Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Laurence Roulleau-Berger, Migrer au féminin, Paris, PUF, 2010, 192 p

Aïcha Benamar
p. 206-207

Texte intégral

1L’ouvrage aborde un des aspects des migrations internationales actuelles. Selon l’auteure les femmes constituent aujourd’hui près de 50 % des migrants et derrière cette appartenance de genre, la diversification des profils des migrantes s’est également sans cesse accrue. Plusieurs parcours de migrantes y sont analysés, et ce, à partir de 187 entretiens biographiques de femmes originaires d’Afrique sub-saharienne et du Maghreb, aux niveaux de qualification différenciés. Elle tente de reconstituer les cheminements migratoires en perpétuelle recomposition et les processus d’accumulation de capitaux culturels par ces migrantes. Elle distingue deux types de routes migratoires pour rendre compte de leur complexification sous l’effet des dynamiques de la globalisation économique et des dispositifs de contrôle des frontières. Elle nous explique comment chaque expérience individuelle produit des apprentissages différenciés notamment par les rapports au travail dans les sociétés de départ. Les femmes, dit-elle, peuvent d’autant plus contrôler leur mobilité qu’elles disposent d’une qualification professionnelle élevée.

2S’intéressant de près aux formes d’inégalités économiques et symboliques, touchant les migrantes elle précise que la distinction de genre en matière de migration tient ici au fait que les femmes, à la différence des hommes plus centrés sur la sphère de production, doivent élaborer de fragiles agencements d’emplois, dans différents lieux et en fonction des contraintes familiales. Les capacités d’autonomisation et la perception des contraintes varient selon, d’une part le niveau socio-culturel et les expériences professionnelles antérieures, et d’autre part des structurations des marchés du travail.

3Abordant les dispositifs économiques élaborés sur les routes migratoires hiérarchisées, elle montre comment la position de chacune dans l’enclave ethnique est liée au capital social, à l’insécurité linguistique et aux qualifications professionnelles. L’enclave, dit-elle, peut se faire clôture totalitaire. Dans l’exemple français étudié, l’auteure met l’accent sur les niches ethniques dans le nettoyage, la confection, l’hôtellerie et le travail agricole. A l’insécurité migratoire s’ajoute ici la dérégulation maximale des conditions de travail jusqu’à la persécution. Dans tous les cas, affirme-t-elle ce sont l’étendue et la taille des réseaux sociaux, familiaux et ethniques qui semblent jouer un rôle décisif dans la production du capital spatial sur les routes migratoires où naissent des dispositifs économiques. 

4Proposant une réflexion sur les processus de construction des biographies des femmes migrantes marquées par des « bifurcations » et des « recompositions identitaires », elle met l’accent sur les changements spatiaux et professionnels qui peuvent agir soit comme des multiplications de points d’affiliation et de réagencement positif des ressources individuelles, soit pour provoquer « des effets de brouillage et des chocs identitaires » aboutissant à la perte de l’estime de soi. Confrontées aux remaniements, réajustements et conflits identitaires, ces femmes éprouvent de plus en plus de difficultés à ajuster leurs différents ‘‘soi’’ et à garder la face. 

5Ce qui ressort in fine c’est que les migrantes qui quittent seules leur pays pour des raisons économiques aspirent à trouver un travail pourvoyeur de ressources financières dont elles pourront faire bénéficier les familles qu’elles ont laissées derrière elles. Les migrantes apparaissent comme une catégorie très vulnérable face à la flexibilité de l’emploi, à la demande en matière de travail illégal, contraintes à s’engager dans l’économie informelle. En effet, affirme-t-elle, elles sont très présentes dans le travail précaire, la sous-traitance, les emplois externalisés, la vente à domicile, le travail à domicile, etc.

6Laurence Roulleau-Berger nous invite à repenser la question migratoire. La question est de savoir si cela ne nous impose-t-il pas de nous placer dans un espace pluridimensionnel pour comprendre comment se hiérarchisent les spatialités, comment les individus sont contraints à des formes de multi-appartenances et comment des réseaux transnationaux et réticulaires se forment au-dessus des États-nations, créant des processus de conjonction et de disjonction culturelle, économique et symbolique ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aïcha Benamar, « Laurence Roulleau-Berger, Migrer au féminin, Paris, PUF, 2010, 192 p », Insaniyat / إنسانيات, 55-56 | 2012, 206-207.

Référence électronique

Aïcha Benamar, « Laurence Roulleau-Berger, Migrer au féminin, Paris, PUF, 2010, 192 p », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 55-56 | 2012, mis en ligne le 30 juin 2015, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/13597

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page