Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Ridha BEN AMOR, Les formes élémentaires du lien social en Tunisie. De l’entraide à la reconnaissance

Mohamed Madoui
p. 219-221
Référence(s) :

Ridha BEN AMOR, Les formes élémentaires du lien social en Tunisie. De l’entraide à la reconnaissance, Paris, l’harmattan, IRMC, 2011, 243 p.

Texte intégral

  • 1 Déchaux, J-H. (2009), Sociologie de la famille, Paris, La Découverte (coll. Repères).

1Le processus d’individualisation qui a touché la famille tunisienne a-t-il entrainé le délitement des liens familiaux et sociaux ? Telle est la question centrale que pose l’ouvrage de Ridha Benamor, enseignant-chercheur à l’Université de Tunis, qui tente d’explorer la question de l’entraide familiale et du lien social en analysant et en comparant les formes de solidarité et leur articulation avec les différents réseaux. Dans la perspective des travaux de Déchaux (2009)1 qui a consacré une grande part de ses recherches à la famille et à la parenté, Ridha Benamor pointe, lui aussi, les limites d’une interprétation, dominante en sociologie, d’individualisme et d’individualisation des relations familiales et met en évidence le rôle des solidarités familiales dans une Tunisie qui traverse de profondes mutations politiques, socioéconomiques et culturelles. La massification scolaire, l’entrée massive des femmes sur le marché du travail, la baisse du taux de natalité, le recul de l’endogamie et de l’âge au mariage, sont autant d’indices qui témoignent d’un processus d’individualisation de la société tunisienne. Pour autant, Ridha Benamor refuse de parler de « désengagement de la famille » ou de son déclin. Son travail montre, au contraire, le maintien de l’entraide familiale et des solidarités intergénérationnelles qui prennent des formes différentes selon les milieux sociaux et qui fonctionnent selon une logique maussienne de don contre don. La famille demeure ainsi le support moral, matériel et symbolique à toute épreuve, y compris chez les jeunes générations qui tentent pourtant de s’émanciper de l’emprise familiale. En ce sens, l’auteur va à contre-courant de la thèse parsonienne selon laquelle l’industrialisation, l’urbanisation et la modernisation de la société entrainerait inéluctablement l’explosion, pour ne pas dire, le déclin de la cellule familiale, pour mettre l’accent plutôt sur la consolidation et l’hétérogénéité des liens intergénérationnels.

2L’ouvrage est très bien documenté avec une bibliographie riche et de première main, et s’appuyant sur un important matériau empirique organisé en deux volets. D’abord, une enquête par questionnaire portant sur les pratiques d’entraide (l’accès à l’école et à la scolarité, l’accès au logement, le partage des taches domestiques, le rôle des réseaux de solidarité, etc.). Ensuite, une enquête qualitative se fixant pour objectif d’approfondir l’enquête quantitative et portant sur un échantillon de 40 ménages pris au hasard parmi les enquêtés de la région du Grand Tunis qui regroupe des quartiers fortement différenciés d’un point de vue de leur composition et de statuts sociaux.

  • 2 Paugam, S. (2008), Le lien social, Paris, PUF.
  • 3 Bouvier, P. (2005), Le lien social, Paris, Gallimard [Folio Essais].
  • 4 Honneth, A. (2000), La lutte pour la reconnaissance, Paris, éditions du Cerf (traduit de l’allemand (...)

3L’ouvrage est structuré en trois parties. La première est consacrée à l’analyse des concepts mobilisés et aux transformations ayant affecté la famille et le lien social en Tunisie. Sans aller jusqu’à retracer toutes les étapes historiques de la solidarité, Ridha Benamor examine avec soin le caractère polysémique de cette notion en nous faisant revisiter les travaux de Serge Paugam (2008)2, de Pierre Bouvier (2005)3 ou encore d’Axel Honneth (2000)4 qui ont tenté chacun a leur manière d’appréhender la question de la cohésion sociale et du vivre ensemble. D’emblée, il souscrit à la définition du lien social donnée par Serge Paugam qui « désigne tout à la fois le désir de vivre ensemble, la volonté de relier les individus dispersés, l’ambition d’une cohésion plus profonde de la société dans son ensemble » (Paugam, p. 24). La question de la reconnaissance, comme estime ou mépris de soi, telle que développée par Axel Honneth est également très présente dans cet ouvrage ou le capital social (Bourdieu) fonctionne sur la base de liaisons permanentes nourries par la reconnaissance d’une proximité entre les membres du groupe, dans une société tunisienne où la solidarité traditionnelle est au fondement de l’existence même du groupe. Des sociologues tunisiens affirment même qu’elle constitue le pilier de l’éthique islamique qui fait de l’entraide un impératif, à la fois devoir religieux et un acte social.

