Navigation – Plan du site

Le modèle socioculturel du hammam et de son environnementRemerciements

Sociocultural models of the hammam and of its surrounding
Los Modelos Socioculturales del hammam y de su entorno
النمودج السوسيو-ثقافي للحمّام و محيطه
Heidi Dumreicher et Bettina Kolb
p. 11-30

Résumés

L’étude montre l’usage social et l’importance du hammam et de ses environs. Il est devenu évident : le hammam n’est pas seulement un espace avec ses caractéristiques architecturales, mais un microcosme social avec ses propres modes de vie, y compris les normes, les valeurs et les règles sociales qui sont typiques pour cette institution. Avec la méthode empirique de la photo interview, méthode qualitative de sociologie visuelle, nous avons abordé la perspective de la vie quotidienne de chaque étude de cas du hammam, y compris le sens de la communauté pour les résidents locaux. Il est devenu évident que tous les cas étudiés devraient être maintenus en tant qu’institution de vie. Ils ont besoin d’entretien, mais aussi des changements. De nouveaux services, de nouvelles normes sont à venir dans le monde entier, et le hammam doit s’ajuster à ces nouveautés afin de remplir son rôle dans la société contemporaine. Comme une partie du corps, le hammam est fortement interconnecté avec l’interprétation culturelle du corps, le support d’une mémoire collective, et la compréhension culturelle commune.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Kolb, B., Dumreicher, H. (2008), “the Hammam - A Living Cultural Heritage”. In: ArchNet-IJAR: Inter (...)

1Dans la recherche du HAMMAM1 présentée, les aspects tangibles et intangibles de la construction du patrimoine culturel du hammam sont étudiés à partir de différentes approches sociologiques. Cette recherche est basée sur la méthode de photo-interview, qui génère une vision de la vie quotidienne de chaque site d’étude et son sens de la communauté pour les clients et les résidents. Avec une approche spatiale, nous avons établi un lien fort entre les aspects sociologiques et spatiaux, et renforcé l’interface entre les aspects matériels et immatériels du hammam.

2Avec la photo -interview, nous recueillons une image remarquable en matière visuelle par rapport à la question essentielle : comment la population urbaine locale et limitrophe s’approprie les différentes fonctions du hammam dans la vie quotidienne et est-ce que le hammam contribue à la perception de la qualité de vie présente et à venir ?

Fondement théorique et méthodologique : l’importance de l’approche locale

3La photo-interview, une méthode de sociologie visuelle qualitative, utilisée dans notre recherche, est l’une des rares méthodes sociologiques capable de créer une relation entre les domaines spatiaux et sociétaux, en produisant des données visuelles et orales.

  • 2 Dumreicher, H, Kolb, B: Seven Theses on Town and City Quality in Benzing Brigitte, Herrmann Bernd: (...)

4Dans le matériau, la photo représente l’espace local. Ce dernier donne une image concrète de la matière mappée et la situation sociale, tandis que le texte de l’interview donne une première interprétation des significations et des pertinences. Les significations locales des résidents deviennent évidentes, ce qui est un point de vue spécifique de recherche. L’équipe de recherche sociologique fonctionne, avec le paradigme sous-jacent, qu’il existe une forte association entre les lieux physiques et les interactions sociales au sein d’une communauté : les rencontres dans le quartier et l’appropriation de l’espace public démontrent ce processus. La pratique de la vie quotidienne répercute un fort impact de l’utilisation de l’espace. Les places publiques, les espaces en face des magasins et d’autres bâtiments, les rues, tous les espaces limitrophes créent l’opportunité pour la pratique de la vie sociale. L’existence de l’endroit contribue au développement de la vie sociale. Ces pertinences des espaces locaux sont basées sur l’identité locale et la copropriété émotionnelle2. Selon ces concepts, la possibilité de vivre et d’agir dans un environnement spatial existant affecte les sentiments individuels et la relation des habitants avec cet endroit spécifique. Elle influence les usages sociaux.

5« Copropriété émotionnelle - un fort attachement à un lieu qui se traduit par un intérêt des citoyens locaux dans la perpétuation des qualités valorisées de l’endroit. Le plus souvent, cet attribut se trouve chez un citoyen informé qui est impliqué dans le processus de prise de décision de sa localité ».

La photo interview participative

  • 3 Kolb, B. (2008), Involving, Sharing, Analysing—Potential of the Participatory Photo Interview. In: (...)
  • 4 Oevermann, U. (1993) Die objektive Hermeneutik als unverzichtbare methodologische Grundlage für die (...)

6Dans l’étude du HAMMAM, nous avons appliqué la méthode empirique de la photo-entretien3 comme instrument principal de la collecte de données. Nous avons également appliqué d’autres méthodes d’observations empiriques telles que les entretiens qualitatifs et les observations participatives. Pour la photo-entretien, des personnes choisies prennent des photos basées sur leur perception individuelle de leur quartier et se présentent à un entretien où ils font une narration sur les sites qu’ils photographient. Les photos sont des produits importants, autant que les textes d’entretien, elles représentent les données pour l’interprétation sociologique et linguistique Dans l’approche sociologique, nous nous concentrons sur les aspects exprimés et confidentiels découlant de l’interprétation de l’herméneutique objective4.

  • 5 Kolb, B. (2007), The potential of visualisation in a transdisciplinary research process, Conference (...)

