Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Jean-Pierre Famose et Jean Bertsch, L’estime de soi : une controverse éducative, Paris, PUF, 2009, 192 p

Aïcha Benamar
p. 208-209

Texte intégral

1L’ouvrage porte sur l’estime de soi, dans la sphère sociale en général et le monde éducatif en particulier. L’estime de soi est au cœur du comportement individuel, apportant confiance et assurance, permettant de progresser et in fine de réussir. Une faible estime de soi est fréquemment à l’origine de difficultés pour un individu : doutes, hésitations, ou à l’inverse vanité et arrogance. Un bon niveau d’estime de soi confère à la personnalité : capacité à s’affirmer et respect des autres.

2Centré sur la question de l’augmentation de l’estime de soi, en tant qu’objectif éducatif, l’ouvrage est organisé en deux parties : La première partie compte quatre chapitres mettant en avant une mise au point conceptuelle et la seconde, de trois chapitres, démontre que la cible pédagogique prioritaire n’est pas tant le niveau d’estime de soi que la capacité de l’élève à se connaître et s’accepter.

3Le premier chapitre est consacré à la mise en évidence des liens existant entre les différents concepts appartenant au champ investi par le concept d’estime de soi. Il nous propose en outre quelques théories explicatives de la construction de l’estime de soi. Dans le second chapitre, les auteurs traitent de l’approche intra-personnelle où l’estime de soi est assimilée au résultat du rapport entre les perceptions de soi réelles et idéales. Les principaux facteurs influençant le niveau du soi réel y sont déterminés et les moyens d’interventions pédagogiques identifiés. Le troisième chapitre est consacré à l’approche interpersonnelle assimilant l’estime de soi au résultat de la perception de la personne en rapport avec son évaluation par les personnes importantes de son entourage. Ces personnes seraient un « miroir » dans lequel la personne perçoit le « reflet » de sa propre image ; reflet influençant l’estime de soi. Quelques pistes pour des interventions pédagogiques sont proposées ; interventions faites dans le but d’élever l’estime de soi qui ne pourraient donner de résultats positifs qu’en développant la compétence sociale des élèves, les aidant à construire une représentation réaliste d’eux-mêmes. Le quatrième et dernier chapitre de cette partie est réservé à l’approche évolutionniste de l’estime de soi et la théorie du sociomètre assimilant l’estime de soi à un instrument de mesure (le mètre) qui servirait à donner une indication de l’acceptation sociale de la personne et/ou de l’inclusion sociale nécessaire à sa survie. Selon les auteurs, si la personne ne possède pas les caractéristiques valorisées par le groupe, elle peut avoir une faible estime de soi ; le groupe rejetant les individus qui ne possèdent pas les caractéristiques qu’il valorise.

4La seconde partie s’ouvre sur le cinquième chapitre dont l’objectif est d’analyser les présupposés sous-tendant la visée d’augmentation de l’estime de soi. Cette dernière n’y apparaît pas comme une variable homogène variant d’une basse à une haute estime de soi. Une haute estime de soi, affirment les auteurs, n’est pas toujours le signe d’une estime de soi adaptative. Dans le chapitre 6, l’accent est mis sur le fait que ce n’est pas un besoin d’évaluation positive de soi en lui-même qui guiderait l’individu. Ce qui ressort de ce chapitre c’est que ce n’est pas l’estime de soi en tant qu’évaluation globale qui constitue un vecteur de prédiction de la réussite scolaire mais bien l’évaluation de soi au niveau des compétences scolaires. Le septième et dernier chapitre remet en cause le caractère désirable de la « haute » estime de soi, à travers l’exposé des principales recherches qui traitent du lien entre elle et l’agressivité d’une part et la réussite d’autre part.

5En guise de conclusion, les auteurs soulignent les raisons qui remettent en cause la pertinence de l’augmentation de l’estime de soi comme objectif prioritaire. Nous retiendrons que c’est un indicateur d’inclusion sociale. L’estime de soi représente ainsi le composant évaluatif et affectif du concept de soi et les interventions faites dans le but d’élever l’estime de soi ne peuvent donner de résultats positifs que si on développe chez eux la compétence sociale, en les aidant à construire une représentation réaliste d’eux-mêmes.

6Jean-Pierre Famose et Jean Bertsch nous proposent, ici, une analyse critique d’une abondante littérature et questionnent le bien-fondé de la promotion de l’estime de soi comme solution à certains problèmes personnels et sociaux, tâche qui à coup sûr n’est pas aisée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aïcha Benamar, « Jean-Pierre Famose et Jean Bertsch, L’estime de soi : une controverse éducative, Paris, PUF, 2009, 192 p », Insaniyat / إنسانيات, 55-56 | 2012, 208-209.

Référence électronique

Aïcha Benamar, « Jean-Pierre Famose et Jean Bertsch, L’estime de soi : une controverse éducative, Paris, PUF, 2009, 192 p », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 55-56 | 2012, mis en ligne le 30 juin 2015, consulté le 23 août 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/13602

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page