Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Ouvrage collectif, Récits de vie des jeunes (Etudes, Chômage, Famille, Santé et Sexualité), Publication GRAS*, Université d’Oran, 2005, 200 p

Mohamed Daoud
p. 204-205

Texte intégral

  • * GRAS : (Mebtoul Mohamed, Directeur du GRAS, Aouari Abdelkrim, Kerzabi Zahia, Lamari Linda, Oussaci (...)

1Publié par l’équipe de recherche du laboratoire de recherche en Anthropologie de la Santé, l’ouvrage part de l’interrogation suivante : que savons-nous précisément de la vie quotidienne des jeunes ?

2Pour répondre à cette question, l’équipe de recherche a eu recours aux récits de vie des jeunes, en s’appuyant sur la sociologie compréhensive. Ce récit de vie étant une technique qui « permet d’intégrer la subjectivité du jeune qui est conduit à mettre au jour un ensemble de contraintes sociales, symboliques, et morales » (p. 6).

3Ainsi, les représentations des jeunes sur leur quotidienneté et la construction de leur imaginaire ont constitué l’objet de cette recherche qui passe par l’écoute et la valorisation des points de vue de cette catégorie sociale qui est souvent stigmatisée, surtout pour les jeunes qui habitent les quartiers pauvres et qui s’adonnent à des pratiques jugées « dépravées ».

4Ce travail de l’équipe de recherche, basé sur un guide d’entretien (voir annexe) a porté sur trois catégories de jeunes : les étudiants, les chômeurs et les délinquants, et a touché plusieurs quartiers socialement diversifiés de la ville d’Oran, d’Es-Sénia et de Bir-El-Djir.

5Présenté sous forme de trois parties, l’ouvrage consacre chaque partie à une catégorie de jeunes : étudiants, jeunes chômeurs et les jeunes délinquants. Malgré leurs spécificités, ces trois groupes partagent beaucoup de choses, dont le rapport au temps, le regard qu’ils portent sur les études, la famille, la sexualité, etc.

6Concernant le rapport au temps : pour les « hittistes » (désœuvrés), il renvoie à une existence sociale qui ne ressemble à « rien ». Le fait de « vivre » ne semble pas avoir de sens pour eux. En revanche, pour les étudiants, le temps est « institutionnalisé », normé et soumis à des impératifs importants. Certains, parmi eux, arrivent quand même à s’absenter quelquefois pour exercer une activité dans le secteur informel, afin de financer leurs études.

7Tout en reconnaissant que leur niveau universitaire est faible, les étudiants expliquent cela par le fonctionnement de l’université qui est identifiée, au fil du temps, à un espace de distribution de diplômes sans lien avec une formation de qualité. Il s’agit pour eux de « fermer l’année », et c’est tout. L’université est « un lycée sans surveillants », et l’emploi dans une institution étatique ne les intéresse plus, contrairement aux générations des années 1970 et 1980.

8Quant à la famille, il ressort de ces récits que l’ordre patriarcal n’a pas disparu malgré quelques fissures sans gravité, l’intériorisation des rapports d’autorité à l’égard du père demeurant une donnée fondamentale. Néanmoins, le statut de la mère est survalorisé sur le plan affectif et social. Ceci dit, l’espace familial ne permet pas une autonomie forte de ses membres.

9Quant au rapport à la sexualité, il se décline sous quatre visages : une sexualité interdite, une sexualité honteuse, une sexualité débridée et une sexualité assumée. Ainsi, le mariage étant une norme qui fait référence à la religion et à la stabilité sociale du jeune. Cependant, vivre en couple est un idéal pour l’ensemble des jeunes, mais pour des raisons matérielles (argent, emploi et logement), il est dur à accomplir. L’absence de perspectives dans ce sens, ajouté à la dégradation des services publics, la bureaucratie et la corruption, augmentent le malaise de cette catégorie sociale, d’où le recours à la construction d’un imaginaire centré sur l’ailleurs où les conditions d’un bien-être existent.

10Partir est devenu un leitmotiv pour la plupart des jeunes, la « harga » (émigration clandestine) revient sans cesse dans tous les discours, surtout pour la dernière catégorie de jeunes (les délinquants) qui vivent un grand malaise.

11On peut affirmer que ce type d’enquêtes permet au lecteur d’avoir une idée précise sur les représentations et les pratiques des jeunes d’aujourd’hui. Investir ce champ de recherches peut également aider les acteurs sociaux chargés de la jeunesse à concevoir des programmes socio-économiques et culturels pour accompagner cette population juvénile et la mettre en harmonie avec l’ensemble de la société.

Haut de page

Notes

* GRAS : (Mebtoul Mohamed, Directeur du GRAS, Aouari Abdelkrim, Kerzabi Zahia, Lamari Linda, Oussaci Nadia, Bouslama Souad chercheurs associés).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mohamed Daoud, « Ouvrage collectif, Récits de vie des jeunes (Etudes, Chômage, Famille, Santé et Sexualité), Publication GRAS, Université d’Oran, 2005, 200 p », Insaniyat / إنسانيات, 55-56 | 2012, 204-205.

Référence électronique

Mohamed Daoud, « Ouvrage collectif, Récits de vie des jeunes (Etudes, Chômage, Famille, Santé et Sexualité), Publication GRAS, Université d’Oran, 2005, 200 p », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 55-56 | 2012, mis en ligne le 30 juin 2015, consulté le 27 mars 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/13595

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page