Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Abdelkader DJEMAÏ, Une ville en temps de guerre

Saddek Benkada
p. 302-307
Référence(s) :

Abdelkader DJEMAÏ, Une ville en temps de guerre (récit), Paris, du Seuil, 2013, 158 p.

Texte intégral

  • 1 Villanueva, M. (1992), L’Écharde. Chronique d’une mémoire d’Algérie, Paris, Maurice Nadeau ; Fiesch (...)

1Abdelkader Djemaï appartient à cette génération (1945-1950) d’écrivains oranais qui se rejoignent tous au moins sur un point : leur tranche de vie se confond avec cette sombre période de la guerre d’indépendance de sorte qu’en 1961-1962, ils entraient dans leur période d’adolescence en même temps que l’avènement de l’OAS. C’est extraordinaire ce que les adolescents, en période de conflits armés, développent une admirable capacité mémorielle pour des événements personnels ou collectifs. C’est le cas de Jacques Fieschi, Hadj Cheikh Bouchan, Lucien-Guy Touati et de leur aînée Michèle Villanueva. Ces auteurs nous ont donné des récits de vie se rapportant à cette période tourmentée de la quotidienneté oranaise1.

  • 2 Djemaï, A. (2013), Une ville en temps de guerre, (récit), Paris, du Seuil.

2À l’occasion de la célébration du cinquantième anniversaire de l’indépendance de l’Algérie, un trou de mémoire définitif en ce qui concerne les chroniques de cette guerre civile franco-française par la mémoire collective ; voilà que la bibliothèque mémorielle oranaise vient de s’enrichir d’une œuvre littéraire de Abdelkader Djemaï, Une ville en temps de guerre2. Ce récit vient mettre à jour sur ces années de grandes tourmentes.

3De ce fait, on ne peut qu’être reconnaissant à l’auteur de ne pas avoir été oublieux envers sa ville natale, dont une grande partie de la population, ayant vécu avec une grande intensité ces moments difficiles et tragiques, en garde encore des bribes de souvenirs. Celle-ci s’étant montrée, au lendemain de l’indépendance, relativement indifférente envers la mémoire de ceux qui se sont sacrifiés pour prouver à l’OAS, que même morts, ils continueront demain à témoigner de l’extrême horreur, qui pendant plus d’une année (avril 1961-juin 1962), avait plongé la ville dans un bain de sang et de larmes. Aidé en cela, par une œuvre de lobotomisation massive

  • 3 Benkada, S. (2012), « 1.100 victimes civiles algériennes de l’OAS. À Oran, de 1961 à 1962 », APS, 2 (...)

4Menée par les commissaires politiques de la mémoire officielle qui se sont montrés, durant cinq décades, peu soucieux à l’égard de cette profonde et douloureuse blessure laissée encore béante par l’OAS à la fin de la guerre, avec près de deux mille victimes algériennes et européennes3.

  • 4 Jordi, Jean-Jacques, pied- noir et historien, a été l’initiateur en 2011, d’une pétition internatio (...)
  • 5 Auteure de L’Agonie d’Oran (3 tomes), une série de témoignages partiaux et fallacieux sur la journé (...)

5Si intentionnellement, l’auteur ne semble pas nourrir la prétention d’intervenir sur le chantier de l’historien, et avoue s’être efforcé de rapporter des faits réels et des épisodes qu’il a vécus à Oran, il n’en a pas moins alimenté son récit en recourant à des sources bibliographiques généralement appropriées aux études historiques, sources qui, dans leur majorité, à en juger par la bibliographie, est dominée par d’ennuyeux et inconsistants ouvrages servant de déversoirs de fiel de la propagande nostalgériste pour laquelle le vent de l’Algérie française ne cesse de souffler. L’auteur aurait largement pu faire l’économie de se référer à des ouvrages de Jean-Jacques Jordi4et de Jean Monneret et, particulièrement ceux d’Edmond Jouhaud, général putschiste et non moins chef de l’OAS oranaise, ou de Geneviève de Ternant, qui se prend pour la passionaria de l’OAS5.

6Nous savons par expérience, que le combat pour la reconstruction socio-historique de la mémoire algérienne de ces années 1961-1962 est âpre, presque décourageant, tellement le terrain est resté, pendant très longtemps, en friche. Depuis une dizaine d’années, nous travaillons sur les différents fonds d’archives à Oran, notamment (registres de décès, fichiers des inhumations, presse locale, etc.). Nous avons également réalisé des entretiens avec les parents des victimes. Le but est de constituer un profil sociologique de quelques 1500 victimes algériennes et européennes, civiles et militaires, cibles des attentats de l’OAS.

  • 6 Villanueva, M. (1992), L’Écharde. Chronique d’une mémoire, Paris, Maurice Nadeau.