7En ce qui concerne le hammam, nous avons étudié les aspects sociaux de son usage et de sa relation avec la population et la communauté locale étant donné qu’il constitue une institution pratiquée dans le quartier urbain. Avec les photos-interviews, nous avons développé une perspective de la vie quotidienne de chaque cas du hammam, y compris son sens de la communauté pour les résidents locaux. La photo-interview représente une approche participative, qui étudie l’importance et le sens du local dans une approche ascendante. Le point de vue du chercheur ne se contente pas de la collecte des données, mais il s’intéresse également au dynamisme de la photo-interviewée du hammam et de sa proximité. Ainsi la photo peut être considérée comme un potentiel de visualisation5 et soutient la communication dans l’interview et l’ensemble du processus de recherche.

8Les questions principales de la recherche sont : comment la population urbaine de proximité du hammam l’utilise ? Y a t-il des fonctions sociales et culturelles du hammam dans la vie quotidienne des habitants ? Le hammam comme espace de convivialité – quelles qualités pour assurer un avenir ?

9En ce qui concerne le quartier, nous étudions également la façon dont le hammam contribue à une qualité de vie locale.

10L’approche participative de la photo-interview reproduit le regard des résidents locaux de leur quartier de proximité. La fiabilité des données est élevée parce qu’elle est due à la forte participation des répondantes. Ce processus de la photo-interview produit un contact intense entre le chercheur et les personnes interrogées. L’interrogé apporte son approche du monde au chercheur et mène à des questions importantes. L’image de la population locale devient visible dans les photos, le matériel fait le cadre et contribue à la connaissance scientifique.

11Dans les études de cas du projet HAMMAM (Constantine, Algérie ; Fès, Maroc ; Le Caire, Égypte ; Damas, Syrie ; Ankara, Turquie), nous avons mené cinq à huit photo -interviews, complétées par des entretiens et des observations qualitatives. Le résultat est de 600 photographies, toutes prises par les photos-interviewées, montrant des personnes et des bâtiments du quartier. Les interviews sont disponibles dans des transcriptions mot à mot en anglais, arabe, turc et/ou en français.

Les transcriptions

12Toutes les interviews sont transcrites dans leur langue d’origine - la version spéciale de l’arabe parlé à l’endroit, respectivement le turc à Ankara, Turquie. Certaines interviews ont été initialement menées en français (notamment en Algérie et au Maroc). Toutes les interviews sont traduites en anglais, et nous donnons la transcription originale ainsi que la traduction en anglais/français afin de favoriser le dialogue interculturel et interdisciplinaire que nous allons mener dans le prochain projet HAMMAMED.

L’étude de cas du hammam de ses environs

13Les études des proximités du HAMMAM montrent que cet espace est un bâtiment central dans le quartier et soutient les activités sociales et économiques. Il existe plusieurs fonctions par lesquelles le hammam prend le relais dans le quartier : c’est un point de rencontre pour les voisins et un lieu de rencontre spécifique pour les femmes avec les membres de leur famille et leurs amies. Il est aussi un lieu d’hygiène personnelle pour l’artisan et les travailleurs du quartier.

14Dans un aperçu de nos études de cas du hammam, nous avons vu de nombreuses activités sociales qui trouvent une place dans le hammam, comme la mise en réseau entre les femmes, les échanges intra-générationnels entre les différents groupes de pairs, et les activités de soutien aux personnes défavorisées de la région. Les exemples d’études de cas suivants décrivent et analysent la situation typique dans ces quartiers.

Le Caire, Egypte

15Le quartier de Bab al Bahr que l’étude HAMMAM traite est fréquemment appelé « balady », c’est un endroit où une personne riche ne va pas.

16L’image sociologique qui découle de l’étude de terrain donne une image beaucoup plus différenciée, et nous tenons à préciser que nous avons trouvé un quartier qui, outre le besoin évident d’améliorer l’environnement physique, montre un niveau élevé de convivialité et le potentiel social est perçu comme une part du patrimoine immatériel du hammam.

Entre tradition et modernité

17L’étude montre le conflit actuel des utilisateurs du hammam entre les valeurs religieuses et leur contradiction, parfois non acceptable dans une vie moderne. Pour les utilisateurs qui décident d’inclure le hammam dans leur mode de vie, le hammam, en offrant plus de services modernes et diverses, pourrait contribuer à la survie même des fonctions traditionnelles du hammam dans un cadre moderne, au moins dans l’image des habitants.

18Le hammam Bab al Bahr est encore utilisé par des personnes venant d’autres quartiers du Caire. Il est représenté par les clients comme un endroit qui se trouve sous l’observation sociale, avec de fortes règles de comportement et des règlements de la société normatifs. Dans l’ensemble du Caire, le hammam n’est en déclin que pour certaines qui ne le fréquentent pas le hammam, il est devenu un endroit « interdit » : qu’une femme puisse voir les autres femmes dans une tenue presque nue.est devenu une attitude inacceptable Dans cette observation, les femmes qui ont utilisé effectivement le hammam n’étaient pas nues, mais habillées de vêtements de sport, de sous-vêtements ou autres vêtements adaptés. Cette situation était une première indication de l’importance de la réputation du hammam : si le « bouche à oreille » fournit des arguments qui vont à l’encontre de l’utilisation de celui-ci, cela aura des conséquences graves pour la volonté d’utiliser le hammam.

