Navigation – Plan du site
Lecture

ALGER : PERCEPTION DE SOI, REGARD DE L’AUTRE

AU SUJET DE SIX OUVRAGES
p. 127-131

Texte intégral

1Alger, capitale politique, économique et intellectuelle du pays, occupe une place particulière dans les préoccupations de l’Etat. De leur côté, les chercheurs, de toutes disciplines, ne sont pas en reste. Mais, force est de constater que les études globales ont quelque peu cédé le terrain devant des travaux, non moins importants, mais plus précis tant sociologiquement qu’historiquement et géographiquement.

2Tout se passe comme si, par l’effet d’une sorte de division du travail, qu’aucun texte n’impose, il revient à l’Etat de réaliser les études d’ensemble -cette littérature grise à laquelle tout le monde n’a pas accès- et aux universitaires d’effectuer les recherches ponctuelles sur un sujet particulier.

1. Une question préalable se pose au lecteur : qu’est-ce qu’Alger ?

3En janvier 1967, il est décrété qu’Alger est une ville constituée de dix arrondissements et son secrétaire général est nommé par décret ; vieille( ?) réminiscence de la dernière organisation de la période coloniale. Lors du découpage territorial de 1974, l’agglomération d’Alger et ses douze arrondissements font partie de la wilaya d’Alger. Or, un texte légèrement antérieur, mais de la même année et relatif à l’agglomération d’Alger cite parmi les communes concernées par ce texte : la commune d’Alger et ses douze arrondissements, les communes d’Aïn Taya, Bordj el-Kiffan, Dar-el-Beïda, Rouiba, Réghaia, Birtouta, Douéra. Draria, Saoula, Birkhadem, Chéraga, Aïn Bénian et Staouéli.

4En février 1977, une ordonnance change radicalement le statut de la ville : elle devient une collectivité constituée par 13 communes et un Conseil Populaire de la Ville d’Alger (C.P.V.A.) est créé. Le secrétaire général est désormais nommé par arrêté du ministère de l’Intérieur. En janvier 1985, un décret, qui curieusement, ne fait aucune référence à cette ordonnance, dispose que 15 communes constituent une agglomération urbaine qui prend la dénomination « Ville d’Alger ». Le C.P.V.A. est reconduit.

5En mai 1997, est créé le gouvernorat du Grand Alger. Les termes du débat sur le statut d’Alger changent. La ville d’Alger est constituée de 28 communes urbaines dénommées arrondissements urbains. En fait, la ville d’Alger n’est dotée d’aucune institution propre. La ville d’Alger n’existe plus en tant que collectivité. La répartition, dans les 12 circonscriptions administratives, des 57 arrondissements urbains et communes, ne permet pas l’existence d’une structure administrative qui ressemblerait au C.P.V.A. Elle rend impossible une relation administrative directe entre les 28 arrondissements urbains héritiers des communes qui formaient jusqu’à présent la ville d’Alger.

6Il est, désormais, question de la wilaya érigée en gouvernorat et non plus de la ville, de la collectivité ou de l’agglomération urbaine d’Alger. C’est la wilaya d’Alger qui devient une collectivité territoriale à statut particulier dénommée Gouvernorat du grand Alger. Cette nouvelle collectivité territoriale regroupe, donc, d’une part, les 28 arrondissements urbains créés et d’autre part, 29 communes qui composaient l’assiette de la wilaya d’Alger et celles extraites des wilayas de Blida, Tipaza et Boumerdès.

7On serait presque tenté d’écrire que des modifications intervenant pratiquement tous les dix ans ont finit par faire disparaître Alger en tant que collectivité dotée de la personnalité morale et de l’autonomie financière. Il n’y a plus d’Alger. Mais les problèmes d’aménagement urbain, de gestion urbaine, de vie citadine, de rapports entre les Algérois (comment les appeler autrement ?), leur ville ( !) et le pouvoir demeurent identiques ou presque. Ainsi, en juillet 1968, lorsque les élus de l’A.P.C. d’Alger adoptent le Plan d’Urbanisme Directeur, l’Etat a déjà d’autres projets pour la capitale, et il se dote d’instruments d’études et de moyens d’intervention directs.

