Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Claire MAUSS-COPEAUX, La source, mémoires d’un massacre : Oudjehane 11 mai 1956

Ouanassa Siari Tengour
p. 308-311
Référence(s) :

Claire MAUSS-COPEAUX, La source, mémoires d’un massacre : Oudjehane 11 mai 1956, Paris, Payot, 2013, 224 p.

Texte intégral

  • 1 Bataillon de Chasseurs à pied.

1Cette nouvelle contribution de Claire Mauss Copeaux a un double intérêt. Elle révèle d’abord toute l’importance de l’enquête orale dans l’écriture de l’histoire contemporaine de l’Algérie. A l’écoute des différents acteurs ou témoins du massacre qui bouleversa la vie des habitants d’Oudjehane (région d’el Milia) le 11 mai 1956, l’auteur a convoqué plusieurs voix, les unes faisant partie du 4e BCP1, 1re compagnie, 3° section, les autres des rescapés ou des proches des victimes ou plus simplement des témoins.

  • 2 Titre de l’ouvrage de Combe, S., Le silence des archives, Paris.
  • 3 Il s’agit des archives de l’armée de terre conservées au château de Vincennes (France). Sur les dif (...)

2Mais le plus marquant de cette recherche est qu’elle a commencé par un face à face, via Internet, qui va s’instaurer entre l’auteur, des soldats de la compagnie impliquée dans le massacre et un citoyen d’El Ancer (localité la plus proche d’Oudjehane) soucieux d’« écrire l’histoire et pour ne pas oublier ». Ce sont ces premiers contacts virtuels qui ont décidé l’auteur à mener l’enquête sur le terrain même du massacre. Il est entendu, que l’auteure, historienne de métier, ne s’est pas contentée du seul recueil de la parole des uns et des autres. En permanence, le document oral est mis en dialogue avec les sources écrites. Mais au vu du silence des archives2, des difficultés d’accès aux archives du Service Historique de la Défense (SHD)3, la seule alternative qui s’offre à l’historien reste le recours à la pratique de l’enquête orale. Sans vouloir fétichiser cette source particulière, force est de reconnaître que la méthode a fait ses preuves pour briser la chape de plomb qui continue de peser sur la connaissance d’un proche et douloureux passé. Les historiens sont invités à s’en emparer et à investir le terrain de l’enquête orale, dans l’intérêt de la connaissance du passé proche.

3Le second intérêt de cet ouvrage est la révélation d’un massacre (un de plus) de la population civile d’Oudjhane, commis par les soldats du 4° BCP, stationné à El Ancer et placé sous l’autorité du commandant « Merlot ». Aux origines de ce déchaînement de violences qui a entraîné la mise à mort « de soixante-dix-neuf personnes, des hommes, mais aussi des femmes et des enfants », le viol d’une jeune fille par le soldat « Roger Garodi ». Entendant les cris de sa fille, le père arrive et empoigne le coupable. Les camarades du soldat ont également perçu les cris et accourent à leur tour. Ils tirent : signe du destin ou du hasard, la balle destinée au père atteint en même temps un autre soldat. La nature du crime est bien sûr occultée dans les communiqués publiés par la presse pour qui « la mort de 79 rebelles » est à inscrire dans le registre des opérations ordinaires effectuées dans le cadre de la Pacification. Si l’on en sait un peu plus aujourd’hui, c’est grâce au travail d’investigation et de déconstruction réalisé par Claire Mauss Copeaux qui a su mettre à nu la somme de brutalité, de violence et de barbarie si caractéristique de la période coloniale et de la guerre de libération en particulier.

  • 4 Rousso, H., Conan, E. (1994), Vichy, un passé qui ne passe pas, Paris, Fayard. 

4C’est à un véritable chassé-croisé auquel s’est livré Claire Mauss Copeaux entre les protagonistes du drame d’hier et les survivants d’Oudjehane, faisant jaillir des mémoires des uns et des autres, un passé qui ne passe pas4.

5Il ne s’agit point de guerre de mémoires – des « abus de la mémoire » comme on l’entend ces dernières années dès qu’il s’agit d’évoquer la guerre d’indépendance algérienne, donnant lieu souvent à des controverses stériles, dans une sorte de prolongement des combats sanglants d’hier.

  • 5 Prost, A. (2004), « Les limites de la brutalisation. Tuer sur le front occidental, 1914-1918 », in (...)

