Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Isabelle Clair, Les jeunes et l’amour dans les cités, Paris, Armand Colin, 2008, 303 p

Aïcha Benamar
p. 212-214

Texte intégral

1L’ouvrage rend compte d’une enquête réalisée par l’auteure entre 2002 et 2005, auprès d’une soixantaine de jeunes, filles et garçons, qui avaient entre 15 et 20 ans dans quatre cités de la région parisienne. L’auteure y explore la façon dont ces jeunes construisent leur identité sexuée et leurs premières relations amoureuses. Il ressort a priori que la pression sociale qui les amène à adhérer à des normes extrêmement contraignantes de la masculinité et de la féminité tient d’abord à leur cadre de vie, le ghetto de la cité où tout le monde est sous le regard de tous. La démarche adoptée a permis de libérer la parole des enquêtés mettant ainsi en évidence les pratiques concrètes des relations amoureuses des jeunes et les enjeux qu’elles renferment en termes de construction des identités genrées et sexuelles, ainsi qu’en termes de projection dans une conjugalité adulte. 

2Dans leurs discours, les enquêtés déclarent que les garçons se doivent d’être des "hommes", d’afficher leur virilité en revanche les filles doivent faire preuve de réserve, par exemple en matière vestimentaire, thème le plus spontanément abordé par eux parce qu’ « étendard de leur moralité sexuelle ». Il s’agit pour elles de ne pas montrer leurs "formes" et de rester à leur place, ne pas transgresser les barrières d’âge. Elles se doivent également de ne pas investir l’espace public n’importe quand et pour n’importe quoi - ne pas "traîner" en somme, comme certains garçons. Une fille affirment-ils doit être le plus possible invisible et sa visibilité ne peut être légitimée que par un but précis : une fille sans but est une fille à visée sexuelle. .

3Les filles, selon l’auteure, sont menacées d’avoir "mauvaise réputation" si elles contreviennent à ces règles - même si l’étiquetage n’est pas systématique : d’autres éléments peuvent entrer en jeu. La mauvaise réputation des filles est immanquablement liée à leur sexualité. « La mauvaise réputation joue un rôle de rappel à l’ordre pour l’ensemble du groupe des filles et permet la ségrégation dudit groupe en termes de ressources vertueuses sur le marché amoureux et sexuel local. De ce fait, les filles sont elles-mêmes les agents de l’ordre du genre par les réactions qu’elles adoptent à un éventuel étiquetage. La fille étiquetée adopte une position de repli en attendant que les choses se calment ou se re-territorialise ailleurs où elle n’a pas de réputation.

4L’auteure souligne une certaine obligation sociale à la conjugalité chez les jeunes. L’important est de faire couple, dit-elle, et d’avoir vu validé sa valeur sur le marché amoureux que de vivre effectivement une relation amoureuse et de couple : très souvent, les partenaires se voient peu, voire pas du tout jusqu’à s’esquiver ! Loin d’être spontanées, ces relations adolescentes reposent sur des normes généralement connues et les partenaires entendent se conformer au « scénario conjugal » qui interdit, par exemple, de faire preuve trop tôt de sentiments et surtout de les proclamer. La conversation est la pratique de couple par excellence : elle est la condition du progrès du couple vers la complicité, une relation sérieuse Les adolescentes refusent en général toute sexualité génitale, sauf si la relation amoureuse a pris beaucoup d’importance à leurs yeux, mais ce n’est pas un critère suffisant : toutes les jeunes filles entendent se préserver pour le mariage et/ou pour le grand amour et/ou jusqu’à un âge plus avancé.

5En matière de relations amoureuses, les attentes des garçons et des filles sont différentes : les filles veulent de l’"attention" quand les garçons aiment que l’on s’"occupe" d’eux. Une fois l’étape de la rencontre passée, les filles désirent être vues, remarquées, faire l’objet du regard et de la considération de l’autre, tandis que les garçons veulent être choyés.

6L’ouvrage d’Isabelle Clair apparaît comme un des rares travaux sociologiques qui, sans les préjugés racistes habituels contre les « jeunes de banlieues », met en évidence l’existence d’une domination bien réelle sur les filles. Elle montre en quoi les identités de genre se construisent et sont empreintes de domination, dans la mécanique amoureuse elle-même

7Un des mérites de l’auteure est de s’inscrire en faux contre l’habitude prise de ne décliner les « jeunes des cités » qu’au masculin, en capuches, baskets et machisme exacerbé. Elle apporte un démenti à certaines approches, socio-politico-médiatiques tirant parti de cette domination masculine affichée pour stigmatiser les banlieues et tout particulièrement les milieux issus de l’immigration : en caricaturant les garçons et en niant les filles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aïcha Benamar, « Isabelle Clair, Les jeunes et l’amour dans les cités, Paris, Armand Colin, 2008, 303 p », Insaniyat / إنسانيات, 55-56 | 2012, 212-214.

Référence électronique

Aïcha Benamar, « Isabelle Clair, Les jeunes et l’amour dans les cités, Paris, Armand Colin, 2008, 303 p », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 55-56 | 2012, mis en ligne le 30 juin 2015, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/13600

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page