Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Jean François Guillaume, Histoires de Jeunes : des Identités en Construction, Paris, l’Harmattan, 1998, 174 p

Khadidja Keddar
p. 217-218

Texte intégral

1Des récits de vie et de projection sur l’avenir, ont été recueillis auprès de onze jeunes filles et jeunes garçons, âgés de 18 ans et parvenus, au terme de l’obligation scolaire. De situations sociales, diverses, ces jeunes sont confrontés à un choix entre la poursuite d’une formation professionnelle ou l’insertion professionnelle. L’Etude réalisée par Jean François Guillaume à partir du terrain, cherchait à savoir comment, dans le cadre de la recherche d’une identité stable, les jeunes se représentaient leur projet d’avenir entre réalisme du présent et rêve du futur.

2La démarche méthodologique arrêtée, impliquait une collaboration soutenue avec les jeunes, autour de deux entretiens, au minimum, durant trois à six heures d’échanges avec chacun des participants retenus. Le premier échange était consacré à la description de l’avenir tel que le jeune se le représentait, quant au second, il devait explorer son passé personnel et familial. Des points communs se retrouvent chez eux dans le présent et dans leur imagination du futur, tels : la culture héritée, la maison de leur rêve, une profession choisie, la réussite familiale et sociale etc., ce qui révèle, la présence emprunte de contradictions, cependant, chargée du poids du passé de chacun et de stratégies envisagées en vue de reproduire ou non , le capital familial ou le maintien d’une position sociale.

3C’est en fait, en voulant se débarrasser du poids de l’héritage culturel familial, que souvent, le jeune s’y trouve de plus en plus prisonnier par le sentiment de reconnaissance des efforts fournis par les parents pour son éducation. L’évocation de leur passé et leur projection sur le futur, révèlent, chez les jeunes, des points de convergence et aussi de divergences. Ils se rejoignent dans les aspects critiques de leur passé familial, les attitudes de leurs parents vis-à-vis de leur façon de mener leur vie, de concevoir leur look, de leurs résultats scolaires. Ils restent eux-mêmes prudents, voire, critiques vis-à-vis de la manière de vie adoptée par leurs parents, ex. certains, comme Clémence, refuse de se retrouver dans la situation du choix professionnel du père qui « trime comme un forcené » pour pouvoir joindre les deux bouts à des fins de subsistance familiale et de réussite éducative des enfants ; ou comme Aurore qui, tout en adorant sa grand-mère, qui a remplacé ses parents, et qui a mis à sa disposition tous les moyens pour une bonne éducation, et qui pourtant, refuse de reproduire la même situation ; ou encore comme Eric qui a décidé, unilatéralement, de tourner le dos à son milieu familial, voulant aller plus loin que ses parents qui ont passé cinquante ans dans la même maison.

4Même lorsqu’ils ne tarissent pas d’éloge à l’égard de leurs parents, certains, comme Michaël, admiratif de son père, qui a toujours démontré un comportement juste dans l’exercice de son rôle parental, il ne souhaite pourtant pas, suivre la même trajectoire professionnelle ni mener la même vie que lui. Cependant Comment ces jeunes, arrivent-ils à dépasser le dilemme : être soi, concevoir, choisir et planifier pour soi, et en même temps rester fidèle à l’héritage familial voire à un engagement motivé par de la reconnaissance à des missions parentales consommées ? Le comportement des jeunes apparaît ambivalent : dans la description de leur quotidien, transparaît à la fois « les craintes les plus profondes et les espoirs les plus chers, les incertitudes qui effrayent et les convictions qui rassurent » p. 20. C’est ce qui explique que les projets, familiaux ou professionnels, imaginés, apparaissent dans certains cas, comme intégrés, voire compétitifs et presque jamais isolés.

5On peut noter que par rapport à la question de la transmission culturelle et professionnelle, beaucoup de jeunes n’y adhèrent pas même lorsqu’ils expriment de l’admiration et du respect pour ce que sont leurs parents et ce qu’ils font. Ce qui semble motiver certains jeunes comme Pascal c’est moins la richesse ou le pouvoir que l’expérience qu’on acquiert ou l’estime qu’on accorde « à des personnes qui ont le courage et la fierté d’assumer leur personnalité, d’affirmer leurs opinions sans ambages ». La liberté préoccupe également la plupart des jeunes : » ce qui m’intéresse, c’est que je puisse vraiment m’amuser et faire ce que je veux plus tard »dit Pascal. Cependant, comment y arriverait-il alors qu’il est partagé entre le réalisme des conditions de vie, imposées et des contraintes professionnelles (soumission aux habitudes, organisation et horaires de travail) et le rêve de faire ce qu’il veut ?

6Ce que nous retenons des récits, c’est qu’entre parents et enfants, entre générations, les liens demeurent profonds et sont loin de disparaître avec les distanciations physiques ou géographiques ou même exprimées par les jeunes. A travers le récit, se dégage une trame traduisant le mythe fondateur de l’identité qui reste permanant et qui se transfert virtuellement dans le projet d’avenir partant de la reproduction des rôles et statuts familiaux. La résurgence du passé et la projection sur un avenir constituent les deux faces d’un même processus qui intègre, à travers la construction de l’identité, les leçons de l’histoire et les composantes du quotidien. Les jeunes ne peuvent se définir et construire leur projet sans revenir à ce qui a marqué leur parcours.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Khadidja Keddar, « Jean François Guillaume, Histoires de Jeunes : des Identités en Construction, Paris, l’Harmattan, 1998, 174 p », Insaniyat / إنسانيات, 55-56 | 2012, 217-218.

Référence électronique

Khadidja Keddar, « Jean François Guillaume, Histoires de Jeunes : des Identités en Construction, Paris, l’Harmattan, 1998, 174 p », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 55-56 | 2012, mis en ligne le 30 juin 2015, consulté le 24 avril 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/13599

Haut de page

Auteur

Khadidja Keddar

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page