2. Bureaux d’Etudes et grands projets : L’intervention directe de l’Etat

  • 1 CADAT. Caisse algérienne d'Aménagement du territoire, créée dans le cadre du Plan de Constantine et (...)
  • 2 Ordonnance n°74-67 du 14 juin 1974 portant création d'un périmètre d'extension et de développement (...)

8Plus que la CADAT, ECOTEC, c’est le COMEDOR1 qui est chargé de réaliser des études dont le but est de faire d’Alger la vitrine d’un pays en pleine expansion, une capitale à l’échelle des plus grandes. En 1974, et par ordonnance, « aucune étude ou construction de quelque nature que ce soit... ne peut être faite... sans l’agrément préalable du COMEDOR »2.

  • 3 Deux études font une excellente synthèse de ce qui fut entrepris alors dans les années 1970-1980 :
    R (...)

9Un quartier diplomatique, une cité gouvernementale, une cité des affaires économiques, un parc zoologique et des loisirs sont inscrits et 1973 et 1974, préparant avec d’autres projets dont la réalisation était en cours (le grand stade), le Plan d’Orientation Générale pour le développement de l’agglomération d’Alger (P.O.G.)3

10Le P.O.G., approuvé par ordonnance en 1975, est exposé le 12 avril 1976. Il est présenté et discuté lors d’une journée d’information le 16 du même mois. Mais très vite, comme le note G. Mutin, les premières réserves apparaissent. Sa mise en œuvre exige la mobilisation de gros capitaux et une importante consommation de terres agricoles.

  • 4 Le CNERU devient en 1983, le Centre National d'Etudes et de Réalisations appliquées en Urbanisme.

11Le P.O.G. est petit à petit réorienté, par petites touches, dans les années 1980. Le CNERU4 (Centre National d’Etudes et de Réalisations Urbaines), créé en 1980, est chargé de donner le ton d’ensemble et deux offices prennent en charge deux problèmes précis : la Casbah (OFIRAC) et la zone Hamma / Hussein-Dey (OFARES). Sortent de terre de grands projets : l’Université des Sciences et de la Technologie, le Riadh el Feth et le Makam Chahid, la Bibliothèque nationale, les grandes autoroutes et le Parc zoologique et de Loisirs. Le nouvel aéroport et le métro (dont la première ligne devait être inaugurée en 1985) restent en chantier. En décembre 1984, un conseil interministériel clôt la grande aventure du COMEDOR. Le CNERU qui a entre temps changé de statut, s’attelle à redéfinir les contours de la capitale de l’an 2000.

12Enfin, en 1996, un Plan Directeur d’Aménagement et d’Urbanisme est approuvé qui confirme les grandes tendances mais révise à la baisse les grandes ambitions.

3. Alger et les Universitaires

13Les travaux sur Alger avant et après 1962, depuis la vénérable et incontournable thèse de René Lespès jusqu’à celle de Mouaouia Saïdouni ont au moins un point commun. Par delà la diversité des disciplines de chaque auteur : une place importante est consacrée à l’histoire de la ville. L’histoire urbaine d’Alger semble fasciner sociologues, géographes, architectes alors même que les historiens sont absents. Deux thèmes majeurs apparaissent : la Casbah et l’urbanisme colonial.

14Tout se passe comme si les mêmes problèmes se retrouvent par delà les périodes historiques : rapports de la ville à son site, organisation et contrôle de sa croissance, conséquences politiques et sociales de cette croissance, rapports des décideurs à la ville et statut des intervenants, rapports du pouvoir depuis le moment où Alger est devenu le centre du pouvoir légitime (contre Tlemcen) et capitale d’un Etat qui s’est imposé au Maghreb central.

  • 5 LESPES, René.- Alger. Etude de géographie et d'histoire urbaines.- Paris, Alcan, 1930 ; Pelletier, (...)
  • 6 On peut relever dans : Ouahrani, Abdelkader .- Inventaire sélectif des thèses soutenues en France.- (...)
  • 7 Pour les travaux de Messaoud Taïeb et la communication de Georges Mutin cf. note 3. Par contre, au (...)

