Navigation – Plan du site
Informations scientifiques

Champs littéraires et stratégies d’écrivains. Colloque international, 7-8 novembre 2012, CRASC/UCCLA, Oran

Mohamed Hirreche Baghdad
p. 333-335

Texte intégral

1Les questions du statut et stratégies des écrivains dans le champ du pouvoir (rapports de domination), de la structure interne du champ littéraire, les rapports écrivains/ artistes/éditeurs/directeurs de galeries/ distributeurs … ont été au centre de ce colloque international organisé par l’Unité de recherche « Culture, Communication, Littérature, Langues et Art » UCCLLA, relevant du CRASC d’Oran.

2Les communications ont mis en exergue notamment le rapport de la production littéraire avec la pratique de la traduction. Cette pratique peut être exercée par les auteurs eux-mêmes quand ils maîtrisent la langue dans laquelle le texte littéraire est traduit, c’est le cas de Rachid Boudjedra, Ouassini Laredj, et autres. Cela, nécessite de retravailler complètement le texte original. Ainsi, Mourad Yelles a montré qu’Amine Zaoui refuse de faire usage de l’auto-traduction ; c’est plus important pour lui de créer de nouvelles œuvres que de procéder à l’auto-traduction d’un texte déjà écrit. Concernant les écrivains monolingues (arabophones), ils font souvent appel à des traducteurs spécialisés. Le cas du littéraire égyptien Nedjib Mahfoud est incontournable, il prouve que le passage à l’universalité ne nécessite pas forcément la maîtrise ou l’usage de plusieurs langues

3Par la traduction, beaucoup de romanciers algériens ont eu l’occasion d’accéder à un public plus large. Le cas d’Ahlem Mostaghanemi est souvent cité, non pas comme une réussite mais presque comme un échec. Ouassini explique cela par le fait que la langue arabe utilisée par la romancière tend vers le lyrisme, chose qui ne peut être traduite fidèlement ni même être appréciée par le lectorat français. Le deuxième élément introduit par Ouassini relève de la nature des thèmes abordés, d’un côté ils sont prisés par le lectorat local (Algérie) et régional (le Monde arabe), d’un autre côté, ils ne le sont pas dans un contexte mondial où « l’horizon d’attente » n’est plus le même. En parallèle, le cas du roman Emarat Yakoubiène du romancier égyptien Alaa El-Aswany, montre et démontre que la réception de cette œuvre localement et régionalement était « médiocre » ; après la traduction du roman, une reconnaissance plus importante et plus significative s’est produite en Occident.

4La langue arabe est utilisée de deux manières, la première se contente d’un usage classique, conservateur et sacré, en pensant que « la langue arabe est la langue du Coran » ; cela réduit les possibilités de communication et d’innovation et laisse le romancier prisonnier du sacré et des canaux traditionnels de la morale, de la politique et des modes d’appropriation de la langue. Le second usage se veut différent par le fait que « la langue arabe est avant tout la langue de la poésie préislamique/antéislamique ». Il est évidant que l’usage de la langue, d’une manière ou d’une autre, et même le recours à la traduction, sont des stratégies indispensables pour les écrivains dans leurs quête de visibilité, de conquête d’un marché plus important et le désir d’atteindre des positions à l’intérieur du champ littéraire et social.

5La question de l’autonomie et de l’hétéronomie était aussi au cœur de la plupart des communications. La question posée est la suivante : est-ce que les littéraires sont autonomes envers le capital symbolique d’une société ou d’une autre, autonome par rapport au marché littéraire ou au contraire, ils sont victimes de la violence symbolique et du monopole qu’exercent les cultures « dominantes ».

6L’accès à la mondialisation n’est pas sans conséquence sur l’identité de l’auteur francophone, se trouvant ainsi entre deux mondes (Nord-Sud) et deux cultures. Cette position est menaçante et rend la vie/le parcours de l’écrivain de l’exil difficile. Il peut finir par être rejeté par les deux cultures. Bénédicte Monville de Cecco résume cette situation dans la formule suivante exprimée par John Edgar Wideman, écrivain de l’exil : » Je ne suis pas assez noir pour les miens (les noirs) et je suis trop noir pour les blancs ».

7De son côté, Hadj Miliani a brossé un tableau historique de la vie littéraire à Oran en expliquant comment l’ouest algérien s’était doté, au début des années quatre-vingt-dix, d’une maison d’édition Dar El-Gharb, cela dans un contexte politique et sécuritaire difficile (la décennie noire). Cet éditeur a participé à l’animation de la vie culturelle et donné l’occasion à beaucoup d’écrivains d’éditer leurs œuvres à compte d’auteur. Par ailleurs, l’éditeur organisait des ventes où les auteurs étaient présents et participaient à la vulgarisation de leurs productions à travers des rencontres-débat avec d’autres écrivains et universitaires. A cette occasion, ils dédicaçaient leurs livres. Plusieurs participants ont, au cours de ce colloque, témoigné du professionnalisme de l’éditeur. Quand l’université s’est dotée d’un nombre important de laboratoires de recherche avec un financement propre, Dar El-Gharb a privilégié les commandes de publication des travaux de recherche émanant de ces laboratoires.

8Les travaux du colloque ne se sont pas limités à une seule période, ils ont interrogé la problématique du champ littéraire dans différents contextes historiques et géographiques (Algérie, Maghreb, France, Roumanie, Etats Unis d’Amérique…). Enfin, les participants en ont pris acte ; les littéraires des deux langues (en arabe et français) ont dépassé le clivage idéologique d’hier et sont maintenant à l’écoute des discours des uns et des autres, tout en ayant des positions communes à propos des théories littéraires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mohamed Hirreche Baghdad, « Champs littéraires et stratégies d’écrivains. Colloque international, 7-8 novembre 2012, CRASC/UCCLA, Oran », Insaniyat / إنسانيات, 65-66 | 2014, 333-335.

Référence électronique

Mohamed Hirreche Baghdad, « Champs littéraires et stratégies d’écrivains. Colloque international, 7-8 novembre 2012, CRASC/UCCLA, Oran », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 65-66 | 2014, mis en ligne le 31 août 2016, consulté le 27 avril 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/14929

Haut de page

Auteur

Mohamed Hirreche Baghdad

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page