Navigation – Plan du site
Revue des revues

L’IDENTITE EN REVUES

Fouad Soufi
p. 141-144

Texte intégral

L’Homme et la Société (n0130, 1998/4) et Sud / Nord. Folies et cultures (n09 1998)

1Consacrent leurs derniers numéros respectifs à l’Identité. Les positions ultra-critiques des collaborateurs de l’H. et S. contrastent avec les états des lieux développés par ceux de S/N. Et pour cause, le titre générique du numéro de L’H et S. est clair : Illusion identitaire et histoire. L’identité est une illusion est-il affirmé, mais une dangereuse illusion qui a un bel avenir devant elle. « Les articles réunis dans ce numéro portent sur le conflit entre la rationalité, confondue généralement avec la recherche de l’intérêt économique formulé par définition selon des termes identiques sur toute la planète, et la revendication du droit à la singularité individuelle et collective » écrit Pierre Lantz dans l’introduction. Il est vrai que ce sont les mêmes ternies qui lient, « le retour du débat sur l’Etat social [Gérard Prévost] et « la (re) construction de l’identité ouvrière au Brésil » [ Jacy Alves de Seixas] et les autres articles, nous explique P. Lantz : universalisme, identité échelle planétaire...

2Les préoccupations des études réunies par S / N sont ailleurs. La présence de neuf contributeurs algériens et d’un centrafricain illustre la place que tient la question de l’identité chez nos intellectuels. Omar Lardjane l’explique bien en introduction à son article : « que la question de l’identité soit impliquée dans le déferlement. de bruit et de fureur qui nous excède, nous submerge et nous angoisse, chez nous en Algérie... cela me parait incontestable. Non qu’elle puisse cette question résumer toute l’ampleur de l’événement, en dévoiler les ressorts ultimes, mais elle peut nous permettre de mieux conduire l’effort à faire pour penser une réalité où tout semble se cristalliser, se confondre. » Par rapport à l’Algérie en particulier, donc, mais aussi par rapport à l’Afrique d’une manière plus générale, la question de l’identité est posée et se pose en terme de crise. Et c’est la crise identitaire qui constitue l’objet central de ce numéro.

3Toutefois il me paraît légitime d’essayer de se demander Si l’identité est soluble dans l’histoire ? Ne peut-on pas peut se demander, Si, pour comprendre cette crise identitaire, il faut vraiment et systématiquement recourir à l’histoire ? En tout état de cause, nos collègues se retrouvent au moins sur un point essentiel : le discours sur l’identité fonctionne au politique.

4Daho Djerbal montre coniment la mémoire et l’histoire sont travaillées pour construire l’identité. Le même discours identitaire est produit et reproduit tant par les tenants de l’arabisme que par le mouvement culturel berbére. Jusqu’où faut-il remonter dans l’histoire pour retrouver les racines du mouvement islamiste algérien ? Selon Benamar Médiene, les théories de François Burgat et de Bruno Etiemie, qui se fondent sur la filiation FIS-FLN, sont erronées. Il décrit alors l’identité de 1’exécuteur à travers une question aussi simple que terrible : « où va dormir i ‘exécuteur du GIA, après le massacre ? ». Hafid Hanidi-Chérif va droit au but : « l’identité est toujours invoquée ... en période de crise ou de conflit ». La crise constitue pour Omar Lardjane le mot-clé des différentes séquences historiques et politiques qu’il met en relation pour expliquer la situation actuelle de l’Algérie : crise de l’identité collective, crise de l’Etat national, crise de l’identité individuelle, crise de la famille.... Pour Ahmed Bennaoum, les sociétés colonisées « dans le même temps qu ‘elles accédaient aux indépendances construisaient ou renforçaient le discours sur elles-mêmes, en ayant recours clairement et nettement à l’identité. » Aussi et a partir de l’exemple d’Ahl Stiten d’El Bayadh, il montre dans un article court mais incisif, combien l’identité est liée au mythe, à la violence, à la négation de l’autre. Par les rites funéraires compris à la fois comme un savoir féminin et un patrimoine identitaire, Doria Chérifati met en évidence l’enjeu de la dépossession de cette tradition par l’intégrisme religieux et s’interroge sur les incidences sociales d’un tel comportement. La contribution de Mustaplia Haddab, Identité et dissociations culturelles, se présente comme une sorte de mise au point sur cette notion à la fois ambiguë et dangereuse qu’est l’identité. Pour l’A., la société algérienne actuelle génère incontestablement... différentes formes d’exclusion fondées sur l’identité.

Correspondances, Bulletin d’information scientifique
Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain, Tunis.
n0 54, janvier février 1999.

