Navigation – Plan du site
Comptes rendus thématiques de lecture

François DUBET, Marie DURU BELLAT, Antoine VÉRÉTOUT, Les sociétés et leur école. Emprise du diplôme et cohésion sociale

Aïcha Benamar
p. 269-271
Référence(s) :

François DUBET, Marie DURU BELLAT, Antoine VÉRÉTOUT, Les sociétés et leur école. Emprise du diplôme et cohésion sociale. Paris, du Seuil, 2010, 212 p.

Texte intégral

1L’ouvrage interroge l’espoir, nourri par les politiques et les citoyens des pays occidentaux, que l’éducation scolaire puisse contribuer à créer des sociétés meilleures. La question centrale soulevée est de savoir comment l’école peut-elle transformer la société ? Plutôt que de croire ou non aux vertus de l’institution scolaire, les auteurs cherchent à expliquer, en comparant les sociétés et les systèmes éducatifs d’une trentaine de pays, les mécanismes et les conditions à travers lesquels l’école affecte positivement la société ?

2Circonscrite aux sociétés européennes et nord-américaines, auxquelles sont ajoutés le Japon, la Corée du Sud, la Nouvelle-Zélande et l’Australie, l’analyse se base sur diverses catégories de sources statistiques. Outre les enquêtes PISA (Program for International Student Assessment), dont proviennent l’essentiel des statistiques scolaires, les auteurs utilisent les données de l’OCDE. Sur cette base, ils ont construit une série d’indicateurs agrégés relatifs à deux grandes dimensions des systèmes sociaux et scolaires – indicateurs d’intégration, d’une part, indicateurs de cohésion, d’autre part – à partir desquels ils ont caractérisé les différentes sociétés et leurs systèmes scolaires.

3Dans le premier chapitre, les principaux concepts sont définis et la méthodologie déclinée. Le concept d’intégration est défini comme une structure dont les indicateurs sont la dynamique du marché de l’emploi, les types de gouvernance, l’action de l’État, le taux d’emploi selon les hommes et les femmes, les transferts sociaux, les niveaux des élèves, la durée de la scolarité, la part de l’enseignement privé, la centralisation ou l’autonomie des établissements et le rendement des diplômes. La définition de la cohésion est renvoyée aux valeurs qui sont en lien avec le système scolaire d’une part, et la société, d’autre part. Les valeurs en lien avec le système éducatif sont inhérentes aux attitudes vis-à-vis des études, des enseignants et des pairs et celles en lien avec la société, sont relatives au capital social, à la densité des relations, à la vie associative, à la tolérance vis-à-vis des minorités, au jugement sur le travail ou les inégalités de revenus.

4Le second chapitre caractérise les sociétés sur les plans intégratif et cohésif. Sur le plan des structures et des inégalités, quatre types de situations des inégalités sociales versus dynamiques du marché sont mis en évidence : les pays sociaux-démocrates, les pays libéraux, les pays corporatistes et enfin un ensemble composite de pays méditerranéens et de l’ancien bloc communiste plutôt inégalitaire où l’État intervient beaucoup, mais peu dans le dynamisme du marché du travail, et où le nombre d’immigrants est restreint. Au plan de la cohésion et de l’intégration des sociétés étudiées, il n’existe pas de relation mécanique affirment les auteurs. En revanche, il est rare de trouver une forte cohésion sociale là où les inégalités sont fortement marquées, sauf aux États-Unis où les inégalités sont acceptées à partir d’une croyance dans le mérite individuel.

5Le troisième chapitre est centré sur une comparaison des systèmes éducatifs de ces pays. Quatre ensembles se dessinent ainsi pour l’intégration scolaire. Des constats intéressants sont faits par les auteurs : la « massification » de l’éducation n’entraîne pas forcément une baisse de niveau dans le sens où plus la scolarité est longue et ouverte à un plus grand nombre de jeunes, plus les connaissances des élèves et leurs acquis augmentent. Toutefois, précisent-ils, il ne suffit pas de garantir la scolarité à un plus grand nombre pour que les inégalités entre jeunes se réduisent ; encore faut-il penser à la manière dont l’école s’ouvre, est organisée, à ce qu’on y fait et à ce que les sociétés en attendent. En matière d’intégration et de cohésion scolaires, les corrélations les plus significatives montrent que là où l’attachement à l’établissement scolaire et la confiance envers les enseignants sont faibles, les inégalités scolaires sont fortes. En revanche, les relations amicales entre élèves ne semblent pas affecter les inégalités scolaires.

6Le quatrième chapitre propose une mise en relation des sociétés avec leur école. La principale question soulevée ici est de savoir s’il existe une continuité entre elles ? Les résultats montrent plusieurs cas de figure : la communauté démocratique, la communauté bienveillante, l’école du savoir, l’excellence pour tous. L’accent est mis sur le fait que rien ne se passe, d’une part selon un volontarisme qui voudrait que l’école transforme la société et d’autre part selon un déterminisme mécanique qui ne voit dans l’école que le reflet de processus ayant cours dans la société.

7Les cinquième et sixième chapitres montrent que bien qu’il n’y ait pas d’homologie parfaite entre les sociétés et leur école, des liens existent. Le poids des diplômes semble être une variable déterminante en aval de l’école. Cette variable permet de situer l’établissement scolaire dans ses liens complexes avec la société, en montrant que l’école n’est pas un agent unique. Ce ne sont pas les inégalités scolaires qui sont déterminantes mais la façon dont les individus rentabilisent leur diplôme dans des structures éducatives contrastées.

8En conclusion, l’ouvrage déconstruit le piège de la méritocratie. Il révèle qu’une forte emprise des diplômes n’accentue pas la cohésion sociale. Les auteurs imaginent en fin de parcours une école « allégée » sur laquelle le système d’éducation, de formation et de qualification ne reposerait plus en totalité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aïcha Benamar, « François DUBET, Marie DURU BELLAT, Antoine VÉRÉTOUT, Les sociétés et leur école. Emprise du diplôme et cohésion sociale », Insaniyat / إنسانيات, 60-61 | 2013, 269-271.

Référence électronique

Aïcha Benamar, « François DUBET, Marie DURU BELLAT, Antoine VÉRÉTOUT, Les sociétés et leur école. Emprise du diplôme et cohésion sociale », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 60-61 | 2013, mis en ligne le 31 janvier 2016, consulté le 20 août 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/14242

Haut de page

Auteur

Aïcha Benamar

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page