Navigation – Plan du site
Informations scientifiques

Cycle de formation en toponymie organisé par le CRASC/RASYD (Centre de Recherche en Anthropologie Sociale et Culturelle/Unité de Recherche sur les Systèmes de Dénomination en Algérie) en partenariat avec United Nations Group of Experts on Geographical Names UNGEGN, 15-17 septembre 2014

Ammara Bekkouche
p. 329-333

Texte intégral

1Dans le cadre des activités scientifiques de l’Unité de recherche RASYD sous la direction du Professeur Brahim Atoui, un cycle de formation en toponymie s’est déroulé au CRASC du 15 au 17 septembre 2014. L’importance d’une telle rencontre se justifie par l’accablant constat suivant : absence de politique toponymique et de normalisation en Algérie qui depuis 1962, n’a fait que des opérations de débaptisation/rebaptisation. Aussi, la participation active des cadres des institutions invitées a été particulièrement remarquée, notamment celle des représentants du Ministère de l’Intérieur, dont une des prérogatives est la procédure en cours de la désignation des noms de lieux à travers le territoire national.

  • 1 Ont communiqué : Brahim Atoui, Farid Benramdane, Fodil Cheriguen, Helen Kerfoot, Ferjan Hormeling, (...)

2Les communications1 ont abordé les thèmes de la normalisation des noms de lieux, la toponymie en tant que patrimoine culturel et historique, et les aspects internationaux des techniques de traitement des noms. Les problématiques traitées renvoient à des questions en lien avec l’espace et la société, révélant des complexités qui se rattachent, entre autres, à l’inexpérience du personnel chargé de la collecte des données, l’accès à l’information auprès des autorités compétentes, le manque de coopération de la population concernée, l’invalidation des cartes et documents utilisés Les problèmes linguistiques, spécialement, suscitent des interrogations et des débats autour de situations qui se caractérisent tant par leur diversité que par leur originalité. Dans les régions multilingues par exemple, l’orthographe et la prononciation nécessitent un effort soutenu d’harmonisation en rapport à des systèmes de référence dits de romanisation (arabe, berbère, français,…).

  • 2 Helen Kerfoot, Présidente, GENUND, 2002-2012 (Ressources naturelles Canada).

3Au-delà de leur caractère pédagogique visant à expliquer les fondements de l’élaboration de bases de données, ces rencontres multidisciplinaires ont eu pour objectif de présenter quelques cas dont les avancées font référence dans le monde. Le Canada, à ce titre, qui possède des structures appropriées depuis plus d’un siècle (centenaire en 1997), est exposé en vue de montrer les procédures de désignation et d’autorisation de toponymes (Helen Kerfoot2). De même, la définition des termes utilisés donne la mesure des difficultés à pouvoir s’entendre sur des concepts tels que la normalisation des noms géographiques (Ferjan Ormeling et Tjeerd Tichelaar). Une même désignation peut avoir un sens différent selon la situation géographique : la montagne au Pays-Bas correspond à la hauteur d’une colline dans un autre pays montagneux.

4Un bref historique sur une vingtaine d’années retrace l’appui du GENUNG à la normalisation des noms géographiques

  • 1948, Conseil économique et social de l’ONU (ECOSOC).

  • 1959, ECOSOC resolution 715 A (XXVII).

  • 1960, Première réunion d’un groupe d’experts.

  • 1967, Première Conférence sur la normalisation des noms géographiques.

5C’est ainsi qu’une série de questions a jalonné les différentes communications apportant à la discussion l’enrichissement escompté dans ce genre de manifestation scientifique : Qu’est-ce qu’un nom géographique ? Quel est son rôle et sa fonction ? Pourquoi normaliser et comment ? Quel est le rapport avec la culture des lieux ? Leur vécu ? Leur histoire ? Quelles sont les autorités chargées de ce travail ? Comment se fait la collecte des données ? A quel principe se rattache le choix d’une désignation? Comment collaborer avec les pays voisins ?... Et enfin, comment se présente la situation algérienne ?

6Quelques éléments de réponses permettront d’esquisser une représentation succincte des mécanismes et des tâches à effectuer pour que puisse s’engager une politique des toponymes (établissement de base de données nationale, normalisation des noms de lieux,…).

1. Comment se définit un nom géographique ? Quel est son rôle et sa fonction ?

7Fonctions des noms géographiques :

  • donnent les points de référence pour s’orienter dans l’espace bâti et non bâti.

  • créent des liens avec les paysages, l’histoire

  • aident à l’analyse étymologique des noms des lieux

  • usage des noms à des fins éducatives

  • usage des noms pour la circulation et le transport

  • identifient les objets géographiques locaux auxquelles la population se réfère au quotidien

  • éléments du patrimoine géographique et symbolique relatif à la souveraineté d’un pays. (Ce dernier point intéresse en particulier les pays qui ont acquis leur indépendance).

2. Pourquoi normaliser et comment ? Quels en sont les avantages ?

8L’expérience des Pays-Bas, est éclairante pour comprendre les raisons et les avantages de la normalisation toponymique. Basée sur d’anciennes codifications des villes et des voies fluviales et des lieux dits, elle a débuté dès le XVème siècle. La démarche décentralisée à différents ministères, a nécessité des reformes s’agissant de l’orthographe et de la prononciation.

9Les cas de la Malaisie et de l’Indonésie, sont instructifs pour ce qui concerne la situation des pays anciennement colonisés. Le processus de décolonisation des toponymes en 1950, a modifié les noms en les remplaçant par de nouvelles désignations soit en les traduisant, soit en les corrigeant ou en les complétant. Les toponymes en tant que patrimoine culturel et historique ont été préservés.

