Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Hervé Cellier et Abla Rouag-Djenidi, Algérie-France. Jeunesse, Ville et marginalité, Paris, l’Harmattan, 2008

Nouria Benghabrit Remaoun
p. 209-212

Texte intégral

1L’ouvrage est issu d’un colloque international sur la ville et la marginalité, qui s’est déroulé en 2007, à l’université de Skikda. Trois principaux concepts sous-tendent la trame textuelle de l’ouvrage : la ville, la jeunesse et la marginalité. C’est à partir de travaux pluridisciplinaires portant sur la place de la jeunesse et sur sa précarité sociale dans les villes, qu’est organisé cet ouvrage articulé autour de trois parties. Nous retiendrons pour le lecteur les structures des deux premières parties : les situations sociales, économiques, familiales et professionnelles des jeunes ainsi que leurs conduites et leur place dans la ville.

2Les situations sociales, économiques, familiales et professionnelles des jeunes font l’objet de huit contributions. Les espaces urbains structurent et organisent les perceptions des habitants, affirment Noufel Bahri et Abla Rouag, dans le texte d’ouverture de cette partie. Cependant les nouvelles formes urbaines des grands ensembles algériens sont en complète rupture avec l’ancienne manière de faire la ville, centrée sur l’espace privé et domestique. Ce qui est mis en exergue c’est le cas des jeunes qui investissent les espaces extérieurs, à l’origine de situations conduisant parfois à des formes de violence. Le quartier de Sidi Mabrouk supérieur, au centre de la recherche menée par Saliha Chouguiat Belmallem est décrit comme l’un des quartiers les plus touchés par la délinquance. En matière de violence et d’agressions, plusieurs zones ont été délimitées dont en particulier le jardin public de Beymouth et le marché.

3L’urbanisation généralisée par l’étalement des parties nouvelles de la ville de Skikda est un phénomène étudié par Karima Messaoudi. L’imbrication entre rural et urbain permet de comprendre, selon l’auteure, pourquoi l’habitant court derrière une image de la ville moirée qui impose son étalement, ses modes et ses pratiques quotidiennes. La réflexion proposée par Abdelkader Lakjaa se fonde sur les résultats d’une enquête de terrain dont les résultats donnent, entre autres, une vue globale des attitudes des jeunes algériens à l’égard des valeurs sur lesquelles repose la société algérienne dans laquelle ils vivent. Si la jeunesse est une catégorie à privilégier, affirme l’auteur, c’est parce qu’elle est engagée dans la mise en question du lien communautaire.

4S’intéressant à l’attachement résidentiel des jeunes, Abla Rouag-Djenidi, Barbant Bonnefoy, Hamoudi Rouag, Noufel Bahri, présentent les résultats d’une enquête menée auprès de 130 jeunes d’origine maghrébine, âgés de 13 à 21 ans, dans des banlieues parisiennes. Cet attachement, selon les auteurs, est plus fort chez les garçons qui n’ont pas réussi socialement, et plus faible indifféremment chez les filles et les garçons qui sont encore dans une trajectoire de réussite scolaire et sociale. Toujours en France, en comparant deux quartiers l’un non réhabilité, et l’autre réhabilité du Val Fourré, à Mantes-la-Jolie, Barbant Bonnefoy et Julie Romeur consacrent leur contribution à l’attachement au lieu et à la protection de l’estime de soi. Elles montrent comment des individus discriminés protègent leur estime d’eux-mêmes en privilégiant des comparaisons sociales avec leur groupe d’appartenance.

5Le phénomène de la marginalisation urbaine est au centre de l’analyse faite par Lamia Bouamra dont la contribution est consacrée à l’analyse de l’état des lieux de la réalité urbaine dans la ville de Batna. Elle nous explique, dans une première phase, les mécanismes de formation de ses quartiers, et dans une seconde phase, elle met en lumière les réalités socio-économiques existantes. Enfin, à partir d’une étude menée sur la nouvelle ville et le centre-ville de Constantine, Iliece Kheribot, Abla Rouag, Barbara Bonnefoy et Adel Kadri, affirment que l’attachement des jeunes de la nouvelle ville de Constantine et du centre-ville de Constantine est relativement moyen. Ils précisent que la variable durée d’habitation.