  • 6 Photo-interview Zainab, Photo 1, Cairo 3/2006.

19Le patrimoine visible, comme les nombreuses mosquées et les deux hammams dans le quartier, constitue un « patrimoine d’il y a longtemps, des vieux âges »6. Les résidents sont conscients du fait qu’il y a peu de prise de conscience de ce patrimoine, mais « il appartient à notre patrimoine » et il a une signification particulière. Lorsque le projet HAMMAM a montré des exemples de projets internationaux de rénovation qui préservent les hammams comme patrimoine culturel vivant au Maroc, en Algérie et en Syrie, les visiteurs ont commenté que « ces pays sont conscients de leurs trésors, mais nous au Caire nous ne le sommes pas ». Ils étaient surpris de voir combien d’efforts d’autres villes arabes mettent à la rénovation de leur patrimoine, alors que dans le quartier de Bab al Bahr, ces éléments du patrimoine culturel ne reçoivent pas toute l’attention qu’ils méritent. Notre expérience dans le quartier autour de Bab al Bahr montre que les gens, lorsqu’ils sont confrontés avec les valeurs que la recherche met à discussion, commence alors un processus de réflexion une prise de conscience de leur patrimoine. Les résidents confirment que le hammam Bab al Bahr comme bâtiment et entité sociale doit être amélioré par des éléments contemporains. Il s’agit de l’hygiène, mais aussi de la valeur esthétique de l’édifice lui-même. Cela concerne également le service socio-culturel qu’il peut offrir. Comme héritage culturel, il permettra d’améliorer l’identité locale à condition que les habitants trouvent une place pour le hammam dans leur quotidien.

Le hammam en tant qu’institution sociale

20Le hammam, en tant qu’institution sociale, a un impact sur le bien-être de la personne, non seulement pour le corps de l’individu, mais aussi pour son sentiment de confiance, de sécurité et de protection. Une photo interviewée a montré, dans ses photos, beaucoup d’amis, qui ont tous utilisé le hammam al-Tanbali. Ce hammam situé dans le quartier de Bab al Bahr a été fermé un an avant le début de l’étude HAMMAM, mais « la famille Tanbali » était toujours là. Dans une photo, montrant un jeune homme, le répondant nous a exprimé le sentiment personnel de cet ami, et il a présenté une description précise de ses sentiments émotionnels qui symbolisent le hammam al-Tanbali comme un lieu social.

21Le hammam al-Tanbali nous révèle l’importance du réseau social tissé dans les environs d’un hammam. Dans la caractéristique de la photo interview, plusieurs personnes du quartier ont été mentionnées, ensemble, ils sont les utilisateurs du « Tanbali » et ils forment un réseau social de voisins.

Photo 1

Photo 1

Voisins (entretien de la photo 05, Le Caire, 03 /2006)

22Le quartier a définitivement besoin de lieux de rencontre publics ou semi publics comme dans le cas du hammam al-Tanbali ; de nos jours, il y a les mosquées et les cafés de la rue, mais que pour les hommes. Le quartier est très animé, mais en y regardant de plus près, la plupart des moyens de subsistance se réfèrent aux activités d’achat quotidien ou hebdomadaire sur le marché et les petites boutiques. Le hammam pourrait contribuer à plus d’usages urbains étendus.

Ankara, Turquie

23Le quartier Istiklal à Ankara apparaît comme un lieu où la conscience historique de l’endroit est vivante et se combine avec la vie contemporaine, une qualité qui est rarement reconnue par les gens de l’extérieur. Les gens qui vivent et travaillent dans le quartier ont montré plusieurs stratégies concernant la façon d’agencer deux sujets ensembles : le tissu urbain ancien, de base, avec les caractéristiques sociales, et les techniques de la vie moderne.

24L’étude de cas du hammam Sengül montre qu’il n’est pas intégré dans le quartier. La plupart des habitants n’utilisent pas ce hammam, principalement pour des raisons économiques, bien que certains membres du personnel du hammam vivent dans le quartier. Le quartier est sous la menace économique : la pauvreté et le chômage réduisent les possibilités et les choix pour les résidents.

Apprécier la fonction historique et traditionnelle du hammam

25Pour le hammam ainsi que pour le quartier, nos observations indiquent un potentiel local pour établir également des stratégies pour le développement futur de la région. Durant le travail de terrain, nous avons pu observer différentes interactions sociales, ce qui prouve que les habitants ont montré leur acceptation et leur appréciation des objets traditionnels, des anciennes structures urbaines et des maisons historiques.

26La photo représente l’appréciation de l’architecture ancienne, mais en mauvais état et en danger d’être détruite. La maison exposée du rabbin pourrait être mise en évidence pour la rénovation, et être liée avec le hammam dans le cadre du quartier, ainsi que la synagogue.

Photo 2

Photo 2

Célèbre maison (Photo-interview 02, Ankara, 07 / 2006)

27Bien que la municipalité représente peu d’intérêt dans le quartier, les habitants expriment qu’ils apprécient personnellement l’endroit. Le quartier Istiklal semble être un lieu où la conscience historique des résidents est toujours vivante. A partir de la recommandation de la recherche sociale, le quartier du hammam Sengül pourrait être un endroit où la vie sociale peut avoir lieu et où la vie contemporaine peut coexister avec le passé historique. Nous avons vu des stratégies prometteuses des résidents : comment organisent-ils leur vie sociale dans un quartier, de toute évidence, négligé. La connaissance de l’histoire et de la vie historique, d’une part et l’ouverture à de nouveaux développements de l’autre , pourraient constituer un potentiel pour un patrimoine culturel comme le hammam, tout aussi bien que l’acceptation locale et la connaissance des résidents pourraient être une ressource pour un développement futur de l’ensemble du district.et ils doivent être également mentionnées pour les activités futures dans le quartier, où les maisons et les rues pourraient être développées comme des lieux de rencontres sociales pour les habitants .

