Navigation – Plan du site
Comptes rendus de travaux universitaires

Mohamed HADEID: Mutations spatiales et sociales d’un espace à caractère steppique : le cas des Hautes Steppes sud oranaises (Algérie)

Abed Bendjelid
p. 309-311
Référence(s) :

Mohamed HADEID: Mutations spatiales et sociales d’un espace à caractère steppique : le cas des Hautes Steppes sud oranaises (Algérie). (Directeurs de recherche : Pr. Abed BENDJELID et Serge ORMAUX). Doctorat d’Etat, Géographie, 506 pages, Université d’Oran, DZA, 2006.

Texte intégral

1Seconde thèse de doctorat d’Etat en géographie portant sur les Hautes Plaines steppiques de l’aile occidentale en deux décennies, cette recherche qui traite de cet espace fragile naturellement et déshérité économiquement tente d’analyser les transformations socio spatiales récentes.

2La description géographique de la Steppe sud-oranaise, soumise à une forte désertification, apparaît somme toute sommaire tout comme ses limites géographiques. Hadeid Mohamed tente de démonter les mécanismes et les actions du développement local des acteurs publics (centraux et locaux) et privés (petits et gros éleveurs, maquignons, entrepreneurs, exploitants agricoles dans les périmètres de mise en valeur) et ce, à la faveur d’une planification incomplète puis d’un libéralisme économique teinté d’une série d’incertitudes dans l’attitude de la puissance publique en matière de politique de développement agricole. Dans cette conjoncture, le développement local attendu a eu des impacts différenciés sur les espaces géographiques steppiques des Wilayas d’El Bayadh et de Naâma dont les ressources seraient localement surutilisées et dont les effets ont donné lieu, d’une part à bien des formes de précarité sociale (amorce de la fin du nomadisme, sédentarisation urbaine indigente de petits éleveurs ruinés, agriculture oasienne encore pauvre, faiblesse de la création d’emplois, etc.) et d’autre part, à la consolidation de groupes sociaux puissants venant de loin (Alger, Blida, Oran, Djelfa). Cette analyse des transformations apparaît être le fil conducteur de cette thèse de géographie régionale dont les quatre parties se suivent selon les titres suivants : « Du nomadisme à la vie sédentaire : un passage lent et profond d’une société traditionnelle à une société urbanisée», « Du pastoralisme à la tertiairisation des structures économiques des Hautes Plaines oranaises », « La nouvelle structuration de l’espace des Hautes Plaines sud-oranaises est-elle synonyme d’insertion dans l’espace régional et national ?», « La problématique de l’aménagement de l’espace des Hautes Plaines sud-oranaises ». Sans vouloir reprendre le contenu des ces parties, il me semble plus logique de faire émerger un certain nombre d’idées développées dans cette recherche académique.

3Le développement local ambivalent est évalué tant à l’échelle locale (petite mise en valeur, aides de l’Etat à l’agriculture, réalisation d’équipements et de voies de communication…) qu’à l’échelle régionale (croissance des échanges démographiques et économiques, rapports avec Oran, ses services et son port intégrant indirectement la Steppe dans la vie de relations internationales). Dans le détail de l’analyse de cet espace steppique modelé par la politique agricole publique, Hadeid Mohamed se penche longuement sur la création de périmètres irrigués dans le cadre de l’A.P.F.A. (Accession à la propriété foncière agricole) qui, selon les textes réglementaires, permet après cinq années de mise en valeur, au bénéficiaire d’obtenir son acte de propriété. Cette pratique, forme de privatisation des terres collectives faisant partie du Domaine foncier de l’Etat, pénalise le fonctionnement de la société rurale encore structurée en tribus. Plus grave encore, le cloisonnement de l’espace steppique, produit de la privatisation foncière par ce texte juridique de l’A.P.F.A., gêne fortement la libre circulation du cheptel ; bien plus, il crée de nouvelles pratiques en contradiction avec l’histoire sociale locale, ses pratiques coutumières et par voie de conséquence il rallume les conflits entre les usagers traditionnels de la zone steppique. C’est dire aujourd’hui, les difficultés rencontrées pour gérer ce type de contradiction dans un pays où la relation des usagers avec la terre, terres de parcours y compris, demeure une donnée affective de premier plan, voire une composante de l’identité locale. Malgré tout, le développement local a certainement permis le désenclavement du territoire steppique à l’intérieur des limites administratives des wilayas étudiées. Si la description géographique des divers sous espaces steppiques est tout à fait classique, l’essai d’explication des liens fondées sur les changements atteste d’un creusement d’inégalités entre les divers groupes sociaux qui tirent leurs ressources de la Steppe locale.

