Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Rabia Redouane, Femmes arabes et écritures francophones

Fouzia Bendjelid
p. 91-96
Référence(s) :

Rabia Redouane, Femmes arabes et écritures francophones. Machrek-Maghreb, Paris, l'Harmattan, coll. « Autour des textes maghrébins », 2014, 300 p.

Texte intégral

  • 1 Professeur associé à Montclair State University à New Jersey.
  • 2 Accad, E. (1982), L’Excisée, Paris, l’Harmattan.
  • 3 Khoury-Ghata, V. (2007), Sept pierres pour la femme adultère, Paris, Mercure de France, p. 236, réé (...)
  • 4 Mariée à Paris, répudiée à Beyrouth, Paris, l’Harmattan, (2009).
  • 5 L'exil aux portes du paradis, Montréal, éd. Québec/Amérique, Collection Littérature d'Amérique, (19 (...)
  • 6 L'Interdite, Paris, Grasset, (1993).
  • 7 Paris, du Seuil, (2001).
  • 8 Mes hommes, Paris, Grasset, (2005).
  • 9 Paris, Albin Michel, et Casablanca, Le Fennec, (1996).
  • 10 Tunis, éditions Elyazad, (2011).
  • 11 Paris, Les Éditions de l’Atelier, (2005).
  • 12 Paris, Éditions de l'Archipel, (2013).

1Dans son ouvrage, Femmes arabes et écritures francophones Machrek -Maghreb, Rabia Redouane1 aborde une lecture croisée de récits autobiographiques d’écrivaines sur le statut de la femme dans les sociétés arabo-musulmanes où perdurent des mœurs patriarcales rigoristes et autoritaires consacrant la supériorité de l’homme sur la femme : « Un topos commun s’inscrit chez toutes ces écrivaines qui servent d’exemples de femmes luttant contre les tabous et qui rejettent avec courage et force l’oppression de leur milieu ou de leur pays. Elles réinventent et transforment leur situation sociétale à travers l’écriture. Elles démontrent que la femme peut exister en dehors des limites patriarcales, imposer sa propre volonté et créer une ré/vision épistémologique ». L’ouvrage est une rétrospective réunissant des études thématiques et comptes rendus de lecture publiés par l’auteur dans des revues scientifiques. Il est structuré en trois parties : « Ecrivaines du Machrek », « Ecrivaines du Maghreb » et « Lectures », comptes-rendus en annexe offrant à la lecture des fictions d’E. Accad, E. Agha Malak, S. Ammar Khodja, L. Ben Mansour, L. Bereksi Meddahi, M. Bey, Y. Char, L. Marouane, M. Mokeddem et K. Perrin. Nous rendrons-compte du contenu des analyses thématiques. Dans « Ecrivaines du Machrek », R. Redouane opère d’abord sur un roman d’Evelyne Accad dans « Enjeux de l’écriture dans L’Excisée2 d’Evelyne Accad ». L’histoire se déroule dans le contexte historique de la guerre civile déchirant les communautés religieuses au Liban où se greffe la thématique de l’excision qui donne lieu à la dénonciation d’une mutilation sexuelle irréparable. Ensuite, dans « Pour un engagement littéraire au féminin chez Vénus Khoury-Ghata », l’auteure examine dans Sept pierres pour la femme adultère3 la lapidation de la femme dans une communauté de musulmans fanatiques. L’héroïne, violée et engrossée, est accusée d’adultère. Dénoncée, elle doit être châtiée pour sauvegarder l’honneur de son mari. C'est l’application de la loi religieuse qui est exigée par la lapidation dans une société patriarcale régentée par un ordre implacable où l’homme est supérieur alors que la femme est emprisonnée dans les rigidités statuaires d'un être inférieur. Par ailleurs, dans « Voyage et passage. D’un Monde à l’Autre dans Mariée à Paris. Répudiée à Beyrouth4 d’Ezza Agha Malak », c’est de la répudiation et la polygamie dans la communauté musulmane que traite la narration dans un contexte de guerre au liban en 2006. L’héroïne est répudiée par son mari devenu polygame à son insu. Devant l’inacceptable, il exerce sur elle des violences qu’elle subit dans le silence. Les codes juridiques et les coutumes d’essence religieuse (charia) ne protègent pas les femmes contre les exactions de l’homme. Enfin, « Voix féminine arabe en terre canadienne », l’analyse porte sur L’Exil aux portes du paradis5 d’Andrée Dahan. Il s’agit du tourisme sexuel tel qu’il se pratique par les occidentaux qui s’exilent dans les pays pauvres et chauds du sud de la planète. L’histoire du héros sert de tremplin à un discours dénonciateurs de l’exploitation des défavorisés et des inégalités Nord/Sud. Dans « Ecrivaines du Maghreb », dans une première étude, « Intertexualité linguistique : Lexique arabe chez Malika Mokeddem », R. Redouane soulève la notion de quête identitaire par la dénomination et l’usage de mots d’Arabe dans le roman L'Interdite.6 Codes esthétique, linguistique et culturel constituent la personnalité hybride de l’auteure exilée. Dans un second article, « N’zid7 ou la renaissance d’une femme », la romancière revient sur la reconstruction identitaire. L’héroïne amnésique découvre progressivement son identité hybride (française, de père irlandais, mère algérienne) et vivant dans l’exil. Son identité transculturelle la libère de toute attache rejetant les frontières. Dans un troisième article, « Écrire la passion amoureuse dans Mes hommes8 de Malika Mokeddem », c’est de l’affirmation de soi dont il est question dans une fiction autobiographique. L’écrivaine défie tous les interdits dans une écriture du dévoilement pour exhiber son histoire intime avec les hommes. Raconter ses liaisons et sa sexualité relève d’une grande audace dans une société conservatrice : « elle a repoussé une fois encore les frontières de la liberté n’hésitant pas à braver un tabou de taille dans la société musulmane : celui de raconter ses amours « mécréantes ». (161). Dans une quatrième étude, « De l’enfermement à la libération de l’être féminin dans Rêves d’enfance9 de Fatima Mernissi », sur le thème du patriarcat, la romancière dévoile sa vie dans le harem familial durant son enfance à Fès sous la colonisation où la communauté des femmes est recluse dans un espace-maison carcéral. Mais elles s’ingénient à s’inventer des moyens pour transgresser les « hudud » en s’inventant des moyens d’évasion et de divertissement. Les trois derniers écrits examinent des sujets proches de l’actualité du monde contemporain. Dans le premier écrit, « Jeux de rubans10 d’Emna Belhaj Yahia ou l’univers féminin en confrontation», l’analyse s’intéresse à la prolifération parmi les jeunes du port du hijab après la révolution Tunisienne de 2011. Le discours polyphonique et polémique sur cet habit confronte trois générations incarnées par trois personnages : la tranche postcoloniale où sous le règne de H. Bourguiba les lois encouragent les femmes à abandonner leur voile, la tranche suivante continue son cheminement vers une plus grande autonomie et enfin la tranche actuelle, une jeunesse qui affiche un engouement croissant pour le voile islamique. Le second écrit, « Fille de harki11 de Fatima Besnaci-Lancou : Histoire occultée et mémoires blessées », concerne un roman autobiographique sur le parcours des harkis au lendemain de l’indépendance d’Algérie. L’écrivaine ambitionne de restituer la mémoire et rétablir la vérité historique sur une communauté marginalisée par les accidents de l’Histoire. Le troisième écrit concerne l’immigration maghrébine dans « Louve musulmane12 d’Amale El Atrassi ou l’écrit courageux d’une franco-marocaine » (2013). L’héroïne entre en conflit avec l’espace identitaire originel parental. Elle est contrainte de séjourner dans un bidonville à Rabat où elle se sent étrangère aux mœurs patriarcales réductrices et opprimantes qui la cloîtrent ; elle se révolte et fugue ; elle est alors victime d’un viol collectif. Récit autobiographique, une saga mais aussi narration du dévoilement de l’intime. Le discours de l’auteur est dénonciateur.

