Navigation – Plan du site
Revue des revues

PAYSANNERlES

Abed Bendjelid
p. 137-139

Texte intégral

Territoires en mutation. N04 , janvier 1999.

1Dynamique rurale dans le Maghreb profond. (sous la direction de M. Côte).-

2Ce volume consacré aux dynamiques rurales dans le Maghreb profond comporte 13 articles dont il s’inscrivent dans le thème. Il s’agit, pour les auteurs de se situer dans le cheminement des transformations différenciées que connaissent des espaces marginaux, considérés comme pauvres, et qui seraient dûs à des structures familiales paysannes.

3Au départ, il faut préciser que ces études de cas diversifiées, caractérisées par un dynamisme certain, ne doivent pas donner d’illusion quant à la situation réelle des agricultures maghrébines d’aujourd’hui. Six exemples sont réservés à l’Algérie, quatre au Maroc, un à la Tunisie et, un est commune à l’Algérie à la Tunisie. En outre, différents espaces géographiques sont concernés les zones de collines et de montagnes, les plaines, la steppe et le Sahara.

4L’approche analytique de ces îlots, lieux d’expérimentation agricole, due à des géographes et à un sociologue, explique largement la place accordée aux facteurs et aux contraintes des milieux naturels. D’ailleurs, les mêmes éléments d’analyse se retrouvent dans la plupart des études présentées : La place de l’eau dans l’intensification des cultures, le rôle de l’émigration dans l’équipement des exploitations, les mutations des paysages ruraux, l’accès à l’économie marchande... Dans de nombreux travaux, une place centrale est réservée à la fois, aux statuts fonciers et à leur évolution au cours de l’histoire contemporaine, et aux politiques menées par les divers acteurs, parmi lesquels l’Etat joue un rôle capital.

5En définitive, ces deux derniers éléments nous permettent de dresser une classification des analyses présentées. En effet, à l’intérieur des finages à statut foncier multiple (terres melks, terres domaniales, terres communales...), le dynamisme des paysanneries locales peut être dû pour l’essentiel, soit à la transformation des structures agraires (Abdellah CHERIF : Terroirs et dynamiques paysannes en Tunisie : Aousja, Sahel de Bizerte ; Salah BOUCHEMAL : Espoirs et angoisses de paysans des Hautes plaines algériennes), soit à l’initiative proprement paysanne en l’absence de l’Etat (Brahim BADIDI : Le Moyen Atlas central à l’ère de l’arboriculture, l’épanouissement d’une production moderne dans un milieu rural traditionnel), soit à son intervention insuffisante (Mohamed NAIM L’impact des revenus migratoires sur l’agriculture du Sud marocain : la vallée du Todrha), soit enfin à~n désengagement graduel (Abed BENDJELID : Les stratégies d’adaptation à la crise de la petite paysannerie du Pays de Mazouna, Dahra algérien).

6Dans les espaces anciennement colonisés, la tentative de récupération des terres coloniales par les fellahs avait donné lien à sérieux conflits relatifs à leur appropriation, et qui avaient mis face à face les paysans locaux les notables et les instituions publiques (Mohamed DARDOUR : Terre et rapports sociaux àla campagne : l’Etat, le technicien, le notable et le paysan, le cas d’une communauté paysanne du Gharb, Maroc).

7Quant aux espaces pastoraux qui sont aussi des lieux de conflits entre acteurs, les litiges entre les « sédentaires » locaux et les « investisseurs » allochtones peuvent provoquent l’intervention de l’Etat qui peut répondre par la mise en oeuvre d’un projet d’aménagement intégré ou laisser-faire (Mohamed SMAIL : Dynamique des populations steppiques dans la wilaya de Djelfa, Algérie).

8Enfin, dans les nouveaux espaces de mise en valeur au Sahara, l’action de l’Etat est différenciée selon les politiques agricoles des pays toutefois, les structures communautaires, 1’ individualisme hydraulique comme d’ailleurs l’appel au capital financier arrivent à façonner de nouveaux paysages agraires à l’intérieur des ces zones pionnières (Marc Côte : Dynamique paysanne et démocratie agraire en pays d’oasis).