4Globalement, cette thèse élaborée est de bonne facture, en partie à cause de l’effort investi dans la collecte des données statistiques, de leur traitement sous la forme cartographique et de l’essai d’analyse fourni par l’auteur. Ce vaste territoire, parcouru et modelé au cours de l’histoire par les quatre grandes tribus que sont les Hamyane, les Laghouat El Ksel, les Amour et les Ouled Sidi Cheikh, connaît à la fois un net recul du nomadisme, un regroupement affirmé de la population, une amorce soutenue de l’accroissement des villes et une tendance visible à la désertification de l’environnement. Toutefois et en raison de l’investissement de travail effectué, ce travail méritait une synthèse enrichie par un apport de savoir anthropologique dans un territoire steppique où les références identitaires tout comme les pratiques sociétales, sont encore vivaces, contribuant à faire comprendre les stratégies des divers acteurs en présence et leurs comportements quotidiens face au changement connu par l’espace et l’économie. Ceci atténuerait probablement la vue pessimiste de l’échec annoncé, avancé par l’auteur à la fin de son texte (p. 418) en écrivant « d’après cette analyse, il est avéré que les différents types d’aménagement appliqués dans le milieu steppique ont toujours connu des échecs. Qu’il s’agisse des aménagements sectoriels ou globaux, des actions localisées ou des politiques agraires, ils ne sont pas parvenus revaloriser les potentialités de l’espace steppique, ni à changer la structure et l’organisation de la société. Mais au contraire, ils ont contribué à leur déstructuration déjà enclenchée durant la période coloniale. Cette déstructuration a été derrière le phénomène de dégradation que connaît la actuellement la Steppe ». Cette affirmation prouve le peu de place et de corrélation économique accordés au fonctionnement de la société communautaire locale, à la permanence de ses coutumes et de ses pratiques sociales qui renaissent, avec une vigueur à toute épreuve, après toute une série de mesures teintées de ‘modernité’ imposées par le pouvoir central et souvent sans aucune concertation, ni dialogue aves les populations.

5Il est vrai que l’auteur accorde trop de place à l’Etat en tant qu’agent de développement au sein de ce vaste espace territorialisé par les tribus ; toutefois, la persévérance investie ne lui permettait pas d’approfondir tous les points abordés. Certains choix retenus montrent l’effort investi en matière d’enquêtes, de sondages et de collecte de données et cela, même si, par exemple, l’étude de l’armature urbaine de l’espace steppique -dont la méthode d’approche de l’analyse fonctionnelle méritait d’être renouvelée- apporte des éclairages utiles sur la connaissance des villes présentées selon les diverses strates décelées dans la hiérarchie urbaine (El Bayadh, Bougtob, Kef Lahmar et Rogassa). Dans ce milieu steppique soumis à une désertification menaçante, les transformations vécues par la Steppe sud-oranaise sont en partie raisonnablement liées au pouvoir central d’une part, et d’autre part à la métropole régionale portuaire d’Oran, qui joue un rôle moteur dans la croissance enregistrée en un demi-siècle par cet espace déshérité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Abed Bendjelid, « Mohamed HADEID: Mutations spatiales et sociales d’un espace à caractère steppique : le cas des Hautes Steppes sud oranaises (Algérie) », Insaniyat / إنسانيات, 51-52 | 2011, 309-311.

Référence électronique

Abed Bendjelid, « Mohamed HADEID: Mutations spatiales et sociales d’un espace à caractère steppique : le cas des Hautes Steppes sud oranaises (Algérie) », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 51-52 | 2011, mis en ligne le 15 janvier 2015, consulté le 23 avril 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/12847

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page