Le personnel dans le hammam peut relier les clients avec la tradition historique

28La vie dans les murs du hammam Sengül donne l’impression d’une entreprise très bien organisée, contrairement à la vie difficile à l’extérieur, où le quartier est en situation de stress. Les clientes constatent une situation d’hygiène pratique, elles trouvent suffisamment d’espace privé pour se changer et se reposer, et, à leur avis, une bonne organisation de l’espace. Le personnel féminin est conscient de ses qualités : l’une d’elles se décrit comme « faiseuse de paix », et toute l’équipe est heureuse de l’avoir parce qu’elle maintient l’atmosphère paisible parmi les masseuses, ce qui est une condition de base pour le travail lui-même, ainsi que pour l’atmosphère offerte aux clientes. Une personne interrogée a fait référence à ses propres qualités de conteuse - et met cette qualité dans le contexte de la tradition du hammam qui, dans les temps anciens, introduisait des contes, des chants et autres activités culturelles.

Fès, Maroc

29Le quartier du hammam Saffarine de Fès est au centre de la médina dans plusieurs façons : il est un centre religieux avec l’école et la bibliothèque, et un endroit où la conscience historique vit comme une appréciation de la médina.

Le hammam est intégré dans le quartier

30Le hammam Saffarine lui-même est bien intégré dans le quartier. La plupart des habitants fréquentent au moins une fois par semaine. Selon nous, le hammam, est tout simplement un lieu et une activité qui font partie de la vie quotidienne ou hebdomadaire et suit le rythme du calendrier de la medina, y compris les fêtes religieuses. A Fès, le hammam peut s’appuyer sur une prise de conscience communément acceptée de sa valeur. Même dans les quartiers modernes de la ville de construction récente, il y aura toujours un hammam en activité.

31Les gens qui vivent et travaillent dans le quartier confient plusieurs problèmes dans la vie contemporaine dans la médina : le transport en général, les résidents et les biens, l’état des maisons, la nécessité d’une rénovation de l’ancien tissu urbain et les solutions insuffisantes de rénovation avec le bois pour les échafaudages. Un gros problème est la pollution de la médina derrière les endroits sensibles. Non seulement ceux perçus par les touristes, mais les places situées derrière la façade, vues par les habitants, sont très polluées et plein de déchets, comme la vallée de la rivière de la médina.

Le hammam est relié avec les artisans - les habitants de la médina

32Les travaux de l’artisanat ne peuvent pas se réaliser sans la prestation d’un hammam pour les raisons de la santé au travail. Le hammam soutient le centre comme un lieu de culte, où la possibilité de prendre part fait aussi partie de l’esprit intégral. Ce centre de vie est aussi un lieu où les visites de touristes sont également bien intégrées dans la vie de la médina. Cette photo représente le réseau des artisans, l’espace public et les ateliers devant le hammam, en offrant leurs produits et leurs connaissances à la communauté actuelle de la médina.

33Résumant la situation de l’artisanat, on peut dire que les maîtres transmettent les connaissances sur la production de l’artisanat à leurs fils ou leurs élèves oralement, sans le soutien d’une école qui pourrait être organisée par le gouvernement. Donc, l’expérience personnelle et individuelle est très précieuse et sous la pression du temps. Si l’individu décède, la connaissance part avec lui. Ceci est un risque spécifique, en montrant l’importance de la connaissance des artisans et constitue une difficulté à continuer la vie traditionnelle dans la médina.

Les endroits de la femme - à l’intérieur et à l’extérieur du hammam

34En général, les femmes viennent au hammam en groupes, et les rues autour du hammam montrent le rythme du hammam : commençant par les vêtements ainsi que des seaux et des petites chaises que les femmes portent avec elles sur leur chemin vers le hammam, l’activité de baignade est quotidienne. Les femmes prennent souvent leurs enfants avec eux et les bébés, assis dans les seaux noirs, dans le hammam et tout le monde apprécient l’atmosphère.

Damas, Syrie

35Le hammam Ammounah est connu dans le quartier comme lieu de travail et de relaxation pour les hommes. Il a évidemment besoin d’être amélioré suivant des principes contemporains comme un bâtiment ainsi que comme entité sociale. Il s’agit de l’hygiène, mais aussi de la valeur esthétique de l’édifice lui-même ainsi que du service socio-culturel. Le hammam devrait rouvrir pour les femmes.

  • 7 Dumreicher, H., Kolb, B., “My house, my street’, Seven fields of Spatial & Social Encounter”, in Sh (...)