9En définitive, cette série de travaux sur le monde rural atteste des changements concrets que connaissent les finages périphériques du Maghreb et repositionne, partiellement, la recherche en milieu rural face à la vigueur d’une recherche urbaine qui l’a surclassée durant les dernières décennies. Quelques lacunes sont à relever : le peu d’études sur la Tunisie et leur absence sur les autres pays du Maghreb, l’oubli d’études de cas se rapportant à la situation des piémonts dont on connaît l’étendue et la portée économique dans la géographie du Maghreb. En conclusion, il faut d’une part déplorer la confusion, volontaire ou involontaire, entretenue en Algérie entre les Hautes plaines céréalières et les Hautes plaines steppiques et d’autre part, être très attentif et prudent, en raison de l’extrême complexité des structures agraires au Maghreb, au moment d’utiliser certains concepts comme les terres archs. Celles-ci appartiennent à la collectivité nationale et de fait, non privatisables, et à ce niveau de la recherche, il faut savoir distinguer entre l’usage d’une terre et son appropriation.

Les Cahiers d’Urbama, Besançon, n0 12 et Les Cahiers de l’Université Ouverte, Tours, n07, 1999.

10Sociétés sahariennes entre mythe et développement. (Coord. J. Fontaine).

11Consacré entièrement au Sahara, ce volume mérite le détour car ce désert est devenu et demeure un mythe pour les décideurs comme pour les populations.

12S’étirant de l’Océan atlantique à la Mer rouge, couvrant une superficie de 8,5 millions de km et peuplé d’une dizaine de millions d’habitants, le Sahara possède une position géopolitique incontestable.

13L’approche multidisciplinaire, tentée ici, permet au lecteur d’apprendre à mieux connaître les écrits, l’histoire et la vie dans cet espace. En effet, les textes fourmillent de données statistiques, de citations de lecture, de cartes..., et de nombreux articles fondent une partie de leur démonstration sur l’histoire, en particulier sur les conquêtes territoriales coloniales faites par les militaires, et sur l’utilisation des rivalités tribales pour asseoir leur contrôle politique. En outre, l’imaginaire saharien et les exposés relatifs aux mythes (de l’aménagement, du pétrole, du tourisme, de l’agriculture...) entretenus autour du désert, domaine de l’aridité, de la diversité morphologique et de la désertification, sont toujours de mise aujourd’hui encore (Michel ROUX

14Mythologie saharienne ; Jean BISSON : Le Sahara, entre exploration et indépendances).

15A côté de ces mythes, l’espace saharien connaît des mutations indiscutables. Dans un article synthétique, « Paysanneries du Sahara maghrébin », Jean BISSON brosse un large tableau des sociétés oasiennes traditionnelles face à la modernité et souligne les initiatives individuelles en matière de développement agricole spontané qu’encourage l’économie de marché ; par ailleurs, l’auteur relève le mythe de l’Eldorado céréalier saharien, encore bien ancré chez les politiques et les populations. Dans l’article portant sur « Les populations sahariennes », Jacques FONTAINE souligne les facteurs humains de diversité et d’unité du grand Sahara en abordant les aspects ethno-linguistiques. Il synthétise les données démographiques disponibles, note le fort taux d’accroissement naturel et une urbanisation massive formée de petites et moyennes villes dont le nombre et la croissance sont particulièrement nets le long de la frange septentrionale du Sahara maghrébin par rapport à la frange méridionale sahélienne.

16A travers son texte « Ahthropologie des sociétés traditionnelles mauritaniennes », Francis DE CHASSEY s’étend longuement sur l’organisation et le fonctionnement des différentes ethnies qui occupent le Sahara et le Sahel occidental. Les autres textes portent sur le pastoralisme chez les Touaregs, la rébellion des touaregs, la sécheresse et la littérature.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Abed Bendjelid, « PAYSANNERlES », Insaniyat / إنسانيات, 7 | 1999, 137-139.

Référence électronique

Abed Bendjelid, « PAYSANNERlES », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 7 | 1999, mis en ligne le 31 mai 2013, consulté le 28 mars 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/12258

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page