Navigation – Plan du site
Comptes rendus thématiques de lecture

Michel GODET et Evelyne SULLEROT, La famille : une affaire publique

Hamza Bachiri
p. 152-154
Référence(s) :

Michel GODET et Evelyne SULLEROT, La famille : une affaire publique, Paris, La Documentation Française, 2009, 297 p.

Texte intégral

1L’ouvrage de Michel Godet et Evelyne Sullerot aborde un sujet d’actualité, celui de la famille. Le premier chapitre intitulé « Les enjeux économiques et familiaux du vieillissement » inclut des données démographiques relatives aux politiques publiques adoptées en France. Les auteurs affirment que la France, bien qu’elle occupe la première place en Europe au niveau des taux des naissances (grâce à sa politique familiale), elle reste toujours « prudente »vis-à-vis de cette question, les autorités et les intellectuels considérant la famille comme étant le noyau de la société et le pilier du développement durable. En s’appuyant sur des rapports et des statistiques effectués par des centres de recherches et des organisations non gouvernementales sur les taux de natalité et le nombre de familles et les enfants durant différentes périodes, l’ouvrage dresse un état des lieux de la famille en France et dans l’Union Européenne.

2Aussi, les auteurs mentionnent l’évolution des concepts tels que : couple, famille, enfant. Cela est dû, selon eux, au changement social et à l’évolution des études de genre. Ils expliquent que depuis l’année 1945, la France a adopté une politique familiale rigoureuse. Ainsi, le discours des responsables politiques, de Charles de Gaulle à Jacques Chirac, insiste sur la formule » famille égale un développement durable ». En 1980, Alfred Sauvy a avancé le postulat du « refus de voir » qui résume le lien entre croissance, économie et dynamique démographique, en le présentant comme suit « les enfants d’aujourd’hui font les retraités de demain » (p. 53). En 1983, Raymond Aron écrit : » les Européens sont en train de se suicider par dénatalité » (p. 54). Ces appels obligent les chefs d’État de l’U.E. à se réunir pour discuter des questions de la jeunesse, la famille, la natalité, et l’enfance. En 2005, un livre vert parait comme un pacte européen pour la jeunesse.

3Le deuxième chapitre, intitulé » La famille au carrefour des mutations », est consacré à l’étude psychologique et la relation parents-enfants, en incluant la vie sexuelle et le système patriarcal dans les mutations de la famille. Les auteurs n’omettent pas d’évoquer la parution de la pilule et son impact sur la vie de la femme et la famille. Ce changement a provoqué deux révolutions : la première, sexuelle, est considérée par les auteurs comme un point essentiel durant le processus de mutation de la famille en raison de ses conséquences sur l’individu et sur la famille, et des nouvelles interprétations des notions qu’elle produit.

4Louis Roussel dans ses études réalisées vers la fin de XXe siècle confirme cette vision ; selon ses propos « on ne se marie plus pour fonder une famille ou continuer une famille, on se met en couple, marié ou pas, pour trouver le bonheur, et on se sépare quand le bonheur n’illumine plus le couple » (p. 108). En outre, les conséquences de cette révolution occupent un grand budget dans la dépense publique. Quant à la seconde révolution, elle est génétique (ADN) et donne la possibilité aux enfants de connaitre leurs parents, comme étant un droit. Dans un autre contexte, il existe deux facteurs qui causent la baisse de la fécondité : le travail de la femme et l’augmentation de leur niveau de formation ; le premier a basculé le rythme de la vie familiale, et le second a augmenté les activités de la femme, ce qui amène le couple à discuter de la question des enfants et de leur nombre.

5Dans le troisième chapitre « Enfants défavorisés, environnement familial et cadre de vie », les auteurs évoquent le discours relatif à la vie des enfants défavorisés et la réalité de l’égalité des chances dans la société française. Y est débattue la question des immigrés comme un facteur de déséquilibre de la politique sociale (les familles des émigrés sont présentées comme ayant plus d’enfants et moins de diplômes). Les auteurs citent aussi des tendances qui élargissent la pauvreté dans la société, par exemple : le nombre d’enfants, les parents sans emploi, et les parents non diplômés. En revanche, ils se demandent si l’école est vraiment un ascenseur social ? Car les inégalités de réussite, selon eux, résistent à la massification de l’enseignement. L’enfant dans les ZEP (zones d’éducation prioritaires) et/ou les ZUS (zones urbaines sensibles) est un enfant pauvre, car un mètre carré peut faire la différence, et peut-être, un facteur multiplicateur des inégalités de réussite.

6Dans le dernier chapitre, intitulé » Clarifier la politique familiale avec les trois volets, universel, horizontal et vertical », les auteurs s’interrogent sur la justification d’une politique familiale qui sert à promouvoir la natalité, inciter à une accumulation optimale du capital humain, redistribuer horizontalement les revenus, lutter contre les inégalités, compenser les handicaps (qui ne sont pas la résultante de choix individuels), contribuer à assurer l’égalité homme/femme dans la société, encourager la conciliation travail-famille au bénéfice des deux parents, plutôt que de proposer d’augmenter des transferts monétaires. Ce chapitre est une synthèse des idées abordées dans l’ensemble de l’ouvrage, avec une critique de la politique familiale dans les pays européens.

7Dans une approche multidisciplinaire, les auteurs ont largement explicité la situation de la famille européenne et les enjeux de l’avenir, en utilisant des données et des grilles explicatives et des textes juridiques pour renforcer l’analyse. Cela permet d’avoir une idée large sur la famille en France et en Europe occidentale et de l’analyser comme étant une affaire publique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hamza Bachiri, « Michel GODET et Evelyne SULLEROT, La famille : une affaire publique », Insaniyat / إنسانيات, 59 | 2013, 152-154.

Référence électronique

Hamza Bachiri, « Michel GODET et Evelyne SULLEROT, La famille : une affaire publique », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 59 | 2013, mis en ligne le 31 janvier 2016, consulté le 24 mars 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/13972

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page