Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Tassadit Yacine, Si tu m’aimes, guéris-moi. Études d’ethnologie des affects en Kabylie, Préface de Françoise Héritier. Postface de Sherry B. Ortner

Marie Luce Gelard
p. 175-176
Référence(s) :

Tassadit Yacine, Si tu m’aimes, guéris-moi. Études d’ethnologie des affects en Kabylie, Préface de Françoise Héritier. Postface de Sherry B. Ortner, Paris, Maison des Sciences de l’homme, 175 p. 2006.

Texte intégral

1L’ouvrage est une réédition de textes écrits à différentes périodes dont la réunion permet une perspective plus générale et renouvelée du travail de l’auteur. C’est la face cachée des rapports de domination que Tassadit Yacine nous dévoile dans ces études d’ethnologie des affects en Kabylie.

2Les relations entre les genres font naturellement figure d’exemples et ouvrent le bal mais ne sont pas la forme limitative où celle qui viendrait simplement borner l’horizon des conséquences sociales et individuelles qu’engendre la supériorité d’un groupe sur un autre. Le panorama s’élargit d’autant si l’on songe à la profondeur historique que l’auteur nous dépeint, illustrant l’absence de données pérennes à propos de la (des) culture(s) décrite(s). Les contingences historiques des dominations, d’un pays et d’une langue au travers des diverses colonisations, sont de puissantes menaces pour la société, mais les dominations sont aussi celles, pleinement endogènes, du groupe sur lui-même et ainsi de façon quasi mécanique, des hommes sur les femmes. En d’autres termes, c’est à l’exacerbation des dominations auxquelles on assiste.

3C’est aussi dans les modifications des peurs, cette « anthropologie de la peur » à laquelle Tassadit Yacine nous a initiée et qu’elle évoque à nouveau : celles des femmes et celles des hommes, les images en miroir des unes sur les autres, où apparaissent les entraves à l’expression de soi. Car aujourd’hui se pose à l’individu la question de sa propre existence face à une communauté (versus société) omniprésente et imposant, désormais de façon unilatérale, un ordre sans lieux à la formulation du désordre, un carcan sans plus d’exutoires possibles. En effet, et l’auteur le décrit subtilement, la société « traditionnelle » offrait des espaces et des moyens de contestation, des lieux indispensables à la construction de soi au travers de cet autre, le groupe, le collectif.

4L’espace de l’intimité celui des sentiments et du désir est également interrogé illustrant la perméabilité de l’individuel et du collectif, l’opposition tenue pour longtemps structurante en sciences sociales — entre les démarches objectivistes et subjectivistes — manifestent clairement dans ce recueil de textes l’intérêt méthodologique de leur conjonction.

5Si l’amour est une « invention sociale », on pense bien sûr à Denis de Rougemont dans L’amour et l’Occident, l’ambition de comprendre son traitement social dans et par une société donnée, ici la société kabyle, est une démarche ambitieuse et novatrice. Si le mariage n’est pas l’amour, il fallut bien là-bas comme ailleurs imposer des règles « le problème était d’inventer des formes socialement admissibles d’intégration de cette source potentielle de désordre, voire de destruction, que constitue, pour le groupe, Eros (p. 15) ».

6L’étude des izlan, ces poèmes de la réalité vécue et d’une forme d’expression de soi nous fournit un très bel exemple de ce que la société pouvait/peut produire d’espaces de l’entre-deux, entre ordre et désordre contrôlés, tous deux indispensables en tant « qu’expression de l’individu la plus irrémédiablement personnelle (p. 39) ».

7Un autre exemple de situation est analysée, c’est celui du bigame, figure non courante mais les marges révèlent justement les valeurs du groupe, ce bigame devenu dominé par son propre statut, ces hommes comme l’écrivait déjà Pierre Bourdieu « dominés par leur propre domination (p. 108) ». Ces dominés/dominants auxquels Tassadit Yacine consacre cet ouvrage dans une perspective renouvelée des rapports des uns aux autres, empruntant souvent la perspective psychanalytique comme angle ou comme explication probable.

8Comment mieux dire que Françoise Héritier dans sa préface, l’intérêt de ce livre : « Le monde traditionnel avait un exutoire qui n’existe plus. Quel exutoire à la domination trouver désormais ? C’est la question sans réponse posée loyalement par ce livre passionnant, dans l’impossibilité actuelle où toute culture se trouve, plus encore peut-être dans les pays méditerranéens que dans le monde occidental, d’amener son peuple à concevoir l’égalité entre les sexes et la possibilité d’une vie sans domination » (XV).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Luce Gelard, « Tassadit Yacine, Si tu m’aimes, guéris-moi. Études d’ethnologie des affects en Kabylie, Préface de Françoise Héritier. Postface de Sherry B. Ortner », Insaniyat / إنسانيات, 54 | 2011, 175-176.

Référence électronique

Marie Luce Gelard, « Tassadit Yacine, Si tu m’aimes, guéris-moi. Études d’ethnologie des affects en Kabylie, Préface de Françoise Héritier. Postface de Sherry B. Ortner », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 54 | 2011, mis en ligne le 15 janvier 2015, consulté le 27 juin 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/13173

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page