Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Ahmed MORO et Bernard KALAORA (Dir.), Le désert : de l’écologie du divin au développement durable

Abed Bendjelid
p. 301-303
Référence(s) :

Ahmed MORO et Bernard KALAORA (Dir.), Le désert : de l’écologie du divin au développement durable, Paris, L’Harmattan, Collection CEFRESS, 2006, 265 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage très utile valorise, à la fois des travaux d’un laboratoire de recherche résultant de projets locaux et de coopération (Egypte, Algérie) et d’enseignements contribue à la vulgarisation du savoir relatif au désert ; les préfaciers B. Kalaora et N. Marouf insistent sur l’étalement d’un sujet allant du divin au développement durable et sur la nécessité s’avoir un regard croisé sur le sujet. En effet, des chercheurs de diverses disciplines en sciences sociales et humaines (philosophie, histoire, géographie, anthropologie, sociologie) et travaillant sur de nombreux pays (Algérie, Égypte, Mali, Maroc) ont participé à cet enrichissement pédagogique et scientifique.

2Ce livre documenté souligne « le caractère à la fois paradoxal et multiple de la relation des hommes au désert. Celle-ci ne saurait être unique, elle n’est pas la même selon la géographie (il n’y a pas des déserts chauds et des déserts froids par exemple, le ‘génie des lieux’, les hommes (selon qu’ils sont gens du désert, voyageurs, touristes, nationaux ou étrangers) ou les cultures en présence. Mais ces singularités ne sauraient nous faire oublier l’existence de figures ou motifs idéaux-typiques caractérisant l’expérience du désert dont la signification, le sens et la place varient selon le contexte historique». Dans cet ordre d’idées, l’histoire est toujours là : histoire géologique, histoire économique, histoire des migrations, histoire des brassages ethniques et culturels… En ce sens, « le désert comme lieu du divin et du sacré et du monothéisme est sans doute l’une des modalités les plus partagées de l’imaginaire collectif » ; au-delà de la lecture des textes exposés dans leur diversité transdisciplinaire, les auteurs concluent en mettant à jour des problèmes prégnants dans le Monde actuel ; ainsi, « l’avènement de l’environnement et la prise de conscience de la biodiversité redéfinissent le statut et la place du désert au sein de la planète terre. Plutôt que de la détruire et de la domestiquer, il revient à l’homme d’en comprendre les enjeux environnementaux, en préservant un lieu relevant à la fois du vivant et du sacré ».

3B. Kalaora tire des enseignements d’une rencontre franco-égyptienne tenue à El Arish dans le nord du Sinaï (Egypte) traitant de « la valorisation agricole et l’exploitation d’un milieu par nature fragile » et rend compte d’une nouvelle pensée philosophique tressée autour de la connaissance face au désert et à son avenir. Bien plus, cet auteur conclut son article d’une façon magistrale en écrivant que « le développement des sciences environnementales, notamment l’écologie et la biogéographie, a joué certainement un rôle dans ce renouvellement de la représentation du désert. A la différence de la géographie qui a une vision plus négative, insistant sur les facteurs de stérilité du milieu et de dévastation ou le définissant comme l’archétype du non-espace (ne portant pas les signes conventionnels de l’appropriation au travers des catégories de maillage et de quadrillage), l’écologie et la biogéographie au contraire, mettent l’accent sur la dynamique du vivant et de l’adaptabilité des espèces aux contraintes de l’aridité. Le désert alors change de signification, il est perçu comme habitat spécifique, un écosystème aride dont il faut étudier l’ensemble des composants et leur fonctionnement. Cette représentation écosystémique modifie le statut du désert qui, de milieu inerte et statique, devient dynamique, non plus séparé du monde vivant mais faisant partie de la biosphère ». Dans un texte mûri par la réflexion et l’expérience, J.P. Deffontaine étale son savoir pédagogique à travers « Le désert et la montagne, lieux mythiques et mystiques des expériences et de développement durable » ; il tente une comparaison entre les espaces fragiles que sont la montagne et le désert et où se mêlent l’imaginaire des hommes et les pratiques ; en effet, « ces hauts lieux ne sont-ils pas, dans les traditions religieuses, des espaces sacrés du sacrifice et de la révélation ? ». Il dresse quelques analogies faites, au cours de l’histoire, par des penseurs sur ces deux territoires considérés comme ‘pauvres et invivables’ et relève les progrès des aménagements et de la mise en valeur des ressources effectués au cours du dernier siècle ; effectivement, la montagne comme le désert sont « deux biotopes à ménager. La prise de conscience de l’irréversible transformation de la nature par les activités humaines, la montée en force des questions d’environnement, la dégradation de biens publics vitaux, comme l’eau et l’air, l’adhésion à la notion de ‘jardin planétaire’ qui relie les faits locaux aux phénomènes globaux, sont à l’origine d’une volonté de conservation, de préservation de la nature. Comme le désert, la montagne apparaît comme un écosystème fragile qu’il faut défendre contre les agressions de l’homme. Celui-ci est vu comme un perturbateur des équilibres. Il faut créer des parcs, des espaces protégés, sanctuariser la nature ». Ces remarques censées dans le domaine de l’aménagement du territoire sont tout à fait adaptées aux réalités du Maghreb.

