Navigation – Plan du site
Comptes rendus de thèses

Philippe BOUBA : L’anarchisme en situation coloniale, le cas de l’Algérie. Organisation militants et presse, (dir.), Michel Cadé et Hassan Remaoun

Hassan Remaoun
p. 317-320
Référence(s) :

Philippe BOUBA : L’anarchisme en situation coloniale, le cas de l’Algérie. Organisation militants et presse, (dir.), Michel Cadé et Hassan Remaoun, thèse de doctorat en histoire, Université de Perpignan/Université d’Oran, 2014.

Texte intégral

1Tout d’abord la thèse aborde une question originale et très peu traitée par les historiens. En effet et jusqu’à aujourd’hui, il n’était fait cas des mouvements anarchistes en Algérie, qu’à travers quelques remarques et questionnements succincts d’ailleurs recensés par le candidat. S’appuyant pour cela sur les informations accumulées en travaillant sur les archives et autres écrits et témoignages disponibles en France ou en Algérie, le candidat aura contribué à faire la lumière sur sans doute les principaux moments et caractéristiques des activités du mouvement anarchiste en Algérie, et ce depuis la fin du XIXe jusqu’à la veille de l’indépendance de ce pays en 1962. Tout en essayant de présenter un état des lieux plus ou moins complet (et en fonction de l’information mobilisable) sur sa présence dans différentes localités du territoire, il axera l’essentiel de son travail sur les groupes qui se sont succédés dans Alger et son voisinage immédiat (Mustapha, notamment) ainsi qu’à Oran. On remarquera ainsi, que si la dynamique à Alger est largement liée à l’activisme de militants ouvriers ou intellectuels (Elisée Reclus et Louise Michel notamment) venus de France, elle sera à Oran plutôt alimentée par le flux d’exilés arrivés d’Espagne dans l’Entre deux guerre et dans le contexte de la Guerre civile qui y sévissait. Le candidat nous présente de même les formes que revêtira l’activité de ces groupes, qui interviennent aussi bien sur le plan syndical que par le biais de conférences publiques ou de la diffusion d’une presse écrite aux titres à la périodicité souvent éphémère, mais qui n’en auront pas moins contribué surtout dans certaines conjonctures à l’élargissement de l’influence du courant anarchiste.

2Le candidat a d’ailleurs largement fait usage de l’analyse de contenu de ces journaux pour nous montrer comment la propagande du mouvement développait les orientations fondamentales de l’anarchisme avec des thématiques telles l’anti-étatisme (opposition au patriotisme, au militarisme, l’électoralisme, à la police et la justice), l’anti-capitalisme (opposition à l’esclavage et l’exploitation salariale), et le rejet de toutes les religions (ici le christianisme et l’islam), et il en était de même pour la lutte contre l’alcoolisme, l’affirmation en faveur du contrôle des naissances, de l’amour libre, et de la diffusion d’une langue internationale (qui serait issue de l’espéranto).

3Ces différents aspects ayant été développés dans les deux premières parties du travail présenté, Philippe Bouba consacrera une troisième partie à présenter des éléments de conclusion regroupés sous l’énoncé « Influences, empreintes et réalités ». Il tentera ici de revenir sur la dynamique d’ensemble du courant anarchiste en Algérie en insistant sur les efforts fournis pour développer les contacts avec la population, avec selon lui un impact illustré par l’émergence de personnalités d’origine algérienne tel le militant Mohammed Sail, ou d’origine européenne tel l’écrivain Albert Camus, ou encore la tentative après l’indépendance nationale de mise en œuvre par les autorités algériennes du système d’autogestion des domaines agricoles ou d’entreprises industrielles et commerciales héritée de la période coloniale. En fait, l’impact des personnalités sollicitées pour le développement de l’argumentaire semble avoir été assez éphémère en Algérie, et l’inspiration du modèle basé sur l’autogestion, qui sera d’ailleurs abandonné au bout de très peu d’années, aurait en réalité d’autres sources idéologiques et sociales. Malgré un activisme qui a touché en fait surtout des fractions de la population européenne, il est difficile de partager l’opinion plutôt optimiste du candidat, quant à la pérennité des influences après les années 1950. Si des anarchistes ont eu après le déclenchement de la Guerre de libération nationale à soutenir des organisations nationalistes, le courant messaliste en premier lieu, leur horizon anti-étatique et internationaliste, érigé à la fois en stratégie et en tactique, ne leur permettait pas de comprendre vraiment la profondeur du sentiment national en situation coloniale. Malgré quelques articles de presse, apparemment écrits par des Algériens de souche, la tendance globale durant toutes les étapes traversées par le mouvement aura été à la critique radicale des nationalistes et de l’islam appréhendés comme expression de manifestations fondamentalement autoritaires, bourgeoises ou féodales. Le candidat a par ailleurs trop axé son analyse sur les affrontements qui caractérisaient le mouvement ouvrier dans son ensemble, à travers la lutte que se livraient anarchistes et socialistes puis communistes pour le contrôle des syndicats CGT et CGTU, de la même façon que cela pouvait se passer en France et en Europe alors qu’ici nous sommes en situation coloniale comme l’annonçait d’ailleurs le titre de sa thèse. Philippe Bouba aurait pu approfondir sa recherche en axant cette troisième partie de sa thèse sur les difficultés auxquelles était confronté le mouvement ouvrier dans son ensemble à s’implanter dans une perspective nettement internationaliste dans des formations sociales dominées où les effets du système capitaliste avaient des spécificités, nécessitant une adaptation audacieuse de l’action militante dans un contexte trop différent de celui qui sévissait dans les métropoles.