7Nous mesurons donc toute la difficulté de reconstituer, lambeau par lambeau, la vie quotidienne des Oranais, toutes communautés confondues, à l’époque de ces événements où sévissait l’OAS comme d’aucuns, la compareront à la Peste. Qui, mieux dans ce cas, que Michèle Villanueva, écrivaine oranaise, courageuse et réaliste, qui, avec une lucidité et une clairvoyance, n’hésite pas à établir une mise en parallèle entre le roman d’Albert Camus, La Peste et les conséquences néfastes des méfaits de l’OAS : : « Je suis née à Oran, dans les quartiers populaires espagnols d’Eckmühl. […] Trente ans plus tard, me plongeant dans la guerre d’Algérie, j’ai relu Camus. Et j’ai eu le choc de La Peste, qui m’est alors apparu comme ce que j’avais vécu à Oran »6.

8Loin de lui l’idée de prétendre décrire, dans ce récit, Une ville en temps de guerre, en prévenant que : « Tous les personnages de ce récit, à l’exception de certains d’entre eux, désignés par leur nom ou par leurs initiales, sont fictifs. L’auteur s’est efforcé de rapporter ici des faits réels et des épisodes qu’il a vécus à Oran, notamment en 1961 et 1962. ». Il aurait été mieux inspiré s’il avait intitulé le récit Un adolescent en temps de guerre, car, tout au long du livre, il n’est question que de la vie quotidienne du héros Lahouari Belguendouz, personnifiant l’auteur qui, ramène la guerre à ce qu’il a vécu. En définitive, Une ville en temps de guerre, n’est pas le titre qu’il convenait de donner à ce livre ; tant d’événements douloureux sont passés sous silence par l’auteur.

  • 7 Soufi, F. (2000), « Oran, 28 février 1962, 5 juillet 1962. Deux événements pour l’histoire, deux év (...)

9À se demander si, l’auteur aurait, ayant manqué d’imagination, recouru à de sinistres référents. Le seul référent algérien et oranais de surcroit qui ait trouvé grâce à ses yeux est la contribution de Fouad Soufi Oran 1962, signalée par le site de la section de Toulon de la Ligue des droits de l’Homme, et non pas celle de Toulouse ! (plus fouillée)7.

10Il va sans dire que cet amalgame de références bibliographiques n’est pas allé sans introduire dans le récit quelques apories historiques qui prouvent que l’auteur s’est beaucoup plus appuyé sur la mémoire réelle ou virtuelle des autres que sur la sienne. Et ce, alors qu’il nous a averti, dans son texte, qu’il « s’est efforcé de rapporter ici des faits réels et des épisodes qu’il a vécus à Oran ».

  • 8 Général Raymond-Émile Pédron (1902-1968), commandant le corps d’armée d’Oran, expérimenta à partir (...)
  • 9 Le général Philippe Ginestet, commandant le corps d’armée d’Oran, fut gravement blessé le 14 juin 1 (...)
  • 10 Benkada, S. (2001), « Mort du général Joseph Katz, ancien commandant du Secteur autonome d'Oran (fé (...)
  • 11 Le colonel Mohamed Ben Daoud (1837-1912) ancien élève de Saint-Cyr, naturalisé français, finit sa c (...)
  • 12 Cette célèbre phrase qui est passée à la postérité est connue dans le contexte de l’affaire dite du (...)

