Navigation – Plan du site
Revue des revues

Sociétés et Représentations, 278 p., n° 30, Publications de la Sorbonne, Paris, décembre 2010

Dossier : L’architecture et ses images
Ammara Bekkouche
p. 317-319

Texte intégral

1Le titre évocateur de ce volumineux numéro coordonné par Evelyne Cohen et Gérard Monnier contribue à alimenter les diverses formes de manifestations autour de l’architecture en France. L’objectif commun est « … de dresser le constat de la vaillance du médium photographique, que viennent de renouveler les techniques de l’image numérique, le plus souvent dans une alliance étrange – qui n’allait pas de soi- entre les instruments les plus traditionnels, la chambre pour la prise de vue, et la puissance des scanners pour la mise au point des tirages ».

2Douze contributions allient leur approche sur l’histoire de l’architecture moderne en rapport d’une part à la photographie et d’autre part, aux outils numériques dont il faut mesurer les conséquences en tant que nouveau mode de représentation. Julie Noirot présente une analyse du cas de Le Corbusier pour montrer comment « Il l’utilisait (la photographie) à la fois comme un outil de documentation, un support d’étude et de recherche et un instrument de célébration de sa nouvelle architecture». Il impliquait « ses » photographes aux projets selon ses désirs, pour mettre en scène la force de ses œuvres.

3Anat Falbel, retrace la trajectoire du photographe Peter Scheir qui a quitté l’Allemagne nazie pour se fixer au Brésil. Sillonnant l’Amérique, son travail sur les réalisations alors en cours, nous fait (re)découvrir et comprendre les subtilités des significations données à la modernité. Le surgissement de Brasilia ou encore les aspects « immatériels » des façades en verre, réaffirment pour une part la maturation commune de noms illustres d’horizons divers tels que Le Corbusier, Oscar Nemeyer, Laslo Moholy-Nagy, Bertold Brecht…

4A partir d’une étude sur l’architecture des sanatoriums d’Assy, Gérard Monnier, relate l’histoire captivante de la construction de leur identité par la publication de photographies d’archives. Il entend ainsi montrer l’importance du travail des photographes dont les conditions sont souvent difficiles et incommodes, pour nous permettre d’étoffer la recherche historique entre autres. Sabine Erhmann saisit l’opportunité de revenir sur une manière de considérer la photographie en tant qu’outil critique du projet architectural pour rendre compte de la différence entre espace virtuel et espace social.

5Au chapitre de l’expression cinématographique qui entretient des liens étroits avec l’architecture, Eric Monin et Gérôme Parlange explorent la brochure Le Mètre carré pour qualifier le sens de cette relation. Au sujet du manque d’intérêt de l’architecture pénitentiaire, Caroline Soppelsa s’interroge sur la capacité de notre société à l’intégrer à son patrimoine…

6Céline Drozd, Virginie Meunier, Nathalie Simonnot et Gérard Hégron abordent le thème des ambiances dans le projet d’architecture pour tenter de savoir comment un architecte peut-il représenter ce qui ne se voit pas mais se ressent ? Une approche comparative est menée entre Peter Zumthor et Jean Nouvel incluant les modes et les outils de représentation des ambiances. Il ressort de cette étude que les ambiances projetées par les deux architectes sont généralement perçues, vécues comme telles par les usagers. Ce constat permet de conclure qu’il n’existe pas de méthode exclusive, mais plusieurs, en fonction de la sensibilité du concepteur.

7Dans une perspective de la sociologie de la médiation, Isabelle Grudet se questionne sur les représentations conceptualisées des professionnels de l’aménagement de l’espace urbain. Le grand projet de Lyon Confluence sert à son raisonnement pour montrer de façon critique, que les habitants sont des destinataires et non des producteurs de discours. Gilles Maury expose l’itinéraire et la richesse d’une représentation dont la constance est toujours actuelle. Il s’agit de la Société régionale des architectes du Nord (1868-1914) qui fut un exemple de regroupement dynamique d’architectes, ayant initié la défense de ses intérêts et la promotion de ses compétences.

8Joanne Vajda parcourt les guides de voyage en tant qu’instrument de diffusion et de valorisation de l’architecture. Une évolution lente semble réorienter le regard focalisé sur les monuments anciens vers une vision plus « moderne » de la ville.

9Juliette Pommier revient sur l’architecture chez les étudiants des Beaux-Arts en disséquant la revue Melpomène qui rendait compte de leurs travaux et de l’état d’esprit de la formation de l’époque. Quelques images qui prêtent à sourire et le vocabulaire utilisé renseignent sur une idée de la représentation de la profession axée sur l’élitisme et la dimension pécuniaire. Quelques questions sur l’architecture entre théorie et pratique ainsi que ses relations avec les autres disciplines scientifiques, montrent combien elles ont toujours nourri les débats pour recentrer la légitimité de ce métier sur son rôle social et sa place dans la société. D’autres outils de représentation, les archives en tant que documents relatifs à l’œuvre architecturale, donnent matière à Florence Wierre pour suivre les traces de leur production et les modalités de leur classement et de leur conservation. Une prise de conscience chez les architectes les encourage à adopter cette pratique pour s’associer et étoffer le mouvement de protection des œuvres réalisées.

10Ce numéro apporte un intérêt certain aux enseignants en architecture notamment pour ceux quelque peu déroutés par la vague des formes de reproductions issues de l’outil numérique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ammara Bekkouche, « Sociétés et Représentations, 278 p., n° 30, Publications de la Sorbonne, Paris, décembre 2010 », Insaniyat / إنسانيات, 51-52 | 2011, 317-319.

Référence électronique

Ammara Bekkouche, « Sociétés et Représentations, 278 p., n° 30, Publications de la Sorbonne, Paris, décembre 2010 », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 51-52 | 2011, mis en ligne le 15 janvier 2015, consulté le 29 mars 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/12851

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page