2Finalement, dans toutes les fictions analysées, le personnage féminin évolue dans un environnement social au régime patriarcal austère de confession musulmane. Le discours féministe est celui du dévoilement bien souvent de l’intime. Les romancières dénoncent des iniquités et des violences faites au statut de la femme. Certaines optent pour la reconnaissance et l’affirmation de soi à travers la question identitaire dans l’écriture. Cette écriture féminine relève de leur engagement pour les droits de l’Homme et la citoyenneté.

Haut de page

Notes

1 Professeur associé à Montclair State University à New Jersey.

2 Accad, E. (1982), L’Excisée, Paris, l’Harmattan.

3 Khoury-Ghata, V. (2007), Sept pierres pour la femme adultère, Paris, Mercure de France, p. 236, réédité par France Loisirs en février 2008. Ce roman a été sélectionné pour le prix Renaudot.

4 Mariée à Paris, répudiée à Beyrouth, Paris, l’Harmattan, (2009).

5 L'exil aux portes du paradis, Montréal, éd. Québec/Amérique, Collection Littérature d'Amérique, (1993).

6 L'Interdite, Paris, Grasset, (1993).

7 Paris, du Seuil, (2001).

8 Mes hommes, Paris, Grasset, (2005).

9 Paris, Albin Michel, et Casablanca, Le Fennec, (1996).

10 Tunis, éditions Elyazad, (2011).

11 Paris, Les Éditions de l’Atelier, (2005).

12 Paris, Éditions de l'Archipel, (2013).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fouzia Bendjelid, « Rabia Redouane, Femmes arabes et écritures francophones », Insaniyat / إنسانيات, 67 | 2015, 91-96.

Référence électronique

Fouzia Bendjelid, « Rabia Redouane, Femmes arabes et écritures francophones », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 67 | 2015, mis en ligne le 20 juillet 2015, consulté le 18 août 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/15046

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page