Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Ouvrage collectif, Les jeunes et la lecture en Algérie, (Edition distribution et nouveaux supports de lecture). Coordination Abdelkader Abdellilah, Éd. Ibn Nadim, Oran, 2010, 256 p

Mohamed Daoud
p. 201-203

Texte intégral

1Consacré aux actes de la journée d’étude : « Les jeunes et la lecture en Algérie », organisée le 28 juin 2008 par le Laboratoire d’Etudes et de Recherche sur l’Information Scientifique et Technologique (LERIST) et le projet de recherche : « Lecture et nouvelles technologies : nouveaux supports, nouvelles pratiques », en partenariat avec les Universités d’Oran et de Constantine, l’ouvrage est constitué de douze communications présentées lors de cette journée, sept sont en langue arabe, et cinq en langue française. Liée à plusieurs fonctions (divertissement, instruction, formation, etc.), la lecture ne se réduit pas actuellement au livre, elle est assujettie à d’autres supports mis en œuvre par les nouvelles technologies. Et comme les goûts et les pratiques de lecture évoluent en permanence et changent au fil du temps, les jeunes s’approprient facilement les nouveaux usages, et s’adaptent en fonction des exigences imposées par le contexte actuel.

2En conséquence, le rapport entre l’institution scolaire et l’organisation culturelle de la société est déterminant dans l’acquisition de cette aptitude intellectuelle, même si en Algérie, l’école valorise le livre comme unique support pour la lecture, alors que les jeunes font appel à d’autres supports.

3Et en dépit du fait que « l’acte de lire est faiblement enraciné dans les habitudes de la famille algérienne en général » (p. 13), ceci, en plus, des efforts (insuffisants) menés en ce sens dans le milieu scolaire, l’intérêt pour la lecture existe, bel et bien, chez cette catégorie sociale. Donc, « les jeunes lisent » affirme A. Abdellilah, dans l’introduction de cet ouvrage collectif, mais la lecture se fait « autrement », ce qui contredit largement l’opinion ancrée chez plusieurs acteurs impliqués dans l’éducation et la formation.

4Par contre, et compte tenu de la dépréciation ambiante du savoir, dans une société en crise, l’ambition de la réussite sociale n’est plus liée à l’accumulation du savoir, et à l’obtention du diplôme. Ce qui fait que le livre et la lecture n’ont plus la même valeur symbolique qu’auparavant.

5Cela s’explique par le déséquilibre de l’offre de lecture (librairies et bibliothèques), entre les espaces urbains et ruraux, par la question des langues en Algérie, l’analphabétisme, et la faiblesse des moyens de promotion du livre (télévision, radio, revues, journaux, etc.), autant de paramètres qui ne militent pas en faveur du support que représente le livre.

6S. Halima confirme cette tendance dans sa communication, en l’appuyant, car, pour elle, l’Internet « révolutionne, non pas, l’écrit, mais l’accès à l’écrit ». Quant à Y. Naji-Aboura, elle revient sur les pratiques de lecture des jeunes en Algérie, à partir d’une enquête réalisée dans trois lycées de la ville d’Oran, et touchant 367 élèves (124 garçons et 243 filles), dont l’âge varie entre 15 et 20 ans. Pour l’auteure de cette enquête, « il ne suffit pas d’avoir appris à l’école pour être un lecteur ». Et c’est pour cette raison qu’elle insiste sur le rôle que peuvent jouer la bibliothèque familiale, les librairies et les bibliothèques des lycées, ainsi que l’orientation des enseignants, dans la transmission du goût de la lecture aux élèves. Chaque instance doit occuper une place bien déterminée dans cet effort d’apprentissage et d’appropriation de cette pratique capitale pour l’accès à la connaissance et au savoir. L’évaluation des compétences linguistiques, les préférences littéraires, le rôle des parents, leurs professions et leurs langues de lecture, le sexe, la filière et la télévision sont autant d’éléments de réflexion sur lesquels s’est penchée l’universitaire. Il s’avère que le livre religieux occupe une place prépondérante dans la lecture des enquêtés, et que les filles lisent plus que les garçons, de même les jeunes algériens sont des téléspectateurs assidus comparés aux jeunes français.

