Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Kamal Rarrbo, Études sur les politiques jeunesse des pays méditerranéens, Algérie, Programme EuroMed Jeunesse III, 2007

Aïcha Benamar
p. 214-217

Texte intégral

1Existe-t-il une politique jeunesse en Algérie, sommes-nous tentés d’interroger cette étude publiée sous forme d’un rapport de 37 pages, à la suite de la lecture de l’ouvrage de Kamel Rarrbo 1995 portant, entre autres, sur les marginalisations sociales et le désarroi culturel des jeunes ? Le rapport rend compte de l’analyse du contexte algérien réalisée dans le but de savoir si le pays a effectivement mis en place une politique jeunesse, de comprendre comment les pouvoirs publics algériens répondent aux problèmes afférents à la jeunesse, et d’examiner le rôle des ONG et l’impact de l’éducation non-formelle. Dès l’incipit, il apparaît qu’aucune politique jeunesse n’a été mise en œuvre pour l’instant en Algérie, même si le pays a mis en place un certain nombre de dispositifs réglementaires en faveur des jeunes. Partant d’une documentation bibliographique spécialisée et d’une série d’interviews menée auprès de responsables locaux, y compris des responsables d’ONG, Rarrbo a pu dégager les grands thèmes de la problématique des jeunes en Algérie et préparer un questionnaire adapté à la situation locale ; situation qui semble ne pas avoir été suffisamment étudiée. Peu de recherches, dit-il, ont été réalisées dans ce domaine en Algérie. Si Quelques-unes ont porté sur des questions culturelles ou sur l’intégration professionnelle des jeunes, la documentation écrite portant sur la jeunesse en Algérie est rare.

2Le rapport d’articule autour de six points : la situation de la jeunesse, les aspects structurels, institutionnels et législatifs des politiques en sa faveur, les associations et ONG qui en ont la charge, le programme Euromed, les autres mécanismes de soutien et enfin les perceptions des acteurs. La situation de la jeunesse est perçue à travers le prisme de la crise sociale. Elle paraît associée à des « fléaux sociaux », comme le chômage, la drogue, la violence politique et la délinquance, les révoltes urbaines et les « harragas » (émigrés clandestins). Elle est souvent considérée comme un fardeau pour la société, et une masse difficile à gérer au lieu d’une perçue comme une ressource pour le pays et un atout pour l’avenir. Cette vision négative est intériorisée par les jeunes qui généralement se culpabilisent, Eprouvant des sentiments d’abandon et de révolte. Un accent particulier est mis sur les répercussions du taux considérable de chômage en sur la fraction juvénile de la société, sur le vide culturel et la dépendance aux drogues douces.

3Les aspects structurels, institutionnels et législatifs des politiques Jeunesse en Algérie recouvrent maintes dispositions : entre autres des lois et des approches. La constitution de la République Algérienne Démocratique et Populaire garantit le droit à l’éducation, notamment l’article 53. Cet article précise l’obligation pour les enfants de suivre une scolarité de base, premier niveau d’instruction en Algérie. Les études sont gratuites et obligatoires pour tous les enfants jusqu’à 16 ans. Parallèlement, l’Etat doit faciliter un accès égalitaire à l’éducation et à la formation professionnelle. Le code du travail permet aux jeunes de travailler à partir de 16 ans.

4En matière d’approches institutionnelles, l’auteur cite le plan d’action du ministère du Travail et de la Sécurité Sociale, adopté en 2008, en faveur de la promotion de l’emploi et la lutte contre le chômage », visant la création de trois types contrats d’insertion. Le contrat d’insertion des diplômés (CID) est destiné aux jeunes diplômés et techniciens supérieurs issus des écoles nationales de formation professionnelle. Le contrat d’insertion professionnelle (CIP) concerne les jeunes sortant des écoles secondaires ou des centres de formation ou ayant suivi un stage d’apprentissage, et le contrat de formation et d’insertion (CFI) est réservé aux jeunes qui n’ont pas reçu de formation professionnelle ou qui n’ont aucun diplôme. Des associations ont été créées pour développer des actions de prévention des toxicomanies ; le service national de lutte contre la drogue et la toxicomanie en recense près de 280 associations. En matière de participation des jeunes à la vie des villes, aux plans niveau local et/ ou national, aucune approche institutionnelle n’est envisagée. Bien que la nécessité d’impliquer les jeunes ait été reconnue ces dernières années, aucun dispositif n’a été mis en place.