11Même si ce livre est destiné, en premier au lectorat français, il mérite au moins qu’il soit tant soit peu fidèle à la réalité des faits et des événements et ne pas céder au recours à la facilité déconcertante des faits relatés à l’emporte-pièce, sans s’assurer au préalable de leur véracité, tels que : (p. 40) « Responsable du barrage électrifié installé le long de la frontière avec le Maroc pour empêcher les infiltrations de l’ALN, le général Philippe Ginestet eut moins de chance. Il fut tué par un jeune militant de vingt ans ». Ici l’auteur confond manifestement le général Ginestet, et le général Pédron8. Quant au jeune militant de vingt ans, pour le lecteur non averti, il pourrait penser qu’il s’agît d’un militant FLN. Pourquoi donc tant de prévenance envers un tueur de l’OAS ?9 (p. 46) : « Ses commandos, dénommés « collines » et dont l’un était dirigé par une femme, éliminaient des ouvriers, des instituteurs, des médecins, des fonctionnaires, des avocats comme maître Abed. Des femmes de ménage, comme celles qui attendaient devant le marché Michelet d’être embauchées pour quelques heures, n’étaient pas non plus épargnées ». A cette époque, je ne sais si A. Djemaï se rendait souvent au marché Michelet, mais on ne pouvait voir aucune des femmes de ménage attendre devant ce lieu, les laisserait-on seulement ? C’est là une vision actuelle que l’auteur transpose erronément au passé, (p. 44) :« Succédant en février 1962, au général Ginestet, au poste de commandant par intérim du Secteur d’Oran, le général Joseph Katz, surnommé par les pieds-noirs, le boucher d’Oran, ou encore Gauleiter Katz, chef de la Gestapo gaulliste »10.Très lourde erreur de l’auteur, le général Joseph Katz arrive à Oran, le 19 février 1962, et le général Ginestet prit son commandement à la tête du corps d’armée d’Oran, le 9 mai 1962. « Pour illustrer son propos, son père lui raconta l’histoire du colonel Ben Daoud, ancien élève de Saint-Cyr qui fit une brillante carrière militaire. […] S’étant vu refuser, à cause de son teint basané, l’entrée à une réception, il avait eu cette phrase demeurée célèbre : « Yarbi yarbi laoukène colonel Ben Daoud », « Un arabe reste un Arabe, même si c’est le colonel Ben Daoud »11 (p. 29). La fameuse phrase du colonel arabe trouve son origine dans la mésentente qui existait entre lui et le député d’Oran, Eugène Étienne, chef de file du lobby colonialiste12. En dépit de sa qualité de citoyen français (naturalisé en 1858 à sa sortie de Saint-Cyr), le colonel n’a jamais eu une brillante carrière militaire, cette dernière, il la passa de caserne en caserne, sans jamais obtenir un poste de commandement; comme il fut d’ailleurs la cible de choix des détracteurs de la politique d’assimilation. Quant à son teint basané, il faut reconnaitre que l’auteur n’a sûrement jamais vu la photo du colonel, sinon, il l’aurait, à coup sûr, confondu avec son chef hiérarchique le général Lyautey !

  • 13 Djemaï Kheïra figure sur notre liste des victimes de l’OAS. Née le 20 avril 1934 à Tafraoui, elle f (...)

12En dehors de ces errements factuels à mettre sur le compte de la hâte de publier et, loin de moi l’idée de penser que le roman soit du genre de ces livres qui s’écrivent entre deux gares pour ne pas dire entre deux stations de métro, néanmoins, A. Djemaï sait se montrer en quelques sortes pathétique lorsqu’il nous fait vivre certains épisodes de sa vie, comme par exemple ce jour, où, sa tante Kheïra, fut tuée (p. 89) : « C’était dans cette infirmerie que le corps sans vie de sa tante paternelle, Kheïra, avait été transporté. Un matin d’avril, elle était venu leur rendre visite à Cité Petit et, sur le chemin du retour, le taxi clandestin dans lequel elle se trouvait avait été mitraillé par l’OAS à Maraval, sur l’avenue Célina Dagne. C’était aussi la première fois de sa vie qu’il voyait son père pleurer. Elle était enceinte et laissait derrière elle trois enfants »13.

13Essentiellement et exclusivement écrivain de langue française, Abdelkader Djemaï, riche de son expérience de l’écriture journalistique, son style concis et alerte, ne s’embarrasse guère de tournures ampoulées mais, il a l’art de brasser pêle-mêle des réflexions et des expressions de saveurs pour faire revivre les habitudes quotidiennes des pieds-noirs oranais plongés dans leur nonchalance toute latino-méditerranéenne vouée « aux parties de pétanques, de corridas et d’apéritif », toujours agrémenté d’une orgie de kémias de « fèves bouillies, saupoudrées de cumin, soucoupes de radis, d’olives noires, de cœurs d’artichaut, d’anchois et de sardines à l’escabèche ». Cette évocation rituelle de la gastronomie de comptoirs fonctionne à tous les coups dans ce genre de récit.

14Toute cette insouciance paradisiaque et cet amour de la vie facile, va, un jour d’août 1961, lorsque le général Jouhaud prend son commandement de chef suprême de l’OAS Oranie, se transformer en un enfer quotidien durant lequel la ville va « se parfumer au plastic ». Et, l’auteur, avec la verve qu’on lui connait, a su avec intelligence nous faire revivre cette période de tourmente et de tant de drames personnels et collectifs, que chacune des communautés avait connu et partagé malgré elle.

Haut de page

Notes

1 Villanueva, M. (1992), L’Écharde. Chronique d’une mémoire d’Algérie, Paris, Maurice Nadeau ; Fieschi, J. (1990), L’homme à la mer, Paris, J.-C. Lattès ; Bouchan, H.-Ch. (2007), Les barbelés du Village nègre, Alger, éd. Casbah ; Touati, L.-G. (1976), … Et puis je suis parti d’Oran, Paris, éd. GP.