36Le hammam, comme un bâtiment intégré dans la « hara », peut être observé comme un espace important du contexte urbain de Damas. L’application d’une approche méthodologique combinée de la photo- interview et des « Sept domaines de la rencontre spatiale »7a conduit à de nouvelles perspectives concernant les motifs du quartier dans le district. Cette théorie montre que les intersections sociales sont supportées par les structures spatiales dans un habitat – soit un village, soit une ville. Le rôle de ces artefacts matériels change, mais reste toujours très important pour les formes de vie sociale. Ceci se réfère à sept dimensions de l’espace : le corps, la maison, la ville, le village/le quartier urbain, la région, la nation, le monde. Chaque domaine a ses propres qualités spécifiques. Dans le cas du hammam, nous montrons qu’il relève surtout du corps, de la maison et de la rue. Le corps : c’est l’élément primordial dans le hammam. Il est présent dans le hammam à travers les aspects de la santé et du bien-être. La maison : ce bâtiment a des caractéristiques architecturales qui portent le voyage traditionnel à travers les différentes salles, du froid et sec au chaud et humide. La rue avec sa tradition ancestrale d’un lieu protégé pour une vie en commun, sous un contrôle social spécialement fort.

37Dans notre théorie, la hara à Damas est placée au niveau de la rue, et ce qui parait être une entité unique. La hara a une dimension locale, spatiale et émotionnelle importante pour les habitants du quartier Al Uqayba, où les résidents décrivent les différentes dimensions à travers les photos et l’interview.

Hammam dans le cadre de la hara et contribution au récit historique

38Le hammam Ammounah dans le quartier Al Uqayba est placé dans un quartier où la construction de la route de l’avenir véhicule une situation d’insécurité pour les habitants de l’endroit. Les populations locales mentionnent d’une part la valeur historique de la place dans les différents arguments, et d’autre part la contrainte de la vie moderne montre des situations conflictuelles sur plusieurs niveaux. L’appréciation de l’importance historique par les habitants locaux est toujours là, et ils racontent les récits historiques qui décrivent Damas comme étant un jardin. Les orangers, des arbres de l’ECA, et l’odeur du Jasmin sont toujours à l’esprit. En parlant de leur vie future, souvent, les gens expliquent l’importance d’une nouvelle maison, mais voudraient garder les vieilles maisons comme un lieu supplémentaire, par exemple en raison de la qualité de la cour. Il semble y avoir un lien étroit entre la maison comme un endroit local appartenant à la famille, les parents ou les grands-parents. La photo montre la volonté de l’environnement vert et relie l’aspiration du présent avec les histoires du passé, quand Damas était un magnifique jardin et une oasis, et le hammam un endroit sain et heureux où les gens se réunissaient pour danser et célébrer.

Photo 3

Photo 3

Quartier de Damas : (Photo-entrevue 01, Damas, 02/07)

Alliant le neuf avec du vieux

39Les multiples discussions avec les habitants et avec des spécialistes de l’avenir urbain en pays arabes ont montré le désir d’établir et d’inventer de nouvelles activités de loisirs à Damas, pour les hommes comme pour les femmes. Il s’agit du temps libre – les soirs ainsi que les week-ends. Si le hammam étend les services qu’il offre, il peut attirer une clientèle nouvelle et contribuer à un mode de vie contemporain, qui est basé sur des traditions anciennes. Cela inclut des changements du rôle traditionnel du hammam. Dans le cadre de l’hygiène de la vie quotidienne, il s’agit d’introduire les questions de santé et inclure l’écologie. Mais le hammam contient également un lien avec des événements spéciaux qui sont présents dans la tradition syrienne comme le mariage, ou la naissance d’enfants, les rituels de puberté et les habitudes accompagnant la mort d’une personne du cadre familial. Ces événements peuvent être vus dans un spectre plus large - comme « l’événement » d’un invité étranger qui vient visiter ses proches de Damas et où, d’ores et déjà, une visite au hammam peut faire partie d’un programme qui rassemble l’étranger et le fidèle.

40Les projets HAMMAM et HAMMAMED avec leur approche participative ont montré que des changements sont possibles, acceptables et bienvenus dans le quartier et parmi la clientèle du hammam : Le hammam Ammounah, suite au grand intérêt montré par les habitants, a été rénové à fond. Il possède maintenant des panneaux solaires, procurant l’énergie nécessaire, pour chauffer l’eau. Dans le cadre socioculturel, le hammam a changé de clientèle. Si, avant, c’était un hammam pour les hommes, il a changé de profil suite à la demande des femmes du quartier. C’est aujourd’hui un hammam pour femmes.

Constantine, Algérie

41À Constantine où la simple idée d’une réhabilitation et de rénovation de la médina est un non-sujet, et plus ou moins impensable, le hammam pourrait servir de point de départ pour la mise en œuvre d’un concept de « patrimoine culturel vivant ». Cette option a été discutée avec l’équipe locale, mais elle a été également affichée pour la présentation publique finale – Cette proposition n’a pas été prise comme une plaisanterie (ce que nous redoutions), mais nos invités ont enrichi cette idée et quelques associations volontaires travaillant dans la médina ont effectivement étudié cette idée et ils ont annoncé qu’ils allaient la prendre en considération dans leurs prochaines réunions.

42Les lieux célèbres et les curiosités de la ville, d’une part, ainsi que les lieux délaissés avec les maisons en ruines de l’autre reflètent une histoire multiculturelle. Ces lieux sont les lieux collectifs, qui représentent une vue générale de la ville dans son ensemble, montrant aussi bien les sites que les potentiels et les lieux de construction de l’identité. À Constantine, le quartier du hammam Souk El Ghezal présente des problèmes et le potentiel de la photo interview : nos partenaires nous ont fait voir des lieux fonctionnels, comme la rue et les magasins, les photos montrent des amis ou des voisins de la photo interrogée, les femmes ou les hommes qui passent, qui suivent leurs activités quotidiennes et font leurs achats.

