Navigation – Plan du site
Comptes rendus thématiques de lecture

Gaëlle HENRI-PANABIÈRE, Des « héritiers » en échec scolaire

Aïcha Benamar
p. 266-268
Référence(s) :

Gaëlle HENRI-PANABIÈRE, Des « héritiers » en échec scolaire, Paris, La dispute, 2011, 189 p.

Texte intégral

1L’ouvrage traite de difficultés scolaires de collégiens dont les parents appartiennent aux classes sociales supérieures. A partir de données statistiques portant sur 677 familles réparties dans quatre établissements et d’entretiens approfondis menés auprès de 20 élèves en difficulté scolaire, de leurs parents et de leurs enseignants, elle analyse les rapports entre réussite scolaire et transmission familiale. Elle explique pourquoi certains collégiens minoritaires au niveau statistique, et dont les parents sont fortement diplômés, connaissent des scolarités difficiles qui les apparentent à des « méshéritiers ». Elle questionne plus généralement les transmissions familiales (dysfonctionnelles) en milieux culturellement dotés qui peuvent engendrer chez ces élèves l’échec scolaire, sans pour autant remettre en cause le fait, statistiquement avéré, que les enfants ayant une origine supérieure bénéficient de ressources culturelles familiales scolairement plus rentables que celles des familles populaires.

2L’ouvrage se divise en deux parties, la première met l’accent sur la pluralité des héritages au sein des familles interviewées et la seconde se focalise sur la manière dont le patrimoine culturel se transmet ou non. Cette partie est organisée autour de quatre chapitres montrant dans l’ensemble que tout patrimoine familial n’est pas forcément scolairement payant, car à niveau de diplôme donné, certaines caractéristiques parentales peuvent parasiter la transmission d’un capital scolaire et favoriser les difficultés scolaires des enfants. Dans certaines familles, affirme l’auteure, parce qu’ils n’ont pas été professionnellement payants, les diplômes et les efforts scolaires de certaines mères perdent de leur valeur aux yeux des enfants, qui ne voient pas l’intérêt à travailler dur pour l’école. Dans d’autres familles focalisées le plus clair de leur temps-libre sur la gestion d’un patrimoine immobilier économique, les parents ne lisent que des lectures peu légitimes de nature économiques, signifiant involontairement à leurs enfants que l’acquisition d’un capital culturel légitime (lecture scolairement rentable) n’est pas autant digne d’intérêt que celle d’un capital économique. Dans d’autres configurations familiales encore, les parents détiennent des capitaux culturels mixtes, la mère disposant par exemple d’un CAP alors que le père a un niveau universitaire. Etant donné le quasi-monopole des mères sur les questions éducatives, on comprend mieux que leur manque d’aisance dans l’accompagnement scolaire des enfants puisse engendrer des scolarités juvéniles difficiles. La trajectoire sociale des mères a également un impact sur la scolarité des enfants. Les analyses statistiques mettent en évidence que quelle que soit la profession exercée par les mères, le fait d’avoir sa propre mère d’origine populaire et de connaître une ascension sociale accroît le risque juvénile de connaître des difficultés. À nouveau, les entretiens menés apportent des éclairages explicatifs : un capital récent, d’un point de vue intergénérationnel, peut être plus difficile à transmettre qu’un capital ancien, car ces parents ont à inventer leurs propres pratiques en matière d’accompagnement culturel (ils n’ont en effet été que rarement soutenus scolairement durant leur propre enfance). Ainsi, telle mère, qui a renoncé aux incitations à la lecture pour ses enfants, lie cette attitude à l’injonction parentale qu’elle a reçue dans sa propre enfance (« travaille, ne perds pas ton temps à lire »). L’expérience scolaire passée des parents influence également sur la scolarité des enfants, les difficultés scolaires de certaines mères se transmettant à leurs enfants : ainsi 29.9 % des mères ayant rencontré durant leur propre enfance des difficultés en français ont un enfant qui rencontre les mêmes difficultés contre 17.7 % dans l’ensemble de la population ; les difficultés dans une matière scolaire vont de pair chez ces mères avec une absence de suivi des devoirs. De plus, les analyses des entretiens mettent en évidence comment certains parents mettent en relation les qualités et défauts scolaires de leurs enfants avec les leurs comme s’ils semblaient « tenir de famille ». Le fait que les parents se reconnaissent dans certaines attitudes scolaires non conformes affaiblit parfois leurs injonctions à les corriger, des défauts tels certaines formes de paresse scolaire représentant une « marque de filiation » ou étant perçus comme des signes d’intelligence ce qui fait que les collégiens peuvent difficilement s’en défaire et lutter contre un trait hérité « naturellement ».

3La seconde partie s’articule autour de deux chapitres dont le premier se centre sur la manière dont certaines dispositions parentales se transmettent ou pas. La transmission, selon l’auteure, n’opère que sous certaines conditions matérielles et symboliques, qu’il n’est pas toujours facile à remplir. Les analyses statistiques indiquent que les aînés ont moins de risques que les cadets d’être en difficulté quel que soit le capital parental. En entretien, certains parents soulignent qu’ils travaillent davantage la lecture avec les aînés qu’avec les suivants, mettant une certaine intensité aux investissements éducatifs sur les premiers. Ce qui est mis en avant c’est que les mères qui subissent, lors de divorces, une solitude allant de pair avec une absence de relève éducative, relâchent le contrôle des enfants qui peuvent parfois regarder tard la télévision. La séparation peut, note l’auteure, renforcer les divergences éducatives notamment autour des questions scolaires. Dans le second et dernier chapitre, Gaëlle Henri-Panabière explore les dimensions non plus matérielles mais symboliques de la transmission et tire un certain nombre de conclusions : dans une même fratrie, note-telle, certains enfants peuvent hériter d’éléments différents du patrimoine culturel parental et connaître une réussite alors que d’autres vivent l’échec scolaire.

4En conclusion, l’auteure note que les productions et attitudes juvéniles, non conformes aux attentes de l’institution, ne tiennent ni à la nature des collégiens ni à leur mauvaise volonté, ni à une démission parentale. Les résultats montrent qu’il ne suffit pas de vouloir réussir ou faire réussir, travailler ou faire travailler pour aplanir les heurts scolaires. De plus, les investissements familiaux sont utiles à condition qu’ils se manifestent dans des conditions qui les rendent efficaces, conditions qui peuvent s’avérer difficiles à réunir du fait des multiples déterminations qui pèsent sur la socialisation familiale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aïcha Benamar, « Gaëlle HENRI-PANABIÈRE, Des « héritiers » en échec scolaire », Insaniyat / إنسانيات, 60-61 | 2013, 266-268.

Référence électronique

Aïcha Benamar, « Gaëlle HENRI-PANABIÈRE, Des « héritiers » en échec scolaire », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 60-61 | 2013, mis en ligne le 31 janvier 2016, consulté le 21 février 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/14240

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page