2 Djemaï, A. (2013), Une ville en temps de guerre, (récit), Paris, du Seuil.

3 Benkada, S. (2012), « 1.100 victimes civiles algériennes de l’OAS. À Oran, de 1961 à 1962 », APS, 22 février 2012. - « Saddek Benkada : C’est l’OAS qui a poussé les pieds noirs à partir », Témoignage Chrétien, 1er juin 2012.

4 Jordi, Jean-Jacques, pied- noir et historien, a été l’initiateur en 2011, d’une pétition internationale appelant à reconnaitre les événements du 5 juillet 1962 à Oran comme « un véritable crime contre l'humanité passé sous silence ».

5 Auteure de L’Agonie d’Oran (3 tomes), une série de témoignages partiaux et fallacieux sur la journée sanglante du 5 juillet 1962 à Oran, destinés à jeter l’opprobre sur le général de Gaulle et le déshonneur sur les troupes françaises présentes ce jour à Oran et à leur tête le général Joseph Katz.

6 Villanueva, M. (1992), L’Écharde. Chronique d’une mémoire, Paris, Maurice Nadeau.

7 Soufi, F. (2000), « Oran, 28 février 1962, 5 juillet 1962. Deux événements pour l’histoire, deux événements pour la mémoire », présenté lors du colloque organisé en hommage à Charles-Robert Ageron, La guerre d’Algérie au miroir des décolonisations françaises, à la Sorbonne en novembre 2000.

8 Général Raymond-Émile Pédron (1902-1968), commandant le corps d’armée d’Oran, expérimenta à partir de juin 1956 le premier barrage sur la frontière marocaine. Il adopta le même procédé pour encercler, en 1957, les quartiers musulmans d’Oran par un réseau de fils barbelés, plus particulièrement Mdina-Jdida, qui a inspiré le roman de Hadj-Chikh, B., (2007), Les barbelés du village nègre, Alger, éd. Casbah.

9 Le général Philippe Ginestet, commandant le corps d’armée d’Oran, fut gravement blessé le 14 juin 1962 par un tueur de l’OAS à l’intérieur même de l’hôpital militaire d’Oran. Transporté au Val-de-Grâce, où il devait mourir le 24 juin.
Le directeur de l’hôpital militaire Baudens, le médecin-colonel Étienne Mabille, accompagnant le général Ph. Ginestet, fut, quant à lui tué, sur le coup. Tous les deux étaient venus s’incliner devant le corps du lieutenant-colonel Camille Mariot, tué la veille (13 juin) par un commando OAS, devant l’hôtel Royal.

10 Benkada, S. (2001), « Mort du général Joseph Katz, ancien commandant du Secteur autonome d'Oran (février-juillet 1962) », La Voix de l'Oranie, 28 mars 2001.

11 Le colonel Mohamed Ben Daoud (1837-1912) ancien élève de Saint-Cyr, naturalisé français, finit sa carrière militaire comme colonel de l’artillerie, malgré sa naturalisation, il n’eut jamais de commandement de troupes.

12 Cette célèbre phrase qui est passée à la postérité est connue dans le contexte de l’affaire dite du « burnous du colonel Ben Daoud ». Ce dernier, croisant un jour dans les rues d’Oran, le député Eugène Étienne, celui-ci, apostrophe le colonel en lui disant : « Je ne reconnais pas sous cet accoutrement celui qui a eu l’honneur de porter l’uniforme d’officier français ». Suite à quoi, nous imaginons que le colonel lui aurait rétorqué par cette envolée sarcastique : « Un Arabe est un arabe, fusse-t-il le colonel Ben Daoud».
Sur cette affaire, voir Ageron, Ch.-R. (1968), Les Algériens musulmans et la France (1871-1919), vol. 2, Paris, PUF, p. 1062.

13 Djemaï Kheïra figure sur notre liste des victimes de l’OAS. Née le 20 avril 1934 à Tafraoui, elle fut tuée le 1er ou le 2 avril 1962, boulevard Fort de Vaux à Cité-Petit.
Elle figure parmi les nombreuses victimes tuées en 1962 sur la voie publique sans qu’elles aient fait l’objet ni d’un constat de police ni d’une déclaration de décès.
Cas rare, son décès a fait l’objet d’une double inscription sur le registre de décès. Une première fois par sa sœur Djemaï Yamina, le 11 aout 1962, et une seconde fois par son époux et cousin, Lassoueg Tayeb, le 8 octobre 1962.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Saddek Benkada, « Abdelkader DJEMAÏ, Une ville en temps de guerre  », Insaniyat / إنسانيات, 65-66 | 2014, 302-307.

Référence électronique

Saddek Benkada, « Abdelkader DJEMAÏ, Une ville en temps de guerre  », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 65-66 | 2014, mis en ligne le 31 août 2016, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/14911

Haut de page

Auteur

Saddek Benkada

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page