Navigation – Plan du site
Notes de lectures

Marc Cote.- Pays, Paysages, Paysans d’Algérie

Abed Bendjelid
p. 89-90
Référence(s) :

Marc Cote.- Pays, Paysages, Paysans d’Algérie. 282 p., 133 fig, 135 photos Paris, CNRS Editions, 1996.

Texte intégral

1Au coeur du sujet traité dans cet ouvrage, se trouve l’analyse de la dynamique des espaces ruraux algériens. L’auteur identifie à travers les paysages, les acteurs et les processus, les grandes caractéristiques des campagnes algériennes et les fondements de leur diversité.

2Dans la première partie de l’ouvrage, consacrée aux fellahs, Marc COTE commence par la description de la situation des campagnes dont les paysages ont été façonnés au cours du temps, et poursuit en faisant des paysans, des acteurs de l’histoire qui ont pu à la fois, s’adapter à leur milieu géographique. affirmer leur identité sociale et culturelle et organiser leur territoire local et au-delà, leur espace de vie et de relation.

3Contraintes naturelles et formes sociétales au cours de l’histoire ont modelé différents types de paysages. La diversité de ces campagnes, étudiées principalement dans l’Est algérien, se retrouve dans la typologie proposée par l’auteur : les campagnes d’émigration (Béni Oughlis), les campagnes désarticulées (Rémi la), les campagnes réappropriées (les zones maraîchères du sud Sétifois), les campagnes socialisées (La Bounamoussa) et les Campagnes péri-urbaines (franges à l’Est d’Alger).

4Les secteurs agricoles connaissent divers degrés d’évolution, d’utilisation des techniques modernes et d’insertion dans l’économie marchande. Pour l’analyse de ces études de cas, comme du reste pour tous les exemples retenus tout le long du texte, M. COTE utilise tous les instruments qui aident à la compréhension du propos photographies en couleurs et en noir et blanc, photographies aériennes et leur interprétation, blocs diagrammes, cartes à différente échelle, documents du cadastre, résultats de stages d’étudiants...

5Dans le troisième volet du livre relatif à la genèse de ces espaces ruraux, une place notable est réservée aux hommes qui sont toujours été présents dans cette histoire chaotique qui localement a. soit « dépaysanné » les ruraux, soit à peine touché l’enracinement sociétal des populations. La puissance des transformations foncières imposées par la colonisation sur des terres à structures agraires complexes et la série de réajustements agraires menés après l’indépendance attestent de la portée des changements opérées et cela, même Si les cadres spatiaux sont demeurés stables. Ces permanences se perpétuent puisque la juxtaposition des trois ensembles majeurs qui organisent l’espace algérien (espace paysan, espace agro-pastoral et espace colonial) existent toujours aujourd’hui un quatrième type de dynamique rural peut leur être adjoint celui de « la nouvelle paysannerie » (secteur irrigué, Accession à la propriété foncière agricole, agriculture péri-urbaine).

6Dans la dernière partie de l’ouvrage, l’auteur s’interroge sur la crise d’une agriculture peu performante et sur ses éventuels impacts sur la société rurale. Ainsi, est restitué en premier lieu, le rapport à la ville -vieille question dans l’histoire algérienne- et en second lieu, le rapport à l’Etat en tant qu’agent du développement local.

7Enfin, tout en relevant les déceptions de l’agriculture socialiste et les illusions de l’agriculture capitaliste, M. COTE, qui reste malgré tout optimiste, porte l’intérêt en direction des exploitations familiales « noyau dur de l’agriculture algérienne ». En dépit de l’hétérogénéité de ses exploitations, cette agriculture aurait toutes les capacités de s’adapter au monde moderne, pour peu que l’Etat apporte une aide modulée, fondée sur la concertation avec les paysanneries locales. Toutefois, la présentation de monographies aussi variées, la place déterminante donné à l’étude des dynamiques agraires et les actions menées par ces paysanneries, jouant tantôt le jeu des aménageurs, tantôt celui des aménagés, ne doivent pas nous faire oublier la situation inquiétante dans laquelle se trouve l’agriculture algérienne.

8Rédigé simplement et illustré abondamment, ce livre possède une valeur pédagogique certaine, enrichie par la large diversité des études de cas présentées qui, malheureusement, concernant massivement l’Est algérien. C’est dire là aussi, le retard énorme accusé dans la connaissance de l’espace rural et de son aménagement par les géographes ruralistes dans l’Ouest algérien, le Centre et le Sahara ceci, sans parler des autres disciplines en sciences sociales (histoire, sociologie, anthropologie, économie, ..) qui étudient l’espace rural.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Abed Bendjelid, « Marc Cote.- Pays, Paysages, Paysans d’Algérie », Insaniyat / إنسانيات, 7 | 1999, 89-90.

Référence électronique

Abed Bendjelid, « Marc Cote.- Pays, Paysages, Paysans d’Algérie », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 7 | 1999, mis en ligne le 31 mai 2013, consulté le 28 mars 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/12239

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page