15René Lespès en 1930, Jean Pelletier en 1956, Farouk Benatia en 1979, J. J. Deluz en 1981, Ahmed Amrouche en 1984, Maria Sgroï-Dufresne en 1986, Madani Safar-Zitoun en 1991, Larbi Icheboudène en 1994, Mouaouia Saïdouni en 19955, autant de thèses sur Alger qui si elles n’ont pas toutes eu les faveurs de l’édition, méritent d’être signalées6. Il faut également rappeler les articles de Messaoud Taïeb, la communication de Georges Mutin et les études d’ André Prenant7.

16Les études globales sur Alger sont finalement peu nombreuses. Les problèmes particuliers que peut vivre une grande ville, ceux des quartiers dont la Casbah ont beaucoup plus retenu l’attention des chercheurs. Par contre, alors que les textes de loi sont analysés et commentés, que les décideurs sont parfois identifiés, le processus de prise de décision, la part de tous les acteurs dans ce processus, leurs sources ne retiennent pas l’attention des chercheurs.

17Parmi les études qui ont été éditées, nous en avons retenu six : deux sur la Casbah : André Ravereau (par A. Bekkouche) et Djaafar Lesbet (par A. Lakjaa), deux sur Alger - qui ont fait l’objet d’une double lecture- : le livre de Maria Sgroï-Dufresne (par A. Bendjelid et A. Lakjaa) et celui de Larbi Icheboudène (par A. Bekkouche et F. Soufi) et enfin celles de Madani Safar-Zitoun (par F. Soufi) et J. J. Deluz (par F. Soufi).

Haut de page

Notes

1 CADAT. Caisse algérienne d'Aménagement du territoire, créée dans le cadre du Plan de Constantine et dissoute en 1980 ; remplacée par l'Agence Nationale d'Aménagement du Territoire.
ECOTEC :  Bureau National d'Etudes Economiques et Techniques créé en 1967   et dissous en 1982.
COMEDOR : Comité Permanent d'Etudes, de Développement, d'Organisation et d'Aménagement de l'agglomération d'Alger. Créé en novembre 1968, placé sous la tutelle de la Présidence du Conseil et transféré en décembre 1977 au ministère de l'Habitat

2 Ordonnance n°74-67 du 14 juin 1974 portant création d'un périmètre d'extension et de développement urbain de l'agglomération d'Alger et d'un périmètre de protection de l'économie agricole.

3 Deux études font une excellente synthèse de ce qui fut entrepris alors dans les années 1970-1980 :
Rossard, Martine.- Alger : propositions pour l'an 2000.- Maghreb – Machreq,  mai 1976 et Mutin. Georges.- Aménagement et développement d'Alger.- Bulletin de la Société Languedocienne de Géographie, fasc. 2-3, avril-septembre 1986. Actes du Colloque sur les Métropoles arabes, Montpellier 1985.
Pour la fin des années 1960 et les premières propositions, cf. :
Taïeb. Messaoud.- La structure urbaine d'Alger.- Annales de Géographie. n°473, 1971. et du même : Alger : développement, problèmes et perspectives d'une capitale.- Bulletin de la Société Languedocienne de Géographie, 1972.

4 Le CNERU devient en 1983, le Centre National d'Etudes et de Réalisations appliquées en Urbanisme.

5 LESPES, René.- Alger. Etude de géographie et d'histoire urbaines.- Paris, Alcan, 1930 ; Pelletier, Jean.- Alger, 1955. Essai d'une géographie sociale. - Cahiers géographiques de Besançon, n°6. Paris, Belles Lettres. 1959 ; Benatia, Farouk.- Alger ; Agrégat ou cité. L'intégration citadine.- Alger, SNED, 1980 ; Amrouche, Ahmed. - Alger : une grande métropole. Evolution et structure de l'agglomération, insertion dans l'espace.- Thèse d'Etat, Paris IV, 1984.- 2 vol. ; Sgroï-Dufresne, Maria.- Alger, 1830-1954. Stratégies et enjeux urbains.- Paris, Ed. de la Recherches sur les civilisations, 1986 ; Deluz, J. J. - L'urbanisme et l'architecture d'Alger. Aperçu critique.- Alger / Bruxelles, OPU/ Pierre Mardaga, 1988. [texte publié en 1981 à l'EPAU] ; Safar-Zitoun, Madani.- Stratégies patrimoniales et urbanisation : Alger. 1962-1992.- Paris, L'Harmattan. 1996 ; lcheboudène, Larbi.- Alger, histoire et capitale de destin national.­ Alger. Casbah Editions, 1997.