5Fidèle à sa mission, « la rédaction de Correspondances ouvre à nouveau son bulletin aux jew7es chercheurs ». Dans ce numéro, elle propose deux études « l’une anthropologique, l’autre historique laissant transparaître deux démarches, deux rapports aux sources : pour l’une le terrain, pour l’autre les archives ». Nicolas Puig présente la thèse qu’il a soutenue, thèse intitulée :

6Derrière le cimetière, un lignage Awlad Sidi Abid à Tozeur, nouvelle civilités et dynaliques communautaires du sud tunisien. ». Sous la rubrique « recherche en cours », Alain Messaoudi... tente, lui, d ‘évaluer le degré et les modes de réalisation de l’assimilationisme colonial français au Maghreb, à partir du groupe des Algériens de Tunisie. »

n0 55, mars-avril 1999

7Ce numéro nous ramène sur deux champs qui nous intéressent plus particulièrement : le rapport des historiens à leur discipline et l’histoire du XVlIIe siècle en Algérie et plus précisément Constantine. « Le fardeau de la mémoire » de Jacques Revel constitue un véritable cours de méthodologie historique. Jacques Revel élabore une sorte de mise au point à un moment où en France l’entreprise mémorielle se fait envahissante à travers, la commémoration, la patrimonialisation et la production de mémoire. Selon l’A., longtemps, l’histoire de France a été « en charge d’une triple fonction : il lui revenait d’affirmer un identité... à garantir une continuité... à conforter une communauté de destins ». Cette mission n’a pas empêché une crise de l’identité historique française alors même que le public français n’a jamais autant consommé d’histoire. Face à l’élargissement spectaculaire du territoire de l’historien, une incertitude a surgi : un discours d’ensemble est-il possible ?…Le récit de la nation... a été le plus profondément mise en cause par ces incertitudes parce qu’il n’intéresse pas seulement l’identité d’une discipline mais bien celle d’une communauté. » Et Jacques Revel de rappeler que face au devoir de mémoire, « il n ‘est peut-être pas inutile de rappeler qu’il existe aussi un devoir d’histoire. »

8Grâce à Isabelle Grangaud, Constantine renoue avec un des moments des plus prestigieux de son histoire. Cette thèse, soutenue en mai 1998, innove en faisant de la ville un des acteurs de l’histoire au même titre que les individus les groupes et les institutions. A partir d’archives quasi inédites : registres de cadis, registres d’actes de décès, actes des habûs, mais aussi des manuscrits des érudits constantinois, l’auteur analyse l’histoire sociale de Constantine, dans cinq chapitres : Entrer à Constantine en 1840 (I), le droit dans la ville (Il), les Turcs clans la cité (III), le pouvoir dans la ville (1V) et sortir de Constantine... par les récits des autochtones (V). La population de Constantine est approchée à partir des déclarations de décès. Réseaux sociaux, configurations familiales, lieux d’habitations nous restituent l’image de la ville. L’analyse d’un registre de cadi permet de montrer les pratiques juridiques des Constantinois. Ce document témoigne « d’une pratique scripturaire quotidienne ». L’histoire tragique de Salah Bey est recentrée. Il reste un dernier point, dont la discussion exige tout de même la lecture de la thèse. Comment comprendre le statut des chroniques locales ? Ont-elles vraiment été produites en direction de lecteurs locaux comme l’affirme dans ce texte 1’ A ? Par lecteurs locaux, j’ai bien compris les Algériens et non les Français. Constituent-elles vraiment une alternative au bruit de la conquête et au savoir conquérant ? J’ignore ce qu’il en pu être du Tarikh Salah Bey de Mohamed Tahar aI Naqqad et dont je découvre l’existence, mais il me paraissait être de notoriété publique que Mohamed Salah al Antan avait écrit à la demande de Boissonnet, directeur du Bureau arabe de Constantine, futur général et accompagnateur de l’Emir Abdelkader dans son exil. En tout état de cause, cette thèse, à travers la présentation que nous en a fait l’A., promet de renouveler les conditions même de production du savoir historique de notre pays. On ne peut que souhaiter qu’elle nous soit accessible le plus vite possible.

Littérature orale arabe-berbère. Dialectologie, ethnologie n026, 1998

9Ce numéro est consacré à un dossier intitulé Léo Frobenius et les contes kabyles ou le devoir de critique. Etudes, documents et notules proposent de réévaluer les travaux de cet ethnologue allemand.

10Les analyses critiques qui sont soumises au lecteur ont pour objet la validation des conditions dans lesquelles il a pu recueillir les mythes, les contes, ses méthodes, sa grille de lecture des contes et des images rupestres. Les auteurs n’ont pas oublié les réserves les plus vives qu’ Emile Félix Gautier avait émises sur la mission Frobenius de 1914 dans un article paru dans la Revue Africaine de 1921 (la sixième D.I.A.F. pour les spécialistes) ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fouad Soufi, « L’IDENTITE EN REVUES », Insaniyat / إنسانيات, 7 | 1999, 141-144.

Référence électronique

Fouad Soufi, « L’IDENTITE EN REVUES », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 7 | 1999, mis en ligne le 31 mai 2013, consulté le 27 mars 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/12260

Haut de page

Auteur

Fouad Soufi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page