5Par ailleurs, le Ministère de la Jeunesse et des Sports a créé en 2008 un programme de financement axé sur le développement d’un partenariat entre les associations locales et les structures publiques proposant des activités socioculturelles, comme les centres de loisirs pour jeunes.

681 000 associations et ONG ont en charge de la jeunesse en Algérie. Selon une étude sur le mouvement associatif en Algérie, financée par l’Union Européenne, citée par Rarrbo ; près de la moitié des associations interviennent dans le secteur social, un tiers dans le domaine culturel et environ un quart s’occupent de problèmes environnementaux. Nous retiendrons qu’il n’existe ni de Conseil national de la Jeunesse ni de fédération regroupant les associations engagées dans le secteur de la jeunesse. Les associations non-gouvernementales les plus importantes ont ouvert des centres locaux dans plusieurs wilayas d’Algérie, comme par exemple la fondation FOREM (environ 15 centres) ou encore l’association de prévention et de protection de l’enfance et de la jeunesse de Tizi-Ouzou, qui gère un centre de réception et de prévention.

7En ce qui concerne le programme Euromed, nous apprenons que c’est un programme régional lancé à dans le contexte du Processus de Barcelone. Les objectifs de ce programme visent l’encouragement du dialogue interculturel entre les jeunes des pays de la région euro-méditerranéenne, la promotion chez eux d’une citoyenneté active et in fine la contribution à l’élaboration d’une politique jeunesse, par le biais de divers projets organisés par et pour les jeunes. Les thèmes des projets correspondent aux priorités du Programme, à savoir : l’égalité des sexes, les droits des minorités, la lutte contre le racisme et la xénophobie, ainsi que la protection du patrimoine culturel et de l’environnement.

8D’autres mécanismes de soutien à la jeunesse ont été mis en œuvre : le Programme d’appui aux associations algériennes de développement » qui a permis de financer 76 projets associatifs et grâce à lui, 73 associations ont pu être formées aux cycles de gestion de projets. Le programme ONG II a permis de former 300 associations aux cycles de gestion de projets. Le programme ‘Joussour’ ou PCPA Algérie (Programme Concerté Pluri-Acteurs Algérie) a permis de renforcer les capacités d’actions des associations dans les domaines de l’enfance et de la jeunesse. Ce programme, établi dans le cadre d’un partenariat établi entre une quarantaine d’organisations algériennes et françaises, a reçu l’appui du Ministère français des Affaires étrangères et européennes.

9Les perceptions d’acteurs décryptées par l’auteur convergent essentiellement vers les phénomènes du chômage de la « harga » et de la toxicomanie. Les sondages d’opinion réalisés sur les aspirations des jeunes ont confirmé ce triple constat. Le premier problème que rencontre le jeune est le chômage ; notamment celui des diplômés qui a entraîné une dévalorisation des diplômes, Le second est celui de la « harga » qui donne lieu à plusieurs discours critiques. Les responsables d’associations ont conçu des projets pour accompagner les jeunes « harragas » ou des actions humanitaires à l’intention des familles qui ont perdu des fils au cours de leur « harga ». Le troisième est celui de la toxicomanie : une corrélation est établie entre la toxicomanie et la perte d’espoir : sans formation ni travail, sans perspective aucune d’obtenir un logement, rejetés de tous côtés, les jeunes se rabattent sur les « zetla » (drogues). Peu de gens interrogés, souligne Rarrbo, sont conscients de l’existence d’une politique jeunesse. Certains pensent que la priorité est donnée au sport. D’autres suggèrent que la politique jeunesse future devra tenir compte de la problématique spécifique à chaque région d’Algérie. Certains acteurs, ajoute-t-il, estiment que le problème fondamental de la jeunesse algérienne est le manque de dialogue et de communication entre les institutions et les jeunes qui les marginalisent et leur fait perdre tout espoir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aïcha Benamar, « Kamal Rarrbo, Études sur les politiques jeunesse des pays méditerranéens, Algérie, Programme EuroMed Jeunesse III, 2007 », Insaniyat / إنسانيات, 55-56 | 2012, 214-217.

Référence électronique

Aïcha Benamar, « Kamal Rarrbo, Études sur les politiques jeunesse des pays méditerranéens, Algérie, Programme EuroMed Jeunesse III, 2007 », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 55-56 | 2012, mis en ligne le 30 juin 2015, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/13601

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page