6Les conduites des jeunes et leur place dans la ville constituent l’objet de la seconde partie, dont le premier texte sous la plume de Norbert Sillamy présente les jeunes de la cité comme des partenaires indispensables dans les nouvelles régulations sociales. A propos des violences scolaires et de la déscolarisation au sein des collèges, Pierre G. Coslin met l’accent sur les difficultés rencontrées par les jeunes, et pose le problème de l’évaluation, englobant la note de vie scolaire, qui peut pénaliser certaines catégories d’élèves. S’intéressant à l’écolier dans la ville, Halima Belhandouz plaide pour une ville algérienne pouvant donner à ses usagers le désir d’y vivre et de vivre ensemble ; autrement dit, une ville permettant aux jeunes de valoriser et d’inscrire dans l’espace social leurs sociabilités. Akila Khebbeb, soulevant la question des rythmes de vie et des conditions spatio-temporelles à l’école algérienne, montre qu’il n’est pas rare de voir des élèves dormir en classe ou bailler sans arrêt, laissant entrevoir un état d’extrême fatigue. La contribution de Allaoua Bendif, portant sur l’aménagement du territoire, soulève la problématique urbanistique de la ville de Skikda. Elle souligne l’impact de la configuration générale de la ville sur la consistance des violences urbaines qui s’y expriment.

7Comment est écrite la ville ? Comment est-elle dite ? E quelles en sont ses différentes représentations ? Voici trois questions auxquelles Zoubida Belaghoueg a tenté de répondre. Présence permanente, la ville dans la littérature algérienne est au cœur des récits, selon l’auteure. Apparaissant sous différentes formes, elle n’est pas que simple décor ; c’est un espace-abri et nourricier à la fois. Le passage à l’acte chez le jeune abuseur incestueux est au centre de la contribution de Samira Touafek et Nadjib Nini. Elles soulignent l’incidence des conditions socio-familiales et relationnelles dans la déviance sexuelle. Posant la question de l’hospitalisation de l’adolescent dans la daïra de Blida, la ville est définie, non pas seulement comme un espace géographique, mais aussi comme un lieu de relations collectives, économiques, politiques. La nouvelle urbanité, affirment les auteurs, suppose aujourd’hui d’autres valeurs et d’autres conditions. Chômage, déscolarisation, précarité, insuffisance de qualifications, affectent particulièrement les jeunes. Ils adoptent dans les quartiers urbains des comportements et des stratégies par lesquels ils affirment une présence souvent contestée. Conduites à risque, marginalité, délinquance, toxicomanie peuvent être pour eux les moyens d’occuper des espaces dont ils sont souvent exclus. L’État et les autorités locales, en Algérie, ne font pas encore suffisamment de cette catégorie particulière une priorité : les jeunes en difficulté n’ont pas beaucoup de place dans les politiques publiques ni dans les actions locales en tant que jeunes en difficulté d’insertion sociale ou professionnelle ou même scolaire.

8L’ouvrage permet de comprendre, d’une part, comment se construit l’identité sociale des jeunes, et d’autre part, les difficultés qu’ils rencontrent sous l’effet des processus de transformation que connaissent la ville, la famille, et la société algérienne dans son ensemble.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nouria Benghabrit Remaoun, « Hervé Cellier et Abla Rouag-Djenidi, Algérie-France. Jeunesse, Ville et marginalité, Paris, l’Harmattan, 2008 », Insaniyat / إنسانيات, 55-56 | 2012, 209-212.

Référence électronique

Nouria Benghabrit Remaoun, « Hervé Cellier et Abla Rouag-Djenidi, Algérie-France. Jeunesse, Ville et marginalité, Paris, l’Harmattan, 2008 », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 55-56 | 2012, mis en ligne le 30 juin 2015, consulté le 23 août 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/13598

Haut de page

Auteur

Nouria Benghabrit Remaoun

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page