficultés à identifier les formes de décomposition des rapports de production capitalistes dans l’agriculture. L’essentiel de la démonstration portait davantage sur le fait de savoir 51 les formes de contrats agricoles traduisent des formes de développement de rapports de production capitalistes où reflètent l’existence de rapports de type pré-capitalistes". Même plus, à lire de prés le texte, l’on observe la persistance des formes anciennes, résistances, récurrences... et non pas un processus de décomposition.

  • Deuxième problème
    Il portera sur l’analyse du capitalisme dans l’agriculture versus Marx.
    En fait, Marx présente dans le Capital (livre 3, t. 3 et livre 4, t. 2) la forme que prend la plus value dans l’agriculture. Il est question de la transformation de la plus value en rente foncière. La formule trinitaire (C. W T), l’hypothèse de l’existence de trais classes sociales (propriétaires fonciers, fermiers, salarié~ agricoles), l’hypothèse d’une composition organique du capital dans l’agriculture plus basse que la composition sociale moyenne... sont posées que pour nous expliciter les lois du fonctionnement du capital dans ce secteur. S’il y a possibilité de payer une rente tout en réalisant un profit (et même un sur profit car tout dépendra du rapport locataires / propriétaires), c’est que dans l’agriculture la loi de la valeur fonctionne de façon différente (il y a dans ce secteur "excédent de valeur sur le prix de production qui génère la rente foncière absolue).
    Pour nous résumer, ce n’est pas l’existence de la figure du "fermier" qui définirait le capitalisme dans l’agriculture. Ce mode de faire-valoir va en fait traduire un mode spécifique de réalisation de la plus-value. Dans l’économie réelle, la répartition dépendra aussi d’autres facteurs (du marché foncier, de la législation foncière, de l’état de la demande alimentaire). Le fermage, on le sait n’a jamais été le mode de faire-valoir dominant dans de nombreux pays non-européens. Pour ne parler que de l’agriculture française, le fermage ne représentait que 17% de la S.A.U totale en 1970 (en 1995, le fermage a progressé et atteint 40% de la même S.A.U). Il semble bien que le capitalisme s’accommode bien des formes archaïques de contrats. Nous renvoyons l’auteur aux travaux portant sur le secteur colonial (Lecq et Rivière pour ne citer que les agronomes du début du siècle) qui montraient bien dans ce secteur (déjà mécanisé à l’époque) l’utilisation et le recours au khemmassat dans une logique de valorisation du capital agraire).

  • Troisième problème
    Il semble bien que deux handicaps majeurs pourraient expliquer l’existence et le fonctionnement de rapports contractuels archaïques.

4Les conditions agro-climatiques d’abord. il se trouve que la région étudiée se situe bien dans le triangle aride, semi-aride avec des sols faiblement dotés en humus... Les rendements sont généralement bas (6 à 7 qtx à l’ha) et le recours aux contrats constitue une sorte de partage des risques (l’auteur le démontre sans y prêter une grande attention p. 237, lorsqu’il affirme "qu’en cas de bonnes récoltes, l’on prend des terres en location, en cas de mauvaises récoltes, l’on donne ses terres en location"). Le risque climatique détermine souvent les stratégies familiales. La pression démographique, l’économie des frais de gestion ne suffisent pas à expliquer l’ensemble des stratégies mises en oeuvre.

5Il y a aussi les contingences historiques qui ont fait que le développement, l’enracinement d’une classe paysanne, ses rapports à la terre ont été contrariés en Algérie. L’existence du travail à temps partiel (le tiers de l’échantillon) la difficulté que rencontre l’auteur à définir les paysans parcellaires (p. 170 et la conclusion), les comportements de rentiers sur lesquels il revient souvent... vont dans ce sens. Ces contingences historiques posent une question "grosse"pour l’avenir (la gestion de la question foncière, la question du modèle de référence pour l’agriculture algérienne).

Qu’est ce qu’être paysan ? Comment le définir dans l’Algérie d’aujourd’hui ? y’en a-t-il encore (en dehors de certaines régions particulières). ?

6Le mérite de la thèse est précisément de conduire à ces interrogations et de réamorcer, en s’appuyant sur les recherches historiques, un débat essentiel sur la paysannerie algérienne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Omar Bessaoud, « Mohamed Gherras . - Capitalisme agraire, agriculture privée et paysannerie parcellaire. Essai d’analyse des formes de décomposition de la paysannerie parcellaire. Etude de cas : la région de Mouladheim et de Terraguelt », Insaniyat / إنسانيات, 7 | 1999, 85-88.

Référence électronique

Omar Bessaoud, « Mohamed Gherras . - Capitalisme agraire, agriculture privée et paysannerie parcellaire. Essai d’analyse des formes de décomposition de la paysannerie parcellaire. Etude de cas : la région de Mouladheim et de Terraguelt », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 7 | 1999, mis en ligne le 31 mai 2013, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/12226

Haut de page

Auteur

Omar Bessaoud

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page