6 On peut relever dans : Ouahrani, Abdelkader .- Inventaire sélectif des thèses soutenues en France.- Recherches Urbaines sur l'Algérie. Cahiers  du GREMAMO, n°14, 1997 ; et dans : Sidi Boumediène, Rachid et Taïeb, Messaoud. - La recherche urbaine en Algérie. Un état de la question.- Tours, URBAMA. Pratiques Urbaines, n°14, 1996, quelques titres de travaux sur Alger : soutenus tant à l'Université qu'à l'Ecole Polytechnique d'Architecture et d'Urbanisme d' Alger (EPAU) :
Belkhatir, A. - les modes d'allocation de l'espace. Le cas d'Alger.- Paris I, 1987 ; Bouccekine-Bounaïa, S. - Vie sociale et rapport à l'espace... De la tradition à la modernité. (Etude dans une cité de la périphérie d'Alger).- Paris V, 1987, Anthropologie; Darbelet, Philippe.- Essai de structuration du centre d'Alger en quartiers.- Strasbourg, 1979, Géographie; Safi-Harb, Nabil .- Alger. comment échapper à un urbanisme linéaire.- Paris IV. 1975, Géographie ; Saïdouni, Mouaouïa. Rapports de force dans l'urbanisme colonial algérois (1830-1935) ou la genèse de l'aménagement urbain d'Alger.- Paris VIII. 1995; Sisbane Fatema.- Disparités sociale et urbaine en milieu urbain. A propos d'Alger.- Paris XIl, 1975, Sociologie ; Benabdekka, Noria.- Habitat illicite et stratégies urbaines à Alger.- EPAL, 1986 ; Bounab, Affifa. Gestion urbaine et idéal urbanistique : le cas d'Alger, 1954-1962.- EPAU, 1992.- Driss, Orkia.- Evolution, signification et présupposés de l'organisation spatiale : le centre d'Alger. - EPAU, 1990 ; Ider, Ouardia. - Rente foncière, utilisation du sol urbain et ségrégation sociale : le cas d'Alger dans les années 1980.- Paris VIII, 1986 ; Kateb, Kamel. - Causes et implications des interventions en tissu urbain existant sur le développement et le fonctionnement de la ville d'Alger.- EPAU. 1988 ; Hadjiedj, Ali.- Le Grand Alger. Activités économiques, problémes  socio­urbains et aménagement du territoire. - Alger, OPU, 1994 ; Hammache, Seddik. - La formation des espaces collectifs. Le cas d'Alger. EPAU, 1986 ; Ramdane, Razika. - Centre et centralité à Alger.- Constantine, 1981 ; Sidi Boumediène, Rachid. - Planification urbaine et décolonisation: à propos du cas d'Alger.- Grenoble, 1979.
Ce recensement ne se prétend aucunement exhaustif. Le lecteur peut être renvoyé à : 2000 thèses sur le Maghreb soutenues dans les universités françaises entre 1963 et 1994, Corpus Algérie.- Travaux et documents, n° la.- Tours, URBAMA.

7 Pour les travaux de Messaoud Taïeb et la communication de Georges Mutin cf. note 3. Par contre, au moins trois articles d'André Prenant peuvent être cités:
- Centralisation de la décision à Alger, décentralisation de l'exécution en Algérie. La mutations des fonctions capitales d'Alger.- Cahiers Géographiques de l'Ouest n°1, 1978 ; - Un épouvantail : l'«hypertrophie» d'Alger. Mythes et réalités.- in Problèmes urbains au Maghreb. Cahiers du GREMAMO, n°5, 1987 ; - L'inversion du sens des migrations dans l'agglomération algéroise.- Cahiers du GREMAMO, n°15, 1997.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« ALGER : PERCEPTION DE SOI, REGARD DE L’AUTRE », Insaniyat / إنسانيات, 5 | 1998, 127-131.

Référence électronique

« ALGER : PERCEPTION DE SOI, REGARD DE L’AUTRE », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 5 | 1998, mis en ligne le 31 mai 2013, consulté le 29 mars 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/12321

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page