6Ici la difficulté est de dire l’innommable aggravée par le mur du silence, là la volonté de ne pas oublier les victimes du 11 mai 1956. De part et d’autre, la souffrance est encore vive mais les traumatismes n’obéissent pas aux mêmes logiques. La logique de la victime ne peut être celle du bourreau. La responsabilité des autorités publiques françaises (civiles et militaires) dans la diversification des méthodes répressives est entière. Mais à l’échelle de l’individu, les entretiens avec les soldats d’hier (vétérans aujourd’hui) laissent transparaître les séquelles héritées de la banalisation de la brutalisation de la guerre que l’amnistie ne peut évacuer. L’approche anthropologique et culturelle peut-elle trouver des explications à ces violences extrêmes où le meurtre est volontairement ordonné et commis de sang froid? Y-a-t-il des limites à la brutalisation5 ? Le retour à la paix et la démobilisation supposent un temps de rupture avec les constructions idéologiques qui ont prévalues en temps de guerre. Dans la réalité, les traces de ces violences s’estompent difficilement amenuisant ainsi les possibilités de faire le deuil – passage obligé vers la reconstruction identitaire. Toutes ces questions sont au cœur de la démarche de Claire Mauss Copeaux. Elle analyse les mécanismes de l’engrenage, harcèle de questions ses interlocuteurs pour cerner la réalité des faits et permettre enfin aux gens d’Oudjehane de connaître la vérité et, aux soldats du 4° BCP, d’affronter leur passé. Les réponses s’égrènent et se recoupent dans l’ensemble de l’ouvrage qui se divise en quatre parties.

  • 6 André Charbonnier fait partie du trio d’officiers qui a torturé Henri Alleg, La question, Paris, éd (...)
  • 7 Dans la préface, Les crimes de l’armée française, Algérie 1954-1962, Paris, Nouvelle édition, la Dé (...)

7La première partie intitulée « le passé en question » revient sur Nour (la voix des gens d’Oudjehane) et André un appelé du 4° BCP. Chacun à sa manière, par courrier électronique, raconte le drame d’Oudjehane et revient sur le climat délétère qui prévalait à El Ancer durant cette terrible année de 1956. Cet effort de contextualisation des faits se poursuit dans la seconde partie qui nous introduit dans les arcanes du 4° BCP. Les officiers qui commandaient sont présentés mais pas nominativement. L’auteur a prévenu qu’elle a volontairement « dissimulé l’identité des acteurs du 4° BCP ». Ainsi, le lecteur découvre toute la chaîne de commandement impliquée dans le massacre d’Oudjehane : le colonel « Leroi », son subordonné le commandant « Merlot » «chargé du […] bataillon qui opérait à Oudjehane le 11 mai 1956 », le capitaine « Rouleau », dont « la violence et la cruauté » entretenait la réputation d’ancien d’Indochine, le capitaine « Lapierre », un baroudeur et le lieutenant «Rieux ». On regrette que les responsables de la tuerie ne soient pas désignés formellement. Leur anonymat ne couvre-t-il pas encore leurs crimes ? En son temps, Pierre Vidal-Naquet n’avait certes pas nommé tous les tortionnaires, tel André Charbonnier responsable de la mort de Maurice Audin6, mais vingt-cinq ans après7 (1975), il eut le courage d’écrire son nom et d’ajouter « que l’on traite d’assassin le lieutenant Cha… ou Charbonnier, l’intéressé ne s’en porte pas plus mal ». Aujourd’hui, les gens d’Oudjehane ont le droit de savoir toute la vérité, sans la moindre omission. C’est ce que dit Nour dans un échange avec André : « la grande vérité est celle du massacre, des victimes et des responsables : les militaires français » dont l’action était couverte par les chefs politiques doit-on ajouter.

8La troisième partie met en perspective le contenu des rapports des journaux des marches et des opérations (JMO) et les récits livrés par André et Nour. La version des JMO est erronée, elle ne résiste pas à une critique rigoureusement menée. Il y eut viol d’une jeune fille, suivi de la double intervention de son père et de la troupe venue à la rescousse de leur camarade. Le père est abattu d’une balle qui ira se loger dans le corps d’un soldat tandis qu’une autre balle blesse un second soldat. Aussitôt, le commandement ordonne des représailles. Celles-ci sont décrites dans la quatrième partie. C’était jour de fête, jour de l’Aïd el Fitr quand l’armée ordonna une véritable chasse à l’homme. Rassemblés les uns à Demna dil Ballout, les autres au bord de l’oued El Kébir, hommes, femmes et enfants sont fusillés. Les témoignages recueillis racontent la suite des évènements : les survivants cherchent refuge dans la forêt, d’autres rejoignent la ville, les jeunes gens prennent le chemin du maquis…la mechta d’Oudjehane est abandonnée.