7A. Abdellilah revient sur l’offre de lecture en Algérie - dont plusieurs institutions sont impliquées dans la distribution et la commercialisation du livre - en orientant son enquête sur la ville d’Oran, en particulier. Il indique que le marché du livre a connu une évolution significative à partir de l’année 1989, avec la création de maisons d’éditions privées, de journaux indépendants, et l’entrée en jeu des importateurs du livre.

8Il relève que le centre-ville d’Oran accapare plus de la moitié des points de vente, le reste se situant dans les quartiers périphériques. Il fait remarquer, que face aux difficultés que connait ce secteur, beaucoup de libraires ont changé d’activité, ou ont complètement disparu du circuit.

9Il revient également sur la configuration géographique et topographique de l’offre de lecture, en identifiant trois circuits : « le circuit lettré » en centre-ville, le « circuit populaire » dans les quartiers périphériques, et enfin « le circuit journal » disséminé un peu partout, car contrairement aux idées reçues, l’intérêt commercial pour le livre et le journal est, depuis quelques années, probant pour certains commerçants, dénotant, ainsi, la présence d’un lectorat potentiel.

10Concernant l’utilisation du web par les éditeurs algériens, elle est encore assez timide selon N. Ouenzar-Mouloudi, qui a pris comme échantillon d’enquête onze maisons d’éditions. Mais beaucoup reste à faire dans ce domaine, note-elle.

11En outre, plusieurs communications ont été consacrées aux actions dévolues aux acteurs sociaux pour créer la motivation pour la lecture chez les apprenants.

12Celle de N. Jibran Khalil intitulée « L’enfant et la culture de l’avenir », propose la mise en place de dispositifs pour encourager les enfants à la lecture.

13Par ailleurs, le rapport des jeunes à la bibliothèque scolaire est abordé par M. Larbi Benhadjar, qui avance plusieurs propositions pour inciter les jeunes à fréquenter les bibliothèques scolaires.

14D’autres contributions sont contenues dans cet ouvrage collectif dont celle de M. Meziche qui s’intéresse à « la lecture libre et son rôle dans la formation de l’individu ». Celle de S. Meguenani va dans le même sens, en consacrant son étude au rôle dévolu au milieu scolaire dans le développement de la passion pour la lecture chez les jeunes. Les institutions sociales liées à l’acte de lecture et les mécanismes mis en œuvre ont fait l’objet d’une analyse par H. Bouchakour.

15A. Nimour présente dans sa contribution un point de vue général sur le marché du livre à Oran, en rendant compte des espaces d’édition et de lecture qui existent dans cette ville. L’intégration des jeunes aveugles a retenu l’attention de L. Chagra, qui a mis en exergue, les efforts consentis par la Bibliothèque Nationale en faveur de cette catégorie de jeunes.

16En somme, les questions soulevées dans l’ouvrage ont plusieurs mérites : elles ont abordé une problématique très délicate où les institutions publiques ou de recherche s’investissent peu. Les communications se sont appuyées, pour la plupart d’entre-elles, sur des enquêtes de terrain, ce qui donne aux résultats obtenus plus de pertinence scientifique, et enfin elles peuvent ouvrir de nouvelles pistes de recherche pour celles et ceux qui veulent les prendre en charge. La connaissance et la compréhension des pratiques culturelles des Algériens dépendent des efforts fournis par les établissements de recherche scientifiques et des institutions chargées de la diffusion de la culture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mohamed Daoud, « Ouvrage collectif, Les jeunes et la lecture en Algérie, (Edition distribution et nouveaux supports de lecture). Coordination Abdelkader Abdellilah, Éd. Ibn Nadim, Oran, 2010, 256 p », Insaniyat / إنسانيات, 55-56 | 2012, 201-203.

Référence électronique

Mohamed Daoud, « Ouvrage collectif, Les jeunes et la lecture en Algérie, (Edition distribution et nouveaux supports de lecture). Coordination Abdelkader Abdellilah, Éd. Ibn Nadim, Oran, 2010, 256 p », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 55-56 | 2012, mis en ligne le 30 juin 2015, consulté le 27 mars 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/13594

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page