4La deuxième partie aborde les différentes facettes du lien social. D’abord, les solidarités familiales qui, malgré leur recul, continuent d’alimenter les échanges au sein de la famille. Les personnes âgées vivent le plus souvent au sein de leur famille, auprès de leurs enfants et de leurs petits enfants. L’obligation sociale et morale de prise en charge des personnes dépendantes est en grande partie assurée par les familles. L’idée de « placer » son père ou sa mère dans une maison de repos est considéré encore comme un abandon et expose les enfants et plus largement tous les membres de la famille à l’opprobre communautaire. Ridha Benamor montre aussi que les grands-parents ne sont pas qu’une charge pour leurs enfants, ils sont d’un grand secours et viennent ainsi les soulager de l’épineux problème de la garde des enfants par exemple.

5Enfin, dans la dernière partie, un regard particulier est porté aux solidarités extrafamiliales (voisinages, amis..) et informelles qui reposent sur des normes de réciprocité inégalement partagées par les acteurs selon que l’on soit issu d’un milieu aisé ou défavorisé. Ainsi, résider à proximité de ses parents caractérise beaucoup plus les milieux sociaux modestes que les classes moyennes et supérieures qui ont les moyens de leur autonomie (posséder un véhicule, payer une femme de ménage, faire garder ses enfants, etc.). S’éloignant d’une vision angélique du lien social, l’auteur s’attarde sur la crise des solidarités en mettant en évidence les conflits permanents et les tensions larvées entre voisins et entre parents qui peuvent aboutir dans de nombreux cas de rupture de liens et au déni de reconnaissance. Au-delà des individus, les tensions et les conflits touchent également les espaces résidentiels par la stigmatisation de populations de certains quartiers populaires disqualifiés à la fois socialement, moralement et symboliquement.

6La quantité d’informations présentées dans cet ouvrage, la finesse des analyses et la clarté de l’exposé rendent la lecture aisée. Toutefois, en dépit de son intérêt, sans doute serait-il intéressant de creuser la question du rapport entre la religion islamique et l’entraide communautaire. Qu’est ce qui relève de la religion en tant que telle (l’obligation de la Zakat par exemple) et qu’est-ce qui découle ou peut découler des structures sociales traditionnelles (paysannerie, nomadisme) dont les interférences et les influences tendent à « imposer » l’entraide que beaucoup d’individus subissent plus qu’ils n’acceptent. Mais cela n’enlève rien à l’intérêt de cet ouvrage qui, au-delà du monde académique, intéressera sans doute d’autres publics (étudiants, institutions, associations, etc.).

Haut de page

Notes

1 Déchaux, J-H. (2009), Sociologie de la famille, Paris, La Découverte (coll. Repères).

2 Paugam, S. (2008), Le lien social, Paris, PUF.

3 Bouvier, P. (2005), Le lien social, Paris, Gallimard [Folio Essais].

4 Honneth, A. (2000), La lutte pour la reconnaissance, Paris, éditions du Cerf (traduit de l’allemand par Pierre Rusch).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mohamed Madoui, « Ridha BEN AMOR, Les formes élémentaires du lien social en Tunisie. De l’entraide à la reconnaissance », Insaniyat / إنسانيات, 55-56 | 2012, 219-221.

Référence électronique

Mohamed Madoui, « Ridha BEN AMOR, Les formes élémentaires du lien social en Tunisie. De l’entraide à la reconnaissance », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 55-56 | 2012, mis en ligne le 30 juin 2015, consulté le 29 mai 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/13610

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page