Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Boutkhil BEGHDADI, Sous le ciel d’Aïn Sefra. Récit et nouvelles sur la torture pendant la guerre d’Algérie

Ammara Bekkouche
p. 301-302
Référence(s) :

Boutkhil BEGHDADI, Sous le ciel d’Aïn Sefra. Récit et nouvelles sur la torture pendant la guerre d’Algérie, Alger, Dar el Gharb, 2012, 189 p., Préf. de Abderrahmane Moussaoui.

Texte intégral

1Comme signalé en avant-propos, ce livre doit beaucoup aux témoignages des torturés de la Dzira et de la caserne d’Aïn Sefra, une ville de l’Atlas saharien d’où l’auteur est originaire. Avec les événements de sa ville, c’est l’histoire de la guerre de libération de l’Algérie qui est ici racontée, et avec elle celle des atrocités de la torture telle que justifiée par les adeptes de la colonisation pour affirmer sa suprématie.

2Aussitôt terminé la lecture de l’ouvrage, on se demande comment l’avoir supportée tant les descriptions d’une invraisemblable cruauté sont à grimacer de dégoût. Sans doute, faut-il y voir la marque de déférence qui veille en chacun de nous quand il s’agit de glorifier cette horrible période de la Guerre d’Algérie. C’est cette forme d’exaltation qui semble motiver l’auteur pour régurgiter des souvenirs marqués par la terreur factuelle de son vécu d’adolescent. A travers un récit et trois nouvelles, son intention est de lutter contre l’oubli et de rendre hommage à ses ainés et à tous les martyrs.

3Le chapitre sur Le coup de l’abattoir se tisse autour de Kaddour et de son ami Ghermoul, l’agent de liaison qui, dans un réflexe de survie, avait endossé la tenue de harki. Ce double jeu l’amènera dans un concours de circonstances, à tendre un piège au sergent Kardas, un bourreau de renommée qui l’exhortait à lui trouver une Fatma. Pour avoir outrepassé les limites de la décence et offensé les règles de l’honneur, son compte sera réglé en lui faisant subir ses propres méthodes de tortionnaire. Soigné à l’hôpital militaire, il quittera la ville laissant derrière lui d’autres disciples, candidats à la torture.

4Le gendarme et l’âne, est l’histoire tragique de Ami Mbarek inculpé par Flack pour avoir bastonné sa bête en rut et provoqué un tohubohu le jour du souk. Constamment à la recherche d’une proie, Flack n’est assouvi ni par les coups de tisonnier en pleine figure ni par les crachats dans la bouche ; assumant sa haine, il le force au blasphème pour marier son âne en récitant les versets coraniques. En fait, Ami Mbarek était un moussabil, c'est-à-dire celui qui a décidé de sacrifier sa vie pour la révolution. Tel a été son destin après avoir été abattu en pleine action de ravitaillement des maquisards. Son âne connaitra le même sort avec les pires sauvageries avant d’être poussé dans un ravin profond et rugueux.

5La séquence Pour un moment de répit !, enchaîne sur l’odieux supplice infligé au fils en présence du père et vice-versa. Les pris pour cible feront de faux aveux, accusant un proche, pour que la torture s’arrête un instant. Il durera le temps d’une descente de nuit où les cris douloureux des femmes déchiraient le silence. « Tout le 2ème bureau était à l’œuvre. Un drôle de mélange, il y avait là un ramassis d’espèces on ne sait de quelle misère ni de quelle contrée ils sont venus, peut-être des celtes, des francs, des espagnols, des italiens, des hommes au passé inconnu : hier peut-être des paysans de misère ou transfuges, aujourd’hui des soldats avec des matricules, formés pour harceler, torturer et tuer ».

6L’autre torture met en scène les déboires de l’enfance indigente, témoin impuissant des parents emprisonnés, humiliés, absents, achevés ou disparus… Faisant écho après l’indépendance, l’identification des ossements d’un corps sous le sable, supposé être celui du père, est un acte d’extrême douleur. Le fameux lieu d’interrogatoire Dzira équipé d’un bassin où l’on plongeait la tête jusqu’à ce que l’on parle ou que les poumons et le cœur lâchent, marque pour toujours l’histoire d’Ain Sefra et la mémoire de cette génération à laquelle l’auteur appartient. Son livre est un geste militant et donne la mesure du sens du mot « liberté ». Afin que nul n’oublie, on peut espérer à ce que d’autres témoignages similaires puissent faire connaître toutes les villes d’Algérie qui ont connu et partagé des faits similaires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ammara Bekkouche, « Boutkhil BEGHDADI, Sous le ciel d’Aïn Sefra. Récit et nouvelles sur la torture pendant la guerre d’Algérie », Insaniyat / إنسانيات, 65-66 | 2014, 301-302.

Référence électronique

Ammara Bekkouche, « Boutkhil BEGHDADI, Sous le ciel d’Aïn Sefra. Récit et nouvelles sur la torture pendant la guerre d’Algérie », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 65-66 | 2014, mis en ligne le 31 août 2016, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/14909

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page