Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Wassyla TAMZALI (dir.), Histoires minuscules des révolutions arabes

Samir Rebiai
p. 177-179
Référence(s) :

Wassyla TAMZALI (dir.), Histoires minuscules des révolutions arabes, Alger, Éd. Chihab, 2012, 359 p.

Texte intégral

1Ce recueil d’articles dirigé par Wassila Tamzali, écrivaine et militante algérienne, ancienne directrice des droits des femmes à l’UNESCO, aborde l’histoire des « révolutions » qui ont marqué « le printemps arabe ». Quarante-trois écrivains originaires de la Tunisie, Maroc, Egypte, Syrie, Liban, Algérie, et la France, nous font voyager dans une fiction sous forme d’histoires-témoignages singulières, chacun à sa manière, pour raconter comment, en 2011, des personnages ordinaires (héros minuscules) ont fait et/ou vécu les » révolutions arabes ». Les textes prennent forme de « mise à nu », où le corps occupe une place centrale. Une réflexion sur le plaisir, l’être et la politique dans un monde arabe marqué à vif par les stigmates de la guerre civile, où les rapports hommes-femmes semblent aussi bien compliqués que les crises politiques qui ont touché les pays arabes ces dernières années.

2Dans le préambule de l’ouvrage, Behja Traversac souligne que les textes recueillis précèdent les différentes élections qui ont eu lieu dans les pays en question, et qui ont ensuite, pour une large majorité, consacré la victoire des partis islamistes. Ces révolutions sont, selon les auteurs, motivées par l’aspiration à la liberté et à la dignité, émanent d’un profond désir de prise en main des peuples arabes de leur propre destin.

3L’idée de la rencontre amoureuse au cœur de la révolte s’exprime chez des auteurs algériens comme Malika Allel dans Amour ou Aziz Chouaki dans Marouane et Souad. Quant à la condition des femmes par laquelle la genèse de ces soulèvements passe aussi, certains auteurs traitent de la question de l’obsession de leurs corps qui est devenue l’inconscient refoulé (optique psychanalytique, selon Nédra Ben Smail) de nos sociétés emmaillotées de religion. Dans un monologue imaginaire, la romancière Cécile Oumhani, nous décrit la scène des deux « blogueuses rebelles » ; l’égyptienne Aliaa Magda El-Mady, 20 ans, qui revendique sa nudité honnie en paraissant nue sur son blog et la tunisienne Lina Ben Mhenni qui a manifesté contre l’interdiction de son blog » Tunisian Girl ». Les textes de Hadjer Charef, Simone Molina et Waciny Laredj abordent la même problématique. Ces textes apportent des éclaircissements pour comprendre la société arabe au féminin.

4Plusieurs scènes ont pour décor la place Tahrir du Caire comme symbole de « l’éveil du peuple égyptien ». Cette spatialité de mobilisation est présente dans l’article de la journaliste Dina Heshmat, qui rappelle dans « Tahrir : l’obsession du balai » les instantanés de rassemblements qui ont marqué cette place et qui ont conduit au départ de Hosni Moubarak. Ce Maydane El Tahrir est devenu le point de ralliement de toutes les manifestations des quartiers populaires. Les dizaines de milliers des manifestants du 24 Janvier 2011, ne se trouvaient pas seulement au Caire, mais aussi dans tout le pays. Tous répétant le slogan « fierté, liberté, justice sociale », nous dit l’historienne de l’art Shahira Mehrez dans sa « topographie cairote ».

5Pour comprendre la crise qui a secoué les régimes arabes, il est important de rappeler leur origine historique et la nature du système politique qui leur donnait de la légitimité. Telle est l’idée que suggère la philosophe Fawzia Assaad, qui nous trace le portrait de son héro Yahia Saad et de son passé nostalgiquement édifié. Ce vieux intellectuel cairote, né pendant la révolution de 1919 conduite par le Wafd, sort de son isolat et se dirige vers la place Tahrir pour se mêler aux flots de la jeunesse, avec qui, enfin il fait, tout en rêvant de renaitre un enfant. D’autres textes évoquent des figures devenues non seulement célèbres, mais mythiques, à l’exemple du tunisien Mohammed Bouazizi, dont l’immolation fut à l’origine du soulèvement populaire en Tunisie, comme le montre le texte de Sofia Djama.

6La libanaise Hyam Yared se plaint du silence de sa société en analysant certain réalisme politique et social, notamment l’enfermement dans les querelles confessionnelles. Ce malaise social est exprimé aussi dans la poésie d’Aicha Arnaout qui questionne notre présence au monde, avec sobriété et exigence en prenant en considération les aspirations et les revendications des gens de l’intérieur. Pour la poétesse, revendiquer son droit de liberté, c’est rester fidèle à sa voix, sans y ajouter des ingrédients personnels qui pourraient dévier de la réalité sur place. Quant à Nadine Ltaife, elle présente une série de poèmes autour de la question des libertés individuelles et de l’enfermement de l’individu dans son propre corps, sujet aux répressions.

7Pourquoi l’Algérie n’a-t-elle connu l’effet domino, si tant qu’il existe ? Y aurait-il donc une exception algérienne ? S’interroge l’auteur algérien Mohamed Kacimi. Selon lui, l’armée algérienne est le socle même du régime et elle en est la principale bénéficiaire. Affirmer que le peuple algérien est indifférent à ce qui se passe dans les autres régions et qu’il est tout à fait démobilisé et découragé, c’est nier que la société algérienne est en ébullition, d’après l’auteur. Wahiba Khiari, de son coté, fait le parallèle entre des événements qui ont marqué l’histoire de l’Algérie et les révolutions arabes. Dans une discussion « au paradis des martyrs », l’auteure fait parler un tunisien, un égyptien tué dans la place Tahrir et un algérien tué en octobre 1988. Dans ce même ordre d’idées, l’écrivain et chroniqueur Kamel Daoud estime que les causes du mécontentement sont les mêmes qu’en Tunisie, en Lybie, en Syrie ou en Égypte : chômage, corruption, jeunesse marginalisée…

8Ces histoires écrites en Majuscules, se referment sur un texte de l’écrivain algérien Benamar Mèdiene, intitulé » Voyant » dans lequel, l’auteur interpelle l’intellectuel en rappelant l’engagement de l’écrivain Kateb Yacine et la révolte que véhiculent ses écrits.

9Cet ouvrage porte un regard pluriel sur les soulèvements qui ont secoué les sociétés arabes. Un regard plein d’optimisme et d’espérance, parce qu’un verrou a été brisé par ces révolutions, peut-on conclure, des différents textes. Leurs auteurs montrent, dans une vision subjective et atemporelle, comment des histoires peuvent traverser nos vies intimes, comment des conflits font émerger des personnalités emblématiques. Enfin, ils nous donnent une grille de lecture d’un changement qui réside dans le foisonnement de ce que les historiens appellent des contres révolutions ; le dénouement d’une période et l’entrée dans une autre. Plus rien ne sera jamais comme avant, les sociétés du monde arabe sont obligées de prendre en considération ce qui s’est passé. Il s’agit bien d’une prise de conscience du peuple arabe pour créer l’espoir…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Samir Rebiai, « Wassyla TAMZALI (dir.), Histoires minuscules des révolutions arabes  », Insaniyat / إنسانيات, 57-58 | 2012, 177-179.

Référence électronique

Samir Rebiai, « Wassyla TAMZALI (dir.), Histoires minuscules des révolutions arabes  », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 57-58 | 2012, mis en ligne le 30 juin 2015, consulté le 27 mars 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/13795

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page