10Par ailleurs plusieurs avantages de la normalisation toponymique, sont mis en évidence :

  • avantages techniques : production de cartes et atlas, SIG et infrastructure de données spatiales, Moteurs de recherche sur le Web.

  • avantages économiques : l’utilisation d’un registre unique de noms normalisés aident à la gouvernance  et aux travaux de recensement; rationalisation des services et de la gestion du temps.

  • avantages sociaux : expression de l’identité d’un pays, d’une ville, d’un lieu ; utilité aux services d’aide et de secours à différentes échelles.

  • avantages culturels : préservation du patrimoine historique, linguistique et les traditions orales

3. Quel est le rapport avec la culture des lieux ? Leur vécu ? Leur histoire ?

11L’histoire des noms montre :

  • de quelle façon ils se développent et s’adaptent à de nouvelles circonstances.

  • comment ils perdent leurs significations originelles et adoptent d’autres connotations ?

  • l’évolution des sociétés originelles et des générations qui ont inventé et transformé ces noms.

  • comment les noms de lieux sont menacés par la modernisation et l’extension continuelle des villes sur les campagnes ?

  • la domination des grandes puissances et le manque d’intérêt pour les noms. géographiques des minorités linguistiques.

  • la négligence du terrain pour de nouvelles méthodes de collecte plus expéditives.

  • le « nettoyage » toponymique.

  • les aspects toponymiques des cartes touristiques où la cartographie joue un rôle essentiel dans la communication.

4. La situation algérienne

  • 3 37 pays africains ont participé dont l’Afrique du Sud, Botswana, Burkina Faso, Maroc, Mozambique, T (...)
  • 4 El Watan, n° 4627, 5 Février 2006.

12L’Algérie, comme d’autres pays africains3, a participé aux Conférences de l’ONU de 1967 à 2012 pour suivre et traiter la question des toponymes, mais à ce jour aucune structure permanente ne gère ce patrimoine (Atoui Brahim, Farid Benramdane). L’état des lieux abondamment illustré par différentes situations, manifestement significatives, donne la mesure du problème et son amplification par les nouvelles extensions urbaines en attente de dénomination. Plus de 40 000 toponymes restent à fournir seulement pour les rues d’Alger4.

13Malgré cette participation, la situation algérienne se caractérise par le retard enregistré pour s’engager sur des procédures de normalisation. A l’instar de nombreux autres pays, les questions lancinantes de la langue, la prononciation, l’orthographe, restent pendantes. Elles impliquent de faire des distinctions sémantiques entre les méthodes de la transcription et de la translitération. Elles font l’objet de recherches afin de développer la normalisation des toponymes en tant qu’une étape dans un processus de collecte et de diffusion.

Synthèse des conclusions

14Le déroulement des journées de formation toponymique au Crasc, a contribué à la consolidation d’une prise de conscience pour mieux comprendre la nécessité de définir un programme de normalisation toponymique.

15Les exemples à travers le monde se caractérisent par leur diversité compte tenu des particularités des contextes socioculturels et historiques. La puissance des toponymes, dans un univers mondialisé, est garante de la préservation des cultures de chaque peuple et de son identité. Mettre en place un système de dénomination toponymique, est une urgence qui concerne tous les pays africains au regard de la faible visibilité de leur patrimoine toponymique à l’échelle des nations. Présentée comme un outil de communication privilégié, la valorisation de ce patrimoine conjecture de l’éventualité de bâtir un monde plus pacifique.

Haut de page

Bibliographie

Technical reference manual for the standardization of geographical names, Department of Economic and Social Affairs, UNGEGN, United Nations, New York, 2007, 194 p.

Manuel de normalisation nationale des noms géographiques, Département des Affaires Economiques et Sociales, UNGEGN, United Nations, New York, 2007, 166 p.

Glossary of terms for the Standardization of Geographical Names, (en six langues) Department of Economic and Social Affairs, UNGEGN, United Nations, New York, 2002, 261 p + annexes.

Haut de page

Notes

1 Ont communiqué : Brahim Atoui, Farid Benramdane, Fodil Cheriguen, Helen Kerfoot, Ferjan Hormeling, Djamel Mehali, Pier-Giorgio Zaccheddu.

2 Helen Kerfoot, Présidente, GENUND, 2002-2012 (Ressources naturelles Canada).

3 37 pays africains ont participé dont l’Afrique du Sud, Botswana, Burkina Faso, Maroc, Mozambique, Tunisie… .

4 El Watan, n° 4627, 5 Février 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ammara Bekkouche, « Cycle de formation en toponymie organisé par le CRASC/RASYD (Centre de Recherche en Anthropologie Sociale et Culturelle/Unité de Recherche sur les Systèmes de Dénomination en Algérie) en partenariat avec United Nations Group of Experts on Geographical Names UNGEGN, 15-17 septembre 2014 », Insaniyat / إنسانيات, 65-66 | 2014, 329-333.

Référence électronique

Ammara Bekkouche, « Cycle de formation en toponymie organisé par le CRASC/RASYD (Centre de Recherche en Anthropologie Sociale et Culturelle/Unité de Recherche sur les Systèmes de Dénomination en Algérie) en partenariat avec United Nations Group of Experts on Geographical Names UNGEGN, 15-17 septembre 2014 », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 65-66 | 2014, mis en ligne le 31 août 2016, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/14927

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page