4Une analyse comparée avec l’action de la IIIème internationale aurait contribué à expliquer pourquoi partant d’analyses assez proches sur la nature bourgeoise du nationalisme, les communistes ont souvent pu user de plus de nuances, réussissant somme toute une implantation plus réelle au sein des populations colonisées.

5La Révolution sociale ne pouvait assurément avoir quelque chance de succès dans des sociétés dont l’organisation rappelait celle du système de Castes (P. Bourdieu) et où l’exploitation capitaliste tirait particulièrement avantage de l’hyperethnicisation des rapports sociaux, qu’en abordant de front la question nationale. Le candidat avait pourtant accumulé des informations suffisantes pour nous proposer des analyses sur l’incapacité du mouvement anarchiste à penser la nécessaire imbrication entre Révolution nationale et Révolution sociale en terrain colonial, ce qui expliquerait en fait ses difficultés d’implantation en dehors de la population d’origine européenne. En pensant l’extinction de l’Etat dans un processus à plus long terme comme l’imaginait Marx (dans sa « critique du Programme de Gotha »), les communistes malgré des phases de dogmatisme sectaire étaient en fait mieux en mesure de s’acclimater dans des sociétés demandeuses d’Etat national. Confronté à l’importante masse d’informations accumulées durant des années de quête, le candidat au moment de rédiger sa thèse et sans doute pris par l’urgence de la rédaction n’a apparemment pas accordé suffisamment de temps à la phase de la synthèse et de la problématisation, Celle-ci supposaient un temps de mise au point et certainement de la distanciation vis-à-vis des sources dont il est parfois resté tributaire, oubliant qu’il faille aussi aller enquêter auprès d’autres vis-à-vis d’un mouvement social global, en l’occurrence ici les autres composantes du mouvement ouvrier et les nationalistes dont les analyses et pratiques ne cadraient forcément pas avec celles des anarchistes.

6Ces remarques et d’autres qui pousseront peut-être le candidat à approfondir sa recherche dans des travaux futurs ne remettent cependant pas en cause le gros travail d’investigation qui a été fourni à travers de nombreuses archives, une bibliographie fouillée et même l’écoute de quelques témoins ou leurs proches encore en vie. Il aura aussi, je le répète, contribué à sortir de l’ombre des militants parfois obstinés et courageux qui en leur temps avaient vécu leur idéal en tentant d’en diffuser la théorie et les pratiques anarchistes loin du terrain européen d’origine, vers l’Algérie en particulier, et le monde colonial en général.

7De ce point de vue, ce travail de recherche a une portée académique que nous devons prendre en considération.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hassan Remaoun, « Philippe BOUBA : L’anarchisme en situation coloniale, le cas de l’Algérie. Organisation militants et presse, (dir.), Michel Cadé et Hassan Remaoun », Insaniyat / إنسانيات, 65-66 | 2014, 317-320.

Référence électronique

Hassan Remaoun, « Philippe BOUBA : L’anarchisme en situation coloniale, le cas de l’Algérie. Organisation militants et presse, (dir.), Michel Cadé et Hassan Remaoun », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 65-66 | 2014, mis en ligne le 31 août 2016, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/14923

Haut de page

Auteur

Hassan Remaoun

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page