La faveur du nouveau hammam

43Dans les nouveaux quartiers de Constantine, nos interlocutrices nous ont montré leurs nouveaux hammams privilégiés. Ici, nous pourrions obtenir un regard de ce que l’avenir d’un hammam de quartier pourrait être : modeste, mais propre. Un lieu sûr dans un quartier vivant, un lieu de loisir intégré dans un bâtiment qui propose des appartements normaux ; ce qui assure la sphère privée surtout pour des jeunes filles, de sorte que ce n’est pas évident que le visiteur se dirige vers un service de luxe. Un bon personnel aimable qui a une connaissance des anciennes traditions - comme le rituel des 40 jours après l’accouchement. Des panneaux d’affichage qui donnent les règles pour l’utilisation. Un ensemble urbain qui garantit de nouveaux services comme une entité de couture qui fournit les vêtements de mariage, et un petit studio pour le bien-être et la gymnastique.

Photo 4

Photo 4

L’intérieur d’un hammam (Photo-entretien Constantine, 05 / 2007)

Le hammam comme un lieu social – modes de vie social et pertinences sociales

  • 8 Glaser, Barney G., Anselm L. Strauss: The Discovery of Grounded Theory, London 1968.

44Avec l’approche qualitative de la photo entrevue, nous avons analysé toutes les études de cas et nous les avons comparées par l’interprétation et l’analyse. La généralisation se fait avec la formulation de thèses, menées par la technique de grounded théorie (Glasser, Strauss, 1968)8 et montre les caractéristiques principales et les critères de la vie sociale dans les hammams. Les résultats suivants sont une compilation des expériences dans toutes les études de cas présentées. Dans l’analyse des résultats, il est devenu évident que le hammam est non seulement un espace avec ses caractéristiques architecturales, mais un microcosme social avec ses propres modes de vie sociale, y compris les normes, les valeurs et les règles sociales qui sont typiques pour cette institution. Cet endroit et l’espace sociétal reflètent la situation sociale dans le quartier, mais il est aussi un lieu sollicitant des règles sociales. Les clients de différents milieux sociaux et origines se rencontrent dans le hammam. Bien que cela crée diverses formes de comportement, les clients doivent respecter les règles établies dans le hammam respectif, qui évoluent avec le temps et la pratique sociale traditionnelle de ce lieu.

45En général, le hammam est un lieu du corps et fortement interconnecté avec l’interprétation culturelle du corps. Dans la société islamique, les règles du traitement des corps et les codes comportementaux particuliers pour les femmes sont de plus en plus influencées par la pratique religieuse. Le hammam en tant que lieu de traitement de la santé et du corps est un indicateur de l’évolution des codes de comportement dans la société islamique actuelle. Bien que nous ayons étudié des pays distincts, les clients décrivent l’utilisation et la non-utilisation du hammam en relation avec le corps, la santé et l’acceptation du rôle des femmes.

46Le hammam est un lieu de patrimoine culturel immatériel, même s’il perd son importance dans la vie quotidienne dans la plupart des zones étudiées. Le hammam est un support pour la mémoire collective et pour une compréhension culturelle commune et il fait partie de la tradition arabo– musulmane commune concernant « le récit d’une histoire » de cette institution historique. Même si quelqu’un n’a jamais fréquenté un hammam, les répondants avaient une opinion sur le hammam et le vocabulaire et les scènes décrites sont très similaires, du Maroc et à la Syrie ou la Turquie. Il y a une compréhension commune du hammam en tant que valeur culturelle importante : sans doute pour les grands-parents, en particulier les grands-mères. Pour l’ancienne génération, le hammam est une partie de leur système de valeurs et ils défendent pourquoi ils le trouvent attirant pour y aller régulièrement, de l’architecture aux rituels. Les jeunes s’expriment sur la valeur du hammam dans la société contemporaine même si le comment le hammam pourrait contribuer à une vie moderne n’est pas clair. Ils pourraient être des vecteurs potentiels du changement, mais les jeunes intellectuels voient le hammam comme un lieu pour leurs parents et leurs grands-parents, et ils le refusent parfois comme un lieu pour eux-mêmes. Ils vivent dans un système de valeurs différent, et demandent de nouvelles normes en matière d’hygiène, des éléments architecturaux et des services. Mais dans le hammam, il y a encore une chance de sentir son origine et tradition culturelle. Le hammam est observé dans le cadre de « mon histoire » : quand les gens qui vivent en milieu urbain retournent dans leur village d’origine, ils pensent à une visite au hammam dans leur milieu original comme une partie d’un programme incontestable. Les gens qui vivent en dehors de leur pays et de leur origine culturelle - par exemple un musulman dans un pays européen non islamique - ils aimeraient retourner au hammam, dans l’espoir de trouver des traces de leur origine. Dans certains pays, le hammam est toujours là et les retrouvailles des traditions encore possibles. Mais toutes les études de cas des pays n’ont pas cette chance.