  • 8 Mauss-Copeaux, C. (2011), Algérie, 20 août 1955. Insurrection, répression, massacres, Paris, Payot- (...)

9La dernière partie est consacrée à l’écoute du dire des femmes. A la page 183, Claire Mauss Copeaux écrit « il me fallait l’aide d’une interprète, intéressée par l’histoire de Doukha. Le moment de notre départ pour l’Algérie se rapprochait et je m’inquiétais car je n’avais pas trouvé de compagne ». Je connaissais Claire Mauss Copeaux rencontrée dans les différents colloques sur l’histoire de l’Algérie avant de l’accueillir à Constantine avec ma collègue Khedidja Adel, à deux reprises. Nous l’avons accompagné à Ain Abid lorsqu’elle travaillait sur le 20 août 19558. Elle n’ignorait pas que je travaillais sur La résistance algérienne entre histoire et mémoire et que nos sujets de recherches se recoupaient et se complétaient. Jusqu’à ce jour, je ne m’explique pas plus que ma collègue cette mise à l’écart. Il semble donc que la volonté d’une écriture commune de l’histoire de cette période associant des historiens des deux rives ne soit pas partagée par tous.

10Les entretiens avec les femmes ont ravivé les souvenirs. L’univers de la guerre a brouillé les rapports familiaux et la répartition des rôles. Les femmes ont été appelées à jouer un rôle particulièrement important auquel elles n’étaient point préparées. Leur adhésion à la lutte de libération est remarquable. Mais ce sont leurs souffrances qui retiennent l’attention. En creux, on devine leurs peurs dont la menace du viol était la plus redoutable, sans oublier la vindicte sociale rejet pour celles qui en furent les victimes. A quel prix ont-elles pu supporter les horreurs de la guerre, la perte des êtres chers ? Comme après la répression de l’insurrection de 1871 ou les massacres de 1945, la mémoire collective en a fixé le douloureux souvenir dans une complainte que les femmes d’Oudjehane chantent jusqu’à ce jour.

11Au-delà des non-dits, de la gravité des évènements et de leur complexité, Claire Mauss Copeaux a livré aux gens d’Oudjehane un pan de leur histoire et là réside l’essentiel.

Haut de page

Notes

1 Bataillon de Chasseurs à pied.

2 Titre de l’ouvrage de Combe, S., Le silence des archives, Paris.

3 Il s’agit des archives de l’armée de terre conservées au château de Vincennes (France). Sur les difficultés d’accès, cf. le cri d’alarme lancé par jean Charles Jauffret « Le SHA : un parcours du combattant » 5 juillet 2013, http://www.lopinion.fr/blog/secret-defense/shd-parcours-combattant-estime-l-historien-jean-charles-jauffret-1747

4 Rousso, H., Conan, E. (1994), Vichy, un passé qui ne passe pas, Paris, Fayard. 

5 Prost, A. (2004), « Les limites de la brutalisation. Tuer sur le front occidental, 1914-1918 », in XX siècle, Revue d’histoire, n° 81.

6 André Charbonnier fait partie du trio d’officiers qui a torturé Henri Alleg, La question, Paris, éd. Minuit, 1958.

7 Dans la préface, Les crimes de l’armée française, Algérie 1954-1962, Paris, Nouvelle édition, la Découverte, 2001.

8 Mauss-Copeaux, C. (2011), Algérie, 20 août 1955. Insurrection, répression, massacres, Paris, Payot-Rivages.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ouanassa Siari Tengour, « Claire MAUSS-COPEAUX, La source, mémoires d’un massacre : Oudjehane 11 mai 1956 », Insaniyat / إنسانيات, 65-66 | 2014, 308-311.

Référence électronique

Ouanassa Siari Tengour, « Claire MAUSS-COPEAUX, La source, mémoires d’un massacre : Oudjehane 11 mai 1956 », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 65-66 | 2014, mis en ligne le 31 août 2016, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/14913

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page