  • 1 Programme de coopération interuniversitaire algéro-française, signé entre l’Université de Picardie (...)

4Une collection de textes abordant le thème du désert, de niveau inégal, parsème cet ouvrage en alliant des réflexions, des constats, des dialogues et des résultats de recherche plus ou moins inédits qui apportent tout de même des connaissances certaines au lectorat. Ces articles ont pour auteurs E. Burnus, T. Roche, A. Moro, D. Kintz, J.O. Job & J. Albergel, N. Marouf. Quant à la troisième partie de l’ouvrage, elle est consacrée aux Comptes rendus d’enquêtes (Observatoire de l’écosystème saharien) englobant quatre articles élaborés par des chercheurs travaillant au sein d’institutions universitaires algériennes, membres du programme de recherche signé par deux partenaires1. En effet, les quatre articles de plus de 70 pages, illustrés par neuf cartes, traitent de l’écosystème oasien à travers la politique agricole et la question foncière, l’utilisation des nappes d’eau dans le Touat et le Gourara, la dégradation du milieu naturel et des activités humaines dans le Touat et le Gourara, et de la mesure du niveau d’équipement dans les ksours du Touat. Les titres des textes présentés comme des résultats de recherche du programme partenarial ont été élaborés par Abed Bendjelid « Politique de mise en valeur et exploitations agricoles au Sahara (Wilaya d’Adrar, Algérie), par Sid Ahmed Bellal « Exploitations des eaux souterraines dans la région du Touat et du Gourara (Wilaya d’Adrar), par Ouassini Dari « Dégradation de l’environnement dans le Touat et le Gourara » et par Mohamed Hadeid « Niveaux d’équipement des ksours du Touat (Algérie) ».

Haut de page

Notes

1 Programme de coopération interuniversitaire algéro-française, signé entre l’Université de Picardie (Amiens) et le Centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle (Oran) durant les années 1 999 et 2002. Numéroté 99.MDU.412 et dirigé par le Pr. Marouf Nadir et le Pr. Bendjelid Abed, ce projet avait pour intitulé « Observatoire, population et environnement de l’écosystème oasien ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Abed Bendjelid, « Ahmed MORO et Bernard KALAORA (Dir.), Le désert : de l’écologie du divin au développement durable », Insaniyat / إنسانيات, 51-52 | 2011, 301-303.

Référence électronique

Abed Bendjelid, « Ahmed MORO et Bernard KALAORA (Dir.), Le désert : de l’écologie du divin au développement durable », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 51-52 | 2011, mis en ligne le 15 janvier 2015, consulté le 23 avril 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/12763

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page