47Dans une nouvelle interprétation de la culture et de la tradition, le hammam peut être une institution clé : dans certains pays, le hammam fait partie d’une sorte de retour du tourisme : les migrants islamiques qui retournent dans leurs villes aiment utiliser le hammam là bas - mais seulement si cette visite est organisée selon les normes contemporaines. Il s’agit d’une nouvelle façon de s’approprier la culture ancienne et la tradition utilisée dans un hammam pour vivre une nouvelle expérience personnelle. Cette expérience très personnelle est intégrée et construite sur le site de la mémoire collective. Dans la plupart des études de cas, le hammam fait partie d’un ensemble de lieux qui ont évolué au fil du temps et qui garantit la qualité de vie de la ville islamique méditerranéenne dans son ensemble : la fontaine publique, la boulangerie publique, l’école coranique, la bibliothèque et le hammam.

48Le hammam est un espace de contradictions inhérentes : un espace semi public avec de nombreuses caractéristiques très discrètes et cachées. Un lieu où le « secret », le « pas franc » a sa place - mais la règle du hammam, d’autre part, est connu publiquement, afin que les gens soient capables de faire face à cette institution sociale très spécifique. La réputation du hammam est continuellement en cours de discussion et les rumeurs de la place et de la vie continue dans le hammam sont racontées entre les clients et les non clients.

49L’étude montre que le hammam est un lieu où la transition de paramètres traditionnels vers la modernité et la vie contemporaine peut être observée : la tradition d’un lieu de culte pour la propreté et la cohésion sociale est encore visible dans les études de cas de Fès et Constantine. Là bas, le hammam est également intégré dans le cadre organisationnel et les hammams dans la médina sont liés à l’administration religieuse. De nombreux éléments de changement social trouvent leur réverbération - à première vue, innocente - dans ce lieu : Les différents systèmes de clients de la valeur de changement de répondre ici et on peut observer leur interaction à différents niveaux et échelles.

50En ce qui concerne le rôle des femmes, l’utilisation de l’espace public pour les femmes est sélectionnée : dans la plupart des villes des études de cas, il y a un manque de possibilités pour les femmes de se rencontrer en dehors de leurs maisons à l’exception des situations de travail strictement définies – les lieux de travail féminins sont rares, ce qui est socialement accepté ce sont les achats quotidiens et les activités liées aux soins des enfants. Un autre changement concerne la perception du corps humain : d’une part le sens de la progression de la pratique religieuse, où à la fin de l’échelle, il est interdit d’utiliser le hammam, et d’autre part l’influence de la pratique contemporaine d’une extra hygiène personnelle privée, y compris de nouveaux endroits comme le sauna et les nouveaux clubs sportifs, qui bouscule l’usage traditionnel du hammam Il y a un mouvement de l’arrière vers l’avant entre le re-traditionalisme religieux et le soi-disant mode de vie « moderne ». Dans ce contexte, le hammam obtient une nouvelle signification parce qu’il représente des éléments d’une tradition arabo-islamique qui doit être redécouverte et réappropriée. C’est un mouvement général dans les pays islamiques méditerranéens dans la recherche de leur propre style culturel et il était incontestable surtout dans le hammam de Damas.

Conclusion

51Le hammam fait partie d’un ensemble de lieux qui ont évolué au fil du temps et garantit les moyens de subsistance de la ville islamique Méditerranée : la fontaine publique, la boulangerie publique, l’école coranique, la bibliothèque, le hammam. Le hammam est un lieu important pour le quartier, dans ses aspects sociaux et économiques. Le hammam est aussi un lieu de patrimoine culturel immatériel : il est porteur d’une mémoire collective, même si quelqu’un n’a jamais utilisé un hammam, il ou elle a encore une idée sur le hammam et fait partie de « le récit des histoires » arabo-islamiques sur cette institution historique. Il y a une compréhension commune du hammam comme une valeur culturelle importante, d’Ankara à Fès : Sans doute pour la vieille génération, mais également pour la jeune génération, le hammam pourrait acquérir de la valeur. Ils le voient comme un endroit qui avait un sens pour leurs parents et grands-parents, mais ils refusent souvent le hammam comme un lieu pour eux-mêmes et ne peuvent pas le voir en coordination avec leur propre vie, sinon avec des changements essentiels.

52Ces porteurs du changement ont développé de nouveaux systèmes de valeurs, mais aussi de négociations nouvelles concernant les normes d’hygiène, les normes architecturales et les services. Mais le hammam représente comme une partie de « mon histoire », un nouveau type de l’appropriation de l’ancien hammam pourrait être une nouvelle expérience personnelle, construite sur le site de la mémoire collective.

Les données

53Toutes les données ont été recueillies à partir d’un travail de terrain sur le hammam (2003-2007) : les interviews sont faites sur place par des études de terrain. Photo-interviews par Heidi Dumreicher et Bettina Kolb : Photo-interviews / experts locaux se référant à leurs photos personnelles. Toutes les interviews sont menées dans la langue originale de l’interviewée (en arabe, en turc, parfois en français) et traduites sur place. Après la transcription de la bande originale en collaboration avec la partenaire scientifique locale, nous avons également produit une traduction conforme. Les noms des répondants ont été modifiés afin de garantir l’anonymat en utilisant des codes (qui ont été choisis par les personnes interrogées elles-mêmes), seulement s’ils expriment un souhait d’être nommé avec leurs noms réels.

54Villes où les études de cas ont été réalisées : Constantine (Algérie), Fès (Maroc), Le Caire (Égypte), Damas (Syrie), Ankara (Turquie).

Nous tenons à remercier :

  • Les partenaires locaux dans les équipes d’étude de cas pour leur travail acharné, le dévouement et le soutien au processus de la photo Interview de sélection, la traduction et la transcription.

  • Les partenaires d’interviews locaux qui ont partagé leur « tacit knowlege » avec nous dans maintes rencontres, merci pour avoir pris les photos et pour les interprétations communes.

  • Les chercheurs de l’Antenne du CRASC/Université Mentouri, Constantine ainsi que Madame Oufa Saïghi département d’architecture université 3 Constantine, Algérie qui ont aidé à la traduction des textes.

  • Le coordinateur scientifique de Oikodrom.

  • L’Union Européenne pour son soutien financier à la réalisation des projets :

HAMMAM - Hammam, Aspects et méthodes pluridisciplinaires d’analyse pour la Région de la Méditerranée », FP6 -2003- INCO- MPC- 2, numéro de contrat : 517 704.
HAMMAMED, Raising awarness for the Hammam as cultural heritage for the Mediterranen Area and beyond, EUROMED Heritage IV, project number EuropeAid 126266/C/ACT/RND contract 20008/159-A43 (2009-2011). See also Heidi Dumreicher (Ed.) 2010 “Hammam – hidden door living treasure”, Sonderzahl Verlag Wien.

Haut de page

Notes

1 Kolb, B., Dumreicher, H. (2008), “the Hammam - A Living Cultural Heritage”. In: ArchNet-IJAR: International Journal of Architectural Research, vol. 2, issue 3:IJAR, vol. 2- Issue 3 - November 2008, Special Issue on Traditional Public Baths, Hammams in the Mediterranean (complete publication), Ed. Magda Sibley http://archnet.org/library/documents/one-document.jsp?document_id=10484
Dumreicher, H., Kolb, B. (2013), “The Hammam is a social space” in Heidi Dumreicher, Richard, S. Levine, Sibley-Behloul, M., (editors),
Hammam Rehabilitation Reader, Wien, Sonderzahl Verlag

2 Dumreicher, H, Kolb, B: Seven Theses on Town and City Quality in Benzing Brigitte, Herrmann Bernd: Exploitation and Overexploitation in Societies Past and Present, p. 241-262, IUAES – Series edited for the International Union of Anthropological and Ethnological Sciences by Brunetto Chiarelli, Peter J: M. Nas: Vol 1, Münster : LIT, 2003, p. 246

3 Kolb, B. (2008), Involving, Sharing, Analysing—Potential of the Participatory Photo Interview. In: FQS 9(3) -- "Visuelle Verfahren", in FQS 9(3) "Visuelle Verfahren", Ed. Knoblauch Hubert, Alejandro Baer, Eric Laurier, Sabine Petschke, Bernt Schnettler: http://www.qualitative-research.net/index.php/fqs/article/view/1155, 22.06.09

4 Oevermann, U. (1993) Die objektive Hermeneutik als unverzichtbare methodologische Grundlage für die Analyse von Subjektivität in: Jung, Thomas, Müller-Dohm, Stefan Hg.

(1993) Wirklichkeit im Deutungsprozess, Suhrkamp, Frankfurt.

5 Kolb, B. (2007), The potential of visualisation in a transdisciplinary research process, Conference of British Sociological Association (BSA), 12th – 14th 04.2007, Social Connections: Identities, technologies, relationships,. University of East London, UK, Conference Stream: Methodological Innovation in Visual Methods

6 Photo-interview Zainab, Photo 1, Cairo 3/2006.

7 Dumreicher, H., Kolb, B., “My house, my street’, Seven fields of Spatial & Social Encounter”, in Shehayeb Dina, Yildiz Hulya Turgut, Kellet Peter (Ed.), “Appropiate Home’: Can we design ‘appropriate’ residential environments?” HBNRC: “Housing & Building National Research Centre”, Cairo, Egypt; 2006, p. 97-108.

8 Glaser, Barney G., Anselm L. Strauss: The Discovery of Grounded Theory, London 1968.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1
Légende Voisins (entretien de la photo 05, Le Caire, 03 /2006)
URL http://insaniyat.revues.org/docannexe/image/14485/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Photo 2
Légende Célèbre maison (Photo-interview 02, Ankara, 07 / 2006)
URL http://insaniyat.revues.org/docannexe/image/14485/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Photo 3
Légende Quartier de Damas : (Photo-entrevue 01, Damas, 02/07)
URL http://insaniyat.revues.org/docannexe/image/14485/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Photo 4
Légende L’intérieur d’un hammam (Photo-entretien Constantine, 05 / 2007)
URL http://insaniyat.revues.org/docannexe/image/14485/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Heidi Dumreicher et Bettina Kolb, « Le modèle socioculturel du hammam et de son environnementRemerciements », Insaniyat / إنسانيات, 63-64 | 2014, 11-30.

Référence électronique

Heidi Dumreicher et Bettina Kolb, « Le modèle socioculturel du hammam et de son environnementRemerciements », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 63-64 | 2014, mis en ligne le 30 septembre 2016, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/14485

Haut de page

Auteurs

Heidi Dumreicher

Oikodrom, Autriche

Bettina Kolb

Département de sociologie